Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fernand DARAGON

Publié le par chercheur d'histoires

1961 : Une Grande date à retenir ...

1961 : Une Grande date à retenir ...

Fernand DARAGON

Je n'ai plus de nouvelle de notre "Gauguin à nous" depuis quelques années.

Je me suis laissé dire qu'il serait décédé.

"Peintre et gardien de phare" : C'est, en somme, ce qu'il fut durant sa vie de bohème.

Adieu l'ami de Pont-Aven ...

Ami jusqu'au moment où : lui aussi, avait fui ce trou de peinturlure pour s'en aller rejoindre son Maître à Tahiti.

Les documents du jour :

- 1961 : Une Grande date à retenir pour les vrais amateurs d'art pontavénins.

N'est-ce pas Madame la "qui-sait-tout qui sait rien" Conserv'actrice de second rôle ?

- Allô Fernand : où es-tu passé ? 

-----------------------------------------------------------------

 

Jour de grande cavalcade à Pont-Aven : Fernand au goulot

Jour de grande cavalcade à Pont-Aven : Fernand au goulot

Partager cet article

Repost 0

Déjà en 1953

Publié le par chercheur d'histoires

Déjà en 1953
Que du beau monde à accueillir. ... De quoi provoquer des diarrhées carabinées chez les dignitaires pontavéniais actuels

Que du beau monde à accueillir. ... De quoi provoquer des diarrhées carabinées chez les dignitaires pontavéniais actuels

Déjà en 1953

Déjà en 1953, un comité de SUPER essence culturelle avait été créé dans la Cité des anciens Peintres de talent pour commémorer le cinquantenaire de la mort de Gauguin.
La salle des fêtes de l'Hôtel de Ville fut transformée en salle d'exposition pour recevoir un ensemble remarquable d'œuvres du maître (dont la Belle Angèle) et du groupe de Pont-Aven (dont le Talisman du Bois d'Amour)

Des œuvres provenant en particulier des collections locales :  Cochennec, Boutaric, Rouat Mélanie, Corelleau Julia et  Sinquin Henri.

Un médaillon représentant le portrait du maître fut à cette occasion  apposé sur la façade de l'ancienne Pension GLOANEC

La question du jour :

Quel est le nom de l'artiste breton qui façonna ce médaillon ?

Non : Ce n'est pas une  "DES BUTTES Chaumont", mais son nom s'en approche.

N'est-ce pas madame la conserv'atroce ?

Il paraît qu'il existe dans le coin "Le Plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven"

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce personnage tombé dans l'oubli, adressez vous donc à la bonne personne ... ! ...  ou pas !

Moi, je ne suis plus autorisé à pratiquer ma seconde langue maternelle : ... 

... Le : "parler peinture" ... 

... "bien de chez nous, avant 1985" comme le fait remarquer la CHARLiO'T.

---------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Roger Lucien DUFOUR

Publié le par chercheur d'histoires

le Bordelais de Pont-Aven,

le Bordelais de Pont-Aven,

... qui imaginait la cité des Peintres devenant le Saint-Trop' Breton

... qui imaginait la cité des Peintres devenant le Saint-Trop' Breton

Roger Lucien DUFOUR

Le bordelais de Pont-Aven qui, dès son arrivée dans la cité en 1955, imaginait de transformer ce village grivois en un  Saint-Trop' breton.

C'est lui qui proposa à la faune locale " branchée peinture", de créer un musée des beaux- arts. Parallèlement, il contacta le maire afin de mettre à la disposition des peintres deux salles d'expositions sommairement aménagées dans la cantine de l'école publique située au rez-de-chaussée sur rue de l'Hôtel de Ville.
(Ex cuisine et Bar de l'Hôtel Julia)

Dès 1959, li exposera : comme notre Dédé, ses œuvres dans la salle des fêtes (Salons) du Rez-de-chaussée supérieur sur cour de la mairie.

(Ensuite, nous le retrouverons tous les ans durant quelques années, au rez-de-chaussée sur rue de cet espace culturel, avant qu'il décide de fuir - lui aussi - ce pays)

C'est également cette année-là que l'idée de la création de la "Société de Peinture de Pont-Aven" par quelques amateurs d'art éclairés fut abordée et immédiatement adoptée. 

(Contrairement à ce que certains crétins de la secte du christ jaune racontent à tout vent depuis des années)

---------------------------------------------------------------

 

Roger Lucien DUFOUR à l'œuvre.

Roger Lucien DUFOUR à l'œuvre.

Partager cet article

Repost 0

Notre "Né natif de Pont-Aven"

Publié le par chercheur d'histoires

Dédé la braguette

Dédé la braguette

Le seul artiste : "né natif de Pont-Aven" comme il savait si bien le répéter à tout bout de champ.

Le seul artiste : "né natif de Pont-Aven" comme il savait si bien le répéter à tout bout de champ.

Notre "Né natif de Pont-Aven"

1959 : Parallèlement à l'idée de créer un musée municipal à Pont-Aven, celle de transformer les rez-de-chaussée (intérieur et extérieur) de l'Hôtel de Ville en galeries de peinture ou espaces d'animations culturelles temporaires commence à prendre tournure.

Grâce à l'intervention de qui auprès de la municipalité ?

Vous le saurez demain

Trois mois après cette EXPO de notre cher  "Dédé la braguette", la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville accueillera son 1er festival de Peinture

Dès lors, la renaissance picturale de notre charmant village est en marche dans une bonne humeur "bien de chez nous" comme il se devait : ...

et surtout durant un premier temps fort : sans spéculation excessive en matière immobilière ou picturale de mauvaise qualité, ...

... et sans que personne ne prenne la grosse tête de lard ! 

--------------------------------------------------------------------- 

Notre "Né natif de Pont-Aven"

Partager cet article

Repost 0

Les Artistes de Pont-Aven des années 1960

Publié le par chercheur d'histoires

Les Artistes de Pont-Aven des années 1960

Les Artistes de Pont-Aven des années 1960

Je continue sur ma lancée ...  de pots de peinture.

Georges ORIOT : tout le monde le connait dans la Cité des anciens Peintres de talent, sauf évidemment : "les commerçants de pacotilles, les galéristes de peinturlure, les habitants en galère de connaissances, ...

... et ? :  ...

 ... Au moins tout autant ... qu'en emporte le vent ! ...  

... La conserv'atroce du piège à toutous de la CC'ânerie. 

Mais TOLCK ? : 

Ce Petit Suisse lui aussi.

 Il n'y a plus : parbleu ! (de Prusse ?) que les derniers Tolckés du coin à s'en souvenir.

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Fichtre ! Vous ne connaissez pas ce personnage Madame la Marquise ?

Publié le par chercheur d'histoires

PAUL SCHMIDT : Vous ne le connaissez pas Madame la Marquis'art ?

PAUL SCHMIDT : Vous ne le connaissez pas Madame la Marquis'art ?

Fichtre ! Vous ne connaissez pas ce personnage Madame la Marquis'art ?

Vous connaissez pourtant sur le bout des doigts l'histoire de la colonie de vacances des peintres américains ayant séjourné à Pont-Aven à la fin du XIXe siècle.

Depuis 50 ans, il n'y a pas un bouquin d'art qui ne parle pas de cette affaire d'affairistes en tout genre de peinture.

Mais lorsqu'il s'agit de la petite colonie de Peintres Suisses ayant séjourné à Pont-Aven durant le siècle suivant, c'est moins facile de se vanter de ses "savoirs ... rien du tout" en recopiant ce que d'autres ont écrit antérieurement, en long, en large, et souvent en travers.

L'histoire des peintres Suisses à Pont-Aven  ? Parbleu de Gauguin ! : Personne ne l'a vraiment écrite jusqu'à présent, et ce n'est pas la clique culturelle de la Cc'ânerie - imposant lourdement sa Loi sur le pays - qui sera à même de le faire.  

 PAUL SCHMIDT, le Suisse pontavénin ... de surcroît Artiste Peintre :  Qui se souvient de lui dans le bled mis à part le programme de l'EXPO de peinture présenté ici hier ?

Un commerçant en pacotilles, un galériste en peinturlure, un habitant en galère de connaissances ... ou la conserv'atroce d'un piège à toutous peut-être ????

"Faut pas rêver" : C'est le programme TV favori de la CHARLiO'T. OK, mais à part ça, je n'ai pas d'autre réponse à la question à vous proposer.

........................................................................................

Pour ma part, grâce au commissaire Moulin du pays des Moulins je viens de découvrir où se trouvait l'atelier de ce sympathique Petit  Suisse  Poucet.
En effet, ce fin limier a situé ce Lieu Saint à partir du n° de portable inscrit sur sa carte de visite.

A vous de le trouver.

Pour tout dire, j'en connais un qui l'a déjà découvert plus vite que son ombre : n'est pas J.L. ?

Si vous restez bien sage jusqu'à demain matin comme il se doit à Pont-Aven,  je vous présenterai un autre P'tit Suisse de ce genre dès l'aurore.
-------------------------------------------------------------------

"Lorsque le modèle prend la place du Maître devant son atelier" peinture signée Schmidt

"Lorsque le modèle prend la place du Maître devant son atelier" peinture signée Schmidt

Partager cet article

Repost 0

Après l'intermède précédent ...

Publié le par chercheur d'histoires

Après l'intermède précédent ...
Après l'intermède précédent ...

Après l'intermède précédent,

revenons à nos potes de peinture.

Replongeons nous : en immersion totale,  dans les dernières années folles de la Cité des anciens Peintres de talent.

Voir le document du jour : 

Je ne connais pas la date exacte de cette exposition "bien de chez nous" de la fin des années 1940,

mais la  Jesaistout conserv'atroce sait sûrement à quelle heure elle s'est déroulée.

Et comme le dit la CHARLiO'T qui ne sait rien : "Heureusement qu'elle n'était pas née car elle aurait encore ...
...  pété un plombage pour utilisation de sa Salle Julia Communale sans son accord !"

Suite demain 

-------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Le 10 août 2017

Publié le par chercheur d'histoires

Il ne reste à Rustéfan que des fragments d'architecture, mais : Ô ! combien fascinants

Il ne reste à Rustéfan que des fragments d'architecture, mais : Ô ! combien fascinants

Le 10 août 2017

Changeons un instant de sujet pour revenir sur l'article précédent que je n'avais pas achevé comme il se doit chez les fouteurs de merde qui se respectent.

La Belle Epoque des voyageurs, des Peintres, et des théâtres botrelliens, avait laissé des traces dans l'esprit et le caractère des générations suivantes.
De tout ça, il ne reste plus une seule miette, et pour moi : que de la nostalgie.

- - - Suite - - - 

Les touristes d'aujourd'hui déboulent dans ce creux pour en ressortir sans supplément d'esprit,  sans rien n'avoir appris de nouveau : ni sur ce merveilleux Pays d'Astérix, ni sur ses artistes de tout poil de pinceau. 

C'est pourtant ce que la propagande mensongère pontavéniaise leur avait vendu.

99,99 % d'entre eux viennent chercher du gauguin, rien que du gauguin du coin, et ils repartent comme des dindons déplumés.

Le pire du comble des malheurs est qu'il en est de même pour ceux qui viennent aujourd'hui s'installer dans la durée dans ce "pays des maisons de retraités".

............................................................

La chute de fin de l'article :

S'imprégner de Pont-Aven pour s'y intégrer et y vivre pleinement sans s'ennuyer à mourir, ne peut plus à mon sens se concevoir sans la création d'une association du type que je propose.

Une association patrimoniale et culturelle :  un peu "Comité de salut public" à ses heures, et un peu "Comité de lutte pour la moralisation des actions publiques" lorsque nécessaire.

Gast-à-gast : Il y a vraiment du boulot sur la planche sur la toile des artistes de Pont-Aven, croyez moi !  

-------------------------------------------------------------------  

Partager cet article

Repost 0

1949 : Vernissage à la GALERIE BARBARIN

Publié le par chercheur d'histoires

Une Galerie d'Art à Pont-Aven en 1949 ?

Une Galerie d'Art à Pont-Aven en 1949 ?

1949 : Vernissage à la GALERIE  BARBARIN

La Galerie des sœurs BARBARIN : vous ne connaissez pas ?

Je vous invite à aller voir l'exposition que je viens d'installer à la GARE

"La mémoire collective des anciens habitants du quartier de la GARE"

et pour en savoir encore plus :

acheter l'ouvrage que Yuna JEAN-FAURE vient d'écrire : "En quête des Deux Ange" que vous trouverez dans toutes les bonnes librairies du coin.

Cela dit,  l'artiste A. LAROUX : vous connaissez ?

Moi non plus, mais peut-être qu'un ancêtre du coin pourrait nous en dire plus.

.........................................................................................................................

Pour amuser la Galerie, la CHARLiO'T a une anecdote à vous raconter.

Avant les demoiselles BARBARIN, Jean LE CORRONC avait vendu de la peinture dans son magasin d'antiquités (et restaurant, salon de thé puis crêperie) installé dans le moulin de Rosmadec dans les années 1920.

Plus tard, après s'être installé sur la Grand'Place, ce personnage pas sage  se "corrompra" en fabricant et vendant de faux vieux meubles bretons.
La salle JULIA de madame la conserv'atroce  est ornée de boiseries sculptées par ce maître "bien de chez nous les ploucs" 

--------------------------------------------------------------------

1949 : Vernissage à la GALERIE  BARBARIN

Partager cet article

Repost 0

Vous voulez un renseignement ?

Publié le par chercheur d'histoires

Pierre TUARZE et les autres ???

Pierre TUARZE et les autres ???

Vous voulez un renseignement ?

L'abbé Pierre TUARZE et les autres : vous ne connaissez pas ?

N'allez pas vous enseigner au musée, vous perdriez votre précieux temps.

Ni chez les commerçants du coin d'ailleurs, vous seriez tout autant déçus.

Il en est de même aujourd'hui à l'Office du Tourisme devenue de la  pure CC'ânerie.

Soyez un peu patients :

Une association pontavénaine va bientôt être créée pour vous renseigner.

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>