Les journées du Patrimoine (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Et ça : ne serait-ce pas un chef d'œuvre en péril d"écoulement ... comme tout le reste à Pont-Aven ?

Et ça : ne serait-ce pas un chef d'œuvre en péril d"écoulement ... comme tout le reste à Pont-Aven ?

Les journées du Patrimoine (fin)

"Le musée de Pont-Aven ; quoi faire cette semaine ? 

Une nouvelle exposition est en cours d'accrochage. Seul le niveau 3 sera accessible.

La Belle Poule de la Concarnoiserie se fout de la horde des pontavénounoursons.

En effet, Ces derniers descendants de Gauguin doivront dorénavant verser annuellement 

300 000 € lourds à la CC'ânerie, et ce : jusqu'à la saint glin glin afin que cette envahisante suceuse d'euros à la crème puisse occuper gratuitement et à sa guise l'Hôtel de Ville de Pont-Aven.

Gast-à-gastouilles ! ; Ce n'est tout de même pas pour que son musée (d'une surface d'exposition doublée par rapport à l'ancien musée pontavénain "bien de chez nous") reste à moitié vide durant les 3/4 de l'année ???

Conclusions :

Cocus jusqu'au fond de leur trou de peinture sont les commerçants de pacotilles du bourg d'en bas de la Cité des  Amateurs d'Art éclairés. 

En réalité, durant la saisons estivale ce trou a toujours fait son plein de bêtes à bon dieu.
Aussi, pour les
 galeux galettistes, les pas cocos pacotillistes, et les putins peinturluristes du coin, le nouveau musée devait essentiellement servir de puissant appât durant l'inter-minable morte saison. 

Cocufiés les cocus ? merde alors ! se dit la CHARLiO'T qui en connaît un bout en ce domaine public.

Et puis, comme se le demande la même CHARLiO'T :

Quelle sera la teneur de cette nouvelle extraordinaire exposition ?

La Gazette Drouot  de ce week end vous en dira plus.
Extrait : 

"Pont-Aven : Après trois ans dans les réserves de son musée, les œuvres de cette école retrouvent la lumière des cimaises "

Quatre ans pour ceux qui savent compter.

-----------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article