Finissons-en en beauté

Publié le par chercheur d'histoires

La Fleur du Mal

La Fleur du Mal

Finissons-en en beauté

Les habitants de la Cité Julia de la Cité Interdite ne veulent plus recevoir ceux de la cité des Quatre Vents : OK

Mais si : dans l'esprit d'égalité et de neutralité que doit observer un bon maire, J.M. la Loi interdisait maintenant aux habitants de cette Cité Interdite de pénétrer dans la Cité de Quatre Vents, cela ne risquerait-il pas de provoquer une épouvantable tempête sur les Hauts du trou de peinture pontavéniais ?

Pas étonnant qu'une pétition anti-interdiction-de-circulation circule dans ce secteur très calme jusque-là : 

"Jusqu'à l'ouverture récente du musée de la discorde" se permet de préciser la CHARLiO'T 

J'ai lu quelque part dans les journaux du coin : dissimulée discrètement entre les inter-minables articles de propagande du musée de la Cc'ânerie, la réponse donnée par M le maire à cette "pétitionnade" bien dans le vent provenant du coteau concerné.
Il devait comme il se doit, justifier intelligemment sa stupide décision de fermer la voirie publique de cette Cité Julia.

Il précise donc sans bafouiller que c'est pour des raisons de sécurité et pour éviter aux riverains des nuisances sonores, que le premier magistrat de la commune a décidé d'ordonner cette fermeture administrative à la soviétique. 

Les bras de ma brouette m'en tombent des mains.

En effet, elle ne pourra plus se promener tranquillement dans le coin sans risquer le PV à 135 € et les 4 points d'attache de ses bras.

_________________________________

Des problèmes de sécurité dus à l'étroitesse des rues, il y en a dans tous les coins de la commune. 

La rue des Meunières, la rue du Cimetière, la rue du Bois d'Amour, la rue Job Philippe, la rue de Kerandistro, celle de Roz An Bidou, l'ancienne ligne du Chemin de Fer, la rue Saint Sébastien etc ... sans oublier tout le Coteau de Keranperchec.

Dans l'intérêt général de la commune, et dans l'esprit d'égalité et de neutralité que doit obverver une municipalité Républicaine, depuis longtemps les élus auraient dû se préoccuper de cet épineux et insoluble problème.

Faudrait-il ajouter ici que" les éventuelles restrictions rendues nécessaires devant être communes à tous"

En réalité, la tragique situation topographique du minuscule centre historique de Pont-Aven laisse peu de place à autre chose que le bricolage et le rafistolage en ces domaines. 

Rien que pour cette raison ...

Suite et vrai fin tout en finesse de cet article sans fin demain matin

------------------------------------------------------------------------------- 

 

  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article