Quatre pages dans la Gazette Drouot

Publié le par chercheur d'histoires

? ? ?

? ? ?

Quatre pages dans la Gazette Drouot

Préambule :

Le service de  Communication du musée de la CC'ânerie vient de lancer sa nouvelle campagne de propagande dans les "Nan'arts des coins-coins du coin"
Cet établissement propose à ses visiteurs :

 "Une nouvelle exposition"

Gast-à-gast : Que c'est rigolo.

La seule nouvelle est qu'il n'y a rien de nouveau à contempler ! ! !

De surcroît : il n'y a plus qu'un seul étage d'ouvert ! ! ! ? 

 

M le Ministre de la Culture de la CCA : où es-tu, que fais-tu, à part te planter en plantant des piquets dans tous les coins des rues de ta commune ? 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette remarquable remarque nous mène tout droit au grand sujet du jour :
La saison touristique s'achevant, ce grandiose musée se paye quatre pages de "Gazette Drouot" pour vanter ses charmes ...
...  "comme une vieille catin décrépie ?" se demande la CHARLiO'T qui ne cesse de fourrer les doigts de son nez là où il ne faut pas.

"Musée de Pont-Aven, nouvelle saison"

Artistes et touristes découvrent Pont-Aven à partir des années 1850

Au cœur du XIXe siècle, le charme du lieu agit encore et la réouverture du musée, totalement repensé, offre une occasion de la vérifier"

Rien que dans ce titre, il y a de quoi jouir sans plaisir : c'est pour dire !

Nouvelle saison ? ou nouvelle imposture sachant que madame la conserv'atroce n'a rien de nouveau à présenter dans son luxueux bateau-lavoir-sans-rien-à-voir durant les 6 prochains mois.

(Sauf des photos sans le moindre intérêt dont j'aurai l'occasion de parler ici prochainement)

C'est ahurissant de lire de telles sottises lorsque : comme moi, nous sommes attachés à la mémoire et à l'authentique image de la Cité des anciens Peintres de talent.

Artistes et touristes découvrent Pont-Aven à partir des années 1850 ?

En 1850 il n'y a pas de touriste mais des voyageurs en quête d'authenticité à séjourner dans la Cité des Moulins ...
... sans doute attirés par le dicton inexact
 mais en vogue à l'époque grâce à sa publication par le Chevalier de Fréminville en 1836 :  

Pont-Aven, ville de renom,

quatorze moulins et quinze maisons

Suite demain matin

------------------------------------------------------
 


 

 

Commenter cet article