En attendant Godot

Publié le par chercheur d'histoires

Bonne année pour aujourd'hui mardi. Demain sera un autre jour de l'an 2017

Bonne année pour aujourd'hui mardi. Demain sera un autre jour de l'an 2017

En attendant Godot

Ou plus exactement : en attendant les godillots du second Bulletin d'Informations Municipal de l'année écroulée, je n'ai d'autre choix que de revenir sur les vœux en pâte d'amendes de l'équipe ... en place pour encore quelques temps !

C'est inquiétant tout de même que le Spiderman de la municipalité puisse mettre plus de temps à accoucher son BIP-BIP que Marie son bébé ?

.........................................................................................................................................

Pour bien amorcer le sujet, je me permets de reprendre à mon compte la parabole que l'apôtre Jean-Marie nous avait proposée dans son dernier BIP (Bulletin d'Informations Pontavéniais)

"L'un des problèmes de notre société, c'est que les gens ne veulent pas être utile, mais importants" (Winston Churchill)

Depuis : à chaque fois que je pense à M le Maire, je ne cesse de  ressasser cette Churchillerie !

......................................................................................................................................................

"Des vœux corniauds cordiaux ..." revenant sur les fondamentaux de la République"

aurait-il prononcé selon ce que j'ai lu dans l'un de nos canards préférés.

 "Pensait-il à la République Dominicaine qui nique sans vergogne ses habitants ?" se demande la CHARLiO'T enthousiasmée par tant d'égard envers les niqués pontavénins. 

Suite du discours (Oh! que c'est bien dit M le Maire )

La LIBERTE : celle de créer et d'entreprendre ...

... "Surtout : rien de bon" lui répond l'écho des savanes.

L'EGALITE : Elle doit vivre dans notre commune. Il convient de ne pas délaisser  les quartiers moins centraux ... ? ? ?

A demain ... pour la suite de mes vœux annuels quotidiens.

-----------------------------------------------------------------

 

 

Commenter cet article