La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°4)

Publié le par chercheur d'histoires

La forge d'Armand NIGER (et café clandestin pour les gars du quartier)

La forge d'Armand NIGER (et café clandestin pour les gars du quartier)

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°4)

Dans ces conditions, pourquoi préparer une exposition sur la mémoire du quartier de la gare sachant que les pontavénistes (quel vilain nom !) s'en tapent éperdument ?

J'ai mes raisons, et sachez le :

- - -  Suite de l'article - - -

Je suis est reste : coût que coût, profondément attaché à mon pays d'origine.

Attaché et agissant sans prétention ni intérêt personnel dois-je souligner.

Ce qui : pour certains couillons du coin, est manifestement une lourde faute impardonnable.

-----------
Pour moi, l'avenir de ce petit trou englué dans de la peinture, passe par la création d'une association qui aurait pour objectif de sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine paysager, architectural et culturel des habitants, mais également pour noble fonction : de réfléchir profondément à l'avenir d'une population aujourd'hui en souffrance bien cachée.

Une association : non seulement de lanceurs d'alertes, mais également des lanceurs d'idées, de projets, de débats d'intérêts généraux pour l'avenir du pays ... "en pleine connaissance de cause" de leurs propositions ou de leurs actions.

A mon sens : Seule la formation d'un Comité de Salut Public associatif de ce genre nouveau pourrait débloquer la situation.

Un comité associatif libéré des dogmes politiques, religieux et culturels, où les futurs prétendants aux postes d'élus pourraient venir en stage de formation !  

----------

Cela dit : depuis les 6 mois que je prépare cette exposition sur la mémoire du quartier de la GARE, je constate que 90 % des personnes que je rencontre m'approuvent chaleureusement en s'invertissant au projet. Je croule sous les informations qui me sont apportées. Je collecte en masse des documents familiaux utiles à la mise en scène du spectacle de cette exposition.
C'est au moins 50 % des familles du quartier qui vont ressusciter.

Je dois reconnaître que je suis agréablement surpris de l'intérêt porté par les descendants de tous ces gens envers ce projet.

Durant quelques semaines, ce secteur va retrouver la place qu'il mérite dans l'histoire de Pont-Aven.

A suivre demain

------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Commenter cet article