J.M. le bougon bourru bourrin bourrelier du coin

Publié le par chercheur d'histoires

Amour perdu, je ne boirai plus de ton : " Oh! que c'est beau"

Amour perdu, je ne boirai plus de ton : " Oh! que c'est beau"

J.M. le bougon bourru bourrin  bourrelier du coin

Parlons sérieusement pour une fois monsieur le bougon bourru bourrin bourrelier du coin :

Le musée de la peinture en haute définition verbale, a mis Pont-Aven et ses habitants dans la honte et la merde : Aucune personne sérieuse ne peut sincèrement le nier.

Sachant que les responsables de la CC'ânerie ont : quoi qu'ils en disent, la stricte obligation d'aménager les stationnements des véhicules de la clientèle de leur musée pontavéniais : Hors des espaces publics (article UH 12 du PLU)

La seule solution pour sauver la Cité des anciens Peintres de talent de l'anéantissement serait sans aucun doute que les responsables politiques de Pont-Aven engagent des actions judiciaires pour exiger que les Lois de la République en la matière, soient enfin respectées.

(Ceux ne sont sûrement pas les bourrins de notre bourricot maire qui pourront régler cet immense et scandaleux problème politique et administratif )

Ceux qui passent leur temps à la TV n'entendent que ça depuis quelques temps.
Soyez de temps en temps un peu des élus de proximité responsables SVP messieurs dames.

Ce n'est pas si compliqué que ça : moi l'idiot de village, j'y arrive.

Hélas, ces inconsistants bras cassés (à force de porter de lourds tableaux sur leurs épaules ?) de la municipalité, n'ont ni la volonté, ni les capacités intellectuelles, pour mener une action civique de cette importance.

Cela dit : tout le reste n'est pour moi que fadaise : quoi que certains crétins déclarent.

Vous pouvez retourner les problèmes de Pont-Aven dans tous les sens (pas les sens interdits décrétés par J.M. SVP) vous n'obtiendrez aucun résultat satisfaisant.

Depuis le premier agrandissement du musée : date du début du déclin de la commune,  les  rêvasseries stériles des élus ont démontré leurs totales impuissances face à la décomposition du système politique en vigueur dans la commune.

Une décomposition qui prend de plus en plus d'ampleur sans que personne ne bronche.

Je reprends ce constat que vous venez de lire dans le BIM :

"4 naissances et 45 décès en 1 semestre à Pont-Aven"

Proportionnellement à la démographie des communes de la CCA,  cela correspondrait à 303 décès à Concarneau ! 

Une situation aussi épouvantable serait dénoncée avec juste raison, comme une catastrophe nationale dans les médias. Mais lorsqu'elle se réalise année après année et avec de plus en plus de force à Pont-Aven, tout le monde fait le mort.

Et le pire dans tout ça pour l'avenir de la Cité des anciens peintres de talent n'est pas dans les 45 décès, mais ...

A suivre demain matin

--------------------------------------------------------------------

Commenter cet article