Elle a su "démocratiser l'art" (page n° 2)

Publié le par chercheur d'histoires

Attention : Pierraille déconseillée aux âmes allergiques au granit breton. N'est-ce pas J.M. ?

Attention : Pierraille déconseillée aux âmes allergiques au granit breton. N'est-ce pas J.M. ?

Elle a su "démocratiser l'art" (page n° 2)

Depuis : y a bien longtemps, que "ZORRO est arrivé",

 (ou depuis peu : Tromp est arrivé ?) 

on n'avait plus jamais connu ça en Bretagne.

- - -  Suite - - -

Sur ce : je vous invite à déjeuner ensemble durant ces prochains jours.
J'ai à vous offrir des superbes petits-fours "conservés atrocement" au frigo.

Commençons par déguster le sous-titre du sublimissime article de presse, mis sur la table des déjeuners de la semaine dernière :

"Avec 160 700 visiteurs depuis sa réouverture en avril 2016, le musée des Beaux Arts de Pont-Aven s'impose dans le paysage culturel de la Bretagne. Ce succès public est à mettre au crédit d'une équipe, dirigée par la conserv'actice conservatrice en Chef Estelle Guille des Buttes Fresneau, qui milite pour "démocratiser l'art" 

Déjà : avec cet inter-minable titre à vous saouler, il y a de quoi nourrir, déjeuners compris,  tous les pauvres gens de la communauté des communes de la Cc'ânerie durant au moins toute l'exposition estivale 2017 du musée des ânes.

160 700 visiteurs ?

Gast-à-gast ! : Plus que chez LECLERC avec ces 160 699 visiteurs en 2016.

Madame la conserv'atroce : Dites "je jure de ne dire que la vérité, toute la vérité et rien que la vérité" en ne trichant plus effrontément sur les comptes des entrées annualisées de votre temple de la tricherie.

"Le musée des Beaux Arts de Pont-Aven" :

A NON : Encore des tricheries inadmissibles.

Ce n'est plus un musée, mais une usine d'embobinage du peuple que la CC'â a offert généreusement aux pontavénounours ... en puisant sans retenue dans les finances municipales de Pont-Aven ! 

Suite demain matin

----------------------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article