Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le candidatures sont ouvertes

Publié le par chercheur d'histoires

Le candidatures sont ouvertes

L'annonce tant attendue est faite :

"les jeunes filles de Pont-Aven et de Névez vont prochainement recevoir un courrier

leur proposant de se présenter à l'élection de la reine des Fleurs d'Ajonc 2011 "

Les votants auront le choix d'élire :

soit une ponavénus beauté,

soit une nevénus beauté

C'est pas facile, mon cœur balance.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Inimaginable mais vrai

Publié le par chercheur d'histoires

Inimaginable mais vrai

Ce que je vais vous raconter est tellement honteux que vous ne risquez pas de le lire dans votre journal préféré.

 Je vais encore me faire des amis !

J'ai assisté à la conférence du Conservateur du musée breton de Quimper : M. Le Stum sur "les années 1920-1930 en Bretagne" : Thème d'une exposition organisée par les Offices de Tourisme du Finistère en 2010, et présentée dans plusieurs villes dont Pont-Aven.

Cette conférence s'est déroulée dans le sous-sol de l'Hôtel de Ville : la salle Gauguin .

Vous ne trouverez pas une salle de conférence plus sinistre dans tout le Finistère.

Le chauffage du local est à bout de souffle. Malgré l'apport d'un chauffage d'appoint, et la chaleur des propos du narrateur, j'ai remarqué que l'assistance grelottait sérieusement .

 L'installation électrique est dans le même état. On se demande par quel miracle, l'accès du public est encore toléré dans cet espace.

On se demande encore plus pour quelle raison, sans doute inavouable, la municipalité a pu accueillir M. Le Stum dans cet infâme sous sol, alors que le musée dispose d'une salle de conférences. Le conservateur du musée Breton serait-il un personnage qui ne mérite pas les honneurs du musée des Beaux-Arts ?

Mais la honte n'est pas là. J'y reviendrai.

---------------------------------------------------------------------------------------------

La conférence fut de qualité et présentée de façon habile en comparant

- le style 1900 ou Art Nouveau,(celui de la femme fleur appelé par ses détracteurs : L'Art nouilles),

- avec le style de la génération suivante, celle de l'après-guerre 14-18 : l'Art Déco, et ses déclinaisons en Bretagne avec l'émergence du mouvement Seiz Breur en particulier.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Hélas pour l'assistance, il fut très difficile de suivre le fil de la conférence en raison

d'un désagréable bruit de fond constant parasitant la voix de l'intervenant et des incessantes gesticulations d'une personne ayant autorité dans les lieux et qui manifestement n'en avait rien à foutre des propos de M. Le Stum. Il n'y a pas meilleur moyen pour faire diversion,  mais c'est indécent vis-à-vis : à la fois  du narrateur et de l'assistance.

Imaginez une classe de maternelle en délire entre les pattes de l'assistance, durant les discours prononcés lors les vernissages du musée ! Serait-ce tolérée ?

Mme le maire assistait à cette réunion. Je pense que la moindre des choses serait qu'elle présente les excuses de la commune à M. Le stum, pour l'intolérable accueil

qu'il a reçu dans les murs de la cité des peintres.

 --------------------------------------------------------------------------------



 


    



Partager cet article

Repost 0

Le gros dossier du mois

Publié le par chercheur d'histoires

Le gros dossier du mois

Le gros dossier qui fait parler de lui à Pont-Aven en ce début d'année est celui du regroupement des écoles publiques.

Il a fallu attendre plus de 50 ans pour que les élus de la nouvelle commune, acculés, commencent à aborder le problème de la fusion "nécessaire" des écoles des deux anciennes paroisses.

ça grince dans les réunions publiques si j'en crois les journaux !.

Ce projet de fusion aurait dû être étudié depuis au moins 15 ans (date de la construction d'une nouvelle école à Nizon) dans le cadre, plus global, de l'avenir de la commune. Au moins, les parents d'élèves auraient su à quoi s'en tenir aujourd'hui. Mais de parler, ou de réfléchir, de l'avenir de la vie locale dans la cité est tabou.

Vous allez me dire que je cherche la petite bête, mais tout de même :

L'idée est de réunir les écoliers à Nizon en construisant un nouveau bâtiment à coté de ceux édifiés à Nizon en 1996.

Coût de cette nouvelle construction de 200 m2 : 1000€/m2 

Je ne peux m'empêcher de comparer ce coût (vous me connaissez) avec celui du futur musée : 3500€ pour ce dernier , 1000€ pour l'autre.

D'un côté, on construit pour les touristes : du palace, de l'autre pour les habitants : du cabanon de jardin.

Voyez-vous, toutes les écoles ne sont pas traitées de la même manière à Pont-Aven.

Tous les élèves non plus. 

- Il y a ceux qui ont fréquenté l'école - avec un grand E - et qui ont un avenir certain dans le pays.

- Et il y a tous les autres : les jeunes écoliers d'aujourd'hui, qui n'en ont aucun faute d'emploi prévisible d'ici longtemps sur la commune.

Et puis ... n'est-il pas inquiétant qu'une nouvelle ligne de grosses dépenses supplémentaires vienne s'ajouter aux autres qui s'accumulent depuis quelques mois dans les comptes communaux ? : 200 m2 x 1000€ = 200 000 € pour la construction d'un bâtiment du type "provisoire" comme on dit. Et ce n'est pas fini, je ne cesse de le répéter.

Je réfléchis en écrivant : je pense qu'il y a encore du pire à découvrir sur cette affaire mais laissez moi un peu de temps, je suis débordé par toutes les catastrophes annoncées, qui pleuvent sur ce paisible pays depuis 2010. (à suivre)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


 

Partager cet article

Repost 0

Ils se sont féminisés

Publié le par chercheur d'histoires

Ils se sont féminisés

En élisant une reine à la place du père.

je parle de la "Marine La Pen de mort"

Je pense qu'elle va rapidement prendre la grosse tête

Je la vois déjà, du haut de son perchoir, habillée en "Marie Antoinette"

C'est le célèbre médecin : GUILLOTIN qui en serait contant.

Attention :  ne pas confondre ce personnage  avec le GUILLONIK qui souhaite

 me tordre le cou.

----------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

24h/24

Publié le par chercheur d'histoires

24h/24

UNE EXPOSITION PHENOMENALE

"MONET au Grand Palais" à Paris

Ouverte au public 24h/24  !

La démesure dans la ferveur et l'idolâtrie culturelles n'a plus de limites.

Faire la queue à trois heures du matin devant les musées serait-elle la nouvelle tendance culturelle ?

----------------------------------------------------------------

Les queuetards des nuits parisiennes n'ont plus qu'à aller se coucher.

Voici venu le temps des queuetar'ts des trottoirs du Grand Palais.

J'espère que mon trésor, qui a fréquenté ces lieux la semaine dernière avec l'Amicale du musée, n'a pas oublié le conseil du Doc. Martin : sortez couvertsIl ne manquerait plus que ce blog, déjà bien malmené, soit infecté par ses virus chopés lors de ses virées parisiennes.*

--------------------------------------------------------------------------------------------

 ça devient nauséabond.

Nous connaissons l'histoire du tableau de Gauguin "la belle Angèle" qui avait donné la nausée à l'époux du modèle : Frédéric SATRE, maire de Pont-Aven.

Mais aujourd'hui la nausée abonde partout dans les mœurs culturelles contemporaines.

C'est sûrement la faute à Jean-Paul SARTRE. Le brave Léon n'est pour rien dans cette lamentable affaire.

* c'est ce qui s'appelle : lui rendre la MONET de sa pièce.

-------------------------------------------------------------------------------



Partager cet article

Repost 0

Merci

Publié le par chercheur d'histoires

Merci

Merci à tous ceux qui ont fait l'effort de lire ce blog ces 4 derniers jours. Je sais que tout le monde s'en fout de la date de l'ouverture du musée mais je voulais faire le malin

en dénonçant les trous du cul qui racontent des âneries sur le sujet.

Je remercie particulièrement mon Trésor qui a dû faire de très gros efforts.

Vous connaissez l'ouvrage publié par Paul Sérusier :  " l'A B C de la peinture "

Mon trésor a fait mieux, il a : "A B C son froc" pour : retourner quatre fois son slip :

Une fois par jour mais dans l'ordre comme l'a dit le Doc. Martin :

- par devant, puis par derrière,  à l'endroit et enfin, à l'envers -

J'ai remarqué que hier, il se sentait tellement merdeux qu'il ne savait plus trop quoi me raconter.

Sait-il au moins qu'il a ainsi créé une œuvre d'art ?.

Serait-il, sans le savoir, le chef de file d'une nouvelle école picturale dans l'ancienne cité des peintres ?

Le chef de file des peinturlureurs de slips.

Les retourneurs de vestes peuvent se rhabiller, leur succession est assurée.

-------------------------------------------------------------------------------  

Partager cet article

Repost 0

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 4/4)

Publié le par chercheur d'histoires

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 4/4)

... L’élan est pris et ne s’arrêtera plus. Tous les ans, ce noyau culturel va organiser de nouvelles expositions picturales présentées dans l’annexe de l’Hôtel de Ville (située dans la cour), qui prendra pour nom  dès 1963 :

« Musée de l’association Paul Gauguin »

Jusqu’au milieu des années 1980, la plupart des artistes du groupe de Pont-Aven (ceux que nous avions découvert en 1953 et 1961) auront l’honneur d’être, les uns après les autres, exposés en ce lieu.

Dans le catalogue de l’exposition de 1968, consacrée une nouvelle fois au bien aimé des pontavenistes de cette époque : « Emile BERNARD »,

Maurice Malingue pouvait écrire :

«  Fondé par l’association Paul Gauguin, avec le concours de la municipalité, le musée, inauguré le 26 mai 1963, désire devenir un centre artistique et culturel, perpétuant le souvenir du Groupe de Pont-Aven, ainsi que des artistes français et étrangers qui fréquentèrent Pont-Aven et la Bretagne. Dans l’attente de présenter ses propres collections – mais déjà grâce à de généreux donateur,s quelques œuvres lui appartiennent – le Musée assurera, par des expositions le rayonnement de ces artistes … »

---------------------------------------------------------------------------------------------

C’est dans cette atmosphère que j’ai effectué mes premiers pas dans l’univers pictural local : Ce monde magique que je ne reconnais plus aujourd’hui.

---------------------------------------------------------------------------------------------

En 1985, ce musée sera agrandi et réaménagé. Il sera surtoutinstitutionnalisé perdant ainsi le caractère initial de ces débuts, c’est-à-dire :

créé et animé par des habitants "avertis" à l’attention principalement d’un public culturellement curieux et exigeant en matière picturale. Des habitants initiés à l’art désireux de faire partager leurs connaissances artistiques aux travers d’expositions, de rencontres, de débats, d’échanges avec bonnes ou mauvaises humeurs comme savaient le faire les clients des bistrots de cette dernière belle époque dans Pont-Aven.

En 1985, nous pouvons observer qu’autour de ce musée tout commence à se décomposer dans Pont-Aven : à commencer par la bonne humeur, les commerces traditionnels, les

rencontres, les débats …

Un fossé commence à ce creuser entre ce musée et la population.

Dans les rues, l’amour de l’art se transforme en amour de l’argent.

La suite, vous la connaissez.

----------------------------------------------------------------------------------------- Conclusions :

Retenez ces dates pour ne pas mourir idiot comme bien d'autres à Pont-Aven  :

L’année 1961 et le 26 mai 1963,

et méfiez-vous des mensonges que les actuels dirigeants de la ville racontent pour se faire valoir, en souillant sans vergogne la mémoire du pays et de ses anciens habitants.

Je lis dans le dernier numéro de la revue "BRETONS" les propos du porte paroles des amis du musée :

"En compagnie de quelques autres pontavenistes passionnés, je me lance dans un projet un peu fou : doter cette commune de moins de 3000 habitants, d'un musée à la hauteur de sa réputation. Pari gagné en 1985" 

A Pont-Aven, le ridicule ne tu pas, mais il étouffe la mémoire locale.

(je reviendrai sur cet article "collector" plus amplement ultérieurement)

------------------------------------------------------------------------------

  

Partager cet article

Repost 0

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 3/4)

Publié le par chercheur d'histoires

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 3/4)

---- L’année 1961 ---------------------------------------------   

 Une date à retenir dans toute l’histoire des expositions picturales de l’après- guerre à Pont-Aven.

--- du 18 juin au 4 août -------------------------------------------------------------

           "Le Festival et son prix de peinture"

    comprenant comme les deux années précédentes :

            - L’exposition réservée aux peintres confirmés : (28 exposants)

            - La suivante réunissant les participants au concours avec prix.

 (Prix attribués à : Christiane de Casteras – Akira Tanaka – et Francis Gineste)

               - Avec en prime une exceptionnelle réunion d’œuvres de Salvador DALI,

                  proposée par l’éditeur d’art J. Forêt.

                  réunissant 42 lithographies exécutées par le Maître pour la Divine Comédie

 

            --- du 8 août au 14 septembre------------------------------------------------

            Une exposition majeure pour Pont-Aven :

«  Gauguin et ses amis »

            organisée sous l’égide de Maurice Malingue et mise en place par son fils Daniel

            avec au menu : 240 œuvres + 26 documents divers (photographies, lettres,             enseigne Gloanec etc.)

            22 Gauguin, 1 Anquetin, 13 Bernard, 3  Chamaillard, 1 Correlleau, 7 de la Vallée,

         10 Denis, 3 Depeige, 1 Fauché, 16 Filiger, 2 Granchi-Taylor, 5 Mayer de Haan,

            8 Jourdan, 10 Lacombe, 1 Laval, 5 Loiseau, 8 Maufra, 4 de Monfreid, 6 Moret,             9 O’Connor, 7 Puigaudeau, 2 Ranson, 2 Redon, 1 Roy, 4 Schuffenecker,

            41 (huiles ou estampes) Seguin, 12 Sérusier,  6 Slewinski, 2 Verkade,

            2 Willumsen.

            L’ensemble provenant de collections privées, dont huit de Pont-Aven.

 La préface du catalogue de l’exposition est proposée par Maurice Malingue qui écrit :

« L’influence de Bernard sur Gauguin, longtemps contestée et encore controversée de nos jours, apparaît maintenant indiscutable, sans diminuer pour autant, le génie de Gauguin. La participation de Bernard à cette exposition apporte des preuves  irréfutables, que dès 1887, le synthétisme était pour ce jeune artiste, une création définitive »

( Si vous suivez attentivement le contenu de ce blog, vous comprenez l’importance que j’attache à ces propos)

Une exposition organisée par quelques amateurs d’art, réunis autour d’un noyau d’une dizaine tout au plus, de Pontavénistes passionnément motivés :

tous imprégnés de l’esprit pictural particulier des lieux, plaçant la cité en tête des villes culturelles de Bretagne.

  --- Les expositions individuelles estivales----------------------------------------

            Cette année là, quatre expositions seront présentées individuellement par des             peintres dans les endroits consacrés : (les galeries n’existent pas encore)

            - Roger-Lucien Dufour et Pierre Lepage (dans les salles municipales)

            - Fernand Daragon (à Lezaven)

            - Hervé Kervella (Chez Julia Correlleau)

- Sans oublier: Georges ORIOT, Artiste et céramiste d’art à Pont-Aven de 1953 à 1963, installé dans son atelier près de la place du centre ville, dans l’ancien magasin de son oncle : « SELLIN tailleur ».

La date de la création du musée ? Elle arrive. 

------------------------------------------------- A suivre demain ---  

Partager cet article

Repost 0

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 2/4)

Publié le par chercheur d'histoires

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 2/4)

--- du 28 juin au 30 Juillet 1959------------------------------------------------------

"Premier Festival de la peinture contemporaine" présenté à l’Hôtel de Ville de

 Pont-Aven, organisé sous la houlette  du peintre bordelais Roger Lucien Dufour, avec à ses côtés les peintres : 

Georges Oriot, Guillaume Lahuec, le céramiste Prigent

 

 

Les aubergistes : 

Mmes Correlleau, Mlle Cariou, M. Tiercelin, Guillaume Canevet

et des personnalités locales marquantes : 

 

Mlles Barbarin, Bertrand Quéinec, Louis Lozac’hmeur … le notaire, le curé etc.



 

- La première partie de l’exposition est réservée à un groupe de peintres contemporains de l’école de Paris : (21 exposants).


Leurs œuvres sont éventuellement à vendre.


Pour information, je donne les prix de quelques œuvres  (en anciens francs) : 


Yves Brayer « paysage de Provence » = 350 000 frs – Berthommé Saint André « Lolita » = 300 000 frs – P.E. Clairin « cyclamens » 

 

= 150 000 frs –

 

Chapelain-Midy «l’artichaut au Buffet Blanc" = 475 000 frs .

 

- La  deuxième partie « est réservée aux peintres non confirmés, participant à un concours référendum public avec prix et récompenses »

 Cet événement est l’amorce du renouveau artistique de Pont-Aven de l’après guerre. Les conversations tournent régulièrement autour de la création d’un musée. Le règlement du festival prévoit  que  : « Les lauréats aux concours seront invités à offrir une œuvre au musée de la ville ».

La préface du catalogue de l’exposition, due à Comte Doria, Membre de l’institut, Se termine ainsi : « … Quelle satisfaction pour les heureux lauréats de voir, pour la première fois, une de leurs œuvres entrer dans un musée. »

Ainsi, dès 1959, l’idée de musée prend forme dans l’amorce d’une collection où prennent place les tableaux des lauréats; à savoir :  Léon Pernès, René Le Forestier et Claude Lacoudre.

 --- du 19 juin au 4 Août 1960 ----------------------------------------------------------

- " Deuxième Festival de la peinture " avec concours et récompenses, 

    (et enrichissement du fonds de musée) 

 - En parallèle les organisateurs présentent un émouvant :

 « Hommage de la Ville de Pont-Aven à Emile BERNARD »

 

Une exposition réunissant 56 œuvres de l’artiste dont un grand nombre provenant de collections locales.


-------------------------------------------------------- A suivre demain --- 

Partager cet article

Repost 0

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 1/4)

Publié le par chercheur d'histoires

La date de naissance du musée de Pont-Aven ? (p. 1/4)

Tous les récents ouvrages et articles de presse émanant des dirigeants actuels de la commune ou du musée mentionnent l’année 1985.

C’est faux. 

Aussi, ou je ne dis rien et je brûle ma bibliothèque, ou j’engage une controverse sur le sujet.

J’ai sélectionné quelques documents qui remettent les choses à leur place.

 Les noms des peintres réunis aujourd’hui sous l’étiquette « Ecole de Pont-Aven », pour la plupart d’entre eux, oubliés entre les deux guerres, réapparaissent en Bretagne dans des expositions à partir des années 1950. (à Pont-Aven en 1953)

C’est en consultant les catalogues des premières expositions les concernant que je propose de rétablir la vérité sur la naissance exacte du musée de Pont-Aven.

(mais archives ne sont pas exhaustives aussi la liste que je présente est certainement  incomplète, mais les preuves recherchées sont bien là)

 

--- Du 30 avril au 9 mai 1948 -----------------------------------------------------------

Exposition à la Galerie Bourlaouën à Nantes :

« Les peintres de Pont-Aven et leurs amis »

Réunissant 55 œuvres :

3 Gauguin, 1 Bonnard, 2 Vuillard, 4 Sérusier, 12 Denis, 7 Roussel, 10 Maufra, 11 Lacombe, 3 Bernard et 2 Schuffenecker.

 

--- juillet - septembre 1950 -------------------------------------------------------------

Exposition au musée  des B.A. à Quimper : « Gauguin et le groupe de Pont-Aven »

Comprenant 139 numéros : et réunissant des œuvres de Gauguin, Bernard, Sérusier, Meyer de Hann, Filiger, Anquetin, Chamaillard, Laval, Maufra, Schuffenecker, Verkade, de Monfreid, Jourdan, Moret, O’Connor et Smith.

 

--- du 16 août au 13 septembre 1953--------------------------------------------------Exposition à l’hôtel de Ville de Pont-Aven :

(Entrée 100 Frs)

 « Commémoration du cinquantenaire de la mort de Paul Gauguin »

réunissant 55 œuvres et documents divers dont« La Belle Angèle »

1° des peintures :

4 Gauguin, 4 Bernard, 2 Chamaillard, 1 Correlleau, 3 Denis, 4 Filiger, 1 Jourdan, 2 de La Vallée, 2 Loiseau, 4 Maufra, 1 Meyer de Hann, 4 Moret, 1 Seguin, 4 Serusier (dont le Talisman), 1 Verkade.

2° des dessins et gravures :

2 Gauguin, 2 Bernard, 3 Filiger, 1 Meyer de Hann

3° des documents divers et photographies.

Le tout provenant de collections publiques ou privées, et en particulier pour ne citer que les collections locales : Cochennec, Correlleau, Sinquin, Mélanie Rouat, Robert Le Glouannec.

(Depuis un siècle, les auberges de Pont-Aven sont des musées privés)

Elle est patronnée par une flopée de personnalités influentes du monde des arts et des lettres, françaises et étrangères.

À cette époque, le nom de Pont-Aven fascine et exalte encore les esprits des amateurs d’art les plus exigeants. Un séjour culturel dans la cité n’est que du bonheur : Je tenais à le rappeler.

------------------------------------------------------ A suivre demain ---

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>