Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De quoi se faire de faire de la bile

Publié le par chercheur d'histoires

De quoi se faire de faire de la bile

Le bilan 2011 de Pont-Aven :

Les pertes :

- Son musée, son contenant culturel ... et ses entrées gratuites pour les habitants.

- Son hôtel de ville avec son contenant culturel

 (en matière de gains compensatoires, nous avons gagné les pertes du musée de la pêche   de Concarneau)

- Sa place de l'hôtel de Ville : La future gare routière de la CCA

 - Deux écoles : une troisième (Park Moor) en sursis

- Une pharmacie /deux

- A Nizon : les deux jeunes chênes de la Place des Glands

- La crédibilité de dame la soutane avec le scandale de Kerviguelen à  ajouter à son    tableau de chasse

- Perdue également une année de plus dans la sauvegarde des ruines de Rustéphan

- En perte de vitesse : les dernières valeurs culturelles ancestrales de la commune

- Il y a même 23 élustucrus qui ont perdu la boule et le sens de l'intérêt général de  leurs électeurs ...

... et beaucoup d'argent dans des projets ruineux en dilapidant sans vergogne les biens      communaux du pays :

Dépenses n'apportant rien de surcroît à la  petite communauté pontavénoise.

Les profits :

Que répondre ?

Au sein d'une population de 2900 âmes :

- A qui profite tous ces crimes ?

- Quel est le nombre de rapaces à en bénéficier ?

Voilà des questions fondamentales, non ?

J'ai une petite idée sur ce nombre :

Il correspond arithmétiquement au 1% anti-culturel.

Comptez avec moi : 2900 - 29 rapaces  = 2871 êtres malmenés et maltraités par la mère supérieure et ses acolytes.

2871 mal-aimés qui n'ont rien à gagner dans le jeu truqué qui leur est imposé. 

Le connaissez-vous ce jeu démoniaque ? 

"Ici on perd à tous les coups " ...

                                   ... Coups bien fourrés par une municipalité ...

... qui vous souhaite " une bonne année 2012 " 

--- A l'année prochaine --------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Sacré président

Publié le par chercheur d'histoires

Sacré président

Le président de la CCA se voit déjà à la tête du futur musée pontavéniais.

Depuis l'été dernier, il en parle toutes les semaines.
Dame la soutane peut aller se rhabiller "civilement". Son compte sera réglé au moment du Jugement Dernier.

Lors d' un entretien à la presse : (voir OF du 26/12),  notre Sacré président nous apporte de nouvelles informations sur l'évolution du dossier angélique de la Tour de Ba'Belle Angèle

--- Extraits --------------------------------------------------------------------------------

"Nous allons suivre le projet d'aménagement du futur musée de Pont-Aven. Les recherches de financement se poursuivent.

Trois millions d'euros sur huit sont déjà trouvés"

-------------------------------------------------------------------------------------------- 

Commentaires d'un chercheur d'histoires :

- Il serait temps d'appeler un chat un chat : Son musée : s'il voit le jour,  ne sera plus celui de Pont-Aven. Je donnerai en première raison l'hostillité grandissante des pontavénizonins contre cet abo'miniable projet.

- De plus, c'est avec stupeur que ces derniers apprennent que seulement 3    millions d'euros sur huit (+ de gros tas de poussières) ont été trouvés. 

De son côté, la municipalité de Pont-Aven fait courir le bruit qu'il ne manquerait plus que 2  millions pour boucler ce financement !

3 millions c'est tout juste de quoi régler les premières notes de frais des bureaux d'études et frais annexes (garage Rouquier) déjà engagées : sans oublier le GALA de remerciement des mécènes.

Il paraît qu'une salle de ce futur temple d'oisiveté touristique portera le nom de chaque grand mécène. (une trouvaille des têtes pensantes du projet)

Remarquez : les 5M€ manquants ça se trouve.

Avec le soutien au projet de 500 Amis du musée, il suffirait de demander à ces nantis d'apporter chacun la modique somme de 10 000 € pour que le trou soit comblé ... et la secte du christ jaune comblée de bonheur.

Il serait nomal que ces êtres supérieurs financent leur futur lieu de culte, non ?

Dernière remarque :

Restons dans le domaine de la culture :

Je reprends l'entretien de M. SACRE :

---------------------------------------------------------------------------------------------

" Une réflexion sur la lecture publique est engagée (M. le président a déjà exprimé cette "heureuse" perspective à plusieurs reprises dans les journaux)

Nous envisageons une coordination entre les bibliothèques du secteur, en aidant les bibliothécaires "

---------------------------------------------------------------------------------------------

J'adhère totalement à cette initiative mais qu'en sera t-il en ce qui concerne "La cultivée cité des peintres" dans laquelle la bibliothéquette est dans un état de précarité pitoyable ? 

Les belles phrases c'est plaisant à écrire, mais hélas : le pire est à craindre en ce domaine à Pont-Aven.

---------------------------------------------------------------------------------

 

 




 


Partager cet article

Repost 0

Saint-Malo ?

Publié le par chercheur d'histoires

Saint-Malo ?

"Saluer Saint-Malo en sa chapelle de Trémalo"

En reprenant ce texte, je mets le pied sur une bombe "désamorcée ? "

Aujourd'hui je ne vais pas plaire à tout le monde.

Depuis quatorze ans, je me défonce pour découvrir la vérité sur les aspects juridiques des ruines de Rustéphan. 

Vous pouvez me croire : oser dire des vérités honteusement cachées est considéré comme un crime à Pont-Aven. Perdu pour perdu, je me penche aujourd'hui sur la chapelle deTrémalo dont l'histoire est aussi ténébreuse que celle des ruines précitées.

Ma démarche sera simple. Tout est dit, ou presque dans une plaquette éditée en 2007 par les Amis de Musée : "TREMALO, la chapelle du Christ Jaune"

- Comme Rustéphan, elle appartenait sous l'ancien régime à la noblesse locale.

- Contrairement à Rustéphan, cette chapelle a été saisie sous la révolution par la Nation et revendue comme bien national en 1795.

Pierre CAUDAN, cultivateur à Keramperchec et maire de Nizon en acquiert la propriété dans le but de la céder à la paroisse de Nizon.

La plaquette n'en dit pas plus.

La matrice de l'ancien cadastre (publié en 1832) porte ce bien au nom de la commune de NIZON.

Aujourd'hui la famille de la Villemarqué en est devenue "officiellement" propriétaire.

Pour un ancien expert judiciaire comme moi : ça cloche.

N'y aurait-il pas quelques troublantes similitudes avec l'affaire de Rustéphan ?

A mon sens, la plaquette en dit trop ou pas assez, laissant peser un doute sur la propriété du Christ Jaune et de son contenant.

Après la divulgation des informations publiées dans cette plaquette, une recherche d'origines de propriété au travers de titres permettrait d'établir une incontestable réalité juridique de la situation de cette chapelle dans l'intérêt de tous.

Je n'ai pas d'avis préconçu sur le sujet "mais un doute m'habite". Je ne peux me prononcer faute d'éléments plus précis que ceux divulgués dans la plaquette.

Et ce n'est pas Saint-Malo qui pourrait apporter la solution : il n'a aucune attache avec cette chapelle.

Il y aurait selon la légende un certain Malou dans le coup : mais allez savoir !

---------------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article

Repost 0

Au temps du S.I.

Publié le par chercheur d'histoires

Au temps du S.I. 

Dans les années 1920, Le Syndicat d'Initiative de Quimperlé éditait une plaquette sous le titre "Guide du tourisme" de Quimperlé et sa région

Extrait :

Pont-Aven

" Si vous visitez Pont-Aven, ne vous encombrez pas de paniers ou de filets.Vous trouverez tous les articles d'alimentation nécessaires chez M. LIMBOURG, près la mairie* "

* Actuellement : La boutique de Pont-Aven.

Je poursuis :

" Les chaumières et les petits courtils ont fait place aux villas somptueuses et aux chalets rustiques, tels ceux de Botrel. Hélas, les maisons de Pont-Aven ont dépassé le nombre de quinze et leur armée campe sur les deux rives de l'Aven. Il reste encore de jolis moulins : Sont-ils quatorze ?. Les quais donnent accès à l'estuaire, enfermé entre des côtes de 20 à 25 mètres de hauteur. Le touriste empruntera les lacets qui mènent à la butte de Keramperchec, d'où la vue embrase la pointe de Trévignon, les Glénans, l'Ile verte, etc...

S'il préfère revenir sur ses pas, et aller se perdre dans les méandres du Bois d'Amour pour saluer SAINT-MALO, en sa chapelle de Trémalo ... "

Est-il nécessaire de commenter cette "phantasmatique" description touristique presque centenaire ?

A l'époque, les peintres ne sont pas encore de l'appât pour toutous, et il faut bien essayer de les attirer avec d'autres attractivités factices.

Entre les deux guerres le résultat restera maigrichon.

Pont-Aven n'est plus la cité rayonnante de la fin du XIXe siècle.

Elle ne le sera d'ailleurs plus jamais.

--- A suivre demain -------------------------------------------------------

_ 

Partager cet article

Repost 0

Une question de circonstance

Publié le par chercheur d'histoires

Une question de circonstance :

En 2012, quel âge aurez-vous ?

La Question qu'il ne faut jamais poser à une femme pour ne pas lui donner une occasion supplémentaire de mentir.

Le calcul mental élémentaire permet de détourner l'obstacle ...  d'autant plus facilement qu'elles savent bien compter les garces.

Prenez les ... au jeu des chiffres et des lettres mais sans les lettres.

Demandez à la femme de mentionner discrètement la pointure de ses pieds sur un papier.

Demandez-lui de multiplier ce nombre par cinq.

Pour les blondes, la calculette est autorisée.

Demandez lui ensuite d'ajouter 50 au résultat, puis de multiplier le tout par vingt. 

Regardez là ensuite droit dans le fond de ses jolis yeux et vous y découvrirez le nombre 1012. 

Demandez lui d'ajouter cette valeur au résultat.

Enfin : demandez lui de retrancher discrètement l'année de sa naissance du total. 

Le résultat, décliné en quatre chiffes, vous permettra de pénétrer dans son intimité.

- Les deux chiffres de gauche vous dévoileront la pointure de ses pieds.

- Les deux de droite son âge en 2012.

---------------------------------------------------------------------------------



 

 

Partager cet article

Repost 0

Souvenez-vous

Publié le par chercheur d'histoires

Souvenez-vous 

Souvenez-vous : l'été dernier Saint Guénolé avait fait le clown sur ce blog.

On ne rigole plus de cette manière à Pont-Aven sans risquer la damnation.

La preuve :

Il vient d'être condamné par sa mère supérieure à la prison.


Niche St Guénolé  La preuve en image

Il pensait vivre heureux dans sa niche

Il se retrouve au cachot pour l'éternité.

Priez pour la libération des "seins" de Pont-Aven braves gens.

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Le gros cadeau du père Noël

Publié le par chercheur d'histoires

Le gros cadeau du père Noël

Cette année le père Noël a encore frappé fort en Bretagne ...

... en apportant un gros cadeau qu'il a délicatement déposé comme une merde

   sur les plages d'Erdeven ...

... à l'attention : sans doute,

des antiques pilleurs d'épaves de Kerlouan.

Voilà bien une profession qui, assurément,

ne risque pas le chômage dans la région.

Au premier janvier 2012, il y aura du nouveau en ce domaine. Les responsables d'une certaine CCA chanteront en chœur et avec allégresse la chanson

"du démantèlement de l'épave de l'hôtel de ville de Pont-Aven"

Plus dément : tu meurs.

-----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Les petits esprits étriqués p 6/6

Publié le par chercheur d'histoires

Les petits esprits étriqués p 6/6

Les petits ruisseaux forment les grandes rivières

Comme d'habitude, j'ai lu attentivement les comptes-rendus de ce dernier conseil municipal dans les journaux locaux.

- Je cite le Télégramme : Le montant du coût prévisionnel des travaux reste dans le cadre de l'estimation initiale de 6 000 000 € HT

- Puis Ouest France : Le coût du projet est estimé à 8 000 000 € HT

Je ne reproche rien aux correspondantes des journaux. Qui ne se mélangerait pas les pinceaux dans l'imbroglio de cette ténébreuse affaire où tout est bidouillé par de grandes cheftaines  pour tromper et manipuler tout le monde.

En  chœur, les élus viennent de "fauter" un avant-projet sommaire. Le montant du coût ne peut donc être pour l'instant qu'une estimation sommaire.

Du sommaire à la réalité :  attendez-vous à une grosse déconvenue.

Je n'oublie pas qu'à Pont-Aven, il est de tradition que le montant des travaux fixés dans les contrats signés avec les entreprises enfle par la suite comme les chevilles des élus.

L'ordre du jour du conseil comprenait "la fixation des indemnités des architectes prenant part aux jurys des concours" du futur mastro-donte.

Il y a un an que cette opération s'est déroulée : preuve supplémentaire qu'à  Pont-Aven on dépense d'abord sans penser, et l'on décide après de financer l'opération engagée.

Cette dépense est l'un de ces petits ruisseaux "insignifiants " qui bientôt feront déborder l'Aven-ture. Je pourrais vous proposer la liste de ces rigoles - pas rigolotes du tout - en cours de constitution - mais je me bornerai aujourd'hui à rappeler l'exemple particulièrement remarquable de l'achat inutile de la ruineuse "ruine du garage Rouquier".

Pontavénounours : filez doux, prenez votre doudou et dormez bien ...

... pour l'instant. 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Les petits esprits étriqués p 5/6

Publié le par chercheur d'histoires

Les petits esprits étriqués p 5/6

En début d'année nous avons pu "admirer ! "la façade du projet du musée proposé par un (sic la presse) : "Architecte de Grande Valeur". 

Je m'étais immédiatement offusqué non seulement contre sa vitrine : type zone industrielle, mais également contre le non-respect de la façade initiale de l'hôtel Julia qui comportait : comme nous le savons tous : sauf les élus,  de grandes baies vitrées aux deux derniers étages, aux niveaux des ateliers d'artistes. (en partie escamotées depuis)

L'architecte des Bâtiments de France vient d'exiger de revoir le projet en tenant compte de ces remarques.

C'est ce qui s'appelle donner une grosse claque dans la gueule des élus, non ?

Qu'il est dur pour des élustucrus sans cervelle de vivre à Pont-Aven.

--- A demain ---------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

Les petits esprits étriqués p 4/6

Publié le par chercheur d'histoires

Les petits esprits étriqués  p 4/6

J'apprends par ailleurs que la cour de l'ancien hôtel de ville sera aménagée     

"en jardin remarquable labellisé"

Il y a un mois, la municipalité proposait aux pontavénizoneux un projet paysager du futur de leurs cités dortoirs d'une remarquable niaiserie !

J'ai longuement évoqué cette honteuse crétinerie ici.

Il y a dix ans, la municipalité "Rivet", à laquelle appartenait déjà dame la soutane, décidait de saccager l'extraordinaire petit jardin Correlleau.

Rien ne pourra remplacer la magie de ce lieu pas même en dépensant une fortune pour

planter des cloponettes dans la courette du futur temple de la CCA.

- Ce week-end à l'occasion d'une visite à l'exposition consacrée à Xavier Grall, j'ai retrouvé avec un pincement au cœur, le poète et Nicolle photographiés dans cet ancien jardin Correlleau imprégné d'histoires et de poésie.

Au cours de cette visite dans la salle Julia, je rencontrais également Josseline.

En 1959 nous étions, avec quelques autres jeunes de la commune, les gardiens de ce temple à l'occasion des premières expositions de peintures qui furent les prémices du futur musée créé officiellement en 1964.

---------------------------------------------------------------------------------------------

J'avais posé ici une question il y a 15 jours. Elle m'a valu être taxé de farfelu.

Réponse :

C'est à l'occasion de cette ouverture de musée que fut exposée "les faneuses" de Van Gogh : une huile sur toile de 41x25cm, aux cotés d'œuvres de Cézanne, Degas etc. et de l'ensemble des membres du Groupe de Pont-Aven.

-------------------------------------------------------------------------------------------- 

1959 - 2011 : Que de souvenirs joyeux en ce lieu pour toute une génération de pontavenheureux.

Cette belle histoire est finie. Des con-quistadors sans pitié, ont pris traîtreusement possession de la perle rare afin d'assouvir leurs orgueils démesurés puis de la jeter dans la gueule du loup que sera la CCA en matière de culture à Pont-Aven.

C'est ça la REMARQUABLE politique en vigueurdans la cité des anciens peintres.

C'est cette politique remarquable qu'il faudrait labelliser, non ?

Qu'il est doux de vivre à Pont-Aven !

--- A demain -------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>