Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est quoi un chef-d'œuvre Grand'Maire ?

Publié le par chercheur d'histoires

C'est quoi un chef-d'œuvre Grand'Maire ?

"Bonne question" pourraient vous répondre 35991 maires de France. 

A ma connaissance, le monde entier est à peu près d'accord sur la définition de ce terme.

Une entente mondiale ? c'est remarquable par les temps qui courent.

Seule ombre à ce merveilleux "tableau", les neuf maires de la CCa viennent d'imposer à leurs ressortissants une définition plus "fine" que celle que le monde des Beaux-Arts a adopté universellement depuis l'éclosion de l'art moderne, il y a un siècle et demi.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que je ne partage pas l'avis de ces Grand'Mères.

Pont-Aven serait le pays : éternellement des Peintres, nous fait-on croire ?

Un doute m'habite comme vous le savez.
Ce que je sais avec certitude est que la Bretagne est un pays qui pullule d'experts en art : il y en a même d'excellents.

La CCa vient d'en pondre 9 tout neuf !

Si pour l'instant aucun des vieux de la vieille (école) ne s'est officiellement manifesté, je sais que les meilleurs d'entre eux ruent dans les brancar'ts lorsqu'ils lisent dans les journaux les bobar'ts des responsables de la CCâ.

C'est bizarre, vous ne trouvez pas ? : plus aucun ne fait acte de présence lors des gesticulations culturelles du coin !

J'ai régulièrement l'occasion de rencontrer des responsables des musées de Bretagne ainsi que des animateurs des actions patrimoniales et culturelles des communes avoisinantes. Vous pouvez me croire : tous sans exception observent : ébahis, la dislocation du musée de Pont-Aven.

Croyez-moi ou pas : peu m'importe, mais la riposte se prépare.

Les retours de manivelles ont de l'avenir dans la cité des peintres.

Sortez couverts dit-on ?  

Pontavénounours, bientôt vous sortirez couvert de bleus.

 

Les coups et les couleurs, ça ne se discute pas

---------------------------------------------------------------------------------

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

Halo quoi ! (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

Halo Quoi ! (suite)

 

Comment commenter des idioties aussi grandioses ?

 

Est-ce du Grand Guignol ou de l'escroquerie de Haut Vol ? 

Il y a certainement un peu/beaucoup des deux ... le tout étalé en grosses couches comme de la mauvaise peinture. 

Madame la conservatrice du muséum concarnois : comment peut-on prétendre construire un avenir durable à Pont-Aven (comme vous l'avez déclaré par exemple en 2011 devant le conseil municipal pour justifier VOTRE projet de musée)  fondé uniquement sur des malhonnêtetés aussi monstrueuses ?

Lorsque l'on se targue de diriger un "MUSEE de FRANCE"cela exige de la rigueur, de la retenue et un minimum de facultés de discernement.

Vous être manifestement très éloignée de ces indispensables qualités 

 

Je découvre un peu plus chaque jour que plus rien n'a de sens dans le trou de peinture pontavéniais depuis que son petit musée est parti en fumée.

Avez-vous une idée de la valeur d'un chef d'œuvre de l'Ecole de Pont-Aven ? 

Ceux qui suivent de près vos campagnes d'intoxications des esprits

ne peuvent qu'en douter. 

Ceux-là savent au moins que ça vaut la peau des fesses.

Et bien, multipliez cette peau des fesses par 15 et vous découvrirez l'ampleur de vos canailleries.

    

Je me demande où les élustucrus du cru ont-ils bien pu trouver leur conservatroce en chef ?

Peut-être dans une pochette-surprise, mais dans ce cas la pochette devait être particulièrement boursouflée pour contenir une si grosse surprise.

 

C'est quoi un chef d'œuvre Grand'Maire ?

A suivre demain ...

---------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Une campagne d'intoxication ? Halo quoi !

Publié le par chercheur d'histoires

Une campagne d'intoxication : Halo quoi ! 

Depuis une semaine, les animateurs de la future Tour de Babel Angèle

font de l'angélisme.

Ils font du porte-à-porte pour offrir généreusement aux habitants des neuf communes de son territoire une bolée du bouillon de culture dont ils ont le secret.

Si vous êtes peu regardants : profitez-en, de toute façon l'addition sera pour vous pauvres contribuables de la CCa..

Je viens de lire les comptes rendus de presse de la première visite à laquelle participaient tous les Pontes de cet établissement d'un nouveau genre.

C'est fantastique ! on apprend des choses que personne n'aurait imaginé jusque-là.

Je vais faire encadrer ces articles pour les offrir généreusement au musée pontavéniais dès (je vois très loin voyez-vous) qu'il sera en âge de RAISON : en âge de comprendre les choses de la vie.

Extraits  de cette nouvelle déconade.

(Ce porte-à-porte consiste à présenter aux nigauds des villages de la CCades reproductions de chefs-d'œuvre du musée de Pont-Aven afin de rappeler (au petit peuple ignar't) qu'il est désormais le leur.

Ce n'est qu'une infime partie de l'immense collection permanente de ce musée ...

... Reproductions de quinze chefs-d'œuvre , reproduits en haute définition, offrant un joli aperçu de la richesse de la grande maison de la cité des peintres ...

Ce texte : reconnaissez-le, est vraiment l'œuvre d'un Chef, mais pour le reste ???

 

Comment commenter des idioties aussi grandioses ?

 

A suivre demain ...

---------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

La guerre des cadres

Publié le par chercheur d'histoires

La guerre des cadres

La semaine dernière, un entrefilet de presse - en page Concarneau -

est passé inaperçu dans le coin.

Il vaut pourtant son pesant d'or. 

Les mailles de mon filet l'ont attrapé au vol.

Ceux qui savent lire ont appris que la municipalité de la Capitale de la CCa envisageait de faire restaurer " LE CADRE " d'une concarnoiserie :  

Le cadre d'un tableau d'Alfred GUILLOU : le Grand peintre des petits navires qui voguent sur l'eau comme vous le savez certainement.

Coût de la restauration de ces précieux bouts de bois en or ?

10 000 €

Les contribuables du territoire de la CCa offrant à Concarneau 

50 % de cette coquette somme. 

Les cadres des chefs d'œuvre du musée pontavéniais peuvent aller se faire voir ailleurs.

10 000 € pour restaurer le cadre d'une huile dont la cote plafonne à la moitié de cette valeur ? Il faut reconnaître que Concarneau soigne le contenu de son futur musée pictural.

Je pense qu'après restauration, ce cadre aura besoin de se faire décroûter au plus vite, afin de rayonner de toute sa splendeur retrouvée.

---------------------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

Une information passée sous silence

Publié le par chercheur d'histoires

Une information passée sous silence

Toutes les municipalités de la CCa se sont prononcées sur une modification statutaire de son fonctionnement. 
Cette modification, exigée par les Concarnois, 
sera lourde de conséquences néfastes pour l'avenir de Pont-Aven et ses habitants.

"La raison du plus fort est toujours la meilleure"

Autrefois, les enfants apprenaient cette fable de La Fontaine "Le Loup et l'Agneau" à l'école ... dans la salle du conseil municipal de la nouvelle mairie  - provisoire pour l'éternité - de Pont-Aven.

La décision est prise. Dans l'avenir chaque commune disposera d'un nombre de représentants à la CCa calculé proportionnément au nombre de ses habitants

Aussi donc, le pôle principal englobant Concarneau-Rosporden- Trégunc bénéficiera de 27 délégués.

Les 4 communes du pôle rural constituant un ensemble solidaire : 12 délégués ( 3 x 4 communes)

Et enfin les communes très isolées des autres : Pont-Aven et Nevez : 3 délégués chacune :

Soit pour Pont-Aven : 1,5 délégué pour chacun de ses bourgs.

Sachant que le SCOT : approuvé par toutes les municipalités, prévoit que : (sic) " tous les investissements d'avenir sur le territoire de la CCa seront orientés vers son pôle principal" 

Sachant en outre que la CCa a déjà bouffé le patrimoine pictural de Pont-Aven, c'est-à-dire pratiquement tout ce que la commune possédait d'intéressant,

La question de l'avenir de l'ancienne cité des peintres devrait à mon sens être la principale préoccupation des pontavénounours.

Il n'en est rien. 

Mais que je suis bête : j'oublie que des nounours empaillés n'ont pas de cervelle.

 

Je conclurai cet article en ces termes :

Si la pose d'enseignes n'était pas strictement réglementée dans le centre de Pont-Aven, (comme vous pouvez le constater !) je me serais bien permis de clouer un panneau sur le tronc de l'arbre de la Liberté avec la mention :

+ + +

" A l'attention des élus de la CCa "

Vous avez pris la "Place" de Pont-Aven,

S.V.P.

prenez aussi ses lourds handicaps.

----------------------------------------   

 

Partager cet article

Repost 0

Le musée au Bois d'Amour

Publié le par chercheur d'histoires

Le musée au Bois d'Amour

A l'occasion de la nuit européenne des musées, la direction du muséum Ccanesqueux : ne sachant plus que faire pour attirer le petit peuple de son territoire, ont imaginé d'associer l'association Bretagne Nature à leur programme nocturne :

"Une visite du Bois d'Amour" ...

... pour rencontrer le fils adoptif de dieu le père (Le p'tit Gauguin : qui n'est hélas,  que le demi-frère de jésus)

La supercherie a marché. Ils ont pu se vanter dans la presse d'avoir attiré une quarantaine de personnes au Bois d'Amour :

Quarante adhérants de cette association : convaincus de nature et non pas de sexe évidemment.

Je dois reconnaître que l'idée était bonne ... pour tromper son petit monde. 

A quand le prochain tour de passe-passe ... avec la " Star(t) Académie" de peinture par exemple ?

----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Il n'y a pas ... (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Il n'y a pas ... (fin)

Ils se plaignent  "con ne leur dit rien" et que toutes les décisions municipales importantes se décident dans leur dos.

J'ai précédemment ici, et à plusieurs reprises, signalé que ces pauvres bougres se faisaient - les fesses bien écartées - 

entuber, "En veux-tu ? en voilà"

N'avais-je pas raison une fois de plus ? 

Cela dit, je trouve désolant que ce soit Alain Le Cloarec qui en soit la victime.

Il y a quelques semaines j'avais signalé sur ce blog que ce photographe de talent, "ayant exercé à Pont-Aven : devrais-je le signaler) préparait une exposition de photographies : sur et dans le lit de la rivière. 

J'émettais le vœu : souvenez-vous, que sa démarche artistique reçoive un accueil plus chaleureux que celle : bien malheureuse, de MELVIN.

C'est bien mal amorcé.

Il a fallu qu'un élustucru pris au vif, ne comprenant rien à rien à Pont-Aven,(comme tous les autres) ouvrent sa gueule pour dénoncer cette opération.

Cette grande gueule estimant de surcroît qu'il est scandaleux que la rivière ne soit pas exclusivement réservée aux "artistes installés à Pont-Aven "

Je suis scié : où sont donc planqués ces dits artistes ?

Et puis : Alain Le Cloarec n'exposerait-il pas des œuvres photographiques depuis des années dans une certes : petite et modeste,  galerie de Pont-Aven ? 

N'a-t-il pas récemment co-signé avec un grand chef du coin un ouvrage sur la gastronomie en Bretagne ?

Je lui dois toute ma reconnaissant pour avoir participé aux deux événements photographiques que j'avais organisés il y a quelques années dans les salles communales de l'ancien Hôtel de Ville pour le compte de l'Association Patrimoine et Culture

Une association que j'avais essayé de sauver de la dissolution et que des ultras "tout pour le musée" ont neutralisée depuis.

                                                             + + +

Le 20 juin prochain j'animerai une conférence au Café du Centre consacrée à un sujet méconnu : " La photographie picturale dans le Finistère dans les années : 1890 -1910 "

Alain Le Cloarec s'est associé à cette démarche.

(J'ose espérer que les journaux auront la bonté de consacrer un bref interligne à cet acte de bravoure culturelle dans la cité des peintres)

---------------------------------------------------------------------------------   

 

Partager cet article

Repost 0

Il n'y a pas ...

Publié le par chercheur d'histoires

Il n'y a pas ...

Il n'y a pas que les ruines de Rustéphan qui se fissurent.

La cohésion légendaire du conseil municipal pontavéniais vient : elle aussi, de se fissurer grave.

Rien ne va plus depuis la dernière réunion des élustucrus.

Cette fois, à force de bouillir, les carottes sont cuites... et les nouilles sont cramées.

A force de bouillir en silence, l'adjointe à la culture, très fâchée, a claqué la porte de la salle du conseil municipal aux dires des journaux.

SVP : attention tout de même aux vieilleries communales, l'édifice : mal entretenu depuis longtemps, fêtera cette année ses 123 ans.

Interrogée par votre serviteur avant-hier, elle m'a déclaré avoir eu une simple saute d'humeur : ce qui est déjà très surprenant comme comportement dans les rangs de la majorité de ce docile et silencieux conseil municipal.

 

Le temps des pleurnichar'ts est arrivé ?

Autre signe de distorsion : Nous avons eu le droit dans la presse à une "lettre ouverte" à l'encontre de la bise-hautaine du moment :

la seconde correspondance de cette nature en 15 jours.

C'est peut-être l'annonce d'un été précoce et brûlant ?

Nos chers élustucrus : en réalité tous cramés depuis leurs élections commencent les uns après les autres à comprendre que leur chef suprême les a tous niqués comme des bleus.

Leur réveil semble bien douloureux.

 

A suivre ...

---------------------------------------------------------------------------------   

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Les souscriptions : (suite et fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Les souscriptions : (suite et fin)

Où est passée la générosité des 500 amis du musée; ou encore celle des commerçants garants de l'inculture qui règne dans les rues de la ville de Pont-Aven et qui soutiennent le projet ? 

Ils ont tous fondu dans la nature ... en attente du vernissage de la première exposition du futur établissement sans doute.

Des petits-fours financés par les impôts du petit peuple ça ne se refuse pas.

17 000 € : il n'est même pas sûr que cela couvre le coût des éditions répétées des bulletins d'adhésions de cette campagne de souscription. (Coût payé d'une façon ou d'une autre aussi par nos impôts)

Cette remarque met en outre l'accent sur la totale défection de l'ensemble de la population concernée pour cet inutile et coûteux projet.

 

70 donateurs ? voilà 70 personnes qui viennent involontairement de se faire complices de la violation des plus importantes règles du PLU et de la ZPPAU de Pont-Aven (sans oublier le SCOT de la CCa) : voir en détail ces scandaleuses violations précédemment sur ce blog.

Ce scandale est énorme.

Tellement ENORME que personne ne veut m'entendre dans le pays. 

Je suis pour certains le râleur de service, et pour d'autres, l'idiot du village : Une façon comme une autre de se boucher les oreilles.

 

Cela dit et redit, revenons au paragraphe précédent :

La fusion des deux opérations.

Cette fusion va permettre de détourner et d'affecter les dons destinés au navire concarnois aux travaux d'éventrement de la façade de l'ancien Hôtel Julia.

Gast à Gast ! je vois déjà d'ici-bas les concarnois hurler comme des veaux marins.

 

Un dernier mot :

Ce que j'ai retenu de mieux dans les bobar'ts des dernières campagnes de communications de la CCa est cette petite phrase qui rebondit de texte en texte.

" Les travaux auront pour effet de rétablir à l'identique la façade du bâtiment dans son état initial "

Eventrer les entrailles de la mémoire de Julia Guillou ! : pour moi, ce n'est rien d'autre que de la boucherie sauvage dans une cité dite du bon goût. 

Il y a des gens qui n'ont honte de rien dans ce bas pays breton propice à tous les arts ... quels qu'ils soient.

Conclusion du jour :

Ici bas : dans ce trou, les Fourberies de Scapin se déclinent en Grand Art du Mensonge et de l'Imposture. 

Pont-Aven baigne ainsi dans la culture ... jusqu'aux coups ... bas les plus ignobles.

--------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article

Repost 0

Une souscription plus AVAricieuse : y a pas !

Publié le par chercheur d'histoires

Une souscription plus AVAricieuse : y a pas !

Des informations sur les souscriptions lancées par la Fondation du Patrimoine, en collaboration avec la CCa, viennent d'être divulguées par la presse.

Cette Fondation avait pris en charge deux opérations de souscriptions signées au profit des deux musées de la CCa.

- La première concernant la restauration d'un bateau de pêche appartenant au musée de la pêche concarnois.

- La seconde concernant les travaux de "restauration (?)" de la façade du futur musée de Pont-Aven.

Ces souscriptions viennent de faire l'objet d'un avenant ayant pour objet de les fusionner.

Mon petit doigt : qui ne s'est jamais trompé depuis qu'il s'exprime sur ce blog,  me dit que cette opération cache quelque chose.

Voyons de près cette chose inavouable pour l'instant. 

La première souscription a rapporté 37 170 €

La seconde : 17 000 € provenant de 70 donateurs

Arrêtons nous sur la seconde.

Cette opération est manifestement un fiasco.

17 000 € = 0,34 €  par tête de pipe de la population de la CCa (50 000 habitants) :

Le prix d'une poignée de moules.

 

A suivre demain ...

--------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>