Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il était une fois (fin)

Publié le par Gerard Berthelom

Partager cet article

Repost 0

Il était une fois (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Il était une fois (fin)

Flairant comme tout bon collectionneur de tableaux la bonne affaire, ils décidèrent d'en acquérir trois.

Trois pour 18 000 €  ... au lieu de 24 000 € ...

... suite :  alors qu'un seul JOLLY tableau acheté il y a peu par les élustucrus du coin avait coûté 25 000 € aux contribuables. 

Bonne affaire et coup de maître assurément pour un premier achat comme il se dit dans les salles des ventes.

 

Fin de cette triste histoire 

Plus tard, ils décidèrent de se débarrasser de ces tableaux.

Ils s'adressèrent à un, puis deux, puis trois commissaires-priseurs, mais tous refusèrent de se charger de la vente de ces œuvres pourtant acquises dans une bonne galerie de la cité des peintres.

Pauvres bougres sans cervelle.

Plus pauvres qu'avant d'ailleurs.

J'en ai les larmes aux yeux.

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Il était une fois ...

Publié le par chercheur d'histoires

Il était une fois ...

Il était une fois,

un couple de petits-bourgeois,

prenant l'envie soudaine d'acquérir des tableaux,

Oh ! que ce fut rigolo. 

..................................................................................................................

Je vous propose aujourd'hui une histoire vraie qui circule de bistrot en bistrot dans le trou de peinture pontavéniais .........................................

 

Nos deux inspirés futurs collectionneurs de tableaux prirent le chemin de la célèbre Cité des Peintres.
Arrivés dans ce foutoir qui se fout de ses visiteurs, ils firent discrètement le tour de cons de la ville grignotant ici ou là quelques morceaux de galettes cassées proposées comme amuse gueules sur les trottoirs.

Du lèche-vitrine sans modération, ça donne évidemment faim, mais tout est prévu dans cette cité des moulins pour bien rouler dans la farine les nigauds de passage.

De galettes en croûtes : et vice-versa, finalement ils se laissèrent

prendre au piège comme beaucoup d'autres.

L'envie de tableaux se transforma en besoins pressants.

Nos deux pigeons poussèrent par hasard la porte de la bonne galerie qui précisément ce jour-là proposait des prix avantageux à ses clients.

Pour l'achat de deux œuvres, vous obteniez une réduction sur le prix du troisième.
Flairant comme tout bon collectionneur de tableaux la bonne occasion, ils décidèrent d'en acquérir ... trois d'un coup.

 

Suite et fin demain matin ...

 

---------------------------------------------------------------------------------
 


 

 

Partager cet article

Repost 0

Qu'il est doux et agréable (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Qu'il est doux et agréable (fin)

 

Pour tout dire : j'ai reçu la confidence de l'un d'entre eux ayant participé aux concertations préalables à cette mise à disposition de l'ancienne mairie à la CCa.

Selon ses dires, dans le cadre de l'accord à intervenir entre les parties, la transformation de cette mairie en musée de la CCa aurait des conséquences financières douloureuses pour la population de Pont-Aven.

Les pontavénounours pensaient s'être débarassés du poids des charges de fonctionnement de son ancien musée en perdition.

Et bien NON : 

La commune de Pont-Aven devrait : si l'on croit ma "sérieuse" source, verser à la CCa une rente annuelle de  

300 000 € 

 

Conclusions :

Dans de telles conditions, je suis prêt à me faire artiste peintre de Pont-Aven en louant une galerie sur la future gare routière de la future Tour de Ba'Belle Angèle.

J"ai des chances de gagner ma "croûte", je ne sais pas peindre.

Je ne suis pas gourmand. Moi, je ne demanderai à la loueuse de galeries que de me verser une petite rente riquiqui :

de quoi payer mon petit café de bistrot quotidien : celui de d'enterrement du pays.

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Qu'il est doux et agréable ... (2/3)

Publié le par chercheur d'histoires

Qu'il est doux et agréable ... (2/3)

Donner à disposition un ancien commerce pour le transformer en galerie, ça rapporte gros. Je viens de le dire.

 

Donner à disposition un hôtel de ville à la CCa pour le transformer en quelque chose de comparable cela devrait logiquement aussi rapporter du pognon à la ville : non ? 

Une miraculeuse manne pour une commune en déconfiture.

Merci les noblionnes en charge de la paroisse ... ?

Hélas, pas si vite les amis car elles nous l'ont fait à l'envers.
Je pense ici à la bise-hautaine et à la bis-hautaine : bien entendu.

Si j'en parle aujourd'hui, c'est qu'il y a un hic,

un gros gros Hiiiiiiiiiic dans le potage.

- Je ne peux vous proposer la lecture de la convention de cette mise à disposition car personne d'autre que ses signataires n'en a eu connaissance ...

... même pas les élustucrus cramés du coin !

(existe-t-elle d'ailleurs ?) 

Pour tout dire ... 

 

La "feinte" sera pour demain

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Qu'il est doux et agréable ... (1/3)

Publié le par chercheur d'histoires

Qu'il est doux et agréable ... (1/3)

Qu'il est doux et agréable d'être loueur de galeries dans le centre de la ville.

Depuis 1985, date du premier agrandissement du musée, des nombreux héritiers des commerces de proximité de leurs parents ont eu l'idée géniale de les transformer : 

plus ou moins licitement, et plutôt moins que plus bien souvent !,

en galerie de pacotilles touristiques,

en multipliant ainsi leurs gains de loueurs par trois ou quatre.

Tant pis pour la belle image de qualité du pays, tant pis pour les autres : Le bonheur de quelques-uns ne fait pas forcement celui de l'immense majorité.

Dans ce devenu : champ de ruine de son illustre passé, l'intérêt général se décline depuis cette maudite date en un : chacun pour soi et dieu pour tous.

Ce préalable nous amène au sujet du jour.

Donner à disposition un ancien commerce pour le transformer en galeriette, ça rapporte gros. Je viens de le dire.

Mais ...

 

A suivre demain

---------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Une belle performance (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Une belle performance (fin)

Très attaché à mon pays de naissance, depuis 1998 je lutte contre ces imposteurs.

Pour ces gens-là, je suis devenu le vilain vautour venant mettre du bordel dans leur basse-cour.

 

Ce jeudi après midi à 16 h, la salle principale du Café du Centre affichait "complet".

Une belle perfornance pour Pont-Aven assurément.

Pour tout dire : presque tous les présents sont venus d'ailleurs assister à la conférence, 

et tous, je peux le dire sans me vanter : bien contant d'avoir participé à cet événement.
Ils me l'ont bien fait savoir. 

Le 13 septembre prochain, cette expérience se renouvellera à Landerneau.

Bien entendu, j'en profiterai pour visiter l'EXPO que cette ville consacre cette année à MIRO.
Une exposition incontestablement plus mirobolante que celle proposée par la CCa.

---------------------------------------------------------------------------------
 

 

Partager cet article

Repost 0

Une belle performance

Publié le par chercheur d'histoires

 

Une belle performance

Depuis 1998, ceux qui me suivent me connaissent comme le (devenu seul) pontavéniste de souche, meneur d'actions patrimoniales ou culturelles militantes sur Pont-Aven.

Jusque-là, je ne me manifestais qu'au travers d'expositions  " à trois francs six sous" comme je le répète souvent, et des coups de gueule d'indignations dans la presse, puis sur ce blog depuis 4 ans.

 

Cela dit : je ne suis ni historien, ni conférencier. Je ne suis qu'un amateur d'émotions fortes.

Il y a quelques mois j'ai eu l'occasion d'animer pour la première fois une conférence au Musée de Bretagne à Rennes comme vous le savez.

Ce jeudi, je viens de renouveler l'expérience au Café du Centre à Pont-Aven.

Vous en aurez certainement un compte-rendu dans la presse.

Ce fut pour moi : simple amateur, une nouvelle belle expérience.

Depuis 1998, j'essaye tant bien que mal mais sans relâche, de partager les connaissances patrimoniales et culturelles qui m'ont été transmises par nos prédécesseurs pontavénins :

Connaissances que j'ai enrichies au cours de ma longue existence.

Je m'efforce de sauvegarder à ma manière l'héritage de ces précieuses valeurs :

Héritage hélas bien malmené aujourd'hui.

Le nom de Pont-Aven (et tout ce qui va avec) est d'une certaine façon "un bien commun de village" ... comme  Rustéphan.

Il y a pourtant de sinistres individus qui considèrent que Pont-Aven, son patrimoine et la mémoire de ses habitants leur appartiennent en propre.

C'est dans la nature des rapaces du coin.

 

A suivre demain ...

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Nos amis ?

Publié le par chercheur d'histoires

CHERS AMIS ?

Photo d'une pancarte que la nouvelle maîtresse de l'ancien école publique a fait poser dans une touffe de fleurs visible sur la promenade Grall.

------------------------------------

" Merci amis chiens d'aller plus loin "

Les fleurs "

-------------------------------------------

 

Cette reine - des fleurs fanées - aurait tout aussi bien pu décider de placarder un autre panneau de même nature dans la ville à l'intention de ses chers subordonnés.

Il me semble évident qu'elle a tout fait durant ses deux mandats de maire pour qu'ils aillent : eux aussi, plus loin.

-----------------------------

Très chers habitants de la ville,

allez vous faire voir ailleurs

-----------------------------------

 

Nos amis ?

Partager cet article

Repost 0

Je viens de fêter mes quatre ans

Publié le par chercheur d'histoires

Je viens de fêter mes quatre ans

C'est en juin 2009 que ce blog a été créé par un certain chercheur d'histoires devenu depuis l'idiot du village.

- Des histoires sur Pont-Aven, il y en aurait des tonnes à raconter sur cette ancienne cité radieuse et joyeuse si la mémoire de ses habitants n'avait pas été confisquée par les Maîtres des lieux.

Sans mémoire, que reste-t-il dans ce pays  : 

Son ECOLE ?

Promenez-vous dans les rues de la ville. Vous découvrirez qu'elle n'est plus qu'une école de cancres.

- Des histoires de cancres, vous en avez eu des kilomètres sur ce blog durant ces quatre dernières années.

En quatre ans :

- Il a reçu 45 300 visiteurs,

- ses pages ont été visitées 97 500 fois

 

C'est tout pour aujourd'hui

_______________________________________________________________

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>