Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Réflexions philosophiques de l'après les élections

Publié le par chercheur d'histoires

Réflexions philosophiques de l'après les élections.

Gast-à-gast, c'est Jean-Marie le vainqueur du combat de coqs déplumés.

- Les membres de la  liste des retraités de la fonction publique retournent à la niche.

- Ceux de la liste présentée par la haute bourgeoisie pontavéniaise aussi.

C'est fini : chantons en chœur : " Les programmes au feu et la maîresse au milieu"

(Je reviendrai ultérieurement sur le sujet)

.............................................................................................................................................. 

Hier matin, en nous réveillant à 7 h, il était 8 h.

Quelle fut longue cette journée d'attente des résultats électoraux.

Quel Français n'aurait pas souhaité hier matin, qu'en se réveillant à 7h, il fût 20 h ?

Au lieu de 37,5% ce serait tous les électeurs qui auraient pu aller à la pêche.

............................................................................................................................................

Durant les campagnes électorales, les ANPE auraient pu fermer leurs portes car il y avait meilleurs endroits dans toutes les régions de France pour trouver du boulot.

En effet, durant cette très courte période, de gauche à droite jusqu'aux extrémistes puants, tous les partis politiques proposent des dizaines de millllllllllllllliers d'emplois aux chômeurs.

C'était le bon moment d'en profiter me semble-t-il.

Nos 5,9 millions chômeurs avaient ainsi une inespérée occasion :  en s'adressant aux K.G. départementaux des partis politiques, de signer un contrat d'embauche.

Ensuite, le parti le plus méritant pour avoir signé le plus de contrats d"emplois durables et valorisants aurait, bien entendu, gagné les élections.

C'est ce qui s'appelle : faire de l'optimisation rationnelle des élections.

Ce génial syystème serait très utile au pays. Il éviterait  de surcroît aux parties politiques de nous raconter que des salades.

Cette réflexion d'idiot de village ne s'adresse évidemment pas à Pont-Aven,

Dans ce paradis sur terre, le chômeur n'est qu'un vulgaire "Conservateur"de toits de chaume.
Que voulez-vous que se soit d'autre dans ce merveilleux pays retraité ?
-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0

Bizarre autant qu'étrange

Publié le par chercheur d'histoires

Bizarre autant qu'étrange

Le site national lintern@ute.com publiait lundi dernier les résultats des élections municipales. Les résultats de Pont-Aven étaient accompagnés d une analyse sur la situation de la commune intitulée :

 "Les enjeux du scrutin à Pont-Aven"

Je vous propose de prendre connaissance de quelques extraits de ce texte :

" L'économie constituera évidemment un point critique de ces municipales.

" D'autre part le chômage est plus élevé que la moyenne nationale.

" La ville est moins financièrement aisée que la moyenne des villes"

Jusque-là : rien de nouveau que nous ne sachions déjà,

- Même si les membres des listes en présence sont restés peu bavards en ces domaines,

-  Même si la triste réalité du mauvais état de santé du pays est bien plus désastreuse que les affirmations de l'intern@ute veulent bien nous révéler. 

Je continue :

" S'agissant de la participation, elle devrait être décevante en partie en raison des affaires judiciaires "

Des affaires judiciaires ?

Gast-à-gast : de quoi donc s'agit-il  ?

Et moi qui pensais que Pont-Aven était un petit village bien tranquille, aux habitants sans reproche, avec des oies mignonnes comme des anges, et des nounours toujours contents et souriants, et des élus sages comme des images d'Epinal, et des vrais bons peintres, et de majestueuses ruines sans souci ... ?

ET BIEN NON Gaston : il y a aussi des affaires "à faire" !

Les pronostics du jour ?

La question ne se pose pas car les pontavénizoneux ont pour fâcheuse habitude, depuis le règne de RIVET, de voter pour les plus nuls de tous les nuls du pays  ...  

... sauf lors des élections de la Reine des Fleurs d'Ajonc fanées, bien entendu !

Petite remarque : Au 1er tour se fut les abstentionnistes + votes blancs ou nuls, qui furent en tête des suffrages avec 36 % de électeurs.

----------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (fin)

Ce que nous venons de formuler dans les pages précédentes révèle de gravissimes infractions de nature délictuelle en matière d’instruction de permis de construire.

Si de telles pratiques se généralisaient, c’est le code de la construction et de l’urbanisme qui serait en danger ; c’est la moralisation (en cours selon notre Président de la république ?) des actions publiques qui en serait gravement affectée.

A notre sens, en matière de responsabilité pénale, ces incompréhensibles infractions vont bien au-delà des irrégularités que nous avions constatées et formulées dans notre requête près du Tribunal Administratif. (Requête rejetée pour simple vice de forme dans le dépôt du dosssier au Tribunal)

- Nous distinguons dans notre analyse, l'expression Infraction délictuelle qui se juge au pénal, du terme irrégularité qui est du domaine des juges du Tribunal Administratif.

Durant notre carrière professionnelle en qualité d'Expert Judiciaire :

1° : Jamais nous n’avons rencontré d'aussi graves infractions.

2° : Jamais nous avons décelé un ensemble d’aussi nombreuses irrégularités dans la lecture d’une autorisation de construire.

++++++++++++++++++++++++++++++++

Nous terminerons cet exposé en rappelant succinctement  ici les principales irrégularités que nous avions relevées vis-à-vis des règles d'urbanisme en vigueur sur la commune, 

A : Le Plan Local d'Urbanisme : PLU

-----  Le projet : musée + parvis, est situé en zone UHaz. ---------------------------------------

 . Sachant que la zone UH dans son ensemble :  

 « A vocation d’habitat et acticités compatibles avec l’habitat »

Nous remarquerons à ce sujet que le premier agrandissement de ce musée en cet endroit en 1985 a apporté la preuve de son incompatibilité avec le maintien de la population dans le centre de la ville dont le nombre est en chute libre depuis cette date.

Ce centre a perdu la quasi-totalité de ses 1000 habitants comptabilisés lors du recensement de 1945.

Que dans les restrictions de l’article UH.1 sont interdites :

 « les constructions … qui : par leur caractère, leur nature, leur importance …

sont incompatibles avec la tranquillité, la sécurité de la zone et de ses habitants »

 . Qu’en outre, l’article UH.11 précise que :

    - Paragraphe n° 1- Généralités :

            « Le permis de construire peut être refusé si les constructions, par leur situation,  leur architecture, leurs dimensions ou l’aspect extérieur des bâtiments à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains » 

    - Paragraphe n° 4 - Extensions des bâtiments existants :

            « Les extensions de bâtiments existants devront respecter l’esprit de l’architecture du bâtiment. La volumétrie, les pentes de toiture, le rythme et les proportions des  ouvertures, les matériaux et menuiseries des extensions devront s’inspirer de ceux  du bâtiment existant et être en harmonie avec celui-ci »

Il est indéniable que toutes ces règles de bon sens ont été volontairement violées.

Quel exemple pour le peuple !

B : La Zone de Protection du Patrimoine Architectural : ZPPAU

-  Chapitre 1° -

DISPOSITIONS GENERALES :

Préambule :

« La ZPPAU doit permettre une protection cohérente des monuments incluant l’ensemble du site urbain de Pont-Aven participant à la scénographie des monuments et de la ville ainsi qu’à la prise en compte du patrimoine de qualité"

 Paragraphe b : Portée du cahier de prescriptions :

« Les dispositions du présent cahier de prescriptions s’appliquent à l’ensemble des constructions, clôtures et aménagements urbains »

 

Chapitre14 : ARCHITECTURE

141 : Bâtiments remarquables et d’intérêt architectural

« La conservation des percements dans leurs formes et dimensions actuelles est impérative,

Les murs en maçonnerie en pierres de taille appareillées doivent être conservés apparents,

Les éléments en pierre appareillée (corniches, encadrements de baies, chaînages …) doivent également être conservés.

Les menuiseries en bois doivent être conservées dans les matériaux et les types d’ouvrant d’origine »

Aucune de ses règles n'a été respectée dans le traitement de la façade principale sur rue du bâtiment.

L'entrée principale du musée aménagée après éventrement de cette façade, n’étant qu’une pièce inadaptée à l’architecture de la façade, artificiellement rapportée  et constituée de matériaux (verre, alu) inappropriés à la situation.

 Cette importante modification de façade a en outre pour effet de rompre l’harmonie             générale du bâtiment et de son environnement sans pour autant lui apporter un             supplément de caractère.

Il est incontestable que ces règles de bon sens de la ZPPAU ont 

également été volontairement violées.

C : Le Schéma de Cohérence Territoriale de la CCa : le SCOT :

Nous rappellerons brièvement ici les trois raisons qui nous ont porté dès l'annonce de ce projet de musée, à le contester de façon virulente :

Il est trop lourd au regard de la faiblesse des capacités d'accueil de la ville.

Rien ne justifiait ce coûteux projet d'agnandissement de l'ancien petit musée "bien de chez nous" 

3° Il est en totale incohérence avec les règles du SCOT.

Nous insisterons sur ce troisième point en rappelant que le permis de construire délivré est en profonde contradiction avec l’ensemble des orientations et les objectifs du SCOT et en particulier avec les orientations et objectifs concernant le territoire de Pont-Aven :

À savoir :

« Chaque commune ne doit pas subir une croissance qu’elle ne peut pas – ou mal – contenir »

« Pont-Aven nécessite une exigence environnementale culturelle et patrimoniale forte. Cette exigence s’exprime dans le SCoT par un encouragement d’un développement touristique sans pénaliser ses fondements par un développement urbain excessif, et sans altérer son centre bourg par une monofonctionnalité exacerbée autour d’une activité touristique sanctualisée »

« Les projets doivent prendre en compte des capacités d’accueils adaptées à la commune »

Traduction de ce texte en clair : L'agrandissement du musée est l'exemple type de ce qui n'est plus possible d'autoriser dans le centre historique de la Ville : et pourtant ?

Conclusions : 

SVP Mrs les Procureurs de la République : Placez moi sur écoutes judiciaires.

                                                                                          Gérard BERTHELOM

La photo du jour : Un mariage sur la Grand'Place : années 1870

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (fin)

Partager cet article

Repost 0

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 3)

Publié le par chercheur d'histoires

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 3)

Pour la seconde fois, ce ne fut pas le cas : le viol en bande organisée se répète.

Les raisons en sont multiples :

​... Suite .............................................................................................................................

- 1° : Le dépôt  d'un dossier complémentaire ne répond d'aucune façon aux strictes exigences de l’article UH 12 du PLU.

(Des stationnements en dehors des espaces publics et en nombres suffisants pour répondre aux besoins et à la fréquentation des lieux)

- 2° : Le projet d’aménagement de la Grand’Place "publique" adjacente, déposé dans un second temps, est décrit de façon précise dans le texte du dossier d’origine. Il n'y a donc rien de nouveau. La différence est qu'à plusieurs reprises, l’auteur du dossier initial mentionne « Les aménagements extérieurs sont donnés à titre indicatif, et n’entrent pas dans le cadre du projet actuel »

Il précise cependant que « L’aménagement du futur parvis extérieur est indissociablement lié à celui du musée »

Ces deux remarques ont pour fâcheuse conséquence de vicier l’autorisation délivrée. Cette autorisation porte sur des éléments contradictoires qui se heurtent juridiquement. En effet, la réalisation de ces travaux serait illégale car non autorisée vis-à-vis de la première demande, et sa non-réalisation serait tout aussi illégale vis-à-vis de la seconde.

Pour ces seules raisons, l’ensemble du dossier aurait obligatoirement dû être retoqué.

Tout projet de construction comportant d’indispensables aménagements extérieurs ne peut se réaliser sans l’obtention préalable d’un permis de construire portant sur l’ensemble des travaux à réaliser (construction et aménagements extérieurs) 

Cependant, même dans ces conditions, le projet proposé resterait profondément incompatible vis-à-vis de l’article UH 12 du PLU précité pour ne pas avoir respecté la règle de la création obligatoire de stationnements hors des espaces publics.

C'est l'Intérêt Général de l'avenir de la commune et de ses habitants qui a été lamentablement bafoué.

- 3° : Ce projet d’aménagement des espaces extérieurs de la Grand’Place dont l'existence n'a jamais été dévoilée à la population !, n’a jamais non plus été présenté au Conseil Municipal en vue de son approbation.

Pour cette raison, sa réalisation serait également illégale.

Mais ce n’est pas tout :

-  4° : Sachant que l’architecte des bâtiments de France a pour mission de donner son avis sur tous les aménagements inclus dans la ZPPAU du territoire, et : dans le cas présent,  sur le projet de réaménagement de cette Grand ‘Place.

- Sachant qu’il a donné un unique avis sur la 1ière demande de P.de C. le 17/07/2012.

- Sachant que les pièces complémentaires sus visées ont été déposées à une date ultérieure à cet avis (le 07/08/2012), l’introduction tardive de ces pièces dans le permis de construire délivré (sans être préalablement visées par l"A B F) est manifestement un acte frauduleux dans le seul dessein de ne pas respecter l’article UH 12 du PLU

- 5° : Nous observerons qu’il en est de même en ce qui concerne la Commission Consultative Départementale d’Accessibilité (CCDSA) qui a donné un avis favorable sur le fondement des indications mentionnées dans le dossier initial du permis de construire précisant que « des places de stationnements pour les handicapés seront réalisées » : Des places qui se réduisent dans la réalité à une seule dans la seconde demande non visée par cette Commission. Un seul emplacement est manifestement très insuffisant eu égard à l’importance de ce futur musée.

- 6° : Le règlement de la ZPPAU : Paragraphe I - chapitre 4 - précise que :

« Le permis de démolir est obligatoire à l’intérieur du périmètre de la ZPPAU »

Un important bâtiment (situé dans la cour de l’immeuble) vient d’être démoli sans la délivrance préalable de ce nécessaire permis de démolir. (Essayez donc d'imiter la municipalité et vous verrez ce que ça coûte de tricher en ce domaine !)

- 7° : Nous noterons subsidiairement que ce projet apportera son lot de très lourdes conséquences néfastes sur les structures du centre de la ville.

Ces lourdes conséquences furent déjà perceptibles lors du 1er agrandissement du musée en 1985. C’est sans doute la raison pour laquelle aucune étude préalable de faisabilité : pourtant indispensable compte tenu de l’importance du projet dans le paysage économique et culturel du pays, n’a été mise en œuvre avant l’adoption de ce projet de recréation du musée par le Conseil Municipal !

Les conclusions de ces études auraient  forcement été négatives.

A suivre demain matin

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 2)

Publié le par chercheur d'histoires

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 2)

Précédemment :   

La demande aurait obligatoirement dû être rejetée.

Ce ne fut pas le cas.

... Suite ...............................................................................................................................

A partir de ce stade de l’instruction, chacun des intervenants* fermera manifestement les yeux sur les impostures qui vont suivre au fil de cette instruction, et que nous allons mettre en évidence.

* - Mme le maire er son adjoint à l'urbanisme (un architecte-urbaniste en retraite)

- Les Services de l'Equipement

_ L'Architecte des Bâtiments de France

- L' architecte de l'opération

- La SAFI

- Le PREFET du Finistère

etc .

Que du beau monde ! 

- Le 07/08/2012, en réponse à la demande de l’équipement précitée, la SAFI dépose un dossier complémentaire constitué d’un 2ième formulaire de demande de P. de C.

Sur ce 2ième document, seule la case stationnement est mise à jour. Ce dossier comportant en annexe un plan d’aménagement de la partie principale de la Grand’ Place publique du centre ville. (Voir la PHOTO ci-jointe)

Nous observerons  que la partie principale de cette place « historique » protégée par la ZPPAU, sera entièrement vidée de ses fonctions vitales pour les habitants, afin d’y aménager :

1° : 10 places de stationnement affectées au futur musée (dont un seul réservé aux handicapés !)

2° : Un espace déclaré parvis piétons, mais  « surtout » réservé aux autocars.

.............................................................................................................................................

Ce centre historique serait-il devenu une friche sans vie que quelques personnes mal intentionnées auraient la liberté de saccager à leur guise  ?

Nous avons une approche très différence pour exprimer et décrire ce lieu historique :

- Elle représente l’unique véritable PLACE du centre historique du village.

- Ce frêle espace est le cœur vital de la ville ancienne, autour duquel toute la vie du               pays s’articule depuis la nuit des temps. Ses fonctions sont multiples.

 Nous citerons en particulier pour exemples :

.  Lieu social et privilégié de rencontre entre les habitants.

​.  Seul espace permettant l’indispensable retournement des véhicules sur le                                     territoire du village aux rues exclusivement linéaires.

​. Si petite soit elle, elle est indispensable à la (sur)vie du village.

​. Ce fragile triangle est le creuset de toute l’histoire picturale du pays. Sa composition                                      générale, ses détails d’aménagements soigneusement conservés, l’esprit particulier de ce minuscule espace urbain qui a tant sensibilisé les voyageurs de toutes les  époques en font un remarquable site à préserver et protéger.

 ​. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ses SIX auberges-musées ont accueilli des                        centaines d’artistes.

Tout cela un sens patrimonial majeur, non ?

Cette Grand'Place est pour toutes ses raisons et bien d'autres :  INTOUCHABLE

- Intouchables aussi son arbre de la Liberté et les trois augustes érables plantés par Julia Guillou pour délimiter la terrasse de son premier établissement construit en 1849 :

Des Erables : Seules traces vivantes de l'histoire de cette Grande Dame.   

Comment peut-on balayer ce précieux héritage d’un coup de crayon ?

.............................................................................................................................................

- Nous retiendrons qu’à ce deuxième stade de l’instruction :

 L’ensemble des dossiers déposés auraient dû être impérativement rejeté

Pour la seconde fois, ce ne fut pas le cas : le viol en bande organisée se répète.

Les raisons en sont multiples :

A suivre demain ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 2)

Partager cet article

Repost 0

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 1)

Publié le par chercheur d'histoires

Placez moi sur écoutes judiciaires SVP (page n° 1)

Attention à vos yeux : Cet article contient de lourdes accusations. Dans un pays démocratique "NORMAL", les agissements dénoncés ci-dessous devraient se décliner en poursuites pénales.

Réquisitoire à l’encontre du permis de construire d’un nouveau musée à Pont-Aven

Permis de construire n° PC 029 217 12 00015

Demandé par la SAFI (maître d’ouvrage délégué)

Délivré au mon de la commune de Pont-Aven le 19/11/2012

Au profit de : Concarneau Cornouaille Communauté (maître d’ouvrage)

- Sachant que la commune de Pont-Aven est dotée :

1er : D’un règlement dit : Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain (ZPPAU)

2° : D’un Plan Local d’urbanisme (PLU)

- Sachant d’autre part que le projet présente de nombreuses et graves irrégularités, en ne respectant pas d’importantes prescriptions de protection imposées dans ces documents,

Ce permis de construire ne pouvait pas être délivré régulièrement sans gravement enfreindre ces importantes et strictes dispositions de protection.

Les initiateurs de ce projet de musée ont cependant manifestement décidé de passer outre.
Mais ce n’est pas tout : pour ce faire, ils n’avaient d’autre moyen que de « s’entendre »  préalablement au dépôt de la demande du permis de construire, avec tous les services instructeurs de l’Etat afin de fausser et de corrompre la procédure d’instruction.

Nous prenons comme exemple de ces lourdes accusations le sort que l’ensemble des intervenants ont réservé à l’article UH 12 du PLU qui stipule :

. Paragraphe n° 1 : obligation de réaliser des aires de stationnement

«  Des aires de stationnement correspondant aux besoins et à la fréquentation des constructions et installations à édifier ou à modifier : ces aires de stationnement doivent être réalisées en dehors des voies publiques sur le terrain d’assiette de l’opération ou à proximité immédiate. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale »

. Paragraphe n° 2 - 4e alinéa

« Pour les constructions nouvelles à vocation d’activités tertiaires autres que le commerce : = 1 place par tranche de 40 m2 de SHON.

Toutefois, cette norme n’est pas applicable aux bâtiments publics et à ceux abritant des services d’intérêt général (enseignement, santé, maison de retraite …) Pour ces bâtiments, le nombre de places sera défini dans le respect du paragraphe 1 »

Cet article UH 12 : à lui seul, devait aboutir au refus sans appel du projet : projet consistant à transformer profondément (modifier) l’ancien Hôtel de ville :  projet comprenant de surcroît l‘édification d’une importante aile nouvelle.

- Sachant que cet ensemble ne dispose ni de terrain disponible sur le site, ni à proximité en dehors des espaces publics pour aménager des stationnements correspondant aux besoins et à la fréquentation du nouveau musée.

- Sachant en outre que les surfaces d’accueils et d’expositions de ce nouveau musée vont doubler par rapport à la capacité de l’ancien, et que l’ancienne mairie doit être : selon ce permis de construire, réaménagée dans cet ancien musée voisin, l’obligation de création de stationnements (hors des espaces publics) imposée par l’article UH 12 du PLU a été occultée de façon délictuelle.

En effet, la case « stationnement » du formulaire de la demande est restée vierge :

Rappelons-le : la demande a été déposée par la SAFI : un organisme para institutionnel au-dessus de tout soupçon : Un organisme parapublic reconnu pour ses compétences en matière de P. de C.

Après le dépôt de la demande de ce P. de C. en mairie, le dossier sera instruit par les Services de l’Equipement qui dans une correspondance du 24/07/22012, demande au maître d’ouvrage (CCA) de compléter la case stationnement de la demande, en rappelant les termes des obligations de l’article UH 12 devant être respectées, et en réclamant de surcroît un plan de situation des stationnements à aménager.  "hors des espaces publics"

- À ce stade de l’instruction, et dans l’impossibilité par les meneurs du projet (architectes, SAFI, CCA et responsables communaux)  de répondre positivement à l'article UH 12 du PLU,  la demande aurait obligatoirement dû être rejetée.

Ce ne fut pas le cas.

Cet article a pourtant  du sens et une portée considérable sur le modelé structurel du centre historique de la  ville ... protégé par une ZPPAU.

Le violer sans vergogne est une impardonnable lourde faute délictueuse pour tous ceux qui se sont mouillés dans ce scandale.

A suivre demain si vous voulez bien en connaître plus sur ce monstrueux scandale.

---------------------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article

Repost 0

Les élections municipales pontavéniaises

Publié le par chercheur d'histoires

Les élections municipales pontavéniaises

Après trois mandats politic'arts désastreux, les pontavénizoneux se retrouvent dans la peinturlure jusqu'au cou, et les voilà contraints une nouvelle fois  : faute de mieux, de se verser un seau de peinture lumineuse supplémentaire sur la tronche.

Cette élection restera dans les annales de la commune comme l'une des plus minables de toutes.

Pourquoi me direz-vous ?

Non seulement les listes en partance, mais également l'ensemble de la population avaient  à prendre très sérieusement en compte dans leurs débats, la nouvelle donne de la création de la CCa.

L'avenir de la commune dans de nombreux domaines est dorénavant dépendant de la bonne ou de la mauvaise volonté de l'ensemble des élus délégués auprès de cette communauté de communes.

Nous vivons une véritable révolution communale très lourde de conséquences désastreuses pour les communes jemenfoutistes comme Pont-Aven.

Ce sujet : crucial pour l'avenir du pays, n'a pas été réellement abordé dans la cité des anciens peintres de talent durant cette campagne électorale.

Cette année et pour la première fois, les noms de ces délégués on pourtant autant d'importance : sinon plus dans bien des domaines essentiels dans la vie : Emplois, logements, culture ..., que le nom de la liste gagnante.

A Pont-Aven trois "rêvasseurs" délégués rejoindront le conseil de la communauté.

A Trégunc comme à Rosporden : six

A Concarneau : seize

"Fêtes" les comptes et amusez-vous bien !

.................................

Dimanche prochain : 

- Comme d'habitude, les pontavénizoneux choisiront leurs nouveaux élustucrus.

- Et comme d'habitude : pas de suspense, ils éliront les plus inefficaces des prétendants :

Des prétendants incontestablement tous plus nuls les uns que les autres. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article

Repost 0

Nos can'arts des coins-coins du coin ...

Publié le par chercheur d'histoires

Nos can'arts des coins-coins du coin ...

Nos deux can'arts des coins-coins du coin se seraient-ils déclarés la guerre ?

Lundi dernier, ils présentaient dans leurs colonnes le compte rendu d'une "discussion passionnée entre les participants du cercle de lecture" pontavénain "

(titre d'Ouest France)

Je poursuis le texte publié dans les colonnes dorées de ce journal : 

" Les invités ont écouté avec une attention particulière les commentaires de la lectrice ... Les participants ont ensuite commenté un livre ... etc."

LES PARTICIPANTS : Combien étaient-ils au juste : 10, 50,100, plus ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Qu'en pense le télégramme ?

" Il n'y avait que quatre participants au cercle de lecture ... "

Dans ce canard, la dorure habituelle aurait-elle laissée place à une plus juste Information de ses lecteurs ?

(A suivre de près)

.............................................................................................................................................

Samedi dernier, ce fut le tour du service culturel de la CCâ de proposer en ce lieu  une rencontre avec son public pontavénain.
Au programme : 

" Une lecture théâtralisées des correspondances entre artistes : Gauguin, Bernard, Sérusier "

Encore, et encore, et encore comme toujours de la mortelle gauguinite aiguë.

Que voulez-vous : depuis 2011, la conserv'atroce du muséum CCânesqueux veut à tout prix  "cultiver " les habitants du territoire de la communauté de communes.

Elle cultive cette ign'arte population ...

... comme d'autres cultivent du cannabis.

Pour l'heure, elle ne sème que de la discorde.

N'est pas cultivateur qui veut !

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

La dernière réunion du C.M. (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

La dernière réunion du C.M. (fin)

Un cahier était mis à la disposition du public pour lui permettre de déposer des avis.

Souvenez-vous de ce que dame la soutane déclarait dans les pages des can"arts des coins-coins du coin à ce sujet :

" On attend que la population s'exprime. ensuite, des commissions d'élus devront se réunir et travailler sur ces propositions à partir des réflexions et des avis de la population "

En réalité, les pontavénounours qui ont un peu de mémoire attendent toujours la suite de cette louable proposition.

Ce grand projet : tout aussi mortel pour les habitants que celui de Rivet, consistait principalement à présenter un nouveau réaménagement de la Place : tout le reste n'étant que de la foutaise.

Ce fut pour tout dire, une façon pour les initiateurs du projet d'un nouveau musée, de tester la réactivité de la population en lui proposant un projet bidon.  Pour un coût de

35 000 € puisés une nouvelle fois dans les impôts des contribuables de la commune, s'envolèrent dans les cieux.

Nous savons aujourd'hui que depuis l'arrivée de la nouvelle conserv'atroce en 2006, cette dernière et dame la soutane cogitaient dans le plus grand secret. Elle réfléchissaient sur le projet d'agrandissement du musée, et du réaménagement de la Grand'Place qui va avec :

Un projet de réaménagement en réalité très différent  dans sa structure de celui présenté à la population en 2011.

J'ai dévoilé  ici il y a quelques mois l'existence de ce troisième projet que j'avais découvert dans le dossier du permis de construire du futur somptueux Palais Culturel de la CCânerie.

Je suis tenace dans mes actions citoyennes. Je reviendrai ici en profondeur sur cette escroquerie en bande organisée la semaine prochaine.

- - -

Et pendant ce temps, le service de communication du musée pontavénain déclarait fièrement pour endormir les somnolents paroissiens :

" Bientôt un nouveau Gauguin au musée des Beaux-Arts " !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cette promesse. les curieux pontavénounours l'attendent aussi !

Conclusion :

je laisse Le Télégramme s'exprimer :

" Pas encore de plan pour les travaux de la place

Seconde conclusion :

A Pont-Aven, l'enfumage des andouilles fumées reste la toute dernière industrie florissante du coin ...

... et les programmes des élections municipales 2014 nous assurent que cela durera encore  très longtemps. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

La dernière réunion de C. M. (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

La dernière réunion de C. M. (suite)

Revenons à cette dernière réunion d'élustucrus :

Des élus dont plus personne ne croit. (nous en saurons un peu plus après les élections)

Je vais mettre l'accent  sur un seul des points abordés durant cette toute dernière réunion, en résumant d'une certaine manière mes précédentes critiques sur le plus gros scandale du siècle naissant à Pont-Aven : le futur MUSEE

Titre du télégramme :

" Pas encore de plan pour les travaux de la place Gauguin "

Les 500 000 francs dépensés à fonds perdus par Rivet en 2001 sur le compte des contribuables du coin pour dresser un projet d'aménagement de cette place sont de l'histoire ancienne : OK

Cela- dit, souvenez-vous de la plus importante proposition de la municipalité en 2009.

Elle proposait aux habitants de la commune de participer à une vaste étude de "PROJET URBAIN ET PAYSAGER" en ces termes :

" le projet urbain et paysager est un enjeu majeur pour l'aménagement du territoire communal.

Afin de converger volonté municipale, intérêt général et avis des citoyens, une démarche de démocratie participative est engagée.

Une concertation avec la population :

Des habitants, réunis sous forme d'ateliers, vont être amenés à réfléchir au devenir de la commune ... etc. 

Vous connaissez, je suppose, la suite de cette proposition.
Elle est restée lettre morte.

Chez ces gens là : voyons, on ne discute point avec le petit peuple.

Et pourtant : en septembre 2011, la municipalité extrayait de son chapeau mou un fantastique : Projet (devenu) Architectural et Paysager.

Ce projet fut présenté à la population les deux premières semaines du mois de septembre 2011. Les élus assurèrent à tour de rôle des permanences pour apporter un supplément d'information aux rares personnes venues consulter ce projet.

Un cahier (des feuilles volantes qui s'envolèrent "hélico" presto) était mis à la disposition du public pour lui permettre de déposer des avis.

Ce projet, d'une grotesque stupidité, concernait principalement le réaménagement de la Grand'Place. Un réaménagement lié au projet du musée, d'où le mot architectural au lieu d'urbain. (voir sur ce blog (année 2011) mes commentaires sur le sujet)

Pas encore de plan pour la place Gauguin pour l'ancienne place de l'ancien Hôtel de Ville ? ! 

Elle est bizarre autant qu'étrange cette affirmation, vous ne trouvez-pas ?

Fin de l'article demain matin ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 
 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>