Une réunion du conseil municipal qui en dit gros (V)

Publié le par chercheur d'histoires

Une réunion du conseil municipal qui en dit gros (V)

- II - Un emprunt pour acquérir un terrain pour réaliser un lotissement communal dans le bourg de Nizon

Les élus se sont prononcés favorablement pour régulariser un emprunt de 170 000 € ... ... que le maire avait déjà imprudemment dépensés durant l'été en signant une promesse d'acquisition sans en être autorisé !

Ceux qui lisent régulièrement ce blog savent qu'il existe déjà un vieux lotissement plus que trentenaire et à moitié vide, situé à 100 mètre de l'église de Nizon.

Manifestement, tout le monde s'en fout.

Durant ma carrière professionnelle, j'ai régulièrement été appelé par des communes ou des particuliers pour créer des opérations de ce type. C'est un domaine que je connais bien.

Je peux vous affirmer que les élus ont pris un risque considérable pour l'avenir des finances de la commune, en délibérant  "à l'aveuglette", favorablement pour cet emprunt d'une durée de 10 ans, sans qu'une sérieuse étude de faisabilité de l'opération ait été préalablement menée.

Avant de vendre les lots, il ne faudrait pas oublier qu'il faudra aussi emprunter pour réaliser les travaux d'infrastructure de l'opération. Et pourtant Il n'est venu à l'esprit d'aucun élu de s'interroger sur le montant du coût de ces très lourds travaux d'aménagements : 600 000, 800 000 € ... ou plus si pas d'affinité ?

Au total, un second million d'euros au tableau de chasse de la soirée.

N'oublions pas que sur ce terrain, un précédent lotisseur attendit vainement des clients durant 3 ou 4 ans. Il y a de quoi s'inquiéter non ? ... 

... surtout si  l'on prend également en compte :

- Non seulement la défection des acquéreurs durant ces 3 ou 4 ans,

- L'énorme crise immobilière qui sévit partout depuis des années,

- mais également et de façon encore plus préoccupante, la crise locale avec le 5ième du parc immobilier local en quasi-état de déshérence,

- et, cerise sur le biscuit :  la tragédie du manque d'emploi sur la commune depuis des lustres. Une vieille tare bien pontavéniaise, qui explique à elle seule le manque d'intérêt pour la commune des accédants à la propriété ... ou à la location.

Imaginer attirer des jeunes dans une commune peuplée que de vieillards, est aussi stupide que de proposer aux jeunes en quête d'un logement, de venir s'installer dans l'une des chambres de l'un des trois hospices de la commune.

J.M. : une folie furieuse n'aurait-elle pas piqué ton troupeau de ruminants, ou aurais-tu oublié de lui signaler l'existence du SCOT de la CCA, qui dicte sa loi en matière de futurs logements.

Es-tu sûr que ce lotissement répond aux exigences de ce SCOT ?

Moi NON.

Un SCOT que tu as pourtant approuvé sans réserve, il y a un peu plus d'un an ?

La leçon du jour : L'amateurisme ne paye pas en politique.

A suivre demain

---------------------------------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article