Une réunion du conseil municipal qui en dit gros (VIII)

Publié le par chercheur d'histoires

Une réunion du conseil municipal qui en dit gros (VIII)

- IV - les questions diverses :

Les élus ont approuvé la révision du PLU.

De toute façon, que les élus soient d'accord ou pas, la révision du PLU devait nécessairement être mise en œuvre pour que ce document soit adapté aux règles du SCOT de la CCa.

Ces chers élus auront-ils au moins compris que bien souvent, le système politique à la Française leur demande de jouer les idiots du village ?

Savent-ils au moins que les objectifs de ce SCOT  sont (SIC) d'orienter l'activité industrielle de Pont-Aven vers le développement de la réparation navale, et rien d"autre mis à part celui de la peinture industrieuse ! 

Ils ont également approuvé des révisions partielles et allégées du PLU actuel sans attendre la publication du futur PLU.

Je dirais, des morceaux d'anthologie, qui nous ramènent : "direct comme un coup de poing" à de lourdes impostures dues à la municipalité précédente.

- I -  Le classement d'un espace naturel protégé en zone constructible.

Nous revenons à la délivrance du permis de construire de baraquements préfabriqués 'Algéco" implantés en urgence il y a trois ans dans la petite cour de l'école de Nizon, pour subvenir aux besoins des enfants du bourg de Pont-Aven, chassés par la précédente municipalité de leur école. 

A l'époque, Madame le maire avait signé illégalement un permis de construire en raison de l'implantation des bâtiments :

- 1° : Dans un espace protégé par trois monuments historiques.

- 2° : Dans une zone classée NATURELLE au PLU en vigueur.

- 3° :  En un lieu strictement Protégé par la LOI LOTTORAL.

Trois raisons de stricte inconstructibilité.

Le délit est gravissime.

En France, un maire qui aurait décidé de se soustraire de façon répétitive aux règles les plus strictes d'un PLU (qu'il a lui-même approuvé !) serait mis en examen.

Où sommes nous ? ? ?

Que penser de ces dérives politiques répétées ? : je dirai qu'une fois de plus, les élus ont décidé à l'unanimité de sauver le soldat Ryan  Biseau, en classant d'urgence le terrain en cause en zone constructible. 

- II -   La requalifier la Zone d'Aménagement Futur de la friche industrielle de SEA DEAL,

Vous savez combien je porte d'importance à ce lieu.

Je me suis exprimé sur le sujet  pour la première fois dans la presse en 1997, avant même que la fermeture du site soit annoncée.

J'ai développé mon sentiment sur cette friche dans la plaquette "Le testament des maudits de la secte du christ jaune" que j'ai publié en 2007.

Suite et fin demain matin

-------------------------------------------------------------------------------

La photo du jour :

Le 1er février prochain, au moment du premier coup de pelle de la destruction de l'antique Grand-Place de la ville, J.M. fera-t-il l'éloge funèbre de L'Arbre symbole de notre Liberté, ...

... Liberté perdue sur l'hôtel des supplices ...

... du dogme culturel pontavéniais ?

------------------------------------------------------------------------------

Une réunion du conseil municipal qui en dit gros (VIII)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article