La Cité Julia en émoi et moi ... sans toi (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

La panneau-folie : Est-ce grave docteur ?

La panneau-folie : Est-ce grave docteur ?

La Cité Julia en émoi et moi ... sans toi (fin)

Privatiser le Domaine Public au profit d'un tout petit nombre de nantis : c'est ce qui se passe depuis longtemps dans le centre historique du bourg-d'en-bas de la commune, me semble-t-il.

Le pire est que d'une certaine façon, le phénomène s'est considérablement amplifié depuis peu.

Ça devient Ubuesque, comme aurait pu le dire Alfred, s'il avait séjourné aujourd'hui à l'Hôtel Gloanec ! 

Que reste-t-il sur la Place Julia pour la population "Petite mais fréquentée comme un boulevard par des touristes perdus, des véhicules qui écrasent les "piquets" pour pouvoir passer, des con(citoyens) qui y déboulent comme sur un circuit automobile" 

Et que pourraient rajouter les rares derniers habitants de la rue du Général de Gaulle ?

 « les habitants de cette voie réclament une restriction de circulation afin de pouvoir sortir de chez eux sans être mis en danger à tout moment, et même pouvoir parler à son voisin sans devoir se coller contre les murs ».

Privatiser la Cité Julia comme l'aurait promis J.M. : serait-ce raisonnable ?

Et après : pourquoi ne pas privatiser le quartier de Kéramperchec, dont les habitants sont dans une situation infiniment pire en matière de voirie et de circulation.

Et ensuite : pourquoi ne pas tout privatiser afin que la commune puisse se débarrasser de tous ses parasites ?

Et à la fin du fin pour tout dire : Quel serait le seul avenir des pontavénounours : papoter tranquillement entre eux ... au parking du cimetière ... encombré par les bagnoles des toutous !

Je vous promets pour demain matin, une encore plus fine fin de cette fin.

---------------------------------------------------------------------

La photo du jour :

La "panneau-folie" gagne du terrain.

Est-ce grave docteur ? se demande la CHARLiO'T 

S'il te plait J.M. : offres à ces braves gens une multitude de panneaux d'interdiction supplémentaires,

afin que leur quartier se transforme en un splendide bouquet de coquelicots.

-----------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article