Assistant parlementaire ? pourquoi se taire

Publié le par chercheur d'histoires

Un site naturel et préservé ? Ou plutôt une rivière ... copie conforme des ruines de Rustéfan

Un site naturel et préservé ? Ou plutôt une rivière ... copie conforme des ruines de Rustéfan

Assistant parlementaire : pourquoi se taire ?

Depuis que j'ai eu la  saine curiosité de mettre mon grain de sel dans le dossier du permis de construire du musée des restachouchoux de l'art, je me demande qui a bien pu obtenir un pouvoir royal suffisant pour imposer à tous les responsables des administrations de la République de fermer leurs gueules sur les "gravissimes" méfaits et inimaginables minables irrégularités que j'avais décelés dans le dossier, puis dans l'instruction de ce dossier.

Des méfaits puants d'une gravité très exceptionnelle dans un monde pontavéniais où pourtant les petits arrangements entre amis sont monnaie courante.

(courante sous les tables ???) 
Tous ces irréprochables personnages prenaient le risque de la révocation.

Les élus risquant de leur côté la correctionnelle, et les dirigeants des sociétés mêlés à la combine (architectes urbanistes, Président de la SAFI ...) une lourde condamnation au pénal.

Tous se considérant intouchables et ils n'avaient : mille fois hélas, pas tort.

N'y aurait-il pas de l'assistant parlementaire, ou quelque chose de cette race, à l'origine de la magouille ?

Mon petit doigt me dit que vraisemblablement : si.

Ça répond très logiquement à toutes les questions que pose ce fabuleux scandale immobilier.

En cette période d'érections publiques, nous vivons dans l'air du temps des déballages parlementaires.

Pourquoi donc se taire ?

Ceux qui n'ont pas la cervelle trop momifiée devraient comprendre pour qui je  crayonne aujourd'hui le patron d'un veston. Cherchez celui (ou celle ?) qui profite le plus du crime et vous découvrirez le pot aux roses !

"Les roses du jardin Filiger ?"  se demande la CHARLiO'T

Conclusions de cet article à "fleur de peau" :

Un article qui devrait me mener devant la justice pour diffamation. 

(Pour diffamation mensongère ?)

Cela dit : si tout le monde s'en fout de la décadence de nos institutions, que puis-je faire de plus ?

"Continuer à remuer cette merde jusqu'à la fin de ma vie" me répondrais-je sans hésiter.

C'est du boulot assuré pour moi jusqu'à la Saint Glin-glin. 

Ne serait-ce pas une bonne méthode pour lutter contre le chômage des séniors

... et de mettre au chômages tous les saigneurs Seigneurs de la République ?

--------------------------------------------------------------  

 

 

     

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article