Après l'écrit, l'oral (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

Notre étoile de maire !

Notre étoile de maire !

Après l'écrit, l'oral (Page n°3)

Cela dit, revenons plus directement aux sornettes sorties tout droit de la bouche cousue de J.M. l'orateur durant ces hilarants vœux oraux.
Des vœux dont nous avions déjà eu le plaisir de lire le brouillon lors de son épreuve écrite foireuse publié dans le dernier BIM communal. 

Ecoutons respectueusement notre étoile de maire :

« Pont-Aven va bien ! L'activité touristique, commerciale, les ventes de biens, les constructions, les naissances progressent ! Malgré les bruits de coursives ou les tribunes partisanes, sachez que la commune est loin d'être en cessation de paiement. Le moment est opportun pour vous informer du redressement des finances de la commune du fait de notre bonne gestion, dont vous aurez la preuve au moment du vote du prochain budget ».

"C'est du lourd, du lourdingue, du dingo rigolo plein de poils : sans plus" s'exclame sidérée une CHARLiO'T très en colère, rouge de honte pour sa commune.

Pour moi, ce n'est qu'un mélange d'inadmissibles mensonges, d'insupportables vantardises, de minables bouffonneries du même niveau que les indigestes poufiaceries du service des communications de la CC'ânerie. 

Et pour causes :

..................................................................................................................................................... 

- "Pont-Aven va bien" ... Oh! que oui ... pour la conserv'atroce de la CC'ânerie et une trentaine de commerçants et loueurs de galeries de notre trou de peinturlure, mais pour 99% de la population c'est la misère,

... Ce déni total des maux de la commune :  c'est l'enfer assuré pour l'avenir de la commune et de ses incertains futurs habitants.

J.M. le bien heureux : écoutes moi : Entre deux inaugurations ou vernissages, ne t'arrive-t-il pas parfois  de lire la presse régionale ou nationale ?
En 2017, tu n'as pas entendu tous ces maires de communes inondées par un tourisme de masse comme à Pont-Aven, se mettant à hurler leurs douleurs pour manifester leur désespoir haut et fort contre ses ravageurs envahisseurs modernes ?

Non bien sûr : on ne peut pas être aux petits-fours,

... et en même temps au chevet des moulins pontavénains,

... sans avoir la tête plongée dans la farine de poisson ... du musée de la Pêche au gros !

A suivre demain

-------------------------------------------------------------------

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article