Serait-ce une bonne nouvelle ? (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

Toujours rien en vue ?. Non, nous avons finalement décidé de servir de modèles aux photographeux

Toujours rien en vue ?. Non, nous avons finalement décidé de servir de modèles aux photographeux

Serait-ce une bonne nouvelle ? (Page n°3)

Aux armes citoyens !

- - -  Suite et fin  - - -

Et Rustéfan, et la passerelle du port, et l'avenir du Square Botrel, et la décomposition de la rivière, et les saccages de nos environnements urbains et ruraux, et le bien être et la sécurité de la population de plus en plus violenté  etc. etc., et  etc.

Dans deux ans, après les élections, quelles seront les vraies et honorables missions d'intérêt public que devra accomplir notre nouveau directeur des services techniques communaux ?
Ce sera évidemment la prochaine municipalité qui devra les définir.
Ce sera aussi aux pontavénizoneux de bien choisir leurs élus, afin que la commune ne soit plus dirigée que par des élustucrus, ou des élustupides, comme cela est devenu une habitude dans le bled depuis si longtemps.

------------------------------  

J'ai gardé une nouvelle fraîche pour le dessert de cet article :

J.M. a l'intention de détruire l'ancienne forge des chemins de fer situé près de la maison des jeunes.
C'est la première corvée qu'il vient d'imposer à son directeur des travaux communaux.

Voilà encore un bien immobilier qui va disparaître de l'inventaire communal sans la moindre consultation préalable des citoyens.

Ça m'agace au plus haut point.

Que J.M. et son équipe de bras cassés n'aient aucune idée sur une éventuelle affectation de ce bâtiment est une chose parmi hélas tant d'autres, mais serait-ce une raison suffisante pour effacer définitivement cette ancienne forge de la mémoire collective du pays ?  

Rappelez-vous : La première année de son mandat, monsieur le maire avait décidé que la commune acquiert l'ancienne maison de la pisciculture.

L'une des membrures de son équipe ayant proposé stupidement de l'aménager afin recevoir des femmes battues, ...
... avant que quelques mois après il ordonne de la détruire.

Pourquoi donc avoir de ce fait dépensé de l'argent public pour rien ?

"Au fait J.M. : Que sont devenues ces femmes battues. Tu t'en occupes au moins ?" lui demande la CHARLiO'T

Les points d'interrogation du jour :

Monsieur ... (censuré) ... : Après la forge, pourquoi pas tant qu'à mal faire, ordonner la démolition des majestueuses ruines de Rustéfan ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?  

--------------------------------------------------------------

* Non ce n'est pas une formule vexatoire comme vous pouvez l'imaginer.

Je n'oserais pas.

Il n'est ici question :

 Que des ancestrales succulentes et inimitables  andouilles "faites cheminée maison" de chez les PORTAL de la rue de Concarneau.

Que de la purée de patates de nos jardins pontavénains ... non filigérés !.

Et de l'excellent beurre des fermes de Nizon va-t-il sans dire.

Que des produits "bien de chez nous " à déguster sans modération  ... de langage.

--------------------------------------------------------------------

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article