L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

1986 : Le domaine de Keranperchec - Une affaire en Or ...

1986 : Le domaine de Keranperchec - Une affaire en Or ...

... Que la municipalité de l'époque avait lamentablement ratée

... Que la municipalité de l'époque avait lamentablement ratée

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°3)

- Autre origine de ce mal sur laquelle je tiens à m'exprimer.

Jusqu'à la fin du siècle dernier, l'immobilier était considéré comme une valeur durable, et donc sûre.

Durable car les habitations étaient construites avec des matériaux résistants, et par des professionnels ayant du savoir-faire à toute épreuve.

Aujourd'hui ce n'est plus tout à fait le cas, et demain encore moins. 

A cela s'ajoute une très inquiétante et profonde crise de manque de main-d'œuvre qualifiée, et de matériaux de construction dont les prix s'enflamment autant dangereusement que durablement . 

Nous vivons une période de transition entre la construction "faite-main", et l'industrialisation massive de ce type de construction qui n'aura bientôt plus rien à jalouser à l'industrialisation des véhicules.

Des constructions dont la durée de vie ne sera pas beaucoup plus élevée que nos voitures.

Avez-vous remarqué que plus l'on s'en approche, et plus les donneurs de leçons déclarent qu'il est nécessaire de construire et de fabriquer du durable ?

Tout cela a une importance majeure dans la folle et brutale hystérie de la spéculation immobilière actuelle.

Bien souvent, ceux qui le peuvent, souhaitent "à tout prix" acquérir du solide situé dans un environnement non concentrationnaire.

L'environnement  concentrationnaire que les décideurs d'aujourd'hui proposent pour demain, et qui fait peur à la population aisée actuelle.  

L'effet "boule de neige" bien connu, fait artificiellement grimper le prix de l'immobilier jusqu'au ciel de la stupidité.

Comme par exemples lorsque les précédents gouvernements décidaient brusquement d'accorder de grosses carottes fiscales aux accédants à la propriété, ou que les taux des intérêts d'emprunts dans l'immobilier s'effondraient brusquement comme c'est le cas depuis peu. 

Cela dit, mon exposé s'adresse uniquement au cas des petites communes comme celle de Pont-Aven. Les grandes métropoles d'où débarquent les nouveaux arrivants en Bretagne, ont des préoccupations très éloignées des nôtres. 

En effet, la préservation des espaces ruraux autour de ces métropoles concerne le sacrifice de dizaines de milliers d'hectares par an.
Cette préoccupation ne concernerait que quelques milliers de m2 d'espace à Pont-Aven, comme dans toutes les petites agglomérations en dévitalisation. 

Au temps ou j'exerçais la profession d'expert foncier, il existait des règles d'estimation des biens immobiliers qui avaient fait leurs preuves.

Leurs preuves de modération contre des préoccupantes envolées hystériques des biens immobiliers que l'ensemble de la société subit aujourd'hui, ou qu'elle subira demain.

- A cette époque où l'on construisait du durable, les logements étaient souvent estimés ...

Suite et fin demain matin

------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article