L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°4)

Publié le par chercheur d'histoires

La vente de Keranperchec : Extrait n°1 de l'avis des Domaines

La vente de Keranperchec : Extrait n°1 de l'avis des Domaines

Extrait n° 2

Extrait n° 2

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°4

- A cette époque où l'on construisait du durable, les logements étaient souvent estimés en prenant pour base la valeur de leur reconstruction à neuf, et en y appliquant un coefficient réducteur correspondant à leur état de dégradations constatées, et d'usure dans le temps long.

- La seconde méthode a pour nom : l'estimation par capitalisation.

L'immobilier étant considéré dans ce cas comme un placement productif de revenus : c'est-à-dire ceux de loyers. Ceux sont ces loyers qui servaient de base pour déterminer la valeur vénale d'un bien.

Si la location d'une maison rapportait 5 000 francs nets par an, et que le rendement de ce type de placement était reconnu de 5% l'an, votre bien était estimé à 100 000 francs.

Dans les périodes stables, cette solution était certainement la meilleure.

Elle correspond surtout aux possibilités financières de la majorité de la population du pays pour se loger.

C'est ce vital équilibre qui vient de s'écrouler.  

- La troisième est celle couramment exploitée aujourd'hui.

Elle consiste à évaluer les biens au regard de ventes identiques du secteur concerné.
Solution très dangereuse en période d'inflation déraisonnable, car cela fait comme je viens de la dire "boule de neige" 

Résultat :

Si cette spéculation se prolongeait encore le long du littoral de la Bretagne, qui pourra bientôt se loger convenablement sans être au moins un demi millionnaire ?

Quels seront les locataires qui pourront se loger à année ? 

Cette crise est déjà elle aussi bien implantée depuis quelques années, en raison de la sévère diminution des locations à l'année, contrariées par la férocité des locations saisonnières. 

Voilà des questions pour lesquelles : ni la SCOT de la CC'ânerie, ni le PLU de Pont-Aven, ne proposent de réponses concrètes.

Les élus, manifestement dépourvus d'imagination dès qu'un problème est un peu aigu, non plus d'ailleurs.

Conclusion :

Lorsque cette crise sera dépassée par celle d'un trop plein de biens à revendre, ce sera "à nouveau" de gros problèmes qui feront la Une des journaux sous la bannière d'une "Nouvelle crise du logement" 

Heureusement qu'à Pont-Aven la chanceuse, il fait, et il fera toujours bon vivre, grâce à la science infuse de ses élustupides totalement gauguinisés ! 

--------------------------------

Le document du jour :

L'ensemble du domaine de Keranperchec évalué en 1986 

à 2 000 000 Francs par le service des Domaines.

En tenant compte de l'évolution de la valeur des monnaies :

1 Franc de 1986 équivalant aujourd'hui à 0,26874 €,

dans ces conditions de comparaison,

c'est une somme d'environ 540 000 € (plus les frais notariaux) que la commune aurait déboursée pour devenir propriétaire de ce fabuleux ensemble immobilier.

Même pas le prix actuel d'une simple bicoque bourgeoise "à rafraîchir"  sur le port !

-------------------------------------------------------------- 

     

    

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article