La boîte à caprices

Publié le par chercheur d'histoires

Désespérant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Désespérant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

La boîte à caprices

Comme le dit presque la chanson d'Hervé VILARD

"Caprices c'est fini
"Et dire que c'était le bourg de mon premier amour
"Caprices municipaux, c'est fini
"Je ne crois pas que j'y retournerai un jour

(sur le marché de Nizon du dimanche matin ! )

.........................................................................................

Ah ! qu'il était beau le jour de son premier déballage.
Ce jour où une grande délégation d'élustucrus était venue pour la première et dernière fois, acheter des légumes du Pays sur ce marché plein d'avenirs.

Et oui : pour ces élus, il suffisait de claquer des doigts pour que la réussite soit au rendez-vous.

Ce que je constate aujourd'hui est que ces représentants du peuple ne sont plus jamais venus faire leurs provisions de produits BIO(s)    

Même pas leurs écolos 

20 familles d'élus du coin boudant cette lubie, c'est sans aucun doute la moitié de la clientèle qui était nécessaire pour amorcer l'élan du premier jour.

Conclusion :

C'est pas grave. En effet, au bourg de Nizon il reste encore un  jeune couple qui avait eu le courage* de reprendre un commerce de proximité il y a quelques années.

Il y a deux ans, il avait décider d'ouvrir sa boutique aux cultivateurs de Nizon afin de créer un espace de  "Produits locaux" (Légumes etc.)

Un truc qui : lui au moins, marche bien ! 

* Oui beaucoup de courage pour tenir le coup dans ce devenu petit à petit lugubre désert.

Pour tout dire et bien dire,  un bourg en grande souffrance qui subit le diktat d'une bande de barbouilleurs. 

Nota : Le dernier restaurant qui était lui aussi tenu par des jeunes vient d'être vendu en raison de leur désespoir.

---------------------------------------------------------------------- 

le nom de l'auteur du texte publié ici hier :

Paul SERUSIER

.................................................................

J'ai par ailleurs appris par voie de presse que finalement c'est environ 145 vieux qui ont participé au repas de Noël que  la commune leur a offert.

Ce qui confirme que la faim justifie parfois les moyens déployés ...
... Même dans une commune en déconfiture !

--------------------------------------------- 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article