Les tas de boue polluée préférés des élustucrus du cru :

Publié le par chercheur d'histoires

Le site de Pontic Malo aurait-il mal au cult ...  des lubies écolomunicipales  ?

Le site de Pontic Malo aurait-il mal au cult ... des lubies écolomunicipales ?

Les tas de boue polluée préférés des élustucrus du cru :

Gast ah gast !, Ces derniers temps, pendant qu'ici je papotais sur "dédé en vain",

les boueuses conneries municipales se sont accumulées.

Revenons donc aux hallucinantes élucubrations, incantations, et lubies de nos chères et coûteuses élustupidités. 

Et si je vous racontais : Moi aussi, une histoire de crapauds à dormir debout ?

... pour : Moi aussi, ...
... vous endormir les amis des natures mortes.

Cette stupide histoire d'une municipalité qui avait un jour décidé 'toute seule comme une grande"  de créer un "urbanisé" baisodrome pour crapauds en chaleur,

... en oubliant d'y implanter un distributeur de capotes !

Résultat des courses :

Les riverains se cotisèrent pour offrir à leur géniale municipalité un superbe bouquet de fleurs du mal, pour la remercier de leur avoir offert un énorme concert. 
Mais de quel concerto parles-tu connard ?  me demande énervée la paisible CHARLi'OT.

Je lui réponds que près de chez moi, en pleine nature "naturelle" située dans une zone boisée humide classée, un tel ouvrage écologique existe déjà depuis longtemps et que durant l'époque des amourettes  crapaudiennes, ces braves bêtes à bon dieu font un boucan du tonnerre de Brest.

Ce qui d'ailleurs ne me gène nullement : En effet, J'ai longtemps vécu à Brest,

Mais qu'en penseront les riverains de ce nouveau forum municipal des concerts crapaudinants, lors des prochains accouplements de batraciens sous leurs fenêtres ?????????????????????????????????????????????????????????????????????????

A suivre demain

----------------   

La photo porno du jour :  

Le site de Pontic Malo aurait-il mal au cult ...  des lubies écolomunicipales  ?

-----------------------

   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article