Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 4/4

Publié le par chercheur d'histoires

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 4/4

A cette époque le moulin de Rosmadec est occupé par un curieux personnage : Le Corronc, ébéniste connu pour fabriquer de faux anciens meubles bretons. C’est au plomb de chevrotine qu’il fabrique des planches vermoulues utilisées pour confectionner ses meubles. J’ai eu l’occasion il y a quelques années d’en exposer des exemples. Il est bien placé pour connaître toute l’affaire de la venelle. Un peu plus tard il acquiert une maison sur la place. Après démolition de la bâtisse, il fait construire une fausse ancienne maison : l’actuelle pharmacie.

Dans la foulée il construira un garage au fond de l’impasse « publique » longeant le pignon de sa maison et menant au lavoir du centre ville sur l’Aven (lavoir démoli il y a quelques années). Il considèrera dès lors que la venelle lui appartient. Pourquoi faire compliqué quand tout est si simple à Pont-Aven.

Qu'est devenu l'ancien chemin menant à la chapelle Saint Guénolé ? Seul accès jusqu'en 1900 à la colline du même nom et à la fontaine qui lui était rattachée. Il longeait l'arrière de l'actuel musée. Cette fontaine était seul point d'eau de proximité "public" pour les habitants de la place. Lui aussi, avec sa fontaine, est passé à la trappe.

A Pont-Aven rien ne change, et aujourd’hui encore, l’ahurissante histoire de la fausse propriétaire des ruines de Rustéphan, défendue par la municipalité, répond à cet esprit « usurpateur » très répandu dans la cité. Je pourrais dresser la liste des portions de biens publics ou communaux usurpés par les anciens habitants. Pour la petite histoire locale, ce serait intéressant

non ?. Elle serait longue vous pouvez me croire.

Conclusions :

Pont-Aven, comme nulle part ailleurs, est vraiment du pain béni pour un chercheur d’histoires.

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 3/4

Publié le par chercheur d'histoires

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 3/4

Autre bizarrerie de cette affaire qui ne manque pas de piquant :

Par jugement en date du 18 janvier 1925, le juge de Paix de Pont-Aven déboute Charpentier de ses prétentions sur la venelle. Le jugement confirme son caractère publique.

Ce jugement s’appuie sur les documents cadastraux, sur un décret du 19 mars 1886 qui stipule qu’en absence de titre de propriété sur un chemin (c’est la cas), la présomption de propriété est en faveur de la commune, sur un précédent jugement en date du 24 mai 1897 qui mentionne que «de toute évidence le chemin litigieux est un chemin communal»sur le fait que dans le passé, la commune a effectué des travaux d’entretien du passage, sur les attestations des riverains qui déclarent que la venelle a toujours été accessible à tous publics pour venir y laver le linge, y vider les seaux de toilettes ; que les voitures y stationnaient les jours de foire et de marché …

Mais voilà, l’affaire n’est pas clause pour autant. Un rebondissement vient tout remettre en question.

Le 29 juillet 1926, le conseil municipal, réuni en séance extraordinaire, va prendre une extraordinaire décision. Elle sera officialisée dans une transaction signée par devant Maître Pean de Ponfilly, le 28 juin 1927.

Une transaction « à tomber sur le cul » qui mentionne :

Tenant compte du jugement rendu le 18 janvier 1925, M. Charpentier renonce à inquiéter M. Le Villain. De son coté, la ville de Pont-Aven reconnaît que tout le terrain de la venelle situé au delà de la construction Le Villain  est la propriété de M. Charpentier.

AHURISSANT, vous ne trouvez pas ? moi non. Voilà du vrai Pont-Aven comme il en existe à profusion tout le long de son histoire.  

Ce n’est pas tout : A suivre demain !

------------------------------------------------------- A suivre demain ---

Partager cet article
Repost0

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 2/4

Publié le par chercheur d'histoires

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 2/4

Lors de mes recherches sur un éventuel accord du conseil municipal du dépôt en marque déposée du nom Pont-Aven, j’ai découvert que la commune avait, le 4 novembre 1924, vendu une portion de terrain à Alexis Le Villain pour agrandir sa future pâtisserie située près du pont, terrain dont un voisin : Mr Charpentier propriétaire du moulin de Rosmadec, réclame la propriété. Dès la construction terminée, ce dernier assigne Le Villain en justice en réclamant sa démolition . Celui-ci assigne à son tour la commune en responsabilité.

L’affaire se retrouve sur le bureau du Juge de Paix qui, je dirais pour faire court, a pour mission de rechercher le propriétaire réel de la venelle de Rosmadec dont M. Charpentier revendique la possession. L’instruction du dossier judiciaire est mené en profondeur avec appel de nombreux témoignages. L’affaire se complique lorsque les voisins contestent la démolition d’un lavoir (situé sur le terrain vendu à Le Villain) dont ils avaient la jouissance « publique » depuis toujours.

M. Le Louet, maire de la Commune, se retrouve dans une situation bien délicate, et c’est à ce moment précis que Le Villain (ancien huissier de justice) dépose la marque Galettes de Pont-Aven. La commune souhaite régler à tout prix le litige à l’amiable. Ce n’est donc pas le moment pour elle de mettre de l’huile sur le feu. Elle ne réagit pas contre le dépôt de la marque.

C’est ainsi que naquit une marque déposée entachée d’illégalité.

------------------------------------------------------ A suivre demain ---

 

Partager cet article
Repost0

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 1/4

Publié le par chercheur d'histoires

Une histoire de galettes qui nous mène à Rustéphan : 1/4

Ne pas confondre : historien et chercheur d’histoires

Le premier est rigoureux, le second cherche du croustillant, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas sérieux : la preuve.

Parlons de galettes.

Le 15 janvier 1925, à 15 h., M. Alexis Le Villain de Pont-Aven dépose au greffe du tribunal de commerce de Quimperlé la marque : « LE PETIT BRETON _ biscuiterie LE VILLAIN à PONT-AVEN » désignant de la pâtisserie.

Le 20 novembre 1925, à 14H., M. Alexis Le Villain de Pont-Aven dépose au greffe du tribunal de commerce de Quimperlé la marque : « GALETTES de PONT-AVEN _ au beurre fin de Bretagne, cuite au four » désignant de la pâtisserie.

Il faut savoir que les deux intitulés concernent le même produit qui change donc de nom commercial au cours d’une même année.

(le dépôt de la célèbre enseigne Traou Mad - appellation générique de divers produits de pâtisserie et biscuiterie -  par le même M. Le Villain n’interviendra qu’en 1937, et la marque Traou Mad de Pont-Aven en 1978)

Premières bizarreries : 

À Pont-Aven, la galette est une crêpe épaisse fabriquée depuis la nuit des temps par les crêpières du pays. Le mot galette, nom commun et usuel d’un produit de crêperie, à donc été usurpé et détourné de sa signification première par Le Villain pour en faire la marque déposée d’un produit biscuitier ce qui juridiquement est illégal.

Le nom Pont-Aven désignant un lieu géographique ne peut non plus être déposé, sauf à cette époque et sous certaines conditions restrictives, avec l’accord préalable de conseil municipal. J’ai vérifié, cette institution ne s’est jamais prononcée sur le sujet.

Comment donc la marque Galettes de Pont-Aven a t-elle pu être déposée et acceptée par le Tribunal de Commerce de Quimperlé et pourquoi donc les élus de Pont-Aven ne se sont pas opposés à cet acte illégal ?

----------------------------------------------------- A suivre demain --- 

Partager cet article
Repost0

Observez les

Publié le par chercheur d'histoires

Observez les
Avez-vous observé les touristes déambulants le long de la rivière ?
Ils ont tous les yeux rivés sur l'écran de leurs appareils de photos.
Regardez les de plus près. Vous observerez qu'ils ne savent plus
regarder ou voir ailleurs.

Dans quel monde ils vivent.

La municipalité ne fait pas beaucoup d'efforts pour nettoyer la rivière, mais on comprend pourquoi : cela ne sert plus à rien.
---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Des visiteurs plus sensés que les élus

Publié le par chercheur d'histoires

Des visiteurs plus sensés que les élus

Comment stationner les mardis de l'été, jours du marché,, dans le bourg de Pont-Aven totalement encombré. Le élus ont répondu en construisant un très coûteux parking dans la vallée du Penanroz : cet horrible espace qui ressemble à un cimetière délabré et abandonné, interdit aux camping-cars, aux gens du voyage etc...

Les visiteurs ont choisi une autre solution très économique pour la ville et respectueuse du paysage de de l'environnement. Ils squattent durant les quelques heures du marché, le champs d'un lotissement avorté au carrefour de  Kergam. Ce champs reprend aussitôt après le marché sa fonction naturelle. Utilisé une douzaine de fois par an pourquoi en faire plus ?

P.-Kergam.jpg

----------------------------------------------------------------------------------  

Partager cet article
Repost0

Des remontrances Ministérielles !

Publié le par chercheur d'histoires

Des remontrances Ministérielles !

Je cite texto le Journal Officiel :

Un quart des sites internet de voyages contrôlés cet été par la DGCCRF se sont avérés plus ou moins trompeurs pour le consommateur. Hervé Novelli annonce une "tolérance zéro"

 Le secrétaire d'Etat au Tourisme et à la Consommation, Hervé Novelli, a déclaré mercredi que l'Etat pratiquera une "tolérance zéro" vis-à-vis des pratiques trompeuses

"L'Etat ne tolèrera pas la poursuite des pratiques trompeuses",

Des infractions "significatives" ont été constatées également dans le domaine de l'écotourisme et du tourisme vert, avec des provenances sur des produits révélant encore trop fréquemment des allégations valorisantes non justifiées. Exemple : des galettes de Pont-Aven pas franchement de la région ,..

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Heureusement que le Ministre de la Culture n'a pas pris la même directive.
Il y aurait eu du grabuge chez les 
faux artistes peintres des galeries pontavéniaises .  

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je prépare un nouvel article croustillant sur l'histoire de ces fameuses galettes.

A ne pas rater.

---------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article
Repost0

« Où est le crabisme alors....?

Publié le par chercheur d'histoires

« Où est le crabisme alors....? 

Commentaire de Brieuc reçu sur ce blog à la suite de l'article paru hier (loyers en ébullition)

Si Brieuc fait allusion à cette espèce humaine en voie de disparition à Pont-Aven et plus connue sous le vocable : " Artiste peintre ", je dirais que les crabistes (du nom d'un groupe de peintres local des années 1970), ont été, comme tous les autres artistes, chassés des lieux en raison des coûts exorbitants des loyers des galeries pratiqués de nos jours. Vu les prix, même Gauguin n'aurait pas tenu une semaine dans la cité dite des peintres.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article
Repost0

Des loyers en ébullition

Publié le par chercheur d'histoires

Des loyers en ébullition

Comment voulez vous que notre poissonnière favorite dégotte une boutique dans le centre de la ville pour se mettre à l'abri des intempéries ?

Le top des loyers de galerie  a atteint, en 2010, la modeste somme de 2800 €/ mois.

A ce prix, notre marchande de poisson devrait se tourner vers une clientèle de gros collectionneurs de tableaux, friands de homards et de caviar, et encore.

----------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

la route des peintres en Bretagne

Publié le par chercheur d'histoires

la route des peintres en Bretagne

entree-PA.jpg

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3