Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le connaissez-vous ?

Publié le par chercheur d'histoires

Le connaissez-vous ?

Non ? ce nom ne vous dit rien. Ne soyez-pas chagriné, vous n'êtes pas le seul.
Qui connaît encore à Pont-Aven Yves de Kerouallan, le peintre qui est encore exposé au musée pour quelques jours ?

Et pourtant, les dirigeants de l'établissement ont mis le paquet pour le faire connaître et reconnaître. Un Grand Maître de la peinture n'aurait pas bénéficié de plus de sollicitude.

Depuis le début de l'exposition, nous avons pu lire de nombreux articles très élogieux à son honneur dans la presse régionale et nationale.

Lorsque l'on alloue à un tout petit-maître*, autant d'attention qu'à un Grand, le système est détraqué.

Des de Kerouallan, il en existe des dizaines de milliers qui attendent leur sacralisation dans des musées.

* Je fais référence à la définition " des petits maîtres de la peinture " proposée par Gérald SCHURR, et qui ne peut manifestement pas être attribuée à de Kerouallan : d'où mon expression tout petit-maître mieux adaptée à l'œuvre de ce personnage. Ce qui n'est d'ailleurs pas péjoratif à condition de le placer à sa bonne place sur l'échelle des valeurs artistiques.

Etait-il raisonnable de le légitimer en lui attribuant une référence à l'école de Pont-Aven ?

Est-il acceptable de sanctuariser des seconds choix dans le célèbre musée rayonnant ! de Pont-Aven ?

Non : ce qui prouve que le système s'est bien détraqué.

Le musée n'est-il pas sur le chemin des galeries du centre ville où les nigauds se laissent berner par les propos idylliques des vendeurs de toiles peintes ? : Le chemin d'un nivellement par le bas, comme il se dit.

 ---------------------------------------------------------------------------------

 


Partager cet article
Repost0

LE PETIT BIJOU

Publié le par chercheur d'histoires

Le petit bijou :

 Mon attention se porte aujourd’hui sur LE PETIT BIJOU du centre ville de Pont-Aven :

La venelle de la Petite Tourte

Discrète entre toutes, elle a conservé son nom d’origine et a échappé aux circuits : « touristes pochons-plastoc » du reste de la ville. Ce qui déjà lui confère un caractère particulier.

Elle surprend par l’originalité de sa bienheureuse structure ancestrale.

Elle est dotée de sa propre histoire : un bol d’air frais qui échappe à celle de la ritournelle de la peinture.

La ville est en ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager). Cette venelle mériterait une attention particulière de la part de la municipalité afin de préserver son originalité.

Elle a subi quelques outrages mais heureusement réversibles (clôtures en plastoc entre autres). Plus grave est la perte d’une de ses branches (voir notre article précédent).

Aujourd’hui, à l’appui d’une réflexion intelligente qui fixerait à son égard des règles de sauvegarde dans le cadre de la règlementation de la ZPPAU, un petit « dépoussiérage » lui serait bien utile.

J’y mettrais une condition si vous le permettez : Que cette opération soit exécutée avec du savoir-faire : je dirais à titre de comparaison, à la manière des restaurateurs d’œuvres d’art. 

--------------------------------------------------------------------------------    

Partager cet article
Repost0

Pont-Aven se rétrécit !

Publié le par chercheur d'histoires

Pont-Aven se rétrécit !

Le sujet du jour ne concerne pas - pour une fois - les cerveaux des pontavéneuneux.

Je m'inquiète aujourd'hui du rétrécissement ou de la disparition de chemins piétonniers ouverts aux promeneurs il n'y a pas si longtemps encore.

Personne ne pipe mot comme d'habitude.

Exemples :

- La venelle qui séparait le collège de Parc Moor et la propriété du manoir de Keramperchec a été muré par le propriétaire de ce dernier !

_ Le chemin piétonnier qui reliait la venelle de la Petite Tourte * et l'ancienne voie de chemin de fer a disparu lui aussi !

- Le tronçon de la voie charretière menant au bas du Bois d'Amour rétrécit un peu plus chaque année et ce, jusqu'au niveau du viaduc sous lequel elle passe !. Cette voie charretière desservait autrefois le Moulin Neuf et l'arrière du Moulin David.

Vous pouvez remarquer vous même qu'un riverain "grignoteur d'espace" s'est approprié une partie de la largueur du chemin dont il ne reste plus qu'un étroit passage piétonnier en libre circulation.

Qu'adviendrait-il si les véhicules de secours devaient intervenir en cet endroit très fréquenté ?

Voilà trois exemples qui font suite à une longue liste d'appropriations illégales de chemins communaux ou ouverts au public depuis parfois la nuit des temps à Pont-Aven.

* La venelle de la Petite Tourte : elle me donne des idées pour mon article de demain. 

--------------------------------------------------------------------------------- 



Partager cet article
Repost0

Et sa chambre ?

Publié le par chercheur d'histoires

Et sa chambre ?

Dans la précipitation, ils ont oublié d'intégrer à leur projet de musée " sa chambre ".

Les élus ont l'idée attirer dans l'avenir - grâce à leur projet - plus de touristes dans le centre ville : en décrépitude, c'est le moins que l'on puisse dire. La solution de loin la plus efficace serait de leurs proposer, dans la cadre de la visite du futur musée, celle de cette chambre.

C'est celle de la deuxième chance pour la commune. Il n'y en aura pas d'autre. Le maire précédent ayant raté la première, en laissant des Américains se l'approprier. 

Vous connaissez certainement cette célèbre pièce située à 16,50 mètres de la future tour de Babel Angèle ?. C'est là, que le Maître a passé 6 mois de convalescence au lit, après s'être cassé une jambe dans une bagarre avec des marins de Concarneau.

Pour l'intégrer au projet, il suffirait de percer une ouverture entre la future tour et l'ancien hôtel GLouannec voisin. Une bricole qui permettrait de faire plaisir à des centaines de milliers de touristes par an.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Attention : il ne faudrait peut-être pas trop insister sur l'histoire de la bagarre : elle fait mauvais genre.  Il y a mieux à faire pour plaire aux visiteurs sans trop égratigner l'histoire picturale de la fin du XIXe siècle.

Nous pourrions leurs raconter une histoire d'oreille coupée qui expliquerait l'alitement du maître.

La supercherie est le seul domaine très  "vendeur" à Pont-Aven.

Vous l'avez certainement remarquée.

----------------------------------------------------------------------------------


 

Partager cet article
Repost0

L’actualité en salle des ventes

Publié le par chercheur d'histoires

L’actualité en salle des ventes

 Au début de ce mois, la salle des ventes de Brest dispersait son lot d’œuvres des écoles bretonnes et de Pont-Aven, dont elle s’est fait une spécialité depuis le milieu des années 1960.

Il n’y a pas si longtemps, chaque vente de ce type était l’occasion de passionnantes discussions dans les lieux consacrés à la culture picturale à Pont-Aven.

Avant la vente, les amateurs d’art donnaient leurs - souvent pertinents - avis sur la qualité du programme : après, les débats portaient sur le résultat des enchères : la spéculation, les bonnes affaires, les mauvaises surprises etc.

On apprenait bien des choses sur le sujet en ce temps aujourd’hui révolu.

À la suite de cette dernière vente, j’ai lu dans la presse le compte-rendu journalistique :

Son  titre : «  l’Ecole de Pont-Aven garde la cote »

À première vue c’est encourageant, mais à y regarder de plus près, je suis moins sûr.

Dans les années 1980-1990, les œuvres de bonnes factures des peintres dits de Pont-Aven : MORET, JOURDAN etc. - de bons peintres autour des Maîtres - que l’on trouvait sur ce marché se négociaient âprement autour de 400 000 Francs.

Samedi dernier, un Moret de la bonne époque, prit comme référence par le journaliste, s’est négocié à 63 000 €.

Je ne dirais pas que l’école de Pont-Aven garde la cote *, mais qu’elle stagne depuis bien longtemps.

À chacun son opinion.

 

* j’exclu de ma réflexion les chefs-d’œuvre, des années héroïques, des premiers membres du groupe de Pont-Aven, sinon mes propos n’auraient aucun sens. 

----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Au rapport !

Publié le par chercheur d'histoires

Au rapport !

Le président de l'association de la Belle Angèle a dû venir s'expliquer manu militari devant le conseil municipal sur la situation financière de son association.

Que les membres de cette honorable a'saucée en mer soient de bons marins, je n'en doute pas, mais c'est un désastre dès qu'il s'agit de la terre à terre histoire picturale de Pont-Aven.

Avant de nommer leur bateau "la Belle Angèle " ils auraient dû se renseigner. Ils auraient appris que ce nom est un grand sujet de polémique locale depuis ... 1889.

Il sert à quoi le musée à Pont-Aven si le pontavén'arts n'ont rien à y apprendre d'utile ?

---------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

Ils deviennent soulants à la fin.

Publié le par chercheur d'histoires

Ils deviennent soulants à la fin.

Et re-belote : c'est au tour du Conseil Général de succomber au piège de la paranoïa de la municipalité de Pont-Aven avec son projet de musée.

Le dernier bulletin d'information édité par cette institution vient de paraître.

Il nous informe de l'évolution des projets des futures communautés d'agglomérations

du Finistère et en particulier de celle de Concarneau qui :

Je cite -

" S'articule autour de trois enjeux :

- Habiter le territoire : faire de la cohésion sociale une composante de son  attractivité;

- Travailler sur le territoire : renforcer son attractivité et son dynamisme    économique;

- Aménager durablement le territoire.

Concernant la cohésion sociale, le contrat retient des projets culturels et patrimoniaux.

Exemple :

On note la reconstruction du musée des Beaux-arts de Pont-Aven ( 1 million d'euros) "

............................................................................................................

Les intentions du C.G. dans ses généralités sont à l'opposé de la politique communale de Pont-Aven.

Les décisionnaires de l'avenir de la commune, en se concentrant exclusivement sur leur projet paranoïaque de futur musée, occultent délibérément les intérêts des habitants et les enjeux majeurs exprimés par le Conseil Général : La cohésion sociale - l'emploi - le dynamisme économique et l'aménagement durable du pays. 

Tout ce que je dénonce sans relâche sur ce blog.

Par ailleurs, mais nous le savions déjà,  nous noterons que le Département ne s'engage qu'à " apporter un million d'euros au projet ".

Ce qui est très faible eu égard au coût total prévisible du financement d'un tel projet.

Le bulletin nous apprend d'autre part, que le démarrage des travaux, annoncé du haut de son perchoir par Mme le maire pour l'automne de cette année, serait "déjà" reporté au 2e semestre 2012 !

C'est toujours cela de gagné : La tourmente s'éloigne de notre horizon. Ce qui signifie aussi que ce grandiose projet, qui demanderait du sérieux et de la compétence municipale, n'est pas maîtrisé.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

la nuit du musée !

Publié le par chercheur d'histoires

la nuit du musée !

Chouette, elle est annoncée pour ce soir samedi.

Dans la pure tradition pontavénuitardive ?

Hélas non. J'ai lu le programme.

A minuit : tout le monde à la niche. 

Dans la tradition des pontavenuit'arts : minuit, mais c'est même pas l'heure du début des préliminaires.

Que l'on nous annonce la soirée ou la mi-nuit du musée, passe encore, mais de prétendre occuper les vieux pontavénounours toute une nuit, c'est comme dirait l'autre : "du rigolo plein de poils ".

Il ne faudrait pas prendre les vessies des anciens pour des lanternes "éclairées "

-----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Ils communiquent !

Publié le par chercheur d'histoires

Ils communiquent !

C'est nouveau. L'amicale des anciens du musée, traditionnellement hermétique dans ses rapports avec la population de base de Pont-Aven, communique depuis peu avec elle au travers de la presse. Ses dirigeants se sont lâchés et nous avons, nous les curieux, été gâtés : elle a même publié le bilan financier de sa trésorerie.

Ce bilan m'a toutefois quelque peu interpellé. Je ne vais pas vous apprendre que je suis un vilain chercheur d'histoires.

 Lorsque je lis leur rapport financier, je constate qu'elle a très largement participé aux acquisitions du fonds du musée depuis 25 ans. Ma curiosité légendaire aurait souhaité qu'ils précisent l'origine de leur cagnotte en notant les noms des généreux principaux donateurs qui ont permis ces prestigieuses opérations. Avec 500 adhérents qui apportent 13 855 € de recettes (soit 27,71 € par tête de pipe), le compte n'y est pas.

Je n'aime pas trop la vantardise.

Par ailleurs, le président de cette honorable amicale nous annonce qu'elle a le projet d'acquérir une nouvelle œuvre pour marquer les 25 ans de leur musée (celui de Pont-Aven - celui que je connais - a 47 ans). Ils sont en pourparlers avec le musée d'Indianapolis !

Acheter aux Etats-Unis, quelle affaire (encore de la vantardise à deux balles pour se faire valoir)  Si vous avez lu mes articles des 3- 4 et 5 mai, vous avez compris que les maisons de ventes des Etats Unis ont ruiné le marché de l'art haut de gamme en France ces dernières années.

Les salles de vente de Bretagne ne sont sans doute pas assez prestigieuses pour Pont-Aven ?. Quel dommage pour leur musée car bien de petits chefs-d'œuvre de très bon niveau y sont régulièrement proposés. Je m'intéresse avec curiosité et plaisir à ce marché régional depuis 1966 : Une démarche qui est particulièrement instructive.

Je reprends - en me répétant - l'exemple de la vente du chef d'œuvre d'Emile BERNARD en décembre dernier à Brest et que Pont-Aven a raté. N'est pas collectionneur d'œuvres d'art de haut niveau qui veut. C'est un don très rare qui ne se décrète pas : aussi rare que sont les artistes de génie, et je ne pense pas que les membres de "l'actuelle" l'amicale du musée de Pont-Aven, pas plus que ceux de la municipalité, pas plus que ceux des institutions de tutelle qui décident en dernier ressort des achats, aient aujourd'hui cette précieuse qualité.

L'avenir nous le dira.

Ma conclusion : un peu de modestie ne ferait pas de mal au musée de Pont-Aven et à ses proches partenaires 

----------------------------------------------------------------------------------

 



Partager cet article
Repost0

Je suis cloche ...

Publié le par chercheur d'histoires

Je suis cloche ... mais pâs que ...

J'ai oublié cette brève de comptoir dans un tiroir de mon ordinateur. Tant pis pour moi, je vous l'offre gratos, en espérant que les œufs ne seront pas pourris.

Les nids de poules poussent comme des champignons dans le macadam de la ville.

Ce n'est pas la première fois que je vous parle de cette épidémie.

Ce phénomène représentait une opportunité pour la municipalité d'organiser, pour une fois, une attraction ludique, à savoir :

Une chasse à l'œuf pour les enfants, dans les rue de la ville le jour de Pâques.

C'est raté.

Vous objecterez que ce jeu est dangereux mais j'y ai pensé figurez-vous.

J'aurais proposé aux organisateurs de poser de grands panneaux aux entrées de la ville avec la mention :

" ATTENTION AUX ŒUFS "

-----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>