Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A ne pas rater

Publié le par chercheur d'histoires

A ne pas rater

Mettez votre tenue de pingouin et ajustez votre nœud de cravate, ce soir la municipalité vous convie à assister à une conférence sur son projet CCânesque.

Elle sera présentée à 18 h. à Saint Guénolé (dans l"annexe du musée de même nom !) par l'auteur de ce projet.

Attention, prenez vos dispositions : l'invitation précise que " L'accueil du public sera accepté dans la limite des places disponibles "

C'est vrai que si l'on tient compte du nombre de souteneurs du projet venu en force,

il ne devrait rester de disponibles que quelques strapontins pour le p'tit peuple qui, à mon avis, resteront vides.

Vous vous attendez peut-être à ce que je critique cette opération ? Vous avez raison.

Je vais même hurler au scandale comme d'habitude, et comme d'habitude à juste raison.

Pourquoi ? 

Il aurait été honnête et heureux que ce projet soit présenté à la population de Pont-Aven bien plus tôt, au moment des études préalables, et non pas : après coup une fois le projet ficelé et cadenassé, dans le cadre d'une simple conférence de présentation mais dans celui d'un débat public.

Le démocratie (comme la locomotive économique) est grippée à Pont-Aven depuis 25 ans.

Qui peut affirmer le contraire ?
 

Si ce nécessaire débat avait eu lieu, nous aurions pu lui apprendre son métier d'urbaniste :

Où sont les études préalables de faisabilité du projet, des impacts sur la ville, pourquoi avoir zappé la concertation préalable auprès la population plus que nécessaire pour un projet aussi lourd de conséquences néfastes pour le futur de la commune ?

Où est la notice d'intégration de ce projet dans le nouveau SCoT ?

Cette opération est bouclée et aujourd'hui il n'y a plus que la terrible crise financière nationale qui pointe son nez à pouvoir y mettre fin. VIVE LA CRISE. 

Je crois savoir que c'est ce même personnage qui a pondu le projet "Architectural et paysagé" que j'ai longement critiqué ici l'année dernière en concluant que je n'avais jamais consulté de projet aussi stupide. Un avis que je signe sans hésiter à nouveau.

A ce sujet : que devient ce projet qui devait être mené : souvenez-vous,  dans le cadre "d'une concertation participative  avec la population qui n'a jamais eu lieu !".

Que sont devenus les avis des habitants sur ce projet ?

A la poubelle sans doute. N'oubliez pas que c'est en fin de cette année que vous règlerez le coût de cette opération : 45 000 € pour un projet déjà parti en fumée.

Je vous l'ai signalé en début de semaine : Je termine un très long article sur le "SCoT" que je vais pouvoir présenter ici sans tarder. Je peux déjà vous dire que le projet qui va être présenté ce soir, est en totale contradiction avec les règles de ce SCoT : Règles qui dorénavant s'imposent strictement à tous, sur le territoire de la CCA.

Un exemple parmi d'autres :

" Chaque commune ne doit pas subir une croissance qu'elle ne peut pas - ou mal - contenir "

L'excroissance du musée : c'est quoi d'autre que l'exemple type de ce que le CSoT proscrit ?

Avant même la pose de la première pierre du musée CCânesque, les règles imposées à l'ensemble des communes de la CCA sont lamentablement violées à Pont-Aven.

De deux choses l'une : ou ce projet explose à temps, ou c'est le futur de Pont-Aven qui est anéantie.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Ce soir je n'irai pas faire tapisserie comme les membres de la secte jaune à cette con-férence de propagante. Je ne supporterais pas de déposer une obole au moment de la quête qui ne manquera pas d'être proposée aux participants en fin de discours. Qu'ils cherchent ailleurs l'argent nécessaire pour financer les frais de leur futur musée, et en particulier ceux fortement salés des émoluments de la SAFI et des honoraires de cet honorable urbaniste qui  se montent au total : selon les informations communiquées par la mairie, à 2 Millions d'euros.

---------------------------------------------------------------------------------








  

Partager cet article
Repost0

Le suspense est à son comble

Publié le par chercheur d'histoires

Le suspense est à son comble

Catastrophe : Doc Martin revient bientôt.

Comment va t'on lui apprendre  ...

... que sa pharmacienne préférée ... a préféré fermer les rideaux de son officine, avant d'être anéantie sous l'écroulement fatal du centre ville de Pont-Aven.

Pauvre Martin,

il va devoir bouleverser le scénario de la troisième saison de son feuilleton "poils aux cons"

Chanceux pontavénounours : vous aurez bientôt de retour votre téléfilm "catastrophes" préféré, mais cette fois pour de vrai.

Un téléfilm qui a un grand avenir dans le pays ... contrairement aux pharmaciens ... !

-----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

je comprends mieux

Publié le par chercheur d'histoires

je comprends mieux

Je comprends mieux aujourd'hui, pour quelques raisons obscures et délétères, la municipalité a accueilli avec autant de dédain, l'exposition de photos de la CCA, en exigeant qu'elle soit flanquée et entassée comme un tas d'ordures dans un coin de l'ancienne salle Julia, réservée jusqu'ici, aux animations culturelles des associations. 

En fait cette exposition les emmerde.

La salle Julia : en ce mois d'avril, était réservée pour accueilllir du beau monde : l'assemblée générale des élites de la secte du christ jaune.

Une secte qui : comme dame la conserv'atroce, était bien pressée de s'installer dans ses futurs meubles, usurpés au peuple pontavé-nain.

Les salauds : ils auraient, au moins par pudeur, dû attendre que les pontavénounours aient fait le deuil de leur mairie, pour prendre possession définitive des lieux.

J'ai appris que l'ordre du jour de la réunion était consacré à la souscription concernant le financement de leur futur musée CCânesque. Moi qui pensais qu'avec 500 membres

(+ 40 nouveaux), le problème de ce financement aurait été réglé en deux coups de cuillère à pot.

Et bien non : ils sont encore plus radins que je pensais. Ils réfléchissent toujours à la manière de faire payer par d'autres, les conneries qu'ils ont soutenues, mais qu'ils n'ont pas l'intention de financer eux-mêmes.

Pas de pot pour les pontavénounours.

A Pont-Aven, la double peine - pour les innocents - reste de mise : on leur pique leurs biens et on leur demande de financer leurs aménagements pour que d'autres s'y installent.

Cherchez bien : vous ne trouverez rien de semblable et de si scandaleux dans les autres communes de la CCA.

----------------------------------------------

Petite info : j'ai lu avec attention le SCoT :

Vous ne savez pas ce que s'est ?

Vous le découvrirez sur ce blog très prochainement.

Ici on ne vous cache rien et vous saurez tout : croyez-moi.

C'est du très lourd.

---------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article
Repost0

C'est comme ça :

Publié le par chercheur d'histoires

C'est comme ça :

Ce sera dorénavant comme ça, et je resterai le maître à bord de ce blog,

J'ai décidé d'y éliminer les commentaires anonymes qui n'ont pour objet que d'essayer de me casser.

Je les ai acceptés durant presque trois ans : il y en a des centaines à relire si vous le souhaitez  (elles sont toutes tristement semblables)

Si vous désirer vous exprimer ici : pas de problème, c'est même recommandé par la direction,  mais signez vos textes SVP.

D'autre part, un commentaire ce n'est pas un simple juron sans fondement que l'on profère indéfiniment. J'accepte volontiers que l'on me critique :

j'en suis même demandeur pour animer ce blog,

mais je ne trouve aucun intérêt à conserver de fausses critiques lorsqu'elles ne sont pas intelligemment ou malicieusement argumentées.

Me traiter de casse-couilles : pourquoi pas, mais de la part d'une "couilles molles" qui  se cache sous un speudo pour hurler à la censurej'estime qu'il y a erreur sur la marchandise :

Je ne peux lui casser les couilles car :

On ne casse pas de la matière molle,

On marche dedans, ça porte bonheur.

--------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

Hier et aujourd'hui

Publié le par chercheur d'histoires

Hier et aujourd'hui

Je reviens sur l'exposition de photos présentée à la mairie durant tout ce mois d'avril.

Elle ne m'a pas convaincu, mais je ne vais rabâcher ce que j'ai déjà exprimé ici.

D'ailleurs, entre le Pont-Aven d'il y a 100 ans, et celui d'aujourd'hui, je ne vois aucune différence.

LA PREUVE EN IMAGES :

" LES SORTIES des MESSES du DIMANCHE à 11 heures "

-------------------- Sorties-de-messe.jpg--------------------------

Le pays reste clean et prospère, non ? ; que demander de . 


Partager cet article
Repost0

Il vous a quitté

Publié le par chercheur d'histoires

Il vous a quitté

Une figure de Pont-Aven vient de disparaître.

A 95 ans, l'une des toutes dernières mémoires de Pont-Aven : Yves Berthou-Boulic, nous a quitté.

            Il appartenait à la lignée des grands commerçants de Pont-Aven : les premiers bâtisseurs de la ville, rejoints très tôt par 8 meuniers.

 

Nous leur devons  la notoriété et la richesse du pays depuis au moins le XVIIe siècle.

            Yves  avait appris son métier chez Arsène SELLIN Tailleur, (l’oncle de Georges Oriot ) installé à l’angle de la Grand’Place, au bas de la rue du Gac.

Au plus loin de nos connaissances : en l’an VIII de la République, la toute nouvelle commune de Pont-Aven recensait «198 individus mâles de plus de 11 ans  dont : 5  tisserands (Soun Louis, Hemon Jean, Le Fur Jean, Colin Guillaume, Gabellic Olivier) -

1 marchand de draps (Georgeu Pierre) - et 6 tailleurs (Morvan Yves, Morvan Jean-Marie, Manchec Louis, Huliac Yves, Ascardou Yves père et Ascardou Yves fils) »

Cette semaine Pont-Aven est en deuil : La Saga des grands tailleurs de Pont-Aven : auxquels la commune doit ses célèbres costumes du XIXe siècle, vient de s’achever avec la disparition d’Yves Berthou-Boulic.

---------------------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

Le temps se gâte chez les gâteux

Publié le par chercheur d'histoires

Le temps se gâte chez les gâteux

Aujourd'hui je consacre mon temps de parole - sans parole- aux prévisions du temps à Pont-Aven. 

Il y a quelques mois, dame la soutânesse annonçait officiellement dans son torchon municipal, que des déluges de touristes  dégoulinants (la locomotive économique du pays selon ses propos) inonderont bientôt : encore plus, la ville redevenue grâce à ses projets débiles, rayonnante comme un soleil.

Un doute m'habite :

Ne serait-elle pas l'auteur du célèbre dicton ? :

"Plus-vieux" que Pont-Aven, tu meurs.

-----------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article
Repost0

une mise à jour

Publié le par chercheur d'histoires

une mise à jour

Aujourd'hui je vous propose une mise à jour du "registre d'état civil des saubriquets de Pont-Aven"

1°Rectifications ou compléments d’informations du registre initial : 


 Le marseillais ou Pelote de laine = Berthou (I p 1) – Galopin ou Le petit curé = Ernest Kerlan (I p 4) – Jabel = Mme Naour, rue de Concarneau (II p 5)   La vieille caniche = épouse de Grand Mât (II p 4) – Le viet ou Skippi = Bertrand Quéinec (I p 4) – Radar = Mme Beurel (voir autres I p 1) – Vonn Seiz =  de la famille Le Cam ( I p 1) – Vonn  Goc’h = sa sœur ( I p 1) – San Pol = François Sancéo ( iIp 1 )

2° Les nouveaux venus :


Frisette = une dame Penven de Nizon -  ZAF = Morzadec (instituteur) – Crassouille = Derrien (garagiste) – L’Européen = Gloanec (rue de Concarneau) – Cameroum = ... ? (le mari d’une fille Gourvellec) – Franciska = … ? (habitait venelle de Rosmadec) – Le Guerrier = Jean Sellin – Jef Tempête = … ? – Escada = Mme Dambrine – Le blaireau de Coat Loch = … ? – Coat Noz =… ? – Nak Zu = … ? – Yann Thon = … ? – Jobic Ru = le père de François Tanguy – Le boche = Jean Marie Danielou (cafetier près de la gare) – Pao Cam =  Salaün (directeur d’école) – Trois poils = père  Berthou (instituteur) – Fend l’œil = Kervevan – Pen souche = Raymond Jacob – Les filles la joie = … ? (cafetières au Ptit Bar) - Le magnifique = Jean Marie Furic – Bombé = … ? – Paris Parfum = Mlle Cloarec - Dompteur de loches (II p 6) ou Lariflette = Mr Grill – P’tit catcheur = Maurice Sellin (habitait chez Perche) – Le préfet de Coat Pin = E. Barraud - Barbe à poux = … ? Coupe-circuit = Pierrot Coadic (électricien) - Jef Coq = … ? – Jef Tempête = … ? - Botez Plat = … ? – Jeanne petit choux = … ? - Mariane Ty Plouz = … ? - Turc = … ? – Coco = Georges Rouat – Pince cul = … ? – Le frais = Georges Limbour – Ptit blond = le frère de Jean Furic – Ptit gros = Roger Guiffant – L’écureuil de Kergoadic = … ? - 

Mimi café = ... ? (cafetière chez Jos Le Naour rue de la Gare, avant Gérard Joly)



 

 

--- A suivre ? On ne demande qu'à en rajouter  --------------------------------------


 

Partager cet article
Repost0

Lamentable : page 4/4

Publié le par chercheur d'histoires

Lamentable : page 4/4

Le clou "en or" de l'exposition :

Cette exposition a tout de même coûté 12 000 € aux contribuables de la CCA. C'est considérable et particulièrement scandaleux pour une opération qui n'est qu'un fiasco culturel.

Pour 12 000 fois moins d'argent, je propose depuis douze ans des expositions (principalement de vieilles photos ) à la MAPA.

Le plus grave est qu'avec 12 000 €, il y avait de quoi commencer la constitution d'un précieux fonds de photographies originales : depuis les années 1850 à nos jours.

Un fonds où chaque habitant de la CCA aurait pu retrouver ses racines.

Je pense par exemple aux anciens costumes qui sont les grands oubliés de cette exposition. C'est consternant.

N'aurait-il pas été heureux de comparer les costumes anciens de chacune des 9 communes au travers de photographies des années 1850 à 1890 : puis de les comparer à l'évolution des modes vestimentaires des 150 années suivantes ?

Etc. etc.

Voilà bien une proposition d'ouverture culturelle et "participative", vers l'ensemble de la population de la CCA et à la porté de cette nouvelle structure communautaire.

Dans une politique du chacun pour soi, il était jusque là très difficile d'entreprendre isolement ce type d'initiative collective.

Conclusions : cette première exposition de la CCA est un fiasco culturel.

Elle manque de conviction et fait : comme on dit "dans la culture molle "

---------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Lamentable : page 3/4

Publié le par chercheur d'histoires

Lamentable : page 3/4

J'avais cru comprendre que l'idée de cette exposition était de présenter le pays en cartes postales centenaires, à côté de photographies actuelles représentant des sujets identiques. 

Cette proposition (qui n'est pas nouvelle et déjà exploitée un peu partout) tenait tout de même la route : surtout à Pont-Aven où tout est photogénique. Mais elle réclamait pour ses organisateurs des connaissances approfondies sur le pays. Elle exigeait pour être utile à quelque chose, un profond travail d'observations et d'analyses qualitatives de la commune, qui leur aurait permis de mettre en exergue les changements positifs et négatifs intervenus en un siècle dans la cité ... Puis d'en tirer des enseignements utiles pour tous ceux qui ont l'avenir de la commune entre les mains

--------------------------------------------------------------------------------------------.

Mais avant tout, elle aurait nécessité que la commune dispose d'une Grande bibliothèque de la mémoire locale contenant : entre autres, un important fonds de photographies exploitables. (je ne cesse de le répéter)

--------------------------------------------------------------------------------------------

Je prends pour exemples d'observations : le remplacement des antiques lucarnes ouvragées des toitures de la ville par de vulgaires chiens-assis, ou encore celui des anciennes devantures aux boiseries de style et richement travaillées par de froides vitrines métalliques ou  pire : en plastique.

Je n'insisterai pas aujourd'hui sur l'état devenu lamentable de la rivière ou de l'état devenu critique des ruines de Rustéphan.

Des changements désastreux, il y en a à foison dans tous les coins.

Les changements heureux sont rares.

L'intérêt principal de la carte postale 1900 à Pont-Aven, est qu'elle ne triche pas contrairement aux lamentables mensonges et vantardises touristiques en vigueur dans la cité des anciens peintres et que je dénonce inlassablement sur ce blog depuis bientôt trois ans.

--- A suivre ------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>