Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La naissance d'un musée (p n° 1)

Publié le par chercheur d'histoires

La naissance d'un musée (p n° 1)

Depuis 2011, tous les articles de presse émanant des dirigeants de la CCânerie (ou de municipalité sortante) mentionnent l’année 1985 comme l'année de cette naissance.

C’est faux. 

Face à cette inacceptable imposture, que devais-je faire : moi le dernier mohican-can attaché à la mémoire de mon pays ?

 Ou je fermais ma gueule comme tout bon pontavénounours déplumé, ou je brûlais ma bibliothèque-mémoire de Pont-Aven, ou j’engageais une controverse sur le sujet.

En 2012, je décidais de présenter à la MAPA une exposition sur les 25 premières années du petit musée pontavénin "bien de chez nous " sous le titre :

"Qu'il était Grand notre Petit Musée " afin :

1° : De remettent les choses à leur place.

et 2° : De ne pas effacer comme voulu par la conserv'atroce, ces pages de la grande Histoire de la mémoire locale.

C’est en proposant :

1° : Le feuilletage des catalogues des expositions et des coupures de presse,

Et 2° : De jeter un coup d'œil sur les affiches des expositions de l'époque,

 que je rétablissais la vérité sur la naissance exacte du musée de Pont-Aven

Cela dit : mes archives ne sont pas exhaustives (ni celles des personnes qui m'ont aidé à monter cette exposition), aussi la liste des documents présentés durant l'exposition restait  incomplète, mais les preuves recherchées furent bien là

--------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà ce que le public ayant visité cette exposition a découver ou redécouver avec intérêt :

 - Préambule -

Du 30 avril au 9 mai 1948 :

Exposition à la Galerie Bourlaouën à Nantes : « Les peintres de Pont-Aven et leurs amis »

Réunissant 55 œuvres :

3 Gauguin, 1 Bonnard, 2 Vuillard, 4 Sérusier, 12 Denis, 7 Roussel, 10 Maufra, 11 Lacombe, 3 Bernard et 2 Schuffenecker

juillet / septembre 1950 

Exposition au musée des B.A. à Quimper : « Gauguin et le groupe de Pont-Aven »

Comprenant 139 numéros, et réunissant des œuvres de Gauguin, Bernard, Sérusier, Meyer de Hann, Filiger, Anquetin, Chamaillard, Laval, Maufra, Schuffenecker, Verkade, de Monfreid, Jourdan, Moret, O’Connor et Smith.

- Puis à Pont-Aven -

Du 16 août au 13 septembre 1953 

Exposition à l’hôtel de Ville de Pont-Aven :

(Entrée 100 Frs)

« Commémoration du cinquantenaire de la mort de Paul Gauguin »

réunissant 55 œuvres et documents divers dont le tableau de Gauguin

« La Belle Angèle » (Voir la photo du jour)

1° des peintures :

4 Gauguin, 4 Bernard, 2 Chamaillard, 1 Correlleau, 3 Denis, 4 Filiger, 1 Jourdan, 2 de La Vallée, 2 Loiseau, 4 Maufra, 1 Meyer de Hann, 4 Moret, 1 Seguin, 4 Serusier (dont le Talisman), 1 Verkade.

2° des dessins et gravures :

2 Gauguin, 2 Bernard, 3 Filiger, 1 Meyer de Hann

3° des documents divers et photographies.

Le tout provenant de collections publiques ou privées, et en particulier pour ne citer que les collections locales : Cochennec, Correlleau, Sinquin, Rouat, Robert Le Glouannec.

Elle fut patronnée par une flopée de personnalités influentes du monde des arts et des lettres, françaises et étrangères.

À cette époque, le nom de Pont-Aven fascine et exalte encore les esprits des amateurs d’art les plus exigeants. Un séjour culturel dans la cité n’est que du bonheur.

Je tenais à le rappeler.

Ah ! qu'il fut Grand ce tout petit petit Musée éphémère.

--------------------------------------------

La photo du jour : le tableau 'La Belle Angèle" exposé dans la salle des mariages de l'Hôtel de Ville.

De gauche à droite :

Le maire : Henri Sinquin  - Lisette Kermarrec - Théophile Briant - Marie Crenn

A suivre demain matin ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------

La naissance d'un musée (p n° 1)
Partager cet article
Repost0

50 ans... et plus une dent

Publié le par chercheur d'histoires

50 ans... et plus une dent

Une fois tout ce petit monde endormi : la fin justifiant les moyens, elle va mettre tous les moyens dont elle dispose pour bouster sa carrière ... vers le  musée d'Orsay. 

(En poussant la population du centre historique de Pont-Aven hors ses murs comme je l'ai dit ici la semaine dernière)

Inscrire sur son curriculum vitæ la paternité de la recréation du plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven devrait normalement accélérer sa propulsion vers la capitale.   

C'est ainsi qu'en 2011, elle fêtera en grandes pompes l'anniversaire de la naissance du  musée pontavénain créé par quelques férus amateurs d'art au début des années 1960.

Par timidité ou modestie comme il se doit lorsque l'on est bien élevée (?), elle ne fêtera que la naissance des derniers 25 ans du demi-siècle de rayonnement de ce petit musée sur la cité des anciens peintres de talent.

..........................................................................................................................................

Pour répondre à l'un de mes détracteurs, je préciserai que de 1959 à 1963, la Société du Grand Prix de peinture de Pont-Aven avait présenté chaque été une ou deux expositions consacrées au "Groupe de Pont-Aven".

(A l'époque, l'expression Ecole de Pont-Aven était pertinemment contestée par de nombreux experts en art)

Après ces essais fructueux; cette association (en partenariat avec la municipalité) se propulsa dans la Grande Aventure du Musée.

Selon un écrit ultérieur de Maurice Malingue, l'un des initiateurs de ce musée, ce serait le 26 mai 1963 que le nom de "MUSEE de l'Association Paul Gauguin" aurait été officialisé, mais je ne possède aucune autre information à ce sujet.

Voir en détail la fabuleuse histoire de cette aventure ici demain matin.

........................................................................................................................................

Ce qui prouve au moins qu'en matière d'hypnotise, elle est grande experte. Même Les vigilants membres de la secte du christ jaune n'y ont vu que du feu (Sacré)

Depuis, elle œuvre sans compter sa peine pour faire découvrir son musée aux gens du coin mais avec tact et humilité ... en ne présentant au public que 15 modestes chefs-d'œuvre de son immense et précieux fonds.

Un fonds qui n'existe que dans sa tête, mais ça : ne le répétez pas.

Puis, prenant son courage à deux mains au risque de se noyer, elle osera prendre la barre du musée de la pêche de la Ville-Close (à la culture) en plein naufrage.

Non : cette future 1ière Dame de la Culture à la Française ne radote pas mes amis : elle ne fait que du radeau : tel que la méduse :

Et pour méduser les gens : croyez-moi , elle sait s'y prendre.

A chacun ses petits défauts, n'est-ce pas ?

------------------------------------------------------

50 ans et plus une dent ? 

Non, mais c'est pas grave. Le futur musée de la CCânerie sera sûrement équipé d'un dentier CCânesqueux en or massif pour lui permettre de croquer les touristes de passsage éclair. 

Il possèdera peut-être aussi des dents du Gauguin !

 

A demain matin pour la suite de cette histoire : 

"Qu'il était Grand notre Petit Musée" ...

... avec toutes ses dents.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

50 ans... et plus une dent
Partager cet article
Repost0

Cinquante ans : ça se fête joyeusement

Publié le par chercheur d'histoires

Cinquante ans : ça se fête joyeusement

-----------------------------------------------------------

Contretemps : les congés de ce blog sont reportés.

Il restera inopérant du 13 au 18 mai 2014

-----------------------------------------------------------

Il y a cinquante ans, naissait sous mes yeux le musée pontavénain.

Ça me fait tout drôle de m'apercevoir qu'aujourd'hui je reste le seul amateur d'art au monde à s'en souvenir.

C'est même un peu gênant pour moi d'oser en parler ici.

Cette naissance : en été 1964, apporta pourtant un supplément d'âme, de joie et de bonheur aux très nombreux amateurs d'art locaux ou d'ailleurs.

Ce fut la cerise sur le gâteau de la vivacité commerciale et culturelle du pays où : "parler peinture" était comme une  seconde langue maternelle pour un certain nombre d'entre nous.

Aujourd'hui ce langage est devenu une langue morte,

La cerise s'est lyophilisée, 

Le gâteau s'est ramolli comme une crêpe mal cuite.

Qu'en reste-t-il de nos jours ?

Il reste google :

Gauguin sur google : c'est 3 790 000 réponses en 0,14 seconde !

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Heureusement pour les pontavénounours, en 2006 une jeune conserv'atroce (pour les habitants du coin) est descendue du ciel pour sauver le pays.

Comme toutes les jeunes filles sages de son âge, et de surcroît bien élevée, elle plut : et tout le monde y crut, même les élustucrus du cru.

Et pourtant, qui eut cru que cela ne durerait que très peu de temps ?
Rapidement elle va hypnotiser la mairesse pontavénaine, puis les élustrucrus pontavéniais, puis les dirigeants de la CCânerie.

Une fois tout ce petit monde endormi ...

A suivre demain matin : "50 ans ... et plus une dent"

 -------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 


 

Cinquante ans : ça se fête joyeusement
Partager cet article
Repost0

" Aux bons coins-coins du coin "

Publié le par chercheur d'histoires

" Aux bons coins-coins du coin "

"MAISON A VENDRE"

D'autres ont réussi dans l'immobilier sur internet, alors, pourquoi pas moi.

Sur les : " Aux bons coins-coins du coin ", que je viens de créer, vous trouverez bientôt tout ce qu'un amateur passionné par l'Art souhaite.
Par exemple : une villa à Pont-Aven avec des Gauguin peint sur les portes du grenier, le tout pour le modeste prix ... de ces modestes peintures uniquement. Le reste est gratuit.

Il y en a plusieurs actuellement à vendre dans ces conditions avantageuses pour l'acquéreur sur le marché local.

Le seul inconvénient : je le reconnais, est que ces petits bijoux n'ont plus de porte de grenier.

Il y a longtemps qu'elles ont été vendues séparément.

Sur les "Aux bons coins-coins du coin" et pour être plus sérieux que mes concurrents, j'envisage par exemple de déposer prochainement une annonce très alléchante.

Elle est  proposée par un pontavénounours qui veut fuir le pays ... comme autrefois Gauguin.

En primeur, je vous propose de prendre connaissance de cette affaire "à ne pas rater" :

" Echange ma petite  villa avec vue sur le port de Pont-Aven, contre une villa identique avec vue sur le port de Saint Trop' "

Un peu trop Trop' pour être vrai, me direz vous.

Et pourtant, vu les prix demandés pour une vue sur le port de Pont-Aven, cette annonce pourrait être plus vraie que vraie.

Conclusions du jour :

Une vue dégauguinarde sur le futur musée de la CCânerie : Qui ne le rêverait pas ? 

mais une vue sur un port aussi vaseux que les têtes responsables du musée de la CCânerie  : Ô gast-à-gast.

"Brigitte est Barjot, Barjot 

"Brigitte béjo béjo

"De toutes les belles gauguinettes

"C'est bien toi la plus chouette 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Vous avez demandé du BLOG-NOTES ?

Publié le par chercheur d'histoires

Vous avez demandé du BLOG-NOTES ? 

OK, mais je n'ai que de l'actualité sans saveur ou réchauffée à vous proposer cette semaine.

"La droite prend la communauté d'agglo"

Et queue je te prends ... et par devant ... et par derrière ... et vice-versa ... et tralala la la !

Sauf queue :

Concarneau a obtenu pour sa gueule la création un d'adjoint supplémentaire auprès du Conseil Communautaire,

 après avoir : il y a un an, obtenu de la même façon et toujours pour sa gueule de loup, un délégué communautaire de plus.

Et queue je te roule les autres dans la farine et tralala la la la ! 

 Un peu de musée maintenant pour vous satisfaire mes amis :

J'ai l'impression de passer mon temps entre les pattes de la conserv'atroce, mais que voulez-vous : j'observe de près les dessous les plus obscurs de l'actualité du coin et des coins-coins du coin.

" Le musée éphémère de la CCânerie" ... a rejoint la Ville Close !

Ne trouvez-vous pas que la conservatrice du musée de la pêche a une fâcheuse tendance à ramer dans le vide ?

Lu dans le Télégramme :

" Les reproductions d'une quinzaine de chefs-d'œuvre du Musée de Pont-Aven ont été accrochées au 1er étage de la Maison du Gouverneur " (enVille-Close)

15 chefs-d'œuvre ? j'ai l'impression d'avoir déjà lu ça quelque part.

"Ces reproductions montrent quelques-unes des plus belles toiles de Gauguin, Bernard, Maufra ou encore Jolly"

Cela n'est plus ramer, mais plutôt pédaler en roue libre dans les profondeurs des eaux troubles du port de la conq'carnoiserie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

CE BLOG SERA EN CONGES  :  

DU 7 au 11 mai 2014

A lundi prochain.

----------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Partager cet article
Repost0

Les enfants prodigues ...

Publié le par chercheur d'histoires

Les enfants prodigues ...

Les enfants prodigues devront-ils encore attendre un an de plus avant de revenir au pays  des moulins ?

A en croire les ragots qui circulent depuis une semaine dans les rues du bourg-d'en-bas de la Cité des anciens Peintres de talent, la finition des travaux du musée ne serait plus envisagée avant la fin 2015.

C'est-à-dire une première exposition de peinture en été 2016 comme je l'avais prévue ici il y a deux ans.

C'est ce que j'appelle de la roulade dans la farine du moulin.

Qui va annoncer cette mauvaise nouvelle aux tableaux de Gauguin qui espéraient revenir au pays "avant les élections municipales de 2014" comme promis par l'ex-première dame pontavéniaise de 2011.

Du retard et c'est évidemment le coût final de l'opération qui explose une nouvelle fois.

-----------------------------

Ce n'est plus la joie dans ce trou du cul de la France qui attend sa marée haute de peintures estivales comme tous les ans.

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule à Pont-Aven, le brut court que les travaux d'aménagements de l'ancienne Place de l'Hôtel de Ville en gare routière pour le musée démarreraient en septembre prochain.
Durant 6 mois cette indispensable placette pour les derniers commerces de proximité du centre de la ville serait fermée à la circulation.

Seulement 6 mois ? nous en reparlerons certainement.

La photo du jour : celle publiée ici il y a deux ans : "route barrée jusqu'en 2016"

-----------------------------------------------------------------------------------------------


 

  

Les enfants prodigues ...
Partager cet article
Repost0

"Le mot de la conservatrice" (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

"Le mot de la conservatrice" (fin)

Dernier extrait notoire du bulletin :

- Un photographe professionnel missionné sur le chantier

"La CCa a fait appel à un photographe brestois pour couvrir les étapes importantes du chantier "

Pour capter au vol les carreaux des fenêtres du bâtiment tombant sur les passants ?

NON bien sûr : un accident corporel n'est pas une étape importante dans le déroulement de ce chantier.

Pour moi, une autre question me vient à l'esprit :

Pourquoi donc cette mission photographique n'a-t-elle pas été confiée à un photographe du coin ?

Je pense à Alain Le Cloarec, un Pro ayant exercé il y a quelques années à Pont-Aven, avant de se fixer en voisin à Névez 

Non seulement il est un excellent professionnel dans le domaine documentaire, mais il a maintes fois prouvé son talent dans celui de la photographie artistique.

J'ai apprécié ces "performances artistiques" installées sur l'Aven l'année dernière.

Mes conclusions :

Y a pas photo : La conserv'atroce de la CCânerie n'aime décidément pas Pont-Aven ... et encore moins sa population.

Une population qu'elle aimerait bien incontestament pousser "hors ses" murs.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le mot de la conservatrice (page n° 4)

Publié le par chercheur d'histoires

Le mot de la conservatrice (page n° 4)

"La réalisation du nouveau logo"

"La nouvelle identité visuelle du musée de Pont-Aven est une expression sobre et contemporaine à l'image du nouvel aménagement du musée.

Sur ce logo, le signe trait d'union, élément original, symbolise l'onde, et forme un "pont" entre les deux initiales. Ce cartouche simple permet de décliner cette signature dans différentes couleurs et matières. L'identité est flexible, variée, mais toujours identifiable"

Le chercheur de petites bêtes que je suis s'est amusé comme un petit fou en lisant ces âneries sans tête ni queue.

Je ne pourrais donc pas vous dire que : "Je n'M P-As" ça, même si je le pense très fort.

Voilà encore un exemple de tentative de formatage des esprits de la population du territoire de la CCa menée par la gent culturelle de la CCânerie.

S'il est vrai que l'ancien logo du petit musée de Pont-Aven "bien de chez nous" était un peu ultra-classique de caractère, le nouveau est quant à lui : ultra-vide de sens.

Enlevez le texte "musée de Pont-Aven" et les trois initiales n'ont plus aucun sens ...

... sauf peut-être une fois collées sur des T'shirts de plage.

Une expression sobre et contemporaine ? 

L'auteur de ce texte puéril ferait-il allusion à la simplification esthétique promue par Emile BERNARD en 1886 à Pont-Aven et qui prendra le nom de "synthétisme pictural" ?

Une simplification qui écarte tous les détails inutiles à l'expression d'une idée, d'un sentiment ou d'une émotion artistique. 

Dans le cas de ce logo dit sobre et contemporain, en matière de simplification l'expression MUSEE de PONT-AVEN se suffisait à elle-même me semble-t-il.
Le trait d'union transformé en ondulation formant un pont : voilà bien du détail totalement idiot et inutile qui de surcroît n'apporte aucune identité particulière à ce futur établissement "culturellement touristiqué à souhait" 

_____________________________________________________________

Depuis deux ans, un couple de jeunes graphistes s'est installé à Pont-Aven.

N'aurait-il pas été appréciable et utile pour l'avenir de la cité des anciens peintres de talent, que la concarnoiserie qui s'est accaparée de la mémoire picturale de Pont-Aven, s'adresse à ces jeunes talents sûrement plein d'avenir, pour imaginer un graphisme sobre et contemporain "bien de chez nous" ?

Des talents plein d'avenir : Certes, mais sans doute ailleurs que dans ce trou de peinture.

Suite et fin demain matin

Le LOGO du jour : celui du futur musée de la CCânerie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le mot de la conservatrice (page n° 4)
Partager cet article
Repost0

Le mot de la conservatrice (page n° 3)

Publié le par chercheur d'histoires

Le mot de la conservatrice (page n° 3)

Extraits - suite -

" La réussite de ce chantier tient aussi à la mobilisation populaire. C'est avec une grande satisfaction que le président "de la secte du christ jaunâtre"nous a fait part de la générosité des donateurs auprès de la Fondation du Patrimoine pour la restauration de la façade de l'ancien Hôtel Julia. Déjà 84 donateurs et 30 700 € rassemblés ! Merci pour ce soutien qui donne encore plus de sens et de force à notre projet" 

La propagande de désinformation du service de communication de la CCânerie bat son plein sans faiblir.

Le nombrilisme rayonne à donf ! dans les têtes à claques des dirigeants de la future Tour de Ba"Belle-Angèle.

Heureusement que depuis longtemps plus personne n'écoute leurs mensonges ni ne lit leurs âneries. 

Cette souscription est en réalité un lourd échec. Au final, ce sont les contribuables de Pont-Aven qui devront régler le complément du coût de cette opération.

Opération consistant principalement à éventrer de façon illégale la façade de ce  bâtiment remarquable, afin d'y incruster une horrible vitrine "attrape-mouches" industriellement fabriquée.

La dernière campagne municipale a apporté la preuve que les habitants de la commune étaient très majoritairement opposés : voir hostiles, à cet inquiétant projet de Musée CCanesqueux pour l'avenir du pays. 

(Le musée fut le grand sujet volontairement mis sous le coude par les campagn'arts en lice)

Suite de l'épluchage du bulletin :

Le musée éphémère -

Nous apprenons que "L'exposition itinérante de reproductions de chefs d'œuvres du musée de Pont-Aven" débarque dans la Cité des Concarnoiseries aqueuses (CCa)

En fin de parcours au travers des neuf communes du territoire de la CCa, ce seront tous les jeunes enfants de ces communes qui auront appris à reconnaître les chefs d'œuvres du plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven.

Voilà une génération d'enfants culturellement foutus en matière picturale.

Pauvres gosses : ils ne sauront jamais discerner un chef d'œuvre d'une crotte de bique.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, cette imposture est du "tout bon" pour les marchands de tableaux pontavéniais. 

Le formatage des jeunes esprits sur le territoire sauvage et primitif de la CCânerie est en : "Route" ... des peintres.

A suivre demain

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 
Partager cet article
Repost0

Le mot de la conservatrice (page n° 2)

Publié le par chercheur d'histoires

Le mot de la conservatrice (page n° 2)

Extraits :

" La vie du chantier du Musée de Pont-Aven est marquée par des moments forts comme la pose de la première pierre. En effet, c'est en présence de M. le Préfet, de Mme la directrice des Musées de France, du Directeur Régional des Affaires Culturelles de Bretagne, que le nouveau musée a été symboliquement partagé entre tous les participants"

Du beau monde en effet, venu inaugurer le plus beau (comme un JOLLY tableau) MAGOUILLAGE envers le code de la construction et de l'urbanisme de ce début du XXIe siècle en France.

Qui ne dit rien consent " : La nécessaire moralisation de l'action publique promise par le Chef de l'Etat ne devrait-elle pas venir d'en haut ?

Ceux qui me lisent savent que "la vie de ce chantier" n'est rien d'autre que "la mort professionnelle" pour d'autres : en particulier pour le jeune couple : Céline et Camille qui  ne sont certainement que les premières victimes d'une longue liste d'attente.

" Par ailleurs, en lien avec le comité des représentants des handicapés et les étudiants de l'Université de Bretagne sud, les équipes d'architectes et du musée ont réfléchi ensemble aux possibilités d'accueil des handicapés dans le futur établissement " ... afin que ce musée soit celui de tous les publics sans exception"

Et alors : où veut-elle nous mener ? 

Respecter les règles d'accessibilité des handicapés dans le cadre d'une restructuration de bâtiments ou l'édification d'une nouvelle construction recevant du public est une incontournable obligation légale.

Le projet de ce musée a été établi par un architecte et sa construction est dirigée par un maître-d'œuvre (la SAFI) qui sont grassement rémunérés pour cela (2 millions d'euros : ne l'oublions pas)

Hélas, dans la réalité de cette opération, ces règles ne sont pas toutes respectées contrairement à ce qu'elle essaye de nous faire croire.

Rappelez-vous : dans l'un de mes articles précédents, je signalais que le permis de construire de ce futur musée de la honte n'imposait que l'aménagement d'un seul stationnement de proximité pour les personnes à mobilité réduite.

C'est ce qui s'appelle se foutre de la gueule des handicapés.

Et puis, gast-à-gast : aurait-elle oublié que durant ses 5 dernières années d'activité, l'ascenseur pour handicapés du petit musée pontavénain qu'elle dirigeait est resté en panne !

 

A suivre demain

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3