Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A tomber sur le Cul !

Publié le par chercheur d'histoires

A tomber sur le Cul !

Le Télégramme vient de publier le résultat d'une grande enquête.

Impôts sur le revenu  en Bretagne :

53 % de plus en quatre ans !

Pour tomber, on peut dire que nous sommes tombés sur des cactus.
A Pont-Aven ce pourcentage est même tombé de haut : 73 % 

Dans ce bled, la situation est toutefois plus compréhensible car nous en connaissons les deux raisons.

-1° :  Les vendeurs de tableaux devenant sûrement plus vertueux, ont décidé de mettre fin au paradis fiscal qui s'était propagé dans le centre de la ville à partir de 1985.

- 2° :  Remercions en outre les municipalités précédentes. Elles ont permis à de nombreux vieux riches de venir s'installer à Pont-Aven ... en particulier dans les nouveaux hospices de luxe mis à leur disposition.

N'est-il pas dit que : Grosses retraites de fonctionnaires = gros gains d'impôts pour l'Etat ... pour payer les retraites de ses anciens "travailleurs" ?

........................................................................................................................................................................................

- Cela dit : pour les péssimistes comme moi, ce 73 % révéle plus exactement le triste état de santé de la commune.
En effet : si en 2009 vos impôts sur vos revenus s'élevaient à 1 €, et que 4 ans plus tard l'Etat vous en réclamait 1,73 €, 
vos impôts auraient effectivement augmentés de 73 % sans que pour autant vous soyez devenu moins pauvre.

Voilà la seule explication plausible à cette augmentation, car il n'y a aucune raison pour que la population de la commune se soit enrichie durant ces quatre dernières années d'inactivité du musée !

Conclusions de cette enquête :

- Ces résultats signifient uniquement que la population de Pont-Aven vit globalement dans la pauvreté.

- La Yolande : le coupeur de têtes d'épingles, vient heureusement d'annoncer à ses suppliciés "qu'il ne recommencerait plus à partir de 2015".
 Soyez donc rassurés sur les montants de vos futurs impôts ...

... sauf si évidemment, la nouvelle municipalité de Pont-Aven se mettait comme les précédentes, à déconner ... !

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Dernière nouvelle :

" La Trésorerie de Pont-Aven fermera définitivement ses portes le 31/12/2014"

Vous constaterez qu'une bonne nouvelle ne vient jamais seule au merveilleux Pays des Moulins.

J.M. : faute de trésorerie, pourras-tu tout de même honorer toutes tes promesses de bistrot ? 

---------------------------------------------------------------------------------

 

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0

Un envasement juridique "véridique" (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Un envasement juridique "véridique" (fin)

Vous vous demandez où je veux en venir ?

--- suite et fin ---

Pont-Aven vient de vivre trois mandats de gouvernance aristocratique. Si vous voulez comprendre ce qui se passe, ne cherchez pas ailleurs les raisons de toutes les impostures ou malversations que je viens d'énumérer.

Sous le règne de J.M., la gouvernance municipale sera sans doute plus populaire, mais ce ne sera pas suffisant pour redresser la barre du "Bateau Ivre". 

Ne comptez pas sur lui pour moraliser par exemple l'action publique en marche arrière forcée à Pont-Aven depuis si longtemps.

Régner sans savoir correctement gouverner, n'apporte jamais de progrès en quoi que ce soit.

(Je prépare pour vous un compte-rendu de la dernière réunion du conseil municipal : vous allez vous régaler durant une semaine )

Cela dit : je ne peux terminer cet exposé, sans patauger moi aussi un moment dans la vase du port ... comme durant ma jeunesse.

Malgré ce que vous avez pu lire dans la presse, je pense que cette scandaleuse affaire de construction illicite est déjà terminée et que vous n'entendrez plus en parler.

Elle aussi restera sur pied jusqu'à la fin du monde.

Imaginez un Expert Judiciaire en mission à Pont-Aven, avec pour feuille de route la délimitation du Domaine Public Maritime tout autour de son Port.

La vase du port finirait sûrement à la Une des journaux nationaux et sur les écrans de vos chaînes de TV préférées.
Mais cela est une tout autre histoire ... Une histoire dont vous pouvez lire des extraits régulièrement depuis quelques mois dans les canards du Morbihan par exemple !

Les démolisseurs ont de l'avenir le long des côtes des pirates bretons : croyez-moi, je connais bien le sujet. 

Les pontavénounours, sans doute trop mazoutés (de colt'art ?), ne le savent pas.

En France, il y a des Lois, et elles doivent être respectées par tous : y compris par tous les petits bourgeois et toutes les autorités du coin.

 Ce n'est pas pour demain : n'est-ce pas Saint Glin-Glin ?

 ------------------------------------------------------------------------------ 

Réponse à la gravure à l'eau-forte publiée ici hier matin :

Elle est due à l'artiste peintre académique et "saloniste" :

Alexandre DEFAUX (1826-1900)

___________________________________________________________

La photo "académique et littéraire" du jour :

Un "BATEAU IVRE" ...

... se désaoulant sur la vase de l'Aven ?

--------------------------------------------------------------------

 

 
Un envasement juridique "véridique" (fin)
Partager cet article
Repost0

Un envasement juridique "véridique" (II)

Publié le par chercheur d'histoires

Un envasement juridique "véridique" (II)

 Au-delà, on s'enfonce profondément dans la vase du port.

--- Suite ---

Pont-Aven, une commune soumise à la législation de la dite "Loi littoral" : cela ne devrait être un scoop pour personne, et encore moins pour dame la soutane qui durant ses deux mandats avait pour mission de la faire respecter.

- Je noterai qu'il y a deux ans, elle refusait "à répétition" de délivrer un permis de construire à un jeune couple qui souhaitait s'installer à Nizon, non pas en raison du non-respect des règles d'urbanisme en vigueur sur la commune, mais en s'appuyant de façon impropre, sur les règles de cette Loi dite : Littoral.

- Par contre, vous ne pouvez pas avoir oublié qu'au même moment, elle ordonnait aux employés communaux de saccager la rive de l'Aven (la zone des 100 m protégés) le long du bois de Kerviguélen. Un espace naturel boisé ultra-protégé par cette même loi.

- A la même époque, elle ordonnait aux même employés municipaux de construire sans autorisation (sans permis de construire) un vulgaire podium place des Grands Chênes à Nizon. Un espace strictement protégé par trois monuments historiques. 

- Au même moment, elle signait un permis de construire pour édifier des classes d'école provisoires "du type Algéco", dans un espace voisin : nous seulement protégé par ces trois monuments historiques, mais également situé dans une zone classée naturelle au PLU et donc également protégée de bétonnage par la fameuse Loi Littoral.

(Je reviendrai prochainement sur ce sujet, car il y a du nouveau)

Serait-il faux de déclarer que cette dame retournait sa soutane aussi vite que le lait d'une vache ? 

- Et pour finir cette liste en beauté, que dire de plus que je n'ai déjà formulé sur la délivrance illégale du permis de construire du futur musée de la CCânerie ?  

Que ce futur musée, et la Grand'Place superbement boisée voisine, sont également "strictement protégés":  non seulement par les règles d'urbanisme locales, mais également par la Loi Littoral.

.............................................................................................................................................................................................................................................................................

 Il y a quelques années, sous le règne de Rivet, une construction édifiée illégalement rive gauche du port, avait fait l'objet d'un jugement ordonnant sa destruction.

Elle est toujours là, bien solide sur pied, à environ 150 mètres de la nouvelle..

Ne serait-ce pas bizarre autant qu'étrange que personne dans le coin ne s'en soit 

pas inquiété ?

.............................................................................................................................................................................................................................................

Mon petit doigt me dit que malgré le jugement en Appel ordonnant la démolition de cette seconde construction, et malgré la reconnaissance par la justice de l'application de la Loi Littoral sur le territoire de Pont-Aven, elle peut reposer en paix sur ses fondations ... Jusqu'au Jugement Dernier. 

Vous vous demandez où je veux en venir ?

Vous le saurez demain

-----------------------------------------------------------------------------------------

L'image du jour : 

Je vous propose de découvrir une grande eau-forte du port "vaseux" de Pont-Aven que l'on doit à un artiste ayant séjourné à Pont-Aven en 1876.

Il se fera remarquer pour la dextérité de ces coups de crayon ou de peinture, auprès de ses congénères séjournant à cette époque dans les auberges du coin.
En 1880, il présentera la version : huile sur toile" de cette vue au Salon de Paris.
Non, ce n'est pas le paysagiste académique Grandsire. 

Il est vrai que ce dernier avait lui aussi, et la même année, exécuté une gravure similaire du port. 

Quel est donc cet artiste pré-gauguiniste

Je vous propose de vous renseigner auprès des férus d'art du coin : auprès des commerçants de la ville, auprès des membres de la secte du christ jaune, et même auprès de la conser'atroce du musée de la CCânerie.
On en reparlera après ... !

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 
Un envasement juridique "véridique" (II)
Partager cet article
Repost0

Un envasement juridique "véridique" (I)

Publié le par chercheur d'histoires

Un envasement juridique "véridique" (I)

En matière d'urbanisme, je ne suis pas le meilleur du coin : loin s'en faut.

 A Pont-Aven j'ai trouvé ma pernicieuse  mairesse Maîtresse.

C'EST QUI : qui ?

Souvenez-vous de la gravure que j'avais publiée ici l'année dernière.

(La nouvelle salle du conseil municipal pontavéniais)

Ce sympathique personnage est revenu aujourd'hui vous faire un petit coucou-bas

Voir l'image du jour

______________________________________________________________

Après cette introduction de trou du cul comme moi,  venons-en au sujet du jour.

Un sujet dont j'ai déjà eu l'occasion d'aborder ici, et qui revient sur le tapis dans un article publié récemment par Ouest-France en rubrique départementale :

- Pont-Aven tout entière "riveraine des mers" - 

Si vous avez lu cet article, il est probable que vous n'y avez rien compris, mais ne vous en inquiétez pas : moi non plus.

Je ne rapporterais donc ici que son introduction. 

 

"Conseil d'Etat : Où commence et où finit la zone littorale ? A Pont-Aven, un permis de construire litigieux amène le Conseil d'Etat à rechercher la limite maritime de la commune"

Gast-à-gast, un gros doute m'habite soudainement, et ce n'est pas bon signe.

Je ne me laisserais donc pas rouler dans la farine, ou plus exactement dans ce cas précis : dans la vase du port de Pont-Aven. 

Cela dit : je ne connais pas suffisamment le fond (du port) de cette affaire de construction à démolir, pour vous en proposer un compte-rendu précis.

J'ai tout de même compris "entre les lignes" (du pêcheur : mais lequel est-ce ?), qu'après un jugement en appel auprès du Tribunal Administratif de Nantes, la construction en cause, devait être démolie en raison de son implantation dans l'espace protégé des 100 mètres du bord des rivages et des rives des plans d'eau intérieurs du territoire de la France.

Ce jugement à été contesté par le maire de Pont-Aven (le précédant) au motif que Pont-Aven ne serait pas un commune "affectée" par la LOI dite "LITTORAL"

Madame le maire avait donc porté durant son mandat l'affaire devant le Conseil d'Etat.

(Aux frais des contribuables bien entendu !)

Jusque-là, cette histoire est claire comme de l'eau de roche.

 Au-delà, on s'enfonce profondement dans la vasière du port.

A suivre demain matin

------------------------------------------------------------------------------

Réponse à la photo que vous avez découverte hier ici.

C'est une photo de Gravier qui représente

la pisciculture du Bois d'Amour, aujourd'hui en cours de démolition.

Elle symbolise à sa façon, l'extraordinaire vivacité industrielle et commerciale de la commune d'entre les deux guerres.

Au tournant du XIXe siècle, la ville connue une prospérité sans pareil grâce à l'afflux de visiteurs friqués et de peintres pour certains talentueux.

Après la première guerre, cette manne s'estompa rapidement.

L' ingénieuse bourgeoisie du coin sut alors se convertir vers des industries gourmandes en emplois.

Jusqu'en 1985, date du 1er agrandissement du musée, tout alla pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Depuis, c'est  l'Aven  la Bérézina.

Pour la petite histoire, je signale que durant le creusement des bassins, les ouvriers avaient découvert de nombreuses haches en silex.

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

Un envasement juridique "véridique" (I)
Partager cet article
Repost0

Hier soir la Yolande a parlé

Publié le par chercheur d'histoires

Hier soir la Yolande a parlé

Ce matin, il y a des mauvaises langues qui déclarent que personne ne l'a écouté.
Je m'inscris en faux.

Je ne peux imaginer qu'il n'ait pas pris ses précautions d'usage ...

... en demandant à la justice de le mettre sur écoutes.

Je pense aussi à Marine.

Je ne peux tout autant imaginer qu'elle n'ait pas ouvert en grand ... ses ... écoutilles.

Ça fait déjà beaucoup de monde à l'écouter ...

...  par ces temps, ...

... qui courent à la catastrophe.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Autre chose de plus sérieuse :

Lu dans la presse régionale

- Lorient :

(sic)

"Un infirmier aurait piqué 432 000 €" 

De quoi sauver  des gens  les ruines de Rustéphan !

Pour faire mon jemenfoutiste pontavéniais comme tous les gens du coin, je ne commenterai pas cette information.

 D'ailleurs : je n'en ai rien à foutre ...

... du moment qu'il ne lui prenne pas l'idée de me piquer les fesses.

Quelqu'un pourrait-il lui dire que je ne suis pas un zéro un euro ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------

La photo du jour vous dit-elle quelque chose ?

------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Hier soir la Yolande a parlé
Partager cet article
Repost0

Gros plan sur l'actualité des jours derniers

Publié le par chercheur d'histoires

Gros plan et rataplan sur l'actualité des jours derniers

- Concarneau :

"Incendie du magasin "NOZ"

Ne serait-ce pas un bon prétexte pour les bons pensants du coin, d'interdire les Fest-Noz ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

- Dinan :

"La ville de Dinan a décidé de vendre aux enchères sa collection de "Confessionnaux"

Jean-Marie où es-tu ?

Il ne faudrait pas que la commune rate l'occasion d'acquérir l'un d'entre eux, afin que les anciens élus de la commune puissent enfin confesser leurs péchés d'orgueil, de mensonges ou encore leurs péchés mignons ... poils aux ...

A la dernière minute, nous apprenons que l'évêque des Côtes d'Art-Mort, a décidé de confisquer ces tas de bois ...

... pour les transformer en cabines téléphoniques peut-être ? 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

- Concarneau :

" La Zone d'Activité de Keriolet, créée il y a 8 ans, ne décolle pas"

Les concarnois ont sûrement utilisé les colles molles de Pont-Aven, mais là n'est pas le problème.

Les enseignes installées sur ce site en bavent ... si l'on veut bien croire les canards des coins-coins du secteur.

Et pourtant, à Pont-Aven les HUIT dernières municipalités ont tout fait pour que les zones artisanales et commerciales de Concarneau se développent, en s'opposant systématiquement à toute installation d'entrepreneurs dans la zone d'inactivité de leur commune ...

... créée il y a plus un demi siècle ! 

C'est-à-dire, à l'âge de fer.
Sans nul doute, pour devenir le fer de lance de la destruction de ses industries !

Il n'y a que dame la soutane : rendons-lui hommage, qui a eu l'idée de construire sur cet espace d'inactivité une chambre funéraire ...

... bien en vue à l'entrée de cette fantomatique zone.

Industriels, entrepreneurs, venez vous installer à Pont-Aven, vous serez accueillis par ses cadavres !

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 - Pont-Aven :

" Un exhibitionniste sévit sur les places du coin"

Voilà enfin une bonne nouvelle pour nous les pontavénounours.
Gauguin n'était-il pas venu chercher chez nous : des sauvages et des primitifs ?

Prions pour qu'un nouveau Popaul soit à nouveau attiré par les jeunes garçons nus, pataugeant dans les eaux limpides de notre boueuse rivière enchanteresse.

Des exhibitionnistes aussi nus qu'Adam et Eve, ne seraient-ils pas pour la Cité des anciens Peintres de talent, des anges tombés du ciel ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le BLOG'auguin (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Le BLOG'auguin (fin)

Pont-Aven :

" L'école de Pont-Aven sous la loupe du conservateur du musée de Brest" 

Dimanche dernier, la secte du christ jaune a invité ce personnage pour papoter sur : 

"Les artistes de l'école de Pont-Aven dans les collections du musée des Beaux-Art de Brest"

Serait-il nécessaire de rappeler que grâce à René Le Bihan, ce musée conserve quelques rarisimes chefs d'œuvre primitifs d'Emile Bernard, et une centaine d'autres œuvres de qualité pour la plupart à classer  :" Post-Ecole de Pont-Aven" ou appartenant au mouvement NABI qui suit. 

Ce précieux ensemble a été exposé l'année dernière à Brest, et je ne peux imaginer qu'il y ait un seul pontavénounour en bonne santé ne s'étant pas précipité pour admirer cette collection.

Pour le reste, je ne vois dans cette conférence qu'une nouvelle Grand'Messe, dans laquelle je me garderai bien entendu de choir.

- Le plus musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven va prochainement (peut-être !) s'ouvrir à Pont-Aven.

- Le musée de Brest est déjà un : Plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven. 

Son conservateur vient incontestablement de le démonter auprès de la secte du christ jaune.

Aurais-je le droit de le dire : Un musée infiniment plus Grand - qualitativement - que celui de Pont-Aven ...

... sauf en ce qui concerne l'emballage du produit.

- Le musée des Beaux-Art de Quimper pourrait incontestablement en dire autant.

Mes conclusions :

Quel est le but de cette opération ?

Sucer les autres musées bretons pour allaiter celui de Pont-Aven ?

Bientôt, en Bretagne, on ne pourra plus faire deux pas sans tomber sur un : "plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven"

Le musée d'Orsay, et bien d'autres de par le monde, peuvent d'ores et déjà, aller se rhabiller :

En Breton de Pont-Aven ? ...

comme celui de la photo ...

prise en 2020 ...

... avant J.C.

... après l'ouverture du musée de la CCânerie ! 

 ----------------------------------------------------------------------------------------

Le BLOG'auguin (fin)
Partager cet article
Repost0

Le BLOG'auguin

Publié le par chercheur d'histoires

Le BLOG'auguin

- CCa :

" Les 15 chefs d'œuvre du Musée éphémère de la CCânerie exposé à la mairie de Rosporden "

Que voulez-vous que je raconte de plus sur cette lamentable imposture ?

Une dernière pour la route (des peintres)  peut-être :

- Un commissaire-priseur qui oserait présenter de banales œuvres picturales comme des chefs d'œuvre de l'école de Pont-Aven ...

... se ferait huer par la salle.

- Un marchand de tableaux digne de ce nom, qui se comporterait de la même façon avec ses clients serait poursuivi en justice pour escroquerie. (La mémoire de Pont-Aven en sait quelque chose !)

- Peinture :

"Une heure avec l’Ecole de Pont-Aven au Pouldu"

Voilà maintenant la médiatrice du musée de la CCânerie mettant son grain de gros sel sur les plages de sable show du Pouldu.

La médiatrice du musée du Pouldu, ne serait-elle pas capable de se débrouiller toute seule pour raconter des histoires à dormir debout aux "poules du" coin ?

SVP : Laissez à Cés'art, ce qui appartient à ces art'moqueurs.

et à "l'Ecole du Pouldu" ce qui lui appartient en propre.

Pont-Aven :

"Sur les pas de Gauguin en Bretagne"

Une géniale romancière vient de publier un ouvrage sur Gauguin et ses proches amis de Pont-Aven et du Pouldu ... en inventant des lettres du Maître.
Nous apprenons ainsi : 

" que la Bretagne est un émerveillement pour les peintres du XIXe siècle. La langue, les traditions, les costumes, la beauté sauvage des paysages, en font une formidable source d'inspiration ..."

Si cette romancière n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer pour satisfaire les besoins en belles histoires ... des vieux membres de la secte du christ jaune.

Pour tout dire, je peux dire pour être précis, qu'il n'y a plus que le maire du coin :

cet homme de lettres ... 

... en recommandé ! ... 

... qui : ne supportant pas les grossiers passéistes de son coin ...

...  ne peut apprécier à sa juste mesure ce type de bouquin à la gauguinette pouët-pouët.  

Suite et fin demain

-------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Devrais-je m'insurger ? (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Devrais-je m'insurger ? (fin)

Cela dit, et pour en venir à ce que J'm moins : il me semble qu'il serait utile que J.M. essaye de réfléchir un peu avant de consommer sans modération les espaces publics des rues du minuscule super-centre historique de la ville ...

... pour les offrir généreusement en forme de terrasses à un ravageur tourisme de passage éclair, sans penser aux habitants du coin qui n'ont plus pour imaginer leur avenir que de fuir ce devenu funeste centre.

L'espace commercial de la ville s'est réduit en peau de chagrin, depuis qu'une nouvelle consev'atroce dirige le destin de la commune.

L'espace touristique se ratatine  dans le mouchoir de poche  dans le Kleenex usagé formé par la petite Grand'Place et les 200 mètres de long de la rue du Port.

Avant d'autoriser les commerçants de cet  HYPER-MOUCHOIR  HYPER-FOUTOIR à occuper les chaussées et les trottoirs de ce petit coin de paradis perdu pour les pontavénounours, M. Le Maire devrait demander à ces commerçants de s'intéresser en priorité aux innombrables locaux vides situés dans le devenu sinistre reste de la ville.

Hélas, rien ne changera à Pont-Aven tant qu'une municipalité n'aura pas les capacités morales et intellectuelles, et le minimum de courage, pour apporter un nouveau souffle à la commune.

- Une municipalité qui soit capable par exemple, de concevoir et d'orienter le destin de la commune vers des horizons plus heureux où chaque habitant retrouverait la place qui lui appartient dans le paysage culturel du pays. 

- D'entrevoir une vision d'ensemble de la commune et de ses habitants, dans laquelle : chaque rue, chaque espace, chaque chose : chacun et chacune, pourraient retrouver le brin d'espoir que la prometteuse notoriété du pays aurait dû de façon permanente, apporter à tout et à tous.

Ce qui : je me permets de le rappeler :  n'est plus du tout le cas depuis le premier agrandissement du musée en 1985.  

J.M. : notre premier élustucru du cru : où es-tu ? Que fais-tu de ton cerveau ? 

Depuis de nombreuses années tu sièges au conseil municipal pontavéniais. Durant tout ce temps, ne t'es-tu jamais rendu compte que ces brins d'espoir s'éloignent inexorablement un peu plus chaque jour ?

Aujourd'hui, en devenant maire de la cité des moulins, ne serais-tu pas devenu : toi aussi, un meunier qui dort sur des lauriers périmés ... qui datent du bon vieux temps ...

... de Gauguin !

Jean-Marie : à quoi rêves-tu ?

Ne ferais-tu pas ta : Yolande ?

Je trouve que vous vous ressemblez de plus en plus.

Bientôt, votre seule différence sera ...

...  François, 

le prénom qui restera toujours appartenir en propre à : la Yolande. 

-----------------------------------------------------------------------------------  

Partager cet article
Repost0

Devrais-je m'insurger ?

Publié le par chercheur d'histoires

Devrais-je m'insurger ?

D'instinct, je répondrais illico presto que Oui.

Dans une ville qui se veut historique et culturelle, il faut apprendre à se tenir dignement en respectant les lieux ...

... même lorsque ce lieu est la Place aux cochonnes !
Cependant, en y réfléchissant un peu, j'avouerais qu'un doute m'habite.

Ce doute m'habite d"autant plus que cet article s'adresse à Maître Don'Vallée de L'Aven, le créateur d'un élevage des spermatozoïdes dans les eaux douces de la rivière du coin.

- J'apprécie son humour et sa façon intelligente et malicieuse d'accueillir le type primitif et sauvage de touristes qui fréquente aujourd'hui la Cité des anciens dignes voyageurs et Peintres de talent.

- Sa façon de leur proposer de se nourrir d'un "bouillon de Culture" qui lui est propre.

Saviez-vous qu'une fricassée de Spermatozoïdes à l'échalote, c'est bon pour le teint des                           dames ? 

 

- Mais j'apprécie surtout son style pictural : unique en ce bas monde, apportant incontestablement un peu de gaîté dans la sinistrose de la rue du Port :

Dans cette rue qui a dit : Adieu veau vache cochon.

Puis : Bienvenue veau vache cochon, depuis quelques années.

La terrasse de Maître Donval est le reflet de son tempérament bien trempé dans l'Aven.

Attention tout de même : un spermatozoïde peut en cacher un autre ... 

... surtout au fond d'une galerie, toute noire ... de monde. 

Voir la terrassante photo du jour

Fin de cet article demain matin

-----------------------------------------------------------------------------------  

 

 

 

 

  

 
 

 

Devrais-je m'insurger ?
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>