Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'aime tout ce qui est "classe"

Publié le par chercheur d'histoires

J'aime tout ce qui est "classe"

J'aime tout ce qui est "classe"

J'aime tout ce qui est "classe"

Très "Classe" la première enseigne qui avait été posée sur la plaque de ferraille à gauche de l'entrée du musée de la CC'ânerie.

Comme dirait l'autre : Aussi "Classe" que la palette des couleurs des classes de l'Ecole de Pont-Aven"

... comme vous pouvez le remarquer sur la photo du jour !

La sobriété étant de rigueur dans ce pompeux fastueux lumin'issime musée, son enseigne devait forcément rester discrètement "chic"  

Hélas, les couillons qui fréquentent ce musée n'arrivaient sans doute pas à trouver la bouche d'aspiration des toutous de ce : pourtant remarquable, établissement...

... dédié aux tubes de couleurs intenses "Très peu de chez nous".  

Il faut reconnaître que ces couillons sont aussi des  "peu regardants"

Toujours est-il qu'une seconde enseigne du même type vient être agrafée sur la plaque de tôle servant de décor d'entrée de ce bien aimé temple de la contemplation du beau.

Que restera-il bientôt du musée de la CC'ânerie, et de sa Place, lorsque tout aura été entièrement refait, changé ou repris dans les détails ?

Rien, et mon petit doigt me dit que ce n'est pas fini. 

La prochaine étape  devrait nous permettre d'admirer une troisième  enseigne : cette fois dégoulinante de couleurs aussi vives que celles de l'Ecole de Pont-Aven, posée aux cimaises de cette splendide noirâtre minable entrée.

"Jamais deux sans trois  ... couleurs primaires" comme aurait pu le déclarer Gauguin.

------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

La tête plongée dans un pot de peinture jusqu'au cou (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Où suis-je ?

Où suis-je ?

 

La tête plongée dans un pot de peinture jusqu'au cou (fin)

(Suite du communiqué de presse)

"Les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée "

Autorisés ? :

J.M. : Essayes pour une fois de t'exprimer correctement. Ne serait-ce pas plutôt forcés ???

Où donc pourraient-ils circuler autrement - et surtout moins dangereusement ! - depuis que M Le Maire a privatisé l'espace public central de cette placette réservé logiquement aux piétons ?

"La vitesse des véhicules est limitée à 20 Km/h"

Mais J.M. : Dans ce capharnaüm, 20 km/h c'est déjà de l'excès de vitesse !

Et puis, quel est l'automobiliste qui pourrait repérer d'un coup d'œil les nouveaux panneaux d'interdiction implantés sur la Place lorsqu'elle est lourdement encombrée :

- De cars et d'engins divers en stationnements sauvages ?

- De troupeaux d'indisciplinés touristes -le plus souvent déguisés en vieillards ! - déambulant difficilement à l'aveuglette entre des tas de ferraille ?

- De chanteurs de sornettes et de chevaux de trait en mal de suicide ?

- D'enfants sans laisse ayant la bougeotte ?

- Et surtout, de chaises roulantes perdues dans la foule ?

J.M. : Ne penses-tu pas comme le dit si bien la CHARLiO'T que sur cette Place : le frein à main bloqué, chaque conducteur devrait être équipé d'yeux télescopiques pivotables de haut en bas et à 360°, afin qu'il puisse éviter de rayer une aile, un pare choc, ou une portière de son automobile comme c'est la cas très régulièrement aujourd'hui ?

JM. le bien heureux : Pourquoi restes-tu bloqué dans une posture de déni envers la pagaille que tu as provoquée en acceptant d'aménager la Place du musée de la CC'ânerie la plus loufoque qu'il puisse exister au monde ?

Elle est devenue par la faute - et celle de dame la soutane - incontrôlable, ingérable et encore plus dangereuse pour l'homme et ses bagnoles, que les ruines de Rustéfan.

Ce n'est pas de minables piquets invisibles qui règleront l'immense problème que vous avez provoquée par stupidité.

Conclusion :

Des morts ? : il y en aura. Ce n'est plus qu'une question de temps ... mort.

 

-----------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

La tête plongée dans un pot de peinture jusqu'au cou (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

J.M : Pourquoi les piétons doivent-ils obligatoirement prendre leur pied ... ???

J.M : Pourquoi les piétons doivent-ils obligatoirement prendre leur pied ... ???

La tête plongée dans un pot de peinture jusqu'au cou (suite)

Non J.M. : L'amour n'est pas dans le pré des rencontres pontavéniaises que tu proposes.

L'origine du mal est ailleurs, et tu en es l'un des fautifs.
Je pense en déclarant cela aux très graves irrégularités que l'idiot du village que je suis a décelées dans le pernicieux permis de construire du musée de la CC'ânerie et dans sa ahurissante instruction de complaisance.

Tout les malheurs actuels et futurs de Pont-Aven et de ses habitants ont pour origine les intolérables irrégularités que j'ai découvertes en consultant le dossier de ce scandale National.

Je parle des multiples méfaits passibles de poursuites au pénal que l'ensemble de la classe politique et  les Grandes Institutions Républicaines du coin s'efforcent d'étouffer !

- C'est d'autant plus inquiétant que les actuels élustupides pontavéniais sont incapables de gérer la crise provoquée par ces mécréants.
- C'est d'autant plus préoccupant que J.M. est incapable d'assumer ses responsabilités de maire après avoir de façon irresponsable ordonné l'aménagement de cette illisible et ultra-dangereuse Place. 

Devrais-je ajouter pour me faire bien comprendre que cet aménagement est tout aussi illégal que la construction du musée ?

J.M : Pourquoi les piétons doivent-ils obligatoirement prendre leur pied ... sur les chaussées de cette placette piétineuse ? ? ? 

A suivre demain

-------------------------------------------------------------------------

L'annonce du jour :

Dès demain, vous devrez jeter votre micro-onde à la poubelle.

"Pour quelle raison ?" me demande la CHARLiO'T ?

Il sera à remplacer par un four "macron-onde de choc" !

-------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

La tête dans un pot de peinture jusqu'au cou

Publié le par chercheur d'histoires

Le commu-niqueur de M le maire dans le presse

Le commu-niqueur de M le maire dans le presse

La tête plongée dans un pot de peinture jusqu'au cou,

 ... le couvercle du pot bloqué en travers de la gorge.

Je résume ainsi l'état clownesque des têtes de pont(aven) de la municipalité, depuis qu'une certaine Conserv'atroCité des Peintres, rayonne comme le radon sur les pavés granitiques de la Grand'Place du pays des anciens Moulins.

Il y a quinze jours : pour une énième tragique fois, une  personne se cassait "grave" la gueule sur le granit anguleux des bancs de cette immonde Place.

Ne s'étant pas suffisamment méfiée de ces pièges à cons, c'est le visage lourdement tuméfié que cette nouvelle victime s'est péniblement relevée. 

M Le Maire, tu peux graver une croix de plus sur le tableau de chasse de la Place.

Cela dit : Je présume que c'est après ce nouveau grave accident corporel que ce dernier (de la classe) a prit la décision de créer de nouveaux interdits dans le centre de la ville.

Des interdits résumés dans un époustouflant communiqué de presse

(Voir le document du jour)

"Création d'une zone de rencontre pour faciliter la cohabitation des piétons et des véhicules" ???  ...

... et prochainement des attelages !

C'est idiot de raconter des bêtises de ce type lorsque l'on tient le poste de mini-ministre de la Culture de la Cc'ânerie" lui rétorque la CHARLiO'T 

"J.M. : tu fumes de l'herbe à vaches pour essayer d'enfumer les pontavénounours ou quoi ?"

Semer de l'herbe sur la Place pour amortir les chocs des gens contre le granit : voilà plutôt la solution géniale que tu devrais expérimenter cet été mon brave.
De surcroît : Dans les gros embouteillages que tu vas nous offrir en juillet/août, les bagnoles et les chevaux pourront ainsi tuer les temps d'attente à la queue leu leu, en broutant le gazon ... comme tous les bourricots du coin !

Suite demain ... 

 

 

-----------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Le BLOG-NOTES (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Gast-à-gast !

Gast-à-gast !

Le BLOG-NOTES (fin)

- Pont-Aven - Musée

"Stage Land-art et focus sur le jardin Filiger" de la Concerv'atroce

"C'est quoi cette connerie ?" me demande la CHARLiO'T

Ce serait, d'après le communiqué de presse que j'ai lu :

"Un moment d'ouverture à l'art, guidé par le médiateur culturel du musée (et son complice du jour) qui aideront les participants à libérer leur créativité"

Et pour moi : Du gros n'importe quoi, au beau milieu du banal jardinet de la conserv'atroce en titre,

...  Et surtout un gros bide : Pas un chat, ni même un  bidonnant ragondin du coin,  n'ont répondu à l'appel au peuple. 

... et plus sûrement encore, de lourdes liasses d'euros jetées par les fenêtres de ce stupide musée ! 

- Pont-Aven - Musée

Dernière minute 

Après l'annonce  dans la Gazette Drouot de la très-très grande Exposition 2019 qui fera honneur aux Grands-Grands "PGO" peinturlureurs de l'école des mousses de Concarneau,

Dame le conserv'atroce vient de révéler à ses amis que l'année 2018 sera consacrée au mouvement CoBrA.
Ce Machin Truc-Moche n'est plus un musée : C'est un ZOO  !

Gast-à-gast : J.M.,  il va falloir que tu plantes de nouveaux panneaux sur la Place Julia :

"TENEZ VOS SERPENTS A SORNETTES  EN LAISSE  SVP"

- Pont-Aven

Les toilettes de l'ancien jardin CORRELLEAU

Il y a du progrès dans l'air pollué de centre bourg : 

Non seulement la porte d'accès a été réparée (j'en parlais ici il y a 15 jours)

mais actuellement ses utilisateurs bénéficient de surcroît d'un lavage gratuit de leurs godasses ! 

Les crottes de chiens et de bourrins sous les sabots, ce ne sera donc plus dorénavant un problème pour la municipalité.

Mais va-t-elle pour autant s'intéresser sérieusement aux malheurs de sa population ?
Un doute m'habite.

En effet, si la porte de ces WC se bloquait à nouveau, ce serait la noyade assurée pour l'utilisateur !

--------------------------------------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

LE BLOG-NOTES du mois

Publié le par chercheur d'histoires

Adieu

Adieu

LE BLOG-NOTES du mois

- Pont-Aven 

Lu dans la presse :

"Les amis du musée sont en grande forme"

En grande forme ? : C'est en général ce qu'il se dit en premier...
...  lorsqu'une personne vient visiter une autre dans une maison de retraite !

- Pont-Aven 

L'Office du Tourisme

Le bruit courait depuis un an :  actuellement il galope.

Le remarquable bâtiment communal dans lequel est installé l'Office du Tourisme devrait bientôt être cédé à des gloutons commerçants.

Un bijou de famille de plus à rayer du patrimoine communal, comme le furent durant le règne de dame la soutane, l'Hôtel de Ville, le précieux contenu du petit musée pontavénin et la Grand'Place communale.

Une Place qui jouait  : au-delà de son caractère commercial de proximité, un rôle structurant déterminant dans la cohérence du Pays en raison de sa reconnaissance par tous : comme point de repère identitaire dans le domaine patrimonial et culturel. (L'image du pays au travers de sa mémoire universelle, de son caractère urbain unique et bien tranché, de ses célébrités, de ses fortes potentialités les plus diverses ...)

- Sans oublier la place prépondérante dans la vie locale de son Hôtel de Ville.

- Sans oublier son rôle social vital pour la population. (Lieu de rencontres, de papotages, de transmissions d'informations locales, d'échanges de joies et de tristesses ...) 

..........................................................................................................................

Perdu pour perdu : de toute façon ce centre n'est plus qu'une enclave sur Pont-Aven, de la dominante Concarnoiserie.

Un ancien dynamique centre ville aujourd'hui vidé de ses vrais habitants.

Pour tout dire, je trouverais cette vente opportune si cet immeuble était cédé pour un petit million d'euros afin de permettre de sauver par exemple : les remarquables ruines de Rustéfan.

A condition : bien entendu, de ne pas transformer ce lieu magique en de l'appât à touristes désœuvrés.

J.M. : UN MILLION D'EUROS à ta disposition : que penses-tu  en faire ?

Acquérir des panneaux d'interdictions pour continuer à embellir les espaces publics de ta commune ? 

J'ai sur le bout de la langue la réponse précise à cette question. Attendez  SVP deux à trois jours pour en savoir plus ... ???

 

Suite et fin du BLOG-NOTES du mois demain matin

--------------------------------------------------------------------

 

   

 

Partager cet article
Repost0

Nouvelle annonce d'une projection de photos à la MAPA

Publié le par chercheur d'histoires

Yves DUVAIL et son apprenti : vers 1930

Yves DUVAIL et son apprenti : vers 1930

Nouvelle annonce d'une projection de photos à la MAPA

Présentée dans le cadre de l'EXPO :

"La mémoire collective du quartier de la GARE"

La réussite de cet  exceptionnel événement n’aurait pu s’entrevoir sans le soutien des descendants des deux générations des commerçants, artisans, usiniers et habitants de ce vaste quartier qui fut le plus dynamique du bourg de Pont-Aven entre 1900 et 1985.

Les initiateurs de ce projet ont durant de nombreux mois, œuvré afin de proposer à la population de Pont-Aven de participer et d’assister à une inédite performance patrimoniale humaniste.

Outre les divers vieux papiers exposés, ce sont des centaines de portraits « nominatifs » de famille, sortis pour l’occasion de leur boîtes de chaussures ( ou de galettes), qui feront revivre ce secteur.

Les portraits des ancêtres ne présentent en règle générale que de l’intérêt pour leurs proches descendants. De les réunir en créant de façon éphémère "LA GALERIE des PORTRAITS" de la population de tout ce quartier, a pour dessein d'apporter aux visiteurs de l'exposition des émotions ou des sensations autant surprenantes qu'inattendues.
C'est le souhait des organisateurs de cette initiative. 

L’exposition de ces trésors enfouis dans leurs boîtes, sera présentée dans la nouvelle bibliothèque de la GARE dès que la municipalité le permettra.

Comme prévu par Gérard BERTHELOM : le principal initiateur de cette surprenante opération, l’ensemble des documents présentés dans l’exposition sera projeté à la MAPA.

 Des projections menées par tranches successives d'une centaine de fichiers lors de chaque rencontre. 

Ainsi, après la projection d’un film il y a 1 mois, celle d’une première série de documents et de photographies anciennes se déroulera en ce lieu :

Le mercredi 21 juin de 16h30 à 18h

(Entrée libre et gratuite)

---------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

GAST-A-GASTronomie (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

GAST-A-GASTronomie (fin)
GAST-A-GASTronomie (fin)

GAST-A-GASTronomie (fin)

Le nom de la galette : "Traou Mad" ne sera exploité que vers 1937.
Ce dit : la meilleure n'est pas là :

- - -  Suite  - -  -

En effet, la véritable fausse légende qui se transmet de génération en génération depuis

127 ans, dit qu'Isidore Penven auraient inventé la Galette de Pont-Aven en 1890

Dans l'article que j'ai publié dans la revue Michériou Coz, j'ai tordu le cou à cette imposture.

Isidore en né en 1881 !!!

Salut le Mos'art de la galette !

Conclusions

Contrairement à ce que déclarent certains industriels, le Traou Mad n'a pas de secret bien gardé. Sa pâte est celle du traditionnel Gâteau Breton.

Cette galette épaisse fut jusqu'à la dernière guerre fabriquée artisanalement, et commercialisée par plusieurs petits commerçants du coin sous divers noms.
Par contre, La "fine" Galette de Pont-Aven : de deuxième génération, ne correspondant plus à la marque déposée en 1925 (c'est-à-dire la galette épaisse vendue à partir de 1937 sous le nom de  Traou Mad) deviendra rapidement l'emblématique biscuit du pays des moulins. 

C'est cette véritable "bonne chose" (au secret jamais dévoilé) que Robert Penven (le fils d'Isidore : le pâtissier de la maison Le Villain) commercialisera plus tard sous l'étiquette "Délices de Pont-Aven" et qui fut : et le restera durant longtemps,  la seule à se distinguer par la finesse et la légèreté de son goût.

Cela dit :

De faire du Kouign-Aman, le grand frère de nos galettes, c'est, comme le chanterait l'autre en se foutant de la gueule des gens : 

"Tous ça n'est que de la volaille ... vieille canaille "

-------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

GAST-A-GASTronomie (suite 2)

Publié le par chercheur d'histoires

Depuis 1920 : Exact, mais en 2020, où seront fabriquées les spécialités du pays : A DINAN ???

Depuis 1920 : Exact, mais en 2020, où seront fabriquées les spécialités du pays : A DINAN ???

GAST-A-GASTronomie (suite 2)

"C'est à Pont-Aven dit la légende"

Objection : Cette affaire n'est pas une légende, mais une authentique histoire qui se cache dernière tous les mensonges et contre vérités qui l'éclaboussent

(Voir la revue "Michériou Koz n°13 de l'Eté 2006, dans laquelle j'avais osé publier la synthèse de mes sérieuses et profondes recherches sur le sujet)

"Alfred PENVEN"

C'est vilain d'appeler Isidore Alfred

"Alfred Penven et Alexis Le Villain, biscuitiers rivaux, se disputent..."

Objections : Alexis Le Villain était huissier de justice.

Mais le plus vilain est de déterrer un mort (Isidore Penven), pour qu'il se dispute avec le mari (Alexis Le Villain) de son épouse (Francine Marie Coadic née en 1877 à Rustéfan, épouse en première noce d'Isidore Penven, et seconde noce après le décès d'Isidore en 1914, d'Alexis Le Villain en 1916) !!!

"Se disputent l'invention des fameuses "Traou Mad"

Objection :

En 1920, M et Mme LE VILLAIN ouvrent une fabrique de Gâteaux Bretons, près du pont dans un immeuble ayant appartenu aux parents d'Alexis Le Villain.

- En  janvier 1925, ils vont déposer la marque "Petit Breton"  correspondant au traditionnel gâteau Breton du coin, dont la pâte est découpée en rondelles épaisses avant d'être cuite au four.

- En novembre 1925, ils vont déposer la marque "Galette de Pont-Aven" : un produit identique au précédent (Petit Breton étant une marque déjà déposée par un biscuitier nantais) 

- En octobre 1937, ils déposeront la marque "Traou Mad" correspondant non pas à un nouveau produit, mais à la nouvelle enseigne de leur commerce.

"Dépôt de la marque dans la catégorie : Tous les produits de pâtisserie, biscuiterie, confiserie, chocolats, cacaos, miels et confitures"

(Source  INPI)  

La marque de galettes "Traou Mad" ne sera déposée qu'en 1939, remplaçant ainsi la dénomination des épaisses "Galette de Pont-Aven"

C'est une galette fine (à la recette restée secrète), inventée à une date indéterminée et produite par la maison, qui prendra dès lors le fameux nom de "Galette de Pont-Aven"

................................................................................................
Ce dit : la meilleure n'est pas là :

En effet, ...

Suite et fin demain matin

 

-------------------------------------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

GAST-A-GASTronomie ! (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

Très Mad in Robert PENVEN évidemment

Très Mad in Robert PENVEN évidemment

GAST-A-GASTronomie ! (suite 1)

"Le palet breton"

Il est sensuellement rond, un peu pataud, sa peau fine et dorée l'air de rien délicatement ondulée croustille sous la dent, sa chair moelleuse fond sous la langue"

Sa chair moelleuse fond sous la langue ? est-il dit :

Attention tout de même, La pucelle CHARLiO'T risque d'en baver d'envie.

C'est vrai qu'elle n'a pas connu les authentiques "galettes fines" fabriquées par Robert PENVEN entre les années 1920 et 1960.

Par contre : moi le gourmand ancêtre du coin, je me souviens du plaisir que j'éprouvais lorsque j'avais l'occasion de déguster ces biscuits " Très Mad in Pont-Aven" et "Bien de chez nous" 

Je pensais jouir d'un privilège gastronomique unique au monde et propre au Pays des moulins.

Et bien non. Je m'étais lourdement trompé : Mais ce n'est tout de même pas de ma faute, si, dans les années 1950/1960, je ne connaissais pas le Palet Breton ...
... et encore moins le baratin qui l'enveloppe aujourd'hui si bien. 

La palette de Gauguin :  OK, mais du palet à Pont-Aven, il faudra attendre le XXIe siècle pour que cette mauvaise chose s'introduise dans le trou de peinture ...

... une fois mortellement touristiqué. 

Je me demande d'ailleurs comment peut-on se permettre de croquer des palets aussi bien tartinés :  Mon dieu : Quel péché mortel !

Cela dit, j'ai peut-être la réponse sous la langue :

Sa moelleuse chair fondante sous la langue, ne contiendrait-elle pas de la chair de cochon ...  de Nizon bien sûr ?

Ça expliquerait le bla bla bla qui dégouline sur ces "pas lait" : vous ne trouvez pas ? 

(Pas de lait, contrairement à nos défuntes "mortelles" Galettes de Pont-Aven) 

Conclusion de ce passage pas sage :

Aujourd'hui, à Pont-Aven, tout le monde triche ou fabule sans vergogne. 

Ce ne serait donc pas étonnant ... 

... que les touristes du coin aient l'haleine parfumée au Pâté Henaff sous le palais.

Suite demain    

------------------------------------------------------------------

Du palet ici ? Gast-à-gast! :  Circulez, il n'y a rien de ce genre douteux à croquer dans le coin.

Du palet ici ? Gast-à-gast! : Circulez, il n'y a rien de ce genre douteux à croquer dans le coin.

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>