Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une grosse semaine de PLU (VII)

Publié le par chercheur d'histoires

Coucou, nous aussi nous sommes dans l'EXPO

Coucou, nous aussi nous sommes dans l'EXPO

Une grosse semaine de PLU (VII)

Ces ancêtres qui ont façonné ce célèbre village à une époque où il n’existait pas de réglementation pour rationaliser autoritairement les espaces !

- - -  Suite  - - -

A une époque où la société pouvait compter sur L’EDUCATION et la FORMATION des gens pour construire du patrimoine remarquable autant que durable, à transmettre aux générations suivantes.

            Sans éducation locale, sans formation complémentaire, sans connaissance du pays, sans une moralisation des actions publiques, il n’y a que des gens stupides (des ploucs dit-on populairement dans ce cas) à penser que l’avenir de Pont-Aven et de ses habitants pourrait être assuré en créant uniquement des réglementations générales contraignantes pour 99 % d’une  population victime d’une politique touristique et culturelle délétère.

Des règles d’urbanisme générales sans réels liens avec les faiblesses de la commune et les besoins vitaux de la population du pays.

Des contraintes occultant de surcroît les lourdes tares et misères de ce territoire.

 

                 Nous terminerons cette envolée de critiques, en mettant l’accent sur l’une de nos principales préoccupations environnementales que les jemenfoutistes du coin feignent d’ignorer.

 

- Les problèmes juridiques de la rivière dans sa portion urbaine -

« Pont-Aven : quatorze moulins et quinze maisons »

dit un dicton menteur.

Et pour nous :

 « Pont-Aven : Huit MOULINS et cent vingt-trois édifices divers »

lorsque l’on examine le cadastre Napoléonien, c’est-à-dire l’époque où ce dicton a été inventé pour attirer les visiteurs de la Bretagne Romantique.

 

            Nous réfléchissons depuis longtemps sur l’irrésistible attrait de l’Aven que tout le monde considère comme magique. C’est ainsi que nous avons fini par découvrir que cette rivière contenait en réalité tous les secrets de l’attirance ancestrale du Pays des huit moulins (+ deux scieries mécaniques)

Une rivière qui, dans sa portion urbaine, a été entièrement façonnée par des constructeurs et aménageurs : Les moulageurs, les meuniers, les usiniers de Pont-Aven.

L'Aven était depuis des siècles et jusqu’à une période récente, le plus remarquable chapitre du livre de la Grande Histoire de Pont-Aven. Depuis peu les pages de ce précieux ouvrage à ciel ouvert, sont systématiquement arrachées par des manants sans vergogne.

C’est ainsi que petit à petit, ce trésor se transforme en une rivière des plus ordinaires, et banalement agrémentée de petites plantes de jardinerie, très appréciées d'ailleurs faut-il dire,  par les portables des touristes contemporains.

            Cela dit, et pour venir plus directement aux objectifs de protection de l’environnement inclus dans les futurs règlements d’urbanisme de la commune, nous allons aborder l’inextricable problématique de la situation juridique de la portion urbaine de la rivière, en posant cette question : 

A qui appartient l’Aven ?

A suivre demain

----------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une grosse semaine de PLU (VI)

Publié le par chercheur d'histoires

Coucou, nous sommes là : Dans l'expo actuelle de notre rue

Coucou, nous sommes là : Dans l'expo actuelle de notre rue

Une grosse semaine de PLU (VI)

Ce fragile triangle était le creuset de toute l’histoire picturale du pays. Sa composition générale, ses sobres détails d’aménagements soigneusement conservés, l’esprit particulier des lieux qui a tant ému les voyageurs et artistes de la Belle Epoque, en faisaient un site intouchable à préserver et protéger.

. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ses six auberges musées ont accueilli des centaines d’artistes. Tout cela avait du sens pour tous les vrais amis de Pont-Aven : Comment a t’on pu balayer ce précieux héritage d’un coup de crayon … au nom de la Culture ?

Aujourd’hui, odieusement banalisée et déstructurée, elle est illisible pour les visiteurs, les voitures et les autocars, formant un tout stupidement amalgamé.

Non seulement elle est casse-gueule pour les piétons, mais elle est truffée de pièges anti-handicapés.

Elle a perdu sa fabuleuse mémoire picturale, ses valeurs patrimoniales, son identité originelle.
il y avait lieu de l’entretenir et de la restaurer : certes, mais avec autant de doigté et de soin qu’une œuvre d’art.

Aujourd’hui un peintre n’y retrouverait plus ses pinceaux !

De surcroît nous noterons que la mise aux normes handicapés des espaces publics ou privés ouverts au public du territoire de Pont-Aven reste pour l’instant dans les oubliettes de la commune … voir même  dans la fosse commune !

- - -

   Dans ces épouvantables  conditions :

 

Que penser des futures règles d’urbanisme  qui seront très bientôt imposées à la population de Pont-Aven ? 

Rien de bon à notre avis d’expert : A la lecture des documents présentés, nous n’y retrouvons que 300 pages d’incantations et d’élucubrations générales qui ne répondent en rien aux besoins réels de la commune et aux attentes de ses habitants.

En effet, ces pages ne sont qu’une suite ininterrompue de règles générales n’ayant aucun socle fondé sur les particularismes exceptionnels  de Pont-Aven.

L’ARTIFICIALISATION en cours de la CITE des anciens MOULINS, va poursuivre lamentablement son cheminement mortifère. 

Oh ! qu’il est beau de vouloir faire semblant de  préserver les édifices, les paysages, les environnements remarquables de la commune : 

. Surtout lorsque l’on passe son temps à tout saccager jusqu’à transformer la commune en désert.

- Surtout lorsque l’on ne connaît rien du pays que l’on dirige.

- Surtout lorsque l’on s’en fout éperdument de tout ce qui nous entoure !

Oh ! qu’il serait utile, en effet, de s’en préoccuper au plus vite, mais en oubliant pas que nous devons ces trésors à nos ancêtres.

Ces ancêtres qui ont façonné ce célèbre village à une époque où il n’existait pas de réglementation pour rationaliser autoritairement les espaces !

 

A suivre demain

-----------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une grosse semaine de PLU (V)

Publié le par chercheur d'histoires

Sa disparition serait-elle un nouveau malheur pour le pays des Moulins ?

Sa disparition serait-elle un nouveau malheur pour le pays des Moulins ?

Une grosse semaine de PLU (IV)

- - -  Suite  - - -

Pour autant, cette violation ne peut d’aucune façon soustraire la CCA (le maître d’ouvrage de l’opération) de ses obligations de construire un parking correspondant aux règles strictement exigées par cet article UH 12.

Tout l’avenir du centre historique de Pont-Aven en dépend, car : en état, il n’existe plus la moindre solution pour sortir ce célèbre centre du foutoir dans lequel les élus et leurs acolytes administratifs l’ont plongé.

Résumerons brièvement le film d’horreur de cette époque :

Depuis le premier agrandissement du musée en 1985, le centre historique de la cité subissait de graves bouleversements liés à un phénoménal développement touristique, ayant pour néfastes effets : de pénaliser lourdement ses fondements par un développement urbain excessif ayant pour effet d’altérer gravement le centre du bourg par une monofonctionnalité exacerbée autour d’une activité touristique sanctualisée

Ce centre ne pouvant plus dès lors accueillir normalement et sans heurt : à la fois, sa population et parallèlement une ravageuse masse touristique.

La choix de la précédente municipalité fut de délibérément chasser la population du bourg d’en bas de la commune de son seul centre de vie « sociale et culturelle ».

Pour se faire, elle a chassé les enfants de l’école publique pour les caser dans des baraquements préfabriqués (soi-disant à titre provisoire » construits dans la minuscule cour de l’école de Nizon.

Des baraques implantées dans l’espace de protection de trois monuments historiques !

L’école de Pont-Aven étant libérée, madame le maire pouvait dorénavant envisager d’y flanquer «à titre provisoire ! » la mairie dans ces locaux devenus de fortune.

L’Hôtel de Ville étant libéré, elle pouvait ainsi offrir gracieusement cet historique Hôtel Julia sur un plateau d’argent à la  direction des musées de la CCA.

D’argent ? Oui , en versant de façon injustifiée par la commune, d' une insupportable rente perpétuelle de 310 000 € à la CCA. La raison serait-elle d’avoir bien voulu débarrasser la commune de Pont-Aven de ses plus beaux joyaux en les usurpant ?

 

- - -

 

- L’ancienne INTOUCHABLE GRAND’PLACE DU VILLAGE -

 

Revenons également sur un autre cas récent de l’urbanisme ravageur en vigueur à Pont-Aven depuis des lustres.

 

Le saccage prémédité de la célèbre et l’intouchable GRAND’PLACE du VILLAGE :

 

            La description des scandales que nous dénonçons une nouvelle fois ici, ne serait pas complète si nous n’abordions pas le saccage concomitant de l’ancienne PLACE de l’Hôtel de Ville.

Nul autre lieu en Bretagne ne pouvait rivaliser avec la puissance attractive et surtout évocatrice de cette placette.

Après son saccage ordonné par monsieur le maire dans des conditions illégales, que reste-t-il aujourd’hui de la mémoire particulière de cette célèbre minuscule Grand’Place ?

Que sont devenus :

- Ses érables plantés par Julia Guillou ? (Seules traces vivantes de l’Hôtel Julia)

- Ses fonctions vitales pour la cohésion sociale et identitaire entre ses habitants ?

- Sa fonction de lieu de rencontre privilégié pour sa population ?

- Son traditionnel et au moins tricentenaire vivace marché du mardi ?

- Ses indispensables  et vitaux stationnements publics ?

- Son rôle de retournement pour les véhicules : Un indispensable rôle structurant pour tous, qui garantissait la nécessaire fluidité des intenses trafics routiers des trois Départementales traversant le pays.

Sachant que les 3/4 des trottoirs de ce centre sont aujourd'hui détournés de leur fonction, ce sont les chaussées qui doivent, de surcroît, supporter les  masses compactes des piétons "et des handicapés" se dirigeant vers le musée de la CCA.  

- Sans oublier son identité et la mémoire de son extraordinaire passé.

A suivre demain

-------------------------------------------------------------

la photo du jour :

Sa disparition serait-elle un nouveau malheur pour le pays des Moulins ?

Pour les portables des  photographiqueurs sûrement, mais pas pour nous les pontaven'arts. 

Nous retrouverons ainsi la célèbre perspective de l'Aven immortalisée par de nombreux peintres et autres photographes de talent d'un autre temps.

Nous retrouverons aussi les derniers saules naturels cachés derrière cet écran de fumée verdâtre.

-------------------------------------------------------------

 

  

 

Partager cet article
Repost0

Une grosse semaine de PLU (IV)

Publié le par chercheur d'histoires

Même lui est en passe de s'éteindre

Même lui est en passe de s'éteindre

Une grosse semaine de PLU (IV)

- - -  Suite  - - -

Lors de notre intervention durant l’enquête publique de ce SCOT nous avions résumé notre pressentiment par cette phrase :

« Madame le maire de Pont-Aven vient de sacrifier l’avenir de Pont-Aven et de sa population sur l’Hôtel des sacrifices du futur musée de la CCA

En effet : nous avions sursauté en y découvrant  ceci :

…………………………………………………………………………………………………………………………

Le SCoT a pour objectif prioritaire :

- « De renforcer et développer le pôle structurant de Concarneau -Trégunc et Rosporden »

- « De renforcer l’attractivité de ces communes en termes d’emplois, de services, d’équipements et de commerces »

- « CONCARNEAU est le pôle économique du territoire. C’est aussi une ville exceptionnelle par son patrimoine et son histoire qui lui confère une image et une notoriété qui rejaillissent sur l’ensemble de la CCA.

La cible du ScoT : Conforter la fonction de Concarneau comme le moteur d’affirmation du bassin de vie de la CCA »

- « Rosporden est le pôle d’équilibre essentiel dans la nouvelle armature territoriale. Ses spécificités économiques contribuent, après Concarneau, à définir la capacité d’accueil à l’échelle de la CCA.

La cible du ScoT : renforcer les réseaux de communications entre Concarneau et Rosporden afin d’affirmer la polarité des deux villes »

- En matière d’équipements culturels :

« Les pôles de Concarneau-Trégunc et Rosporden, doivent être les lieux privilégiés d’accueil de ces équipements structurants et constituer ainsi les têtes des réseaux des activités culturelles rayonnant sur l’ensemble du territoire de la CCA »

- En matières de parcs d’activités et artisanaux :

« Ces communes accueilleront les parcs d’activités stratégiques de la CCA »

- Dans le domaine tertiaire :

«  L’activité tertiaire doit se localiser préférentiellement à Concarneau et Rosporden »

Les raisons de ces choix ?

« Chaque projet d’aménagement ou d’équipement futur devra se rapprocher du futur Réseau de transport public entre : Concarneau-Rosporden, afin d’éviter tout développement anarchique »

………………………………………………………………………………………………………………………….

Et l’avenir de Pont-Aven dans cet ensemble d'objectifs communautaires ?

 

Rien d’autre qu’un illégal gigantesque musée à usage d’aspirateur de touristes désœuvrés et de passage éclair. 

La suite des événements nous a donné raison … et ce n’est qu’un début.

« Ah ! qu’il était Grand notre Petit Musée Pontavénain »

C’est le titre d’une exposition que nous avions présentée à l’époque la population.

 

- - -

 

            Par ailleurs, dans le cadre de cette enquête publique, nous ne pouvons faire fi des désastreuses conséquences dues au détournement de l’article UH 12 du PLU en vigueur lors de l’instruction puis de la délivrance du permis de construite du Musée de la CCA implanté dans le minuscule centre de Pont-Aven

 

A savoir en ce qui concerne le projet de ce musée :

………………………………………………………………………………………………………………………….

« Des aires de stationnement correspondant aux besoins et à la fréquentation des constructions et installations à édifier ou à modifier : ces aires de stationnement doivent être réalisées en dehors des voies publiques sur le terrain d’assiette de l’opération ou à proximité immédiate. Elles ne devront pas apporter de gêne à la circulation générale »

………………………………………………………………………………………………………………………….

         Cette stricte règle ne pouvant souffrir d’aucune dérogation (T.A. de Marseille) a été volontairement contournée lors de cette procédure. Aucun parking de ce type n’a été construit et le centre ville de Pont-Aven en souffre aujourd’hui à mourir.

A suivre demain

--------------------------------------------------------

La photo du jour :

Même le saule pleureur est en passe de s'éteindre.

Il s'éteint après avoir été photographié des dizaines de millions de fois durant sa vie de pleureuse pontavénaine.

Mais ce n'est pas grave, se dit la CHARLiO'T Chassez le faux naturel et il reviendra au galop : N'est pas les élustucrudités en salade verte fanée ?

Il y a bien quelqu'un du coin qui trouvera une nouvelle idée lumineuse pour redonner de l'éclat à notre belle vallée de l'Aven.

Les lumineuses plantes de jardineries "bien de chez nous les ploucs" ne seraient-elles pas adaptées pour en mettre plein la vue aux toutous en quête d'exotisme local ?

Et si l'on plantait maintenant un palmier en or devant ma boutique se dit le banquier ? 

--------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une grosse semaine de PLU (III)

Publié le par chercheur d'histoires

Où est passé le garage qui existait ici il y a encore quelques mois ?

Où est passé le garage qui existait ici il y a encore quelques mois ?

Une grosse semaine de PLU (III)

- - -  Suite - - -

                                - L’enquête publique du projet du futur PLU -

 

            Arrêtons  nous un instant sur les effets du PLU précédant, en y incorporant ceux de la ZPPAU.

Depuis la vingtaine d’années que ces documents font la Loi, les patrimoines architecturaux, paysagers, environnementaux, ainsi que les petits patrimoines de proximité avec leurs agréables et attirantes bizarreries et étrangetés, n’ont cessé de se dégrader, de se défigurer, ou même de disparaître.

Pont-Aven s’autodétruit sans que rien de neuf et de bon n’apporte d’avenir à cette commune historique en perdition.

La commune dans son ensemble est dans un état d’entretien lamentable, voir dans bien des cas : dans un état de dangerosité avancée.

« Pont-Aven = La Cité des tous les dangers »

 

Et pourtant, les habitants « de base » de la commune ont lourdement subi les contraintes imposées par les règlements d’urbanismes existants : Y compris assez souvent des contraintes imposées par des textes inexistants !  

A l’opposé, d’autres personnes : « mieux placées dans la société, ou : bien placées dans le centre historique de la ville »  » ont fait ce qu’ils voulaient sans avoir le moindre ennui.

Il suffit de se promener dans le centre historique de la ville et de comparer son état actuel au regard de ce qu’il était avant le désastre pour s’en convaincre.

Hélas, tous ceux qui ont des pouvoirs décisionnaires sur l’avenir de Pont-Aven, se complaisent dans le déni total de ce tableau noir « de monde »

 

Cela dit : Dans ces conditions, pourquoi mettre en œuvre de nouvelles règles d’urbanisme si l’objectif est de déposer le tout dans un placard municipal fermé à double tour de clé ?

 

Pourquoi avoir approuvé le SCOT de la CCA, si l’objectif final de la municipalité de Pont-Aven est de faire tout le contraire des objectifs qu’il propose ?
Tout le contraire ? oui, en effet :

Prenons pour exemple un extrait de ce SCOT :

………………………………………………………………………………………………………………………

« Chaque commune ne doit pas subir une croissance qu’elle ne peut pas – ou mal – contenir »

« Pont-Aven nécessite une exigence environnementale culturelle et patrimoniale forte. Cette exigence s’exprime dans le SCoT par un encouragement d’un développement touristique sans pénaliser ses fondements par un développement urbain excessif, et sans altérer son centre bourg par une monofonctionnalité exacerbée autour d’une activité touristique sanctualisée »

« Les projets doivent prendre en compte des capacités d’accueils adaptées pour chaque commune »

……………………………………………………………………………………………………………………

 

            Depuis 2014, en observant objectivement la situation, nous remarquerons que toutes les actions de la municipalité tendent vers des objectifs radicalement opposés à ces principes énoncés dans ce SCOT.

La réalité est que le développement de la commune ne porte plus depuis longtemps que sur celui d’un tourisme de masse, en pénalisant lourdement ses fondements par un développement urbain excessif ayant pour effet d’altérer gravement le centre du bourg par une monofonctionnalité exacerbée autour d’une activité touristique sanctualisée.

 

Dans ces insupportables conditions : Pourquoi prendre à nouveau les pontavénistes pour des idiots de village ?

A suivre demain

--------------------------------------------------------------

La photo du jour :

Où est passé le garage qui existait ici il y a encore quelques mois ?

Ici, dans le centre historique de la commune où le manque de stationnements de proximité est devenu le principal  cauchemar des pontavénains jaunes.
... Ce qui, sans aucun doute, va devenir aussi le cas pour les nouveaux habitants de cette maison.

Plus on est stupide, et plus l'on s'amuse ensemble :  

N'est ce pas monsieur le M.... (censuré) ?

--------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une grosse semaine de PLU (II)

Publié le par chercheur d'histoires

Jeux d'épreuves ... ?

Jeux d'épreuves ... ?

Une grosse semaine de PLU (II)

- - -  Suite - - -

Durant tout ce temps, nous n’avons eu de cesse de dénoncer d’innombrables actions délictueuses des municipalités successives : C’est-à-dire, les détournements, les contournements, les violations des règles du Code de la Construction et des règles urbanisme en vigueur que nous décelions régulièrement.

Par exemple, la construction « sans permis de construire » par la municipalité d’un grossier inesthétique Podium en pierre sur la Place des Grands Chênes. Un espace inclus dans le périmètre de protection de trois monuments historiques !!!

 

            Le pire et le plus horrifiant des méfaits qui nous avons dénoncé durant ces 20 ans, concerne la délivrance du permis de construire,  puis la construction du musée de la CCA implanté au centre historique de Pont-Aven.

Un gigantesque édifice totalement démesuré au regard de la faiblesse des capacités d’accueil de ce minuscule espace, et de celle des finances locales.

Un permis de construire illégalement délivré après des instructions administratives de pure complaisance. (Pour plus d’informations, voir nos divers envois à toutes les instances administratives concernées)

Il faut le savoir : Ce musée ne comporte pas de réelles sorties de secours vers l’extérieur. Sa grande Salle d’Honneur et ses espaces techniques n’étant de surcroît quasiment pas accessibles aux personnes en fauteuil roulant, en raison de l’aménagement au bas de la rue Lomenec'h, d’un véritable piège anti-handicapés.

   

            Ces graves dérives, et bien d’autres auraient dû mener tous les acteurs de ces scandales politiques et administratifs devant la Justice « au pénal ».

Il n’en est rien. Ces ravageuses fautes architecturales et environnementales sont pourtant sans aucun doute les pires que la France du XXIième siècle a dû supporter … pour l’instant !

 

Cette folie des grandeurs fut le coup de grâce de la décomposition générale en marche forcée du Pays depuis 1985 (date du 1er agrandissement de l’ancien petit musée municipal)

 

Pont-Aven n’étant plus aujourd’hui que le champ de ruines de son illustre passé.

 

Nous nous appuyons en cela, sur les constats suivants :

- Durant la courte saison touristique, son intouchable centre historique n’est plus qu’un minable et dangereux foutoir ingérable, ayant perdu le sens des vraie et authentiques valeurs vertueuses de notre Célébrissime Cité.

 Ce foutoir ne profitant tout au plus qu’à une trentaine d’établissements liés au tourisme de masse. Des établissements où la spéculation immobilière fait rage, alors que les valeurs des biens immobiliers du reste de la commune ont fondu de moitié, voir des deux tiers, depuis une dizaine d’années.

 

Le florissant commerce local, autrefois jalousé par nos voisins, n’existe plus :  Pont-Aven ayant perdu ses précieuses clientèles locales et régionales qui alimentaient le dynamisme de la commune.

De surcroît, depuis quelques années, les touristes dépensiers se font de plus en plus attendre.

- Par contre, hors saison ce centre n’est plus qu’un sinistre trou mortifère.

 

Depuis 50 ans, la commune ne crée plus d’emplois valorisants et sa population vieillie au point de faire fuir aujourd’hui les jeunes ménages qui désireraient s’y installer. Des jeunes ménages qui se fixent en réalité dans les communes voisines !

Depuis quelques décennies, ce pays : dit de Gauguin,  se transformait petit à petit en une vaste maison de retraite. Aujourd’hui il n’est plus qu’un mouroir, manquant désespérément de sang neuf.

A suivre demain

-------------------------------------------------------

La photo du jour :

Monsieur le maire : Seraient-ce des aménagements d'épreuves pour les futurs Jeux Paralympiques Handisport à Pont-Aven, que vous auriez fait installer en 2015 près du musée de la CCâ ?

(Le long d'une rue précédemment en pente douce et régulière)

Où alors, pour quelle autre sombre raison ?

--------------------------------------------------------- 

 

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par chercheur d'histoires

Coucou je suis là, dans l'exposition de ma rue

Coucou je suis là, dans l'exposition de ma rue

Une grosse semaine de PLU (I)

Je suis désolé pour vous, mais vous allez devoir ici bouffer du PLU durant une longue semaine.

J'ai l'intention de diffuser sur ce blog "LE REQUISITOIRE" que j'ai concocté contre le futur PLU de Pont-Aven, et que j'ai déposé en mairie la semaine dernière lors de l'enquête publique (voir précédemment mon premier sentiment sur le sujet sur ce blog)

Vous y retrouverez tous les arguments que je ne cesse de déployer depuis des années contre les plus scandaleuses dérives du pays. Des actions que je mène inlassablement dans l'intérêt général de la commune et de ses habitants.

Je ne vais tout de même pas en inventer d'autres pour amuser la galerie.

Je n'allais tout de même pas non plus me contenter de dénoncer des broutilles sans importance pour simplement m'amuser.

L'avenir de ce pays en totale régression : Ce n'est pas rien pour moi, pour vous ... en principe !, pour ses futurs habitants.

-------------------------------------------------------------------

Commune de Pont-Aven

Enquête publique concernant la publication prochaine des

nouveaux  règlements d’urbanisme communaux.

PLU – AVAP – PDA

 

                                                         REQUISITOIRE

  

Déposé par M Gérard BERTHELOM

Demeurant : Route de Kervern

29 910 TREGUNC

 

A l’attention de Monsieur le Commissaire enquêteur

& de la population de Pont-Aven

 

                                                       - PREAMBULE  -

 

            Depuis 20 ans, nous menons sans relâche des actions Patrimoniales, Culturelles et civiques dans le strict Intérêt Général de Pont-Aven et de l’ensemble de sa population.

                       

            Par ailleurs, l’ancien géomètre expert, l’ancien urbaniste de terrain aguerri, et l’ancien expert judiciaire près de la Cour d’Appel de Rennes que nous sommes, se prévaut légitimement de posséder de solides connaissances en matière de Droit Foncier, de Construction, et d’Urbanisme.

De surcroît, il nous semble utile de préciser ici que nous sommes nés à Pont-Aven, un pays auquel nous sommes viscéralement attaché.

Nos innombrables actions patrimoniales envers la sauvegarde de nos patrimoines architecturaux et environnementaux ; nos incessantes actions culturelles envers la sauvegarde et la mise en valeur de la riche mémoire singulière de la commune, envers la préservation de l’identité et des valeurs du pays et de ses habitants, en sont les irréfutables preuves. Ce qui agace d’ailleurs au plus haut point les responsables politiques de cette Cité des anciens Peintres de talent.

 

            Nos actions civiques, quoique complémentaires, sont d’un tout autre ordre.

Depuis 20 ans, nous menons des actions civiques, citoyennes, et logiques, répondant très précisément  à la moralisation des actions publiques promise par Monsieur le Président de la République.

Curieux et fin observateur, nous dénonçons systématiquement les actions publiques ou privées :  à caractère architectural ou urbanistique ; particulièrement contestables ou délictueuses, ayant sans contestation possible, de lourds effets pervers sur la vie de 99% de la population.

Nous sommes depuis 20 ans, ce que l’on appelle aujourd’hui : un lanceur d’alertes, et nous l’assumons coûte que coûte, malgré les innombrables menaces et attaques « dégueulasses » que nous subissons de toute part.

 

- Il y a 20 ans, nous avions par exemple dénoncé : en vain, le saccage de 25 ha de Zone Boisée Classée : une zone humide primitive de surcroît, sur lesquels un camp d’un millier de Mobil homes avait été illégalement aménagé (des bâtiments strictement interdits à l’époque sur le territoire de la France).

 

- A la même époque,  nous menions avec force des actions patrimoniales envers la sauvegarde des majestueuses ruines du manoir de Rustéfan, considérées lamentablement par tous les élus de la Cité des anciens Moulins comme un vulgaire tas de cailloux.

Nous avions établi gracieusement à l’attention des élus, un très complet mémoire sur la complexité juridique grevant ce remarquable édifice. Cette action a finalement abouti à la reconnaissance de l’état de bien sans maître de l’édifice. Pour autant, rien n’a été entrepris depuis pour : au minimum, sécuriser ce remarquable lieu historique.  Nous avions parallèlement accepté d’occuper le poste de Délégué Départemental de la Fondation du Patrimoine après avoir reçu l’assurance des principaux acteurs départementaux de l’Architecture, que Rustéfan serait l’une des priorités des actions de sauvegarde publiques à entreprendre sans tarder*. Nous avons occupé ce poste durant dix ans : en vain.

* Sans tarder, car ce Monument Classé était et reste sans le moindre doute, le ou l’un des plus dangereux de France, en raison d’un fatal risque d’écroulement imminent.

 

A suivre demain

---------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Une petite annonce illégale

Publié le par chercheur d'histoires

Coucou je suis là, dans l'exposition de ma rue.

Coucou je suis là, dans l'exposition de ma rue.

Une petite annonce illégale

Beau Mec, sachant bien se tenir à table, recherche 22 figurants transparents pour festoyer sans modération à la table des délibérations des libations communales durant les six prochaines années.

Et plus si  : "Ah! fines nuitées idées pourries"

Trop intelligents s'abstenir.

Les furoncles du cerveau étant par contre les bienvenus, bien entendu.

----------------------

C'est juste à ce moment-là qu'un beau Mec se réveille en s'exclamant : 
"Ma chère CHARLiO'T : réveille toi, je crois que tu fais un cauchemar cauchemardesque".

Mais non lui répond tendrement la belle, "je  rêvais simplement d'être promue  Pro-mutée" Chevalière de l'Ordre de la Légion d'Honneur"

-----------------------

C'est juste à ce moment-là, qu'à côté de moi, se réveille brusquement une CHARLiO'T, me déclarant  : Je crois que tu pratiques un peu trop l'auto masturbation l'autodérision. Tu vas encore avoir des ennuis avec tes plus tendres amis"

----------------------

c'est juste à ce moment-là que je me réveille ...
... tout seul dans mon lit,

... en me disant : C'est vrai, elle a raison la CHARLiO'T, je suis bien un pratiquant sans modération de l'autodérision de con.

Si elle n'existait pas, il faudrait sûrement que je la façonne.

... "En conne ?" me demande-t-elle tout d'un coup inquiète.

------------------------

Et c'est juste à ce moment-là que j'ai : par inadvertance,

... appuyé sur le bouton de malheur "publier" de mon Mac.

-------------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

Soyons pontavénains et restons le, n'en déplaise à certains.

Publié le par chercheur d'histoires

Soyons pontavénains et restons le, n'en déplaise à certains.

Soyons pontavénains et restons le, n'en déplaise à certains.

Moi je le reste coûte que croûte jusqu'au bout de mes doigts tapuscriteurs.

Ce W.E. est le quatrième durant lequel les amis de Pont-Aven ouvriront une nouvelle fois leurs grands cœurs pour vous faire voyager dans le quartier de la rue des Abbés TANGUY et de ses alentours.

Les seuls et rares vrais Paoutred Ponaen pour tout dire !

C'est un baroud d'honneur que moi et quelques "tous les copains et copines" de Pont-Aven, ont décidé de proposer aux derniers Mohicans locaux.

Après ce sera fini. 

Après, la singulière et attachante mémoire collective des anciens habitants du coin, sera définitivement rayée du tableau noir de nos écoles.

Profitez-en, ce ne sera plus possible dans ce patelin d'ici peu.

D'ici peu, dans ce beau pays où tout s'en va.

tout s'en va ...

... à vau-l'eau de l'Aven.

----------------------

je vous attends donc une nouvelle fois ce W.E. chez CIVEL.

L'expo dure jusqu'à la fin juin : Notez le, et kon se le dise,

... mais pas devant les toutou's SVP. Ils ont bien d'autres choses à faire à Pont-Aven que de s'emmerder avec Qu'Ça ! : N'est pas monsieur l'adjoint à la Culture de la CCâ ? 

----------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3