Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les embarras de Pont-Aven (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

Le même jour, à la même heure, sur le même parking payant

Le même jour, à la même heure, sur le même parking payant

Les embarras de Pont-Aven (Page n°3)

- - - Suite du communiqué de presse de François - - -

"Tous les jours pendant l'été des milliers de voitures traversent Pont-Aven et cherchent à se garer. Les 45 emplacements qu'offre la Place sont dérisoires par rapport aux besoins. Envisageons donc leur suppression"  

45 places de stationnement sur la Place en 1994 ?

"Mais"  se dit la CHARLiO'T : "A l'époque, les habitants de Pont-Aven vivaient dans le luxe. Quelle saugrenue idée de les avoir presque tous supprimées ou d'en avoir drastiquement limité l'utilisation." 

Malgré les réticences de la population de cette époque, c'est à peu de chose près ce que les élustupides du coin ont réalisé depuis : Non ?

Il faut reconnaître que dans ce bled, il n'y a plus la moindre personne capable de s'opposer aux dérives, aux délires, et aux mortels fantasmes  des municipalités successives. 

...  et c'est pourquoi que Pont-Aven n'est plus aujourd'hui que le champ de ruines de son dynamique passé.

... et c'est aussi la raison pour laquelle il n'existe plus en 2019, la moindre solution pour fluidifier et apaiser le Centre Historique du pays, malgré les incessantes et agaçantes gesticulations des élustucrus du cru ! 

A mon sens d'urbaniste de terrain chevronné, il aurait été nécessaire que dans le PLU qui fut publié en 2001, ces 45 précieux emplacements de stationnement de proximité des commerces traditionnels soient strictement protégés,

... en imposant par exemple qu'aucun d'entre eux ne puisse être détruit sans être remplacé par un autre dans son environnement immédiat.

Si l'on réfléchit dans l'intérêt général de la population, la survie commerciale et artisanale de proximité du pays en dépendait largement.

La leçon du jour :

"Les grands perdants de cette politique de merde furent les habitants" 

Ce serait la leçon du jour à retenir : Certes, mais dans la Cité des Génies en tout genre inférieur, qui aujourd'hui accepterait qu'on lui donne des leçons d'Amour fou du pays comme celle là ?

Conclusions :

Actuellement, Pont-Aven et ses stupides élustucrus ne vivent plus que dans le déni total des épouvantables réalités de ce pays d'amours perdus pour toujours.

Un pays endormi sur la paille de vieilles Palmes datant de la fin du XIXe siècle.

-------------------------------

Le document enquiquinant du jour :

Le même jour, à la même heure, sur le même parking payant.

Un parking manifestement aussi vivant que le cimetière d'à côté !

Et si monsieur le maire décidait en dernier recours gracieux, d'embaucher l'année prochaine des faux mendiants pour faire la manche sur ce parking de malheur. Une façon bien honteuse de faire entrer de l'argent dans les caisses de la commune : Certes, mais peu importe, la faim justifiant les moyens comme il se dit : N'est pas cher monsieur ?

-------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

Les embarras de Pont-Aven (Page n°2)

Publié le par chercheur d'histoires

Le parking payant municipal le 27/07/2019 à 11h30

Le parking payant municipal le 27/07/2019 à 11h30

A 11h31: Une autre portion du même, ne payant pas plus de mine que l'autre !

A 11h31: Une autre portion du même, ne payant pas plus de mine que l'autre !

Les embarras de Pont-Aven (Page n°2)

Nous nous retrouvons donc ici dans ce nouvel article, dix ans après cette ouverture, dans les entrailles d'une commune toujours engluée dans les mêmes insouciants soucis.

- - -  Suite - - -
Une ouverture faut-il bien dire, ayant eu des effets pervers sur le dynamisme ancestral du centre de la bourgade, mais que personne d'autre qu'un ignoble chercheur d'histoires veut reconnaître. 

S'il est vrai qu'entre 1985 et 1994, ce trou s'était euphorisé par un développement exacerbé de la peinture industrieuse, il n'en est pas moins vrai que ce fut au détriment des activités de proximité qui vont disparaître les unes après les autres. En gagnant leurs illusoires Lettres de Noblesse, les spéculations immobilières et peinturlureuses anéantirent la célèbre Cité du Jouir

___________________________________________

Ces préliminaires posés sur la table de l'orgiaque et indigeste festin pontavénin : 

Qui se souvient de François GEAY, l'un des quatre architectes venus s'installer à Pont-Aven dans le sillage du nouveau musée ? 

Aujourd'hui il repose anonymement dans le cimetière de la rue du cimetière.

Je me souviens que sa publication du 04 septembre 1994 avait fait grand bruit dans le pays des nouveaux peintres sans talent.

Au Café des Arts, les papotages furent si intensifs que même le souvenir de Gauguin fut enterré durant au moins une semaine.

Son projet de fluidification de la circulation ne tenait évidemment pas la route (des peintres), mais à y réfléchir un peu : Pas plus ni moins que tous les autres, et en particulier ceux de la municipalité actuelle.

( j'ai en archive quelques autres fluidifiants projets de fluidification des bagnoles, que je n'ai toujours pas publiés ici pour l'instant).

Je vous propose maintenant de stationner dans la zone à 30 Km/H  du trou, durant l'une des demi-heures pontavéniaises du moment :

Arrêt sur l'image de l'une des petites perles de culture de l'Aven de son texte :

"Tous les jours pendant l'été ...

Suite et fin demain matin

--------------------------------

Partager cet article
Repost0

Les embarras de Pont-Aven (Page n°1)

Publié le par chercheur d'histoires

Document publié dans la presse locale le 04 septembre 1994

Document publié dans la presse locale le 04 septembre 1994

Les embarras de Pont-Aven (Page n°1)

En 1798, dans son célèbre "Voyage dans le Finistère" Jacques CAMBRY décrivait déjà les embarras de Pont-Aven.

96 ans plus tard, il est tout de même très étonnant que ces célèbres embarras puissent toujours miner la Cité des anciens Moulins.

Et pourtant, dans les années 1840-1860, les municipalités successives avaient pris des décisions radicales afin de juguler cette calamité.
Les 2/3 des antiques constructions de la bourgade fut alors détruit. Le percement concomitant de trois nouvelles rues principales ayant permis : bien heureusement, d'éliminer ces embarras ... pour longtemps.

Pour longtemps, et pas plus, car quelques lunes plus tard, la vie moderne apporta son lot de nouveaux embarras ... à essence ou au gasoil.

Le crottin de cheval se retrouvant ainsi remisé ... pour longtemps.

N'est ce pas monsieur le maire ? ? ?

Heureusement pour les gens du Pays des anciens Peintres de talent ayant connu les indescriptibles embarras du centre ville des noires années 1960-1970, que la construction de la  Voie Express décidée par le Général de Gaulle, apporta un salutaire soulagement à ce Pays des Embarras.

En 1985, tout recommença après l'ouverture du nouveau musée pontavéniste, et surtout le déversement dans les rues de cette Cité où il fait bon vivre (sic m le maire), de tonnes de nocives peinturlures.

Nous nous retrouvons donc ici dans ce nouvel article, dix ans après cette ouverture, dans les entrailles d'une commune toujours engluée dans les mêmes insouciants soucis.

 

A suivre demain

----------------------------

 

Partager cet article
Repost0

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides (fin ... de l'histoire ?)

Publié le par chercheur d'histoires

Le 23/07/1986

Le 23/07/1986

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides (fin ... de l'histoire ?)

Pour l'instant, les accusations portées par un couple sur les insupportables  bruits qui seraient provoqués par la clim du M. ne sont que des supputations.

Ne nous emballons donc pas trop vite. 

- - - Suite et fin de l'article - - - 

A mon sens, ce sont surtout les sifflements des bruits qui courent au galop dans les caniveaux du trou peinturluxurieux qui devraient nous faire un mal de chien.

... Et ne parlons pas du vacarme assourdissant des sauvages et indomptables bagnoles, cars, motos, et autres tracteurs agricoles circulant dans ses rues principales durant l'été indien pontavénain

Cela dit, ce qui me désole le plus dans cette histoire, est que ce couple se met à crier contre ce M. : uniquement pour des raisons personnelles.

Ce couple est comme tous les pontavénizoneux : Lorsqu'il faut s'engager pour défendre les grands Intérêts Généraux et Vitaux de la commune ... ET DE l'ENSEMBLE DE SES HABITANTS, il n'y a plus personne pour y répondre. 

Conclusion du chercheur d'histoires :

Dans le quart de page des journaux qui leur a été consacré, il y aurait peut-être aussi eu à dénoncer des tonnes d'autres scandales, de dysfonctionnements en tout genre, de stupidités municipales.

A dénoncer dans le cadre de la Moralisation des Actions Publiques pontavéniaises.

Mais ça personne n'en veut.
A Pont-Aven c'est la règle : Chacun pour soi, et tous pour le M. le plus M. de France.

D'ailleurs, monsieur le maire vient de déclarer qu'il prendrait les dispositions nécessaires pour éradiquer ces supposés bruits.

"Entendrait-il par là les bruits des caniveaux-trottoirs de sa commune ?" se demande la CHARLiO'T 

---------------------------------

Le document compromettant du jour :

Rien ne va plus ... depuis un an ! 

En effet, il n'y avait qu'un an que le petit Musée de Pont-Aven "bien de chez nous" avait été agrandi pour intégrer la Cour des Grands*

* Expression sortie de la bouche du monsieur le maire de Pont-Aven en 2015, lors de l'inauguration du musée de la CC'ânerie.

Monsieur le maire de la Cité Bretonne Baisodromée depuis cet été : La Républicaine CHARLiO'T a une question pertinente à vous poser : 

"La  Grand-Place que vous aviez débaptisée en 2014, ne serait-elle pas devenue une sorte d'ennuyeuse et dangereuse "COUR des MIRACLES culturelleuse" ?

 ---------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides (Suite)

Publié le par chercheur d'histoires

Ne serait-ce pas plutôt la climat' de Rustéfan ...

Ne serait-ce pas plutôt la climat' de Rustéfan ...

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides (Suite)

Cela dit : Aïe ! aïe ! aïe ! et aïoli de l'Aven : 

- Si maintenant les journaux se mettent à raconter chacun des 

incalculables dysfonctionnements de la construction de ce M., je pense que toutes les clim'(s) des machines à glace de trottoir des commerces de luxe de Pont-Aven devraient se retrouver en surchauffe.
- Si les médias nationaux se décidaient enfin de révéler tous les

incontestables* détournements, contournements et violations des règles du Code de la Construction et de l'Urbanisme durant l'instruction du permis de construire de ce M., ce sont les ruines de l'ancienne Cité des Peintres de talent qui exploseraient de joie !

N'est pas madame la Chevalière de la Joie ?

* Incontestables ? Oui, car il suffirait de savoir lire et comprendre le français breton pour s'en convaincre. Les preuves sont classées dans les archives de la Mairie de Pont-Aven, de la CCA, de la SAFI, d'un certain grand bureau d'architecture, de la Préfecture du Finistère, de l'Administration du Patrimoine, de l'Equipement, du Tribunal Administratif de Rennes dans le rayon des dossiers classés sans suite !

Et dans le vieux cartable en carton bouilli d'un certain chercheur d'histoire foutu :

Foutu de tout déballer sans arrêt !

---------------------

Pour l'instant, les accusations portées par un couple sur les insupportables bruits qui seraient provoqués par la clim du M. ne sont que des supputations.

Ne nous emballons donc pas trop vite.

Fin de l'article demain matin

(La fin de cette histoire peut-être pas par contre !)

 

 

--------------------------------- 

Le document compromettant du jour :

"Ne serait-ce pas plutôt les bruits assourdissants de la climat' de Rustéfan ...

... qui leur donneraient le Caf'art ?" se demande la CHARLiO'T"Art

-------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides

Publié le par chercheur d'histoires

Souvenir heureux datant de ...  1946

Souvenir heureux datant de ... 1946

Pont-Aven : La clim' du M. donne des sueurs froides

Vous avez lu ça ?

Lu ça dans les deux can'arts des coins-coins du coin. 

... Et en page "Bretagne" mes seigneurs !

"C'est colossal autant que gigantesque. La honte vient de s'abattre sur le baisodrome pontavénimeux" se met à crier à tue-tête la tuante CHARLiO'T

Elle a raison.

C'est la toute première fois depuis sa naissance forcée que ce M. lourdement CCânisé est ainsi sévèrement critiqué dans les médias.

Sa clim ? : Mais c'est tout un feuilleton noir qui pourrait être publié sur les invraisemblables et innombrables histoires de ses dysfonctionnements permanents.

Je n'ai pas le droit d'en parler ici : 

OK les censeurs, mais tout de même :
Nous apprenons officiellement pour la première fois, et uniquement par voie de presse ! que cette clim n'est en place que depuis 3 ans.

3 ans seulement alors que le M. est ouvert depuis 2015 ?

Durant les deux premières années, il était donc vrai que selon les bruits de clim qui circulaient de Café Noir en Thé-Noir, que cette nécessaire installation ne fonctionnait pas !!!

Une installation strictement obligatoire dans  tous les M. classés "de France"

Selon d'autres bruits de clim pourquoi pas tout aussi vrais, des Chefs d'Œuvre prêtés à ce M. par de grands prêteurs institutionnels ou autres revenaient à la niche endommagés en raison de dysfonctionnements de ladite clim ? ? ? 

Je comprends maintenant pour quelle curieuse raison une très grande échelle avait été réquisitionnée en 2018, pour élever discrètement un gros paquet (Cachant un gros moteur de clim ?) au sommet de la Tour de Ba'Belle Angèle.

Cela dit : Aïe ! aïe ! aïe ! et aioli de l'Aven :

A suivre demain

------------------------

Le document compromettant du jour :

Souvenir heureux datant de ...  1946

"La ville de Pont-Aven possède un des plus beaux stades de Bretagne"

La question pertinente du jour :

Monsieur Jean-Marie Lebret : Pourquoi voulez-vous aujourd'hui y construire le plus minable de tous ?

Pour transformer l'existant en parking-musée peut-être ???

------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

Gast ah gast ! : Ça rugi(t) à Paris

Publié le par chercheur d'histoires

L'enclume de la forge des chemins de fer ...

L'enclume de la forge des chemins de fer ...

Gast ah gast ! : Ça rugi(t) à Paris

"C'est normal, les bruits de Paris font partie du Patrimoine National"

et en plus, sa Rugy toujours deux fois de suite !

me rappelle la CHARLiO'T

OK ma Belle Angeleuse, mais comme j'ai commencé cet article avec ce Sujet de Sa Majesté en tête, il faut bien que je le finisse d'une façon ou d'une autre.

.......................................

Prenons par exemple au hasard des actualités télévisées, le cas des luxueux logements des Ministres de la France.

Depuis très longtemps, par mauvaise habitude, la Nation les casent momentanément dans les plus beaux joyaux architecturaux de l'ancien Royaume de France.

Sachant que les médias nous cassent régulièrement les oreilles en nous rappelant que la Ville de Paris est truffée de logements insalubres :

Pourquoi ne pas loger nos Chefs dans ces appartements ?

Je pense que cela règlerait "vite fait, bien fait" ce type de faits, et qu'ainsi :

... Certains crétins ne mettraient plus le feu aux poudres des médias nationaux dès qu'une porte de Palais se met à couiner. 

---------------------------------------

Un doute inhabituel m'habite tout d'un coup :

Le seul but de ces crétins ne serait-il pas de percer les tympans des provinciaux pour faire les malins ?

Bruits de ville, bruits des champs ... et de la Grande Tour de Pont-Aven ? :

A chacun les siens  SVP !

---------------------------------- 

La photo très compromettante du jour

L'enclume de la forge des chemins de fer ... 

... ne nous cassera plus les oreilles.
En effet : monsieur le maire de Pont-Aven a récemment  éradiqué définitivement le problème. (voir il y a quelques mois de cela, sur ce blog de merde)

Merci monsieur le maire.

Ainsi, bientôt les 2800 pontavénizonistes pourront s'activer bien 

tranquillement sur votre futur Grand Espace Lilliputien "Multisports" tout proche !

---------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

L'heure, c'est l'heure ...  (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

L'heure,  c'est l'heure : N'est pas les producteurs de prunes pontavéniaises ?

L'heure, c'est l'heure : N'est pas les producteurs de prunes pontavéniaises ?

L'heure, c'est l'heure ...  (fin)

La va-nu-pieds CHARLiO'T a une idée sur cette pénible affaire

d'horlogerie :

En effet, elle a remarqué que les heures de stationnement des panneaux étaient inscrites au feutre sur des bouts de papier autocollant.

A son avis d'Experte en temps d'arrêts maladifs, elle nous dit que cela doit sûrement signifier que chacun peut décider à sa guise du temps qu'il lui est personnellement nécessaire pour faire ses courses ...  dans les commerces de proximité du bourg-d'en-bas de la commune ?  

Equipé d'un bout de papier autocollant et d'un feutre noir, chacun pouvant ainsi coller ce temps sur le panneau de proximité de sa bagnole.

A l'Ecole de Pont-Aven, vous trouverez tout le nécessaire pour cela.

Génial : non ?

----------- 

"Oui mais" lui dit le gardien de la paix du baisodrome local  : "Pour être réglementaire, sur le panneau doit être inscrit le numéro et la date ... et l'heure de la signature de l'arrêté municipal fixant le temps de stationnement décidé par la municipalité et signé par monsieur le maire !

Ce qui posait autrefois, en cas d'absences répétées, un problème juridique : NON ? " 

"Oui mais ça s'était avant l'arrivée d'un nouveau Sauveur dans la commune" lui répond son Chef Suprême de poulet. 

C'est-à-dire celui qui a toujours le denier mot sur les maux municipaux de sa commune.

----------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

L'heure, c'est l'heure ... Oui mais d'une 1/2 à 2 heures près !

Publié le par chercheur d'histoires

le 23/07/1986

le 23/07/1986

L'heure, c'est l'heure ... Oui mais  d'une 1/2 à 2 heures près !

Attention les attentionnés : Dans la Cité des Génies de Talent Contemporains, le temps de pose des stationnements de vos bagnoles a attrapé la bougeotte de la gauguinite  aiguë. 

En effet : Sur la même place, un matin monsieur le maire vous autorise généreusement de stationner 1h30, puis le lendemain 2 bonnes heures, et le surlendemain ...  ?
...  ce ne sera peut-être plus qu'une demi-part d'heure,

... avant de repasser à 2 heures  ... "moins le quart avant JC ?" se demande perplexe la complexée CHARLiO'T

Attention donc : A Pont-Aven, même votre montre en or ne serait plus capable d'y retrouver ses aiguilles !

Mais quels sont les malins lutins du patelin qui, toutes les nuits, s'amusent à inverser les plus beaux panneaux de stationnement au monde ?

Y auraient-ils dans le Pays des moulins-restaurants des employés municipaux chargés de travailler en dehors des heures réglementaires ? ? ?

---------------

Monsieur le maire de Pont-Aven : Qu'avez-vous osé raconter dans la presse à vos administrés ce printemps ?

N'auriez vous pas déclaré par écrit qu'après avoir créé un comité d'étude des stationnements appelé à réfléchir durant tout l'hiver à la mise en place d'un système plus fluide, plus apaisé autant qu'efficace, cette année tout était fin près pour affronter paisiblement les bourrasques touristiques de l'été ? 

Mais monsieur le maire, pourquoi donc chambouler sans arrêt les arrêts des bagnoles, depuis le mois du juin ?

Plus personne ne comprend le but de vos manœuvres.

Ne vous rendez-vous pas compte que la valse des panneaux de stationnement donne le tournis à tous vos concitoyens ?

C'est d'autant plus bizarre que des bourrasques de ce type, le centre du trou de peinturlure n'en a pas beaucoup subis depuis le début de cet été !

A suivre de bonne heure demain matin

... avant 9h00, ou alors : Après 19h

-------------------------------

Le document compromettant du jour :

Ça s'était en 1986, juste après le 1er agrandissement du musée communal.

Heureusement qu'aujourd'hui tout va bien mieux dans le meilleur des mondes. 
Merci monsieur l'maire de Pont-Aven !!! ???

-------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

C'est du propre !

Publié le par chercheur d'histoires

Oh ! la belle cachette.

Oh ! la belle cachette.

C'est du propre ! 

Hier matin, en lisant l'article de merde de ce blog, la CHARLiO'T s'est demandée, comme vous : "De quand datait le remarquable immeuble qui en faisait la une ?"

Afin de satisfaire notre chère Pontavénours-Beauté, ce matin je vous présente donc la photo du linteau d'une des anciennes ouvertures de cet édifice, sur lequel cette date est inscrite ... depuis plus de trois cent cinquante ans !    

Oui mais, me dites-vous, ta photo est ratée, on n'y voit pas la date.

Je sais, mais que voulez-vous : Je pense que la date de cette  construction est tellement éculée, que : par honte, ses propriétaires ont décidé de la cacher avec un morceau de toile peinte en bleu zone bleue comme il se doit dans ce trou noir.

Maintenant si vous voulez en savoir plus : 

- Adressez-vous à madame d'adjointe à la culture de Pont-Aven,

- Ou encore à monsieur l'adjoint à la culture de la CCÂ,

- ou encore mieux, à monsieur le maire de Pont-Aven :

C'est-à-dire, au plus Grand Spécialiste des demi-heures pontavéniaises au monde.

C'est à dire aussi : Celui qui a le plus de Grands Pouvoirs sur la mort de l'avenir de Pont-Aven. 

Je pense donc qu'il devrait pouvoir vous donner son âge à au moins : Une demi-heure près !

------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>