Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On n'en parle ... pas ? (fin) 

Publié le par chercheur d'histoires

Ne pas confrondre SVP : Juda de la tour, et judas du coin des faux culs.

Ne pas confrondre SVP : Juda de la tour, et judas du coin des faux culs.

On n'en parle ... pas ? (fin)

On n'en parle pas parce que dans le coin : Deux p'tits points noirs, 

... l'on s'en fout des vahinés autant que de nos premiers poils de nos trous d'nez.

----

Pour autant, je ne quitterai pas si vite un sujet aussi compromettant pour l'image du Pays du Cul'T ... de la culture intensive de la peinture. 

Et si je déterrais un moment une époque éculée de l'histoire de Pont-Aven ? 

C'est-à-dire une idiote idée me donnant, une fois de plus, une belle occasion de revenir un instant sur l'inouïe histoire du Manoir de Rustéfan.

..........................................................................................

"Encore lui ?: Y'en a marre de Berthelom" s'exclame pour la énième fois,

notre grande Chevalière de l'Ordre de la Légion d'Honneur.

Celle dont les dérives Anti-républicaines ont manifestement fait école à Pont-Aven !

..........................................................................................

Fragment de l'inouïe histoire du Manoir de Rustéfan :

Un manoir construit pour le compte de Jean II du FAOU autour de 1480.

Quelques années plus tard, ce dernier adressera une correspondance au Roi de France, dans laquelle il stipulait qu'il avait eu six enfants, "mais qu'il ne lui en restait qu'une fille, et qu'il refuserait de la marier avant ses 13 ans" 

Cette chère enfant qu'il prénommera Marie, comme nous le savons tous : nous les vrais et sincères amis de Pont-Aven, épousera Louis de ROHAN, puis après le décès de celui-ci : Guillaume de la MARCK. 

Braves gens Pontavénizon'arts : Ne pourrions-nous pas rendre un grand Hommage à ce précurseur des Grands Humanistes Français des siècles ultérieurs ?

Ces humanistes qui luttèrent, la plume à la main, contre les sauvageries des mœurs de leurs époques.

En rendant un hommage grandement mérité, à notre seul Humaniste "bien de chez nous" :

Par exemple, en lançant un grand appel régional à toutes les bonnes volontés, afin que les tragiques ruines de son majestueux manoir de Rustéfan, puissent être sauvegardées avant leurs écroulements définitifs.

Sauvegardées pour l'instant : en état et hors dangerosité, en attendant que des fonds puissent être affectés aux travaux nécessaires à cette salutaire, autant qu'indispensable, sauvegarde.

"Une façon de laver un p'tit peu, la honte qui vient de s'abattre sur la posture généralisée, de l'diolâtrie vouée au Grand Maître, déchu, des temps modernes ?" me murmure, en loucedé, la conscience du Pays du Pédo.

--------------------------------  

 

Partager cet article
Repost0

On n'en parle ... pas ? (Suite) 

Publié le par chercheur d'histoires

Gravure publiée en 1938 dans la même plaquette

Gravure publiée en 1938 dans la même plaquette

On n'en parle ... pas ? (Suite)

Extraits du second article publié en page 324 : (Signé Z.R.)

THE NATIONAL GALLERIE/LONDRES

"Les Portraits de Gauguin"

Il ne s'agit pas du modèle, mais de la manière de faire de l'art.

Le co-commissaire de l'exposition affirme ainsi franchement que Paul Gauguin(1848-1903)  n'était pas vraiment un portraitiste. ...

Que conclure de l'annonce tardive de cette épouvantable vérité ?

Pour moi, l'idiot bien connu du Trou des Grands Experts en gauguiniteries, je pense que :

Frédéric, le mari d'Angélique SATRE, n'était peut-être pas le couillon que l'on lui colle sur le dos depuis plus d'un siècle.

... 

... 

Une autre problématique  délicate soulevée par l'évènement est celle du concubinage de l'artiste avec les jeunes Tahitiennes.

...

... 

Et V'lan, passe moi la serviette en éponge,

... afin qu'au clair de lune, je m'essuie ma petite lune ensoleillée !

----------------------------------

Il y a même l'un de nos deux can'arts des coins-coins du coin qui a osé tout récemment y mettre son grain de gros sel :

" Un Gauguin vendu 9,5 M€ à Paris,

... alors que le peintre est aujourd'hui sous le feu de la critique en raison des relations qu'il aurait eues avec des Tahitiennes mineures"

----------------------------------

On n'en parle ... pas ?

Après tout ce raffut international, les pontavénounoursons vont-ils s'en remettre ?

"Pour l'instant, tout est calme dans le baisodrome de Pont-Aven" nous dit la CHARLiO'T

Et effet: Tant que l'on ne parle pas : Contrairement à autrefois dans les bistrots branchés peinture du coin !, des petits garçons que le Maître croquait tout nus lors de leurs baignades dans l'Aven, les pén'arts amateurs d'Arts Sacrés de la Cité des anciens Grands Génies de talent, n'ont rien à craindre.

A suivre peut-être demain

-------------------------------

  

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

On en parle

Publié le par chercheur d'histoires

Gravure publiée en hors texte dans la revue "Les trésors de la Peinture Française" en 1938

Gravure publiée en hors texte dans la revue "Les trésors de la Peinture Française" en 1938

On en parle 

Depuis deux semaines, on en parle sur les ondes radiophoniques, à la TV,  dans les journaux, et où sais-je encore ?

Tout a commencé avec la sortie du dernier film de Polanskiki.

Pour tout dire, c'est sur France-Info que j'ai entendu pour la première fois comparer l'histoire de ce personnage avec celle : toute aussi glorieuse, d'un certain Popol Gauguin. 

(Interdire des expositions de Gauguin ? : Non, mais à condition d'y intégrer des discours d'accompagnements concluait l'intervenante Anne ERNAUX)

Gast ah gastacouilles !  : la Cité des anciens Peintres de talent va-t-elle perdre son monstre sacré ?

Sans lui, il faut bien reconnaître que le dynamique Trou de Cul'T tant aimé de PGO, ne serait plus rien.

Une commune bientôt rayée de la carte comme les gilets de forçats ?   

Qu'avons-nous pourtant douloureusement lu sur lui, dans la Gazette Drouot de la semaine dernière ? :

Extraits du premier article publié en page 16 : (Signé Vincent Noce)

"Peut-on encore exposer Gauguin ?

Oui et non semble répondre la Nationale Galerie de Londres, (A l'occasion de l'exposition de portraits du Maître de Pont-Aven *) rendant prévisible l'ennui qui ressort d'une monographie sans consistance sur le personnage. ...

"Jusque là tout va bien pour nous" me fait remarquer l'impertinente CHARLiO'T

* Une Grande Exposition Internationale  intitulée "Gauguin et le portrait"

... Gauguin et le portrait : Le sujet n'a jamais été traité. Et pour cause, pourrait-on dire, car le peintre était assez peu portraitiste. 

"Et celui de la Belle Angèle : C'est un portrait sortant de l'arrière train de notre célébrissime Pontavénus-Beauté : sans doute ?" se met à hur les fans du ler la grand'mère de la vierge CHARLiO'T 

Etc, etc. :  L'article continue comme cela sur d'insupportables des Km2 pour les irréductibles fadas du personnage.

...

...

Oui,  mais il couchait. La transgression se loge au cœur de cette angoisse.

Sa "maison du jouir" s'est vue traduite en "maison du plaisir". La référence aux "jeunes Femmes"  qu'il fréquentait, à été transformée en "Filles de treize ou quatorze ans"

...

Il entretenait des liaisons avec de jeunes vahinés, qui ont fini de quitter l'alcoolique à la jambe pourrie ... solitaire, orgueilleux et insupportable, anarchiste et calculateur. Il a abandonné sa femme  et tous ses enfants, légitimes et illégitimes.

...

...

Conclusion de l'article :

Les beaux esprits pensent pouvoir se sortir de ce dilemme, en s'efforçant de séparer son art de ses monstruosités, évitant ainsi de se poser la question autrement plus difficile de leur nécessaire imbrication.

-----------------------------------------------

Evidemment, pour les vieux amateurs d'art ayant autrefois assidûment fréquenté les bistrots branchés de Pont-Aven, il n'y a rien de nouveau.

Ce qui est surprenant est que ces vérités, bien cachées depuis plus d'un siècle, inondent tout d'un coup le monde entier.

"Et bien, voilà encore un beau sujet de passionnants papotages, à organiser dans les Salons de l'Hôtel de Ville de Pont-Aven, ... ...

... à défaut : aujourd'hui, de bistrot branché peinture" nous fait remarquer Julia GUILLOU.  

A suivre demain

-------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite (fin )

Publié le par chercheur d'histoires

Un sapin acheté ...

Un sapin acheté ...

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite (fin )

Depuis 2006, je ne cesse de dénoncer les déluges de propagandes médiatiques qui inondent sans arrêt les can'arts des coins-coins du coin.

Des campagnes qui : pour les 50 000 (moins 2800)  habitants du territoire de la CC'ânerie, leurs font croire que la population de Pont-Aven est ultra favorisée au regard des 47 200 autres citoyens de cette CC'Â.

- - -   Suite et fin  - - -

Et c'est là l'un des plus gros problèmes que les futurs élus de Pont-Aven devront affronter. 

Un gigantesque problème, quasiment insoluble, dont la majorité actuelle, mais aussi la population de Pont-Aven dans son ensemble, feignent d'ignorer. Pas un mot, pas un geste. Le sujet est banni et le profond déni partagé par tous de cette mortelle posture est absolu.  

Ajoutez à cela les campagnes municipales d'embellissement* du mauvais état de santé de cette pauvre commune où habitent : tant bien que mal, et de plus en plus mal, les 2800 victimes de ces lamentables provocations, et vous comprendrez le pourquoi de ce champ de ruines.

Jamais depuis 2006, personne d'autre que moi n'a osé dénoncer ces intolérables et innombrables pratiques qui ont mené la commune dans son désastre actuel. 

Vous comprendrez ainsi, en abandonnant vos postures de déni, le pourquoi de celle de Fidelin, vis-à-vis des provocations du maire de Pont-Aven.    

J'ai assisté dimanche dernier au forum annuel des associations patrimoniales du Finistère, que les associations patrimoniales de Névez avaient organisé dans la Salle des fêtes de leur commune.

J'ai ainsi eu l'occasion de papoter avec plusieurs présidents d'associations de communes voisines de notre cher Trou du Cul'T en tout genre : Tous se demandant pourquoi celles de Pont-Aven n'étaient pas présentes.

En discutant, j'ai pu me rendre compte à quel point ils ignoraient la misère de la population de Pont-Aven en matières patrimoniales et culturelles.

Ils ignoraient la grande misère des associations pontavénaines :

Des structures "sans abris" dans une devenue "Plouc's Landerie" ai-je bien essayé, en vain, de leur faire comprendre. 

Comprendre l'inimaginable ? : Essayez donc de le faire comprendre autour de vous et vous comprendrez mon désarroi d'ami fidèle aux valeurs patrimoniales et culturelles propres aux vrais amis de Pont-Aven.

Ces vrais amis d'antan, aujourd'hui en voie de disparition totale. 

----------------------------------

La photo du jour :

"Un sapin acheté, une bûche offerte" (lu cette semaine dans le Gratos du coin)

Oui mais pas n'importe quelle bûche voyons.

Une bûche sur la Grand'Place des innombrables trébuches de l'année 2015, ... lors de l'ouverture de la Contemporaine Extra-Tour de Ba'Belle Angèle.

..........................................................

"Un sapin acheté, une bûche offerte" :

A récupérer sur cette Julia's Place de tous les dangers,  

... dès le 2 janvier 2020 : Bien entendu !

----------------------------------

Partager cet article
Repost0

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

L'éditoto du maire de Pont-Aven de juillet 2019

L'éditoto du maire de Pont-Aven de juillet 2019

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite (suite)

Tiens, tiens, tu auras du boudin :  Je viens de recevoir un télégramme postal expédié par la CHARLiO'T

Revenant sur la vente du beau tableau contemporain vendu l'année dernière à Londres pour la giga somme de 9,5 Millions de Livres : et ne perdant pas le nord pour autant, contrairement aux amateurs d'art contemporains du coin, elle m'écrit que "l'artiste ayant imaginé cette œuvre majeure devait avoir le Cul't bordé de nouilles".

Gast ah gast ! : Je vais demander à un Grand Expert en Art de me diagnostiquer l'arrière-train : Des fois que : sans le savoir, je serais moi aussi un gigantesque artiste contemporain !

Un grand artiste qui vendrait des cadres de tableaux contemporains en affichant sur la vitrine de sa galerie : 

"Un cadre acheté : le tableau offert"

Une Galerie d'art située à côté d'un marchand de biscuits secs 'Mad in Pont d'Avant" affichant sur la devanture de son arrière boutik Cul'T : 

"Une boîte vide achetée, son contenu offert"

Il faut vivre avec son temps ! :  

Me dit-on en effet souvent dans notre, pas cher, P'tit Trou du Cul'T de la peinturlure !!!

------------------------------- 

Par ailleurs, le ridicule chercheur d'histoires enquiquinantes que je suis, vous propose également aujourd'hui de prendre connaissance : gratuitement, de la conclusion de son précédent article publié ici.
Une conclusion de merde que je viens d'enfourner dans mon poêle à ma zoute en Bois d'Amour de l'Art. (je sais, elle est un peu tirée par les chevaux de trait, mais j'ai fait exprès)

La conclusion la plus sérieuse qu'un merdeux pontavénain puisse écrire sur son blog :

Cela m'oblige à revenir sur les principales dérives Politico-Culturello-local'z'eaux de l'Aven, que je ne cesse de dénoncer ici depuis 20 ans.

Arrêtez de vous plaindre de mes répétitions en cascades, je ne suis plus, sur cette terre, pour très longtemps. Tout a une fin en ce bas monde, ... ... sauf parfois mes interminables dénonciations !

Pour la millième fois  : + une, je répète que La Cité des anciens Peintres de talent, n'est plus que le champ de ruines de son illustre passé.

Et encore une de plus pour vous déplaire encore plus :

La Cité des anciens Peintres de talent, n'est plus que le champ de ruines de son illustre passé.

Depuis ces deux fois 10 ans, et quelques dents, je ne cesse de dénoncer ici ou là, les déluges de propagandes médiatiques locales qui inondent sans arrêt les vierges pages de nos can'arts des coins-coins du coin.

Des campagnes qui : pour les 50 000 (moins 2800)  habitants du territoire de la CC'ânerie, font croire à tous ces braves gens que la population de Pont-Aven est ultra favorisée au regard des 47 200 autres citoyens de cette CC'Â. 

Ajoutez à cela ...

Suite et fin demain matin

----------------------------------

Le rigolo document du jour : 

* L'éditoto du maire de Pont-Aven de juillet 2019

Depuis sa sortie, je n'ai pas trouvé le temps nécessaire pour éplucher pour vous ce monument historique.
Cela n'est pas grave. Si vous voulez savoir ce que j'en pense, reportez vous à mes épluchures de celui de janvier 2019.

Un édit, inédit donc !, se terminant par cette délicieuse phrase : 

" En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous un bel été à Pont-Aven"

Et notre belle poire de CHARLiO'T aux poires de rajouter :

"Et une belle cueillette de prunes et d'amendes salées"

Et moi je vous dis que ce sera la même rengaine dans le prochain Bulletin de désinformations mini-si-pâles, qui devrait sortir du Grand chapeau de notre magicien, d'ici quelques semaines. 

"Pour la dernière fois ?" se demande : inquiet, le bel Avenir de Pont-Aven

--------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite

Publié le par chercheur d'histoires

Je lance un grand appel au petit peuple pontavénain

Je lance un grand appel au petit peuple pontavénain

Onze Plouc's Conneries avalées, la douzième gratuite

Hier, je vous avais dit que j'en avais fini des insinuations de Fidelin envers son copain Lebret, une bonne fois pour toutes. 

Pour moi au moins le p'tit clown le plus pontavéniais au monde :

"Chose promise, chose due" ... 

... comme le dit aussi monsieur le maire de Pont-Aven !

J'en ai donc fini en publiant les 11 pages de article que j'avais écrit sur le contemporain combat de Titans entre l'Ange et le Démon ...

... après avant le sermon que je viens de leur infliger.

Mais voilà : "Le compte n'y est pas" me déclare ma grand'mère : L'ancienne célèbre faiseuse de "bonnes choses" de Pont-Aven, qui fabriquait les plus bonnes crêpes bretonnes au monde durant sa longue carrière pontavénaine.

Que voulez-vous que je lui réponde : C'est ma grand'mère, et elle a évidemment raison.

En effet, à Pont-Aven, elle au moins n'a jamais forcé la vente de ses véritables "bonnes choses" en inscrivant sur la vitrine de sa crêperie : 

"Onze crêpes achetées, la douzième gratuite" 

A l'époque, jamais non plus il serait venu aux barbiers du coin, l'idée géniale de couper les poils de ses clients en trois pour leur proposer : 

"Deux coupes achetées, la troisième gratos"

-------------------------------------

Ainsi donc, et par la faute de Jeanne, et n'en ai pas tout à fait fini avec nos zèbres ...
... préférés de la marque Art'Mor Luxe "bien de chez nous"  

A suivre demain

------------------------------------

L'appel du jour :

Je lance un grand appel au petit peuple pontavénain :

Chers amis de Pont-Aven :

(je parle des amis de monsieur le maire, car moi je n'en ai plus sur place sur la Grand'Place)

Je vous en supplie à genoux. Veuillez SVP fouillez toutes vos poubelles secrètes (là où vous cachez vos beaux tableaux) pour rechercher  si par hasard, vous n'y auriez pas oublié quelques boules de pétanques lumineuses, quelques étoiles fuyantes plein les yeux, ou un vieux lot de guirlandes multi-couleurs. 

Si vous en avez, venez vite les accrocher sur le Sapin de Noël que la majorité municipale vous a offert pour cette fin de la tristounette et agressive année 2019 que vous venez douloureusement de vivre.

Il nous faut absolument offrir au monde entier un vrai Sapin de Noël aux couleurs exaltées ...
... comme un Talisman en planche de tronc de peuplier de l'Aven !

Et n'oubliez les mouettes rieuses de l'Aven, que chez nous : Les goûts et les couleurs : Ça ne se discute plus.

Allez donc pondre vos crottes de Noël ailleurs SVP !

-------------------------------------------

 

Partager cet article
Repost0

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°11)

Publié le par chercheur d'histoires

Ouille ! : Non Madame, les grandes douleurs sont muettes

Ouille ! : Non Madame, les grandes douleurs sont muettes

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°11)

Finissons-en, une bonne fois pour toute, des insinuations de Fidelin envers son copain Lebret.

Oui : Copains lorsqu'on les voit par exemple, parader ensemble, côte à côte, dans notre chère et regrettée Salle des Fêtes de Pont-Aven :

Ce cœur patrimonial et ce poumon culturel que la CC'ânerie a arraché à la population de Pont-Aven, avec la complicité d'une bande de manants locaux sans vergogne, faut-il bien dire.

Les dernières tirades de l'article de presse que j'ai délicatement épluché pour vous ces onze derniers jours :

"M Fidelin précise que deux enveloppes exceptionnelles ont été allouées à Pont-Aven  "Dans un soucis de solidarité", et suite :
36 000€ sur l'enveloppe de solidarité, suite à une demande insistante de la commune de Pont-Aven.

- Un fonds de concours exceptionnel compensatoire de 200 000 €, qui interviendra dans le cadre de la construction du centre de secours"

----------------

"Oh ! : Que ça fait mal aux mâles des coups bas comme ceux là " s'exclame, outrée, la CHARLiO'T 

Mais monsieur le maire de Pont-Aven : Êtes-vous vraiment sûr que tout va bien à Pont-Aven, qu'il fait bon y vivre, que les comptes publics sont équilibrés, et que vous pouvez dormir sur vos deux oreilles sans avoir parfois mal au crâne ?

La grand'mère de la CHARLiO'T me dit que sa petite fille ne dort plus depuis qu'elle a lu l'article de Fidelin .

Moi je dors, mais : Faux collectionneur de timbres, je me demande tout de même à qui est destinée l'enveloppe de l'envoi des 36 000 €. 

Monsieur le maire, je fus touché au cœur lorsque, tout dernièrement, vous annonciez : tout content, le démarrage de la caserne des pompiers lors de la pose de sa première pierre. 

Vous l'annonciez comme l'une des grandes réalisations de votre majorité.

Une nouvelle caserne dont on parle pourtant régulièrement au conseil municipal depuis au moins 20 ans.

Une  construction qui aurait dû être construite à l'époque où vous n'étiez encore que l'adjoint aux travaux de la commune , selon un accord intervenu à l'époque entre les trois municipalités concernées.

Une construction qui a été retardée - à votre demande monsieur le maire - durant presque tout votre mandat de maire, en raison de l'extrême faiblesse des financements de votre commune : Le musée de la CC'â ayant raflé tout le pognon disponible !  

Cela est-il vrai, ou pas ? Répondez franchement SVP, car je ne fais ici que répéter ce qui se dit sur les zincs des deux bourgs depuis 2014.

Et si cela n'est pas vrai : Pourquoi donc avoir quémander à la CCA de prendre en charge la participation financière de Pont-Aven à cette réalisation ? 

"Et pourquoi n'en avez-vous rien dit à vos administrés ?" vous demandent avec insistaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaance les ragondins de l'Aven.

-------------------------------------

Le document interdit du jour :

Ouille ! : Non Madame, les grandes douleurs sont muettes.

"Vendu 9,5 Millions de Livres : Mais ça fait combien le gramme ?" se demande : inquiète, la Folle de Pont-Aven.

"Vous m'en mettrez 3 cm : Sans plus SVP"

"De toute façon, j'ai acheté un thermomètre électronique"  rajoute-t-elle encore pour mieux enfoncer le clou.

------------------------------------

  

Partager cet article
Repost0

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°10)

Publié le par chercheur d'histoires

A vendre tout prochainement à DROUOT

A vendre tout prochainement à DROUOT

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°10)

Je le répète : "M Lebret doit se demander pourquoi il n'a pas été élu" avons nous lu dans l'un des can'arts du coin.

L'auteur de ce conseil poursuivant ensuite sa lourde lancée de rugueuses pierres par ces nouvelles tirades :

"Les allusions de Lebret au musée de Pont-Aven constituent une "DIVERSION", suite au vote".

"Soulignant tout le bien (bien entendu M Fidelin !) qu'il pense de ce bel équipement (CC'ânisé)".

"Il rappelle que le bilan du Musée (celui , bien entendu de la CCânerie implanté illégalement dans notre trou du Cul't préféré des touristes. Nous n'en avons plus aucun autre) n'est pas atteint, et que la Communauté des Communes de Concarneau supporte le delta qui manque. : Soit entre 300 000 et 400 000 €"

Arrêtons nous là un instant si vous le voulez bien :

M Fidelin ne ferait-il pas lui aussi dans de la minable diversion, lorsqu'il oublie tout d'un coup que la CCA n'a toujours pas construit l'obligatoire vaste espace de stationnements nécessaire à l'exploitation du musée dont il est question. Une obligation légale ne pouvant souffrir d'aucune dérogation, et à implanter hors des espaces publics de Pont-Aven !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

En outre, pourquoi a-t-il oublié de poser dans la balance des comptes de ce musée, les 310 000 € que seule la population de Pont-Aven est contrainte : sans raison et ad vitam æternam de régler annuellement à la CCA ?

Un très lourd tribut pour la tribu de cette commune en ruine à la limite permanente de la déconfiture.

Une CC'â, qui de surcroît, s'est permise d'usurper aux pontavénards leurs bijoux de familles les plus précieux. 

A savoir :

L'Hôtel de Ville et sa Grand'Place adjacente, la quasi-totalité des stationnements de proximité du bourg-d'en-bas, les tableaux communaux de notre feu musée municipal et tout le fonds de documentations allant avec.

Sans oublier la fierté pour tout ce petit monde, d'avoir un musée "bien a lui" 

Un vrai trésor pictural local pour lequel la future Chevalière de l'Ordre de la Légion d'honneur avait juré publiquement en 2014,  qu'il resterait la propriété de la commune de Pont-Aven.

Pourquoi donc lorsque ces (devenus par miracle) des Chefs Œuvre, sont présentés au public dans le musée de la CCA, il n'est pas indiqué comme le veut la règle :

"Propriété de la commune de Pont-Aven" ??????????????????????????????????

De qui se moque-t-on à la Direction de la Communauté des Communes de Concarneau ?

Uniquement du portrait du maire de Pont-Aven :  Peut-être ?

Ne serait-ce pas plutôt : autant que  plus t'art, des 99 % de la population de Pont-Aven victime des excès de dérives du système culturello-politico en vigueur au sein de la CCA envers les habitants de la Cité des anciens Peintres de talent ?????????

A suivre demain si vous le voulez bien messieurs les moralisateurs.

---------------------------------------

Le document embêtant du jour  :

A vendre tout prochainement à DROUOT :

Un d'après Gauguin : Oh! les vilains. 

Que dire de plus ? 

Pour moi, que ce soit un d'après, un d'avant, ou un du temps du maître, je pense qu'aujourd'hui, cela ne fr'ait qu'une belle jambe (cassée) de plus à l'auteur du tableau. 

En tous les cas, ce qui me semble sûr est que si ce tableau a été peint à Pont-Aven, ce paysage ne peut être qu'un d'après un décor de théâtre exotique, et de surcroît, qu'un d'après un décor de théâtre de rue "d'avant BOTREL"

La conclusion du jour :

Lorsque l'on n'a pas de compétences reconnues en art, le seul moyen de faire le malin est d'essayer de se la péter... comme moi.

---------------------------------------

 

 

 

   

Partager cet article
Repost0

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°9)

Publié le par chercheur d'histoires

Un Emile BERNARD sera mis en vente à Drouot le 19 décembre prochain

Un Emile BERNARD sera mis en vente à Drouot le 19 décembre prochain

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°9)

Je ne fais en déclarant cela que rapporter fidèlement sur ce blog de merde, les observations que je constate jour après jour, année après année, depuis bien trop longtemps.

- -  -   Suite   - - -

Je sais que les can'arts des coins-coins du coin ne diffusent pas tout sur tout dans les comptes rendus des manifestations qu'ils couvent, mais lorsque durant tout un mandat d'élu privilégié, ils ne présentent en tout et pour tout dans leurs articles, que la bouille du personnage principal des évènements 

traités, il y a de quoi sérieusement s'inquiéter sur ses aptitudes :  NON ?

Serais-je le seul idiot de la commune décontaminé de la peinturlure, à m'inquiéter de cela ? Il semble que oui.  

Un Ministre à la Culture : Ça incruste généralement son passage dans le marbre de l'Histoire de son pays, de sa région, de sa commune, des journaux et des esprits des gens de son coin, me semble-t-il ? 

En principe, il apporte sa pierre à l'édifice en proposant des discours 

personnels emprunts de sa personnalité  à l'occasion de chacune des manifestations culturelles qu'il préside.

Des discours trouvant généralement leur place dans les archives des grandes bibliothèques des mémoires communales.

Ces établissements culturels et patrimoniaux qui poussent comme des champignons comestibles  aujourd'hui partout en Bretagne : Sauf à Pont-Aven. 

Pont-Aven : Ce petit Trou devenu incul't en 34 ans de politiques anti-culturelles au regard de sa population locale de base.

Une population devenue par la grande force de ces épouvantables choses, la plus jemenfoutiste et la plus résignée des Plouc's-Landeries civilisées de la Bretagne.

Conclusion du jour :

La population de cette célèbre et attachante ancienne Cité du Jouir a raté sa chance d'avoir eu un maire :

- Autant Grand Adjoint à la Culture de la Cc'ânerie,

... que nul en tout point en ce domaine !

Qu'à-t-il donc fait pour que les habitants de cette célèbre commune retrouvent leurs valeurs patrimoniales et culturelles d'antan ?

RIEN de bon, et rien de concret en réalité.

"Un adjoint resté passif, parce que : sans doute, il ne se considère pas appartenir au milieu passéiste du coin ?" se dit la CHARLiO'T

----------------------------- 

La question pertinente du jour :

Un Emile BERNARD de 1886 (?) sera mis en vente à Drouot le 19 décembre prochain.
En prenant connaissance de cette information, mon p'tit doigt a avalé de travers la croûte de nez qu'il venait de m'usurper.

"Y aurait-il de la crotte de souris de l'Aven sur cette œuvre ?" se demandent les ragondins de l'Aven.

Moi le plus Mal voyant, Mal foutu, Mal luné, Malhonnête, et Mal vu du coin, je ne peux y répondre.

Mon pif légendaire me dit cependant qu'il pourrait y avoir une erreur de date au regard des immeubles peints.

Vous savez bien que dans l'estimation d'une vraie Œuvre d'Art de l'Ecole de Pont-Aven : l'année, le mois, le jour, la minute parfois de sa création, ont une importance considérable sur la valeur de l'œuvre.

Un doute m'habitant, je fais donc appel :

... au nom de tous les habitants du Trou de Peinturlure représenté sur ce tableau,

...  à tous les Hauts Dignitaires de la Cité des anciens Peintres de talent ayant des compétences en matière d'art !

Je leur lance un appel afin qu'ils puissent rassurer les pontavéniais amateurs de tableaux,

... sur la date réelle de la création de cette sympathique œuvre, 

... manifestement  in tantinet post-impressionniste, 

... et donc pas tout à fait dans le style de notre cher Bernard An'art'chiste  de 1886, que nous aimons tant ici bas, dans notre petit trou de rien du tout.

--------------------------------    

  

Partager cet article
Repost0

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°8)

Publié le par chercheur d'histoires

Monsieur le maire n'aime pas Rustéfan. Les cormorans du coin non plus !

Monsieur le maire n'aime pas Rustéfan. Les cormorans du coin non plus !

"Il était une fois dans l'Ouest" (Page n°8)

Non CHARLiO'T : Je n'ai pas retourné ma veste (à 14 000 € !) lorsque j'ai écrit ici que je comprenais la position des membres de la CC'â ayant blackboulé comme un malpropre notre cher boulet de maire de Pont-Aven.

En effet : Je n'oublie pas son culot d'avoir accepté de prendre en charge le poste d'Adjoint à la Culture de la Communauté des Communes.

Un poste qui n'est pas n'importe lequel lorsque l'on sait que cette honorable fonction consiste à gérer deux musées : C'est-à-dire selon les dires officiels  : Le plus Grand Pôle Muséal de la Bretagne"

Ce qui à mon sens demande :

- d'une part, beaucoup de sérieux, 

- Et par ailleurs de posséder en son for intérieur un bon bagage culturel, et de profondes connaissances sur les domaines patrimoniaux et culturels dont on accepte la charge.

Un grand attachement par exemples :

- A la sauvegarde des Majestueuses Ruines de Rustéfan.

- Et une volonté inébranlable de construire à Pont-Aven une Maison communale de la Culture locale, comprenant une bibliothèque de toutes les Grandes Histoires de la Cité des anciens Moulins va-t-il sans dire.

Un établissement patrimonial et culturel qui manque cruellement à sa population.

Cet édifice lui manque tellement à la population, que ladite Culturissime Cité des anciens Peintres de talent, n'est plus que le champ de ruines de son illustre passé, faute de transmissions "transgénérationnelles" de la mémoire et de la nécessaire éducation locale.

Lorsque je pense à tous les articles de presse, le concernant, que j'ai épluchés depuis que Monsieur le maire de Pont-Aven a été élu à ce poste d'adjoint culturel, je ne vois en lui "qu'un figurant" faisant passivement " acte de présence" lors des animations de culture générale proposées par la CC'ânerie dans les médiathèques par exemple.

Hélas : Trois fois hélas : Rien d'autre de significatif.

Ce qui caractérisait déjà son attitude en qualité d'adjoint à l'urbanisme puis aux travaux communaux à Pont-Aven devons-nous bien reconnaître.

(M le maire de Pont-Aven,  pourquoi ne faites-vous rien pour sauver le cormoran mazouté  ?: Une sculpture monumentale offerte par l'artiste Del'Aune à votre commune en 2009)

 

Je ne fais en déclarant cela que rapporter fidèlement sur ce blog de merde, les observations que je constate jour après jour, année après année, depuis bien trop longtemps.

C'est tout pour aujourd'hui.

A suivre demain

 

-------------------------------- 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>