Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avant, pendant, après, et si je vous racontais en outre, une histoire "de puits" ?(fin)

Publié le par chercheur d'histoires

2015 : Grandes manœuvres d'arrachages d'arbres dans le SQUARE BOTREL

2015 : Grandes manœuvres d'arrachages d'arbres dans le SQUARE BOTREL

Avant, pendant, après, et si je vous racontais en outre, une histoire "de puits" ? (fin)

Detruisons, détruisons : Détruisons sans vergogne, pourvu qu'il ne reste rien du passé patrimonial et culturel des anciens habitants de ce village tant aimé des adeptes de la terre brûlée. 

Ce premier puits ayant rendu l'âme, il restait un second que Julia Guillou fit creuser dans la cour de son nouvel établissement situé juste en face du premier.

- - -  Suite - - -

Tout le monde avait oublié celui-là aussi, jusqu'au jour où un tractopelle vint creuser cette cour afin d'y aménager un grandiose musée.

Pour quelles raisons ce second puits n'a pas été remblayé; ou mieux : directement raccordé au réseau d'eaux pluviales public

je ne le sais pas, mais toujours est-il que de temps en temps il se réveille comme un volcan.

Il est connu dans le cimetière de Pont-Aven, que la colline située en arrière de ce musée est souvent gorgée d'eau.

"Une vraie éponge du restaurant de Julia Guillou en sommes" nous font remarquer les pêcheurs d'éponges.

Demandez aux anciens locataires de l'ancien Hôtel Le Glouannec voisin, ce qu'ils en pensent !

Conclusion de ce fragment de la grande histoire des puits de ce trou :

Ainsi, de temps en temps, les pontavénounours auront jusqu'à la fin du monde, 

...  grand plaisir de voir des camions-citernes venir pomper les eaux de puits ayant envahi le

rez de chaussée de ce grand temple des malfaçons en construction !!!

Pourquoi tu racontes ça ? : me dit la naïve CHARLiO'T.  A ton avis, il y aurait eu un nombre incalculable d'autres merdes durant la construction de cet exemplaire monument ?

Je lui réponds que pour le savoir en détails, il suffit d'ouvrir le blog du plus grand chercheur de merdes au monde.

--------------------------------------------- 

L'ancienne  photo compromettante du jour :

Etait-ce le même tractopelle qui avait arraché 15 ans auparavant,

... les arbres de l'intouchable jardin CORRELLEAU,  

... juste avant sa transformation en parkings ? ? ?

Mais ça, ce n'est encore qu'un fragment des innombrables histoires des innombrables errements des précédentes municipalités de Pont-Aven depuis 1985 

 ------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Avant, pendant, après, et si je vous racontais en outre une histoire "de puits" ?

Publié le par chercheur d'histoires

Il y en a ras le pompon de ne bouffer que du BOTREL chez toi, me crache à la figure la CHARLiO'T

Il y en a ras le pompon de ne bouffer que du BOTREL chez toi, me crache à la figure la CHARLiO'T

Avant, pendant, après, et si je vous racontais en outre, une histoire "de puits" ?

Quelques semaines avant la crise, lors d'une de mes descentes matinales dans le trou de la Cité préférée des barbouilleurs de tous les pays, je remarquais la présence de deux gros camions- citernes d'épuration devant l'entrée du musée de la CC'â.

.............................................................................................................................................................................................................

A oui me dit la CHARLiO'T : je m'en souviens. Ils m'ont pompé l'air.

.............................................................................................................................................................................................................

Ma légendaire curiosité ; Une vraie machine à pomper de l'air elle aussi, m'a porté à rechercher la cause de ce trouble à la circulation publique sur la Grand'Place, d'habitude si paisible à une heure si matinale.

J'ai fini par découvrir le pot aux roses.

Je ne dirai pas : les roses "du Jardin filigéré" : Je n'ai pas le droit de vous en parler,

... même si elles sont fanées et tristes d'avoir perdu leur mère nourricière !,

mais j'ai tout de même bien découvert le pot aux roses de ce jardin aujourd'hui presque abandonné à son triste sort.

En effet, personne ne vous a sans doute jamais parlé des "deux puits" des établissements de Julia Guillou.

Il y a pourtant de quoi en faire toute une histoire.

- Il y a celle de celui de l'ancien Hôtel de Voyageurs qui n'a pas résisté aux récents travaux de saccage de l'intouchable Grand'Place, durant lesquels ce puits a été malheureusement remblayé.

Détruisons, détruisons, détruisons, 

...  Détruisons sans vergogne, pourvu qu'il ne reste rien du passé patrimonial et culturel des anciens habitants de ce village tant aimé des adeptes de la terre brûlée. 

Ce premier puits ayant rendu l'âme, il restait un second que Julia Guillou fit creuser dans la cour de son nouvel établissement situé juste en face du premier.

A suivre demain

----------------------------------------------

La photo du jour :

"Il y en a ras le pompon de ne bouffer que du BOTREL chez toi" me crache à la figure la CHARLiO'T

La question du jour :

Le cracher de virus à la figure, sera-t-il une nouvelle épreuve lors des prochains jeux Olympiques ? se demandent les vieux crachoirs en retraite de l'Hôtel Julia. 

----------------------------------------------- 

 

   

 

Partager cet article
Repost0

D'Avant et d'après

Publié le par chercheur d'histoires

Fin novembre 1965

Fin novembre 1965

C'est toute la vallée urbaine de la commune qui subit de très gros dégâts.

C'est toute la vallée urbaine de la commune qui subit de très gros dégâts.

D'Avant et d'après

Sur les ondes de choc des médias, l'on entend beaucoup parler depuis quelques mois de la vie d'avant et de celle d'après, et que dans la vie d'après que nous vivrons : plus rien ne sera comme avant.

Tout ce que je remarque lorsque je descends dans notre cher  trou du Cul't de la désobéissance  civique, est que les rares personnes de Pont-Aven qui osent encore y descendre depuis le début de cet après, peuvent observer que des lots d'irréductibles crétins : d'ici ou d'ailleurs, vivent toujours dans leur vie d'avant comme si rien  d'horrible ne s'était passé durant le pendant de la crise.

La meilleure preuve de ce qui je constate, est que monsieur le maire d'aujourd'hui vient tout juste  de prendre un arrêté municipal rendant le port du masque obligatoire dans tous les lieux : intérieurs ou extérieurs, de ce trou de peinturlure gauguinisé. 

Cela dit, ce qui est sûr et certain pour moi, est que le musée de la CC'â implanté dans ce trou, proposera toujours : comme avant, ...
...  du "d'après Gauguin"   

---------------------------------------------------------------------

OK : durant le pendant, nous étions en confinement.

En confinement sans la possibilité de recevoir des nouvelles du pays et de ses habitants.

Croyez-moi que ce fut très dur pour un chercheur d'histoires comme moi, de vivre un tel supplice.

J'ai toutefois remarqué un gros article de presse consacré à la vie heureuse d'avant des habitants de Pont-Aven :

Un article présenté en pleine page : La dernière mais tout de même !

Il m'a été rapporté que les habitants des autres communes de la CCânerie ont été choqués une fois de plus, car : une fois de plus, il n'avaient que du Pontavéniais à se mettre sous les dents.

L'auteur de l'article proposait la comparaison entre  la vie d'avant des ven'arts pontavénains, avec celle du pendant.

Je pense que l'auteur de l'article a perdu la tête durant ce pendant.

"En voilà un au moins, qui : depuis, n'a pas besoin de porter un masque !" s'exclame la CHARLiO'T

En effet, en ce qui concerne la vie d'avant, j'ai cru un moment que ce journaliste avait recopié mot à mort l'un des sublimes éditotos du BIM que le précédant maire offrait tous les six mois à ses fidèles lecteurs :

Un Pont-Aven d'avant :  "Idéalement" idéalisé à merveille.

Une cité où il fait bon vivre.

Voilà ce que vous avez pu une nouvelle fois lire d'intéressant et de réconfortant.

Oui mais, en réalité :

Le  Pont-Aven ...  d'avant le siècle dernier.

Et lire aussi quelques lignes sur le devenu sinistre Pont-Aven du pendant, 

sans qu'il soit noté dans l'article que cette sinistrose ressemblait  comme deux gouttes d'eau de l'Aven, à celle  qui existait déjà depuis de longues et tristounettes décennies dans ce devenu immonde trou pour sa population de base.

La conclusion du jour :

Et si la population de Pont-Aven proposait à ce journaliste de venir gratuitement séjourner au centre de  Pont-Aven :

- Une semaine hors saison.

- Une semaine en pleine saison.

Nous lui installerions une tante d'observation des milieux naturels, au beau milieu de la superbe et célébrissime Grand'Place du Village d'en bas du pays de canul'arts en tout genre.

--------------------------------------------------

Le SQUARE BOTREL :

Durant cette terrifiante tornade, le Square BOTREL fut particulièrement ravagé.

(Pas de mort, mais une trouille carabinée pour tous)

Depuis, pas une seule municipalité n'a pris la bonne initiative d'y replanter des arbres ou des buissons  :

Gast ah gast : Même pas une touffe d'Ajoncs d'Or !

-------------------------------------- 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Aux secours, la télé revient à Pont-Aven

Publié le par chercheur d'histoires

Réclame extraite d'un numéro de journal "La Dépêche de Brest" datant de 1925

Réclame extraite d'un numéro de journal "La Dépêche de Brest" datant de 1925

Aux secours, la télé revient à Pont-Aven

Après l'émission à la gomme que les pontavénizoneux ont eu le plaisir de contempler sur leurs écrans plats en juillet, voilà qu'elle revient.

Une équipe de TF1 s'apprête à filmer à nouveau la Cité des Galettes de Pont-Aven.

"La galette de Pont-Aven" : Ce sera d'ailleurs : en principe, le sujet proposé par cette chaîne ce mois d'août.

Un éclaireur venu récemment sur place, souhaitait rencontrer de vrais pontavénounours de souche qui puissent causer de l'histoire de ces fameux biscuits.

Quels attachements conservaient-ils encore aujourd'hui à ce fleuron local ? par exemple.

Le problème est qu'il a eu un mal de "chien dans un jeu de quilles" à trouver des personnes qui puissent se hasarder à raconter quelque chose de sensé et d'intéressant sur le sujet.
Autres choses que les vieilles rengaines d'un autre âge, usées jusqu'au dernier fil de la corde.

C'est triste d'en arriver là, mais que voulez-vous : Dans cette devenue plouc's landerie, tout le monde s'en fout. 

Quelques personnes lui ayant dit que j'étais le roi de la galette de Pont-Aven, cet éclaireur m'avait contacté en me proposant de nous rencontrer dans la principale biscuiterie du coin. Je lui ai répondu que je n'étais pas la bonne personne qui lui fallait pour ce type d'émission, car je ne pouvais que contredire les véritables bonimenteurs du coin.

------------------------------------------
Cela dit, je vous rappelle que je prépare actuellement une exposition sur la mémoire collective des anciens habitants de la rue où se trouvait l'ancienne biscuiterie PENVEN-LE VILLAIN.  

J'ai l'intention de réserver une belle vitrine à l'authentique Histoire des biscuits de Pont-Aven, en y apportant de nombreux documents dont quelques inédits que je n'avais pas publiés dans mes précédentes publications ou expositions.

Bientôt vous saurez tout, tout, tout, ... ou du moins, presque tout, sur le sujet,

... si : évidemment, le diable veut bien me donner quelque temps encore avant de m'appeler auprès de lui. 

Dans ce trou perdu pour l'humanité, il y en a qui sont pressés d'aller rejoindre leur Dieu en ne portant pas : par exemple : le masque obligatoire.

 Croyez-moi : Moi le dernier pestiféré de la Cité des anciens pestiférés de chez les Gloanec, je ne suis pas pressé du tout d'aller rejoindre le mien.

-------------------------------------

 


 

Partager cet article
Repost0

Le SQUARE BOTREL en émoi (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Extrait du BIM de septembre 2015

Extrait du BIM de septembre 2015

Le SQUARE BOTREL en émoi (fin)

- A condition que tous les bénéficiaires de terrasses respectent les distanciations de leurs tables.

C'est-à-dire, en principe : Ne plus entasser les toutous comme des sardines en boîte, même si ces boîtes sont millésimées 2020"

"Millésimées 2020, il n'y a pas de quoi en faire tout un plat !" me chuchote dans l'oreille le masque de la CHARLiO'T 

- A condition aussi de remettre sur la table des festins des réflexions municipales, certaines scandaleuses autorisations d'occupation du domaine public communal.

Dois-je rappeler que le domaine public est avant tout au service de tous, et que les occupations privées doivent rester l'exception et se justifier par des motifs d'intérêts généraux,

Et de surcroît : sans nuire à outrance à sa fonction initiale.
Est-ce bien cela la règle appliquée partout à Pont-Aven depuis 1985 ?

Toutes les terrasses respectent-elles ces obligations ?

N'y en aurait-il pas quelques unes, nuisant à outrance la circulation dans l'hyper exigu centre bourg-d'en-bas, et plus particulièrement celle de la libre et sécurisée circulation des piétons, comme l'exige le bon sens, la morale civique, ainsi que la Loi ? 

Et que penser des intolérables difficultés imposées aux personnes à mobilité réduite ?

Voilà l'un des lourds innombrables dossiers mis au placard depuis des décennies par les précédentes municipalités, qui attendent bien sagement dans leurs cachettes secrètes, que la nouvelle municipalité les extirpe enfin de leurs cachots.

La rigolote conclusion du jour :

"Vieux motard que jamais" :

 ou bien mieux : 

Jamais des mots tar'difs comme ceux là ... pour dénoncer ces maux.

----------------------------------------------

Le document du jour :

- Un programme proposé par l'Ad'AP qui : 5 ans après, reste toujours de ...

... l'Ad'APas fait

"Oui mais : Pas fait exprès. C'est pas de ma faute. Je ne suis ni coupable, ni responsable", me répond la conscience collective de la population locale.

Une conscience collective bien planquée, mais cette fois : également dans les placards des chaumières du pays des moulins.

-------------------------------------------

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le SQUARE BOTREL en émoi (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

Même les voisins en émoi en février 2015

Même les voisins en émoi en février 2015

Le SQUARE BOTREL en émoi (suite)

Dans la même coupure de presse que j'ai prise pour cible pour écrire cet article,  Monsieur le Maire indiquait en outre, qu'en raison du déconfinement, et pour pallier l'obligation faite aux cafetiers et restaurateurs d'espacer les tables de leurs restaurants et de leurs terrasses, il acceptait que les terrasses aménagées sur le domaine public puissent s'étendre sur une surface supplémentaire de 50 % .

Ok : Pourquoi y aurait-il des raisons d'intérêt général pour ne pas leur offrir ce bol d'air frais dans la situation de  la crise économique qu'ils subissent de plein fouet ?

Cependant, si l'on veut bien regarder de l'autre côté de ce nouveau décor, les choses ne sont pas si limpides que ça. 

D'abord, où vont-ils pouvoir agrandir leurs terrasses qui : déjà depuis longtemps, se sont dangereusement étalées au détriment des piétons et encore plus des personnes à mobilité réduite ?

En continuant de couler des dalles en béton sur le lit de la rivière peut-être ? 

Cette décision est incontestablement une bonne action que la morale républicaine admet sûrement :

-  Mais à la stricte condition qu'à la fin du déconfinement, une vaste réflexion soit engagée par la nouvelle municipalité afin de remettre à plat les brûlants problèmes de sécurité publique, concernant la circulation générale dans ce trou de tous les dangers.

- A condition que tous les bénéficiaires de terrasses respectent les distanciations de leurs tables. 

- A condition de remettre sur la table des réflexions municipales, certaines inadmissibles autorisations d'occupation du domaine public communal :

Certaines occupations - à titre privé - du domaine public !

 

Suite et fin demain matin

 

----------------------------------------------

Le document enquiquinant du jour :

Gast ah gast ! : Qui se souvient de l'idiot du village qui avait traité Monsieur X de : " J.M. la tronçonne" ce 13/02/2015 ? 

 

----------------------------------------------

Partager cet article
Repost0

Le SQUARE BOTREL ... et moi (suite)

Publié le par chercheur d'histoires

BOTREL vous salut : répondez lui SVP

BOTREL vous salut : répondez lui SVP

Le SQUARE BOTREL ... et moi (suite)

C'est à ce niveau qu'il est nécessaire d'agir de façon qu'au-delà des loisirs touristiques, leurs activités soient porteuses d'éducation locale pour les locaux, et subsidiairement pour les touristes en quête d'authentiques Valeurs : C'est-à-dire en opposition avec un tourisme désœuvré de passage éclair.

- - -  Suite  - - - 

Des activités patrimoniales et culturelles  pour permettre aux habitants d'apprendre à connaître leur pays. Apprendre à l'aimer, le respecter et s'y attacher.

Ne tombons pas dans la dérive de la culture artistique actuelle. Celle qui ne propose plus à ses clients que du contemplatif. Ce contemplatif qui par excès est devenu de l'idolâtrie, et qui par excès également devient de la stérile idiolâtrie.

Présenter à la population une exposition sur l'histoire du Square BOTREL afin qu'elle apprenne à l'aimer, le respecter et s'y attacher au point de s'engager afin qu'il soit revitalisé, qu'il reprenne des couleurs, qu'il redevienne une fierté locale et un agréable  lieu privilégié de rencontres pour tous,

... sauf pour les bagnoles !

Des Parkings pour des toutous désœuvrés et de passage éclair ?

SVP :  NON, les nouveaux élus !

.........................................................................................................

Des parkings pour ces gens ? : La CCA n'a qu'à construire le parking nécessaire à son musée, comme l'exige la loi.

 Et cela :  En les aménageant en dehors des espaces publics, comme cette même loi l'exige. 

.........................................................................................................

La conclusion du jour :

Et pourquoi ne pas procéder de même et dans le même dessein pour Rustéfan ???

Et pourquoi ne pas lancer une très vaste opération patrimoniale et environnementale pour sauver la rivière, ses histoires, ses secrets ??? ???

Sauver cette rivière façonnée par l'homme il y a des siècles, avant que les forces de la nature aidées par des ravageurs sans scrupule, ne la réduisent à néant.

------------------------------------------------------ 

 


 

Partager cet article
Repost0

Le SQUARE BOTREL ... et moi

Publié le par chercheur d'histoires

Une vue plongeante : non pas que dans l'Aven, mais sur le SQUARE BOTREL

Une vue plongeante : non pas que dans l'Aven, mais sur le SQUARE BOTREL

Le SQUARE BOTREL,  en émoi  et moi

Une petite exposition sur l'histoire de ce jardin construit sur un ancien lai de mer remblayé ? : Pourquoi pas.

- - -   suite  - - - 

Pourquoi pas, mais pas n'importe comment pour moi.

Uniquement comme c'est mon cas depuis plus de deux décennies, dans l'intérêt général de Pont-Aven et de ses habitants, et dans une démarche visant à réintroduite à Pont-Aven de l'éducation locale au profit de tous afin de transmettre les singulières Grandes Valeurs du pays aux générations futures.
Cette indispensable éducation que la génération qui m'a précédé m'a apportée.

Une éducation patrimoniale et culturelle qui n'existe plus. C'est dramatique mais tout le monde s'en fout : Il y a du  Gauguin : Point barre !

Je me demande même si ce que j'exprime là, est compréhensible au-delà du petit cercle d'amis de Pont-Aven qui suivent assidûment mes actions. 

Un cercle dont le rayon s'amenuise dangereusement. 

Je ne cesse de déclarer à tout-va que "Pont-Aven n'est plus que le champ de ruines de son illustre passé "

Depuis 1998, je ne cesse de proposer des expositions consacrées  à ces singulières valeurs patrimoniales et culturelles locales qui ont tant participé avant 1985, à la célébrité régionale du Pays des Moulins.

Les proposer gratuitement, sans la moindre subvention. 

Cela me donne, me semble-t-il, le droit de m'exprimer sur ce que je connais aujourd'hui mieux que personne  d'autre : Non ?

Sans être menacé d'être convoqué au commissariat lorsque : dans le cadre de mes actions,  je dénonce les innombrables et parfois très graves méfaits et dérives que j'observe : Non ? 

- S'il est vrai que les activités des associations comme celle de la Belle Angèle, de la Fête des Fleurs d'Ajonc et du Cercle folklorique de Pont-Aven sont louables, il faut reconnaître qu'elles tendent toutes vers des activités de loisirs plus que patrimoniales et culturelles.

C'est à ce niveau qu'il est nécessaire d'agir de façon qu'au-delà des loisirs touristiques, leurs activités soient porteuses d'éducation locale pour les locaux, et subsidiairement pour les touristes en quête d'authentiques Valeurs :

C'est-à-dire en opposition avec un tourisme désœuvré de passage éclair.  

A suivre demain

---------------------------------------------------------


 

 

Partager cet article
Repost0

Le SQUARE BOTREL en émoi

Publié le par chercheur d'histoires

Le luxuriant Square Botrel d'enfance des vieux pontavénins comme moi

Le luxuriant Square Botrel d'enfance des vieux pontavénins comme moi

Le SQUARE BOTREL en émoi

Moi aussi je suis en émoi :

En émoi après avoir lu dans les can'arts des coins-coins du coin que la nouvelle municipalité de Pont-Aven avait pris la décision d'ouvrir cet espace : aujourd'hui en friche, au profit du marché sur les pieds du mardi sur le port.

Autant il est certes louable que cette nouvelle municipalité se préoccupe des graves difficultés rencontrées par les commerçants et  déballeurs durant la période du confinement, autant pour des amis de Pont-Aven comme moi, nous devons rester sur nos gardes sur le devenir de ce seul jardin public digne de ce nom à Pont-Aven. 

- Cet ancien luxuriant Parc Boisé ne serait-il pas déjà suffisamment meurtri ?

- Serions nous tellement bêtes que nous serions incapables d'imaginer que 

plusieurs commerçants du Port seraient très heureux que la municipalité transforme cet espace public maritime en Parking touristique ?

Pour l'instant il semble que cette idée n'a pas été mise en pratique, mais restons sur nos gardes.

Depuis plusieurs mois, je suis en relation avec l'un des anciens habitants du port qui s'inquiète comme moi de l'avenir du SQUARE BOTREL, ...

... Plus précisément depuis que J.M. LEBRET a fait tronçonner illégalement plusieurs arbres rescapés des saccages plus anciens.

Il a même dressé un croquis du jardin en situant la position de tous ses anciens arbres et buissons, en y inscrivant de surcroît les noms de leurs espèces. 

Une petite exposition sur l'histoire de ce jardin construit sur un ancien lai de mer remblayé ? : Pourquoi pas.

J'ai constitué un gros dossier de documents divers qui n'attend que ça.

-------------------------------------  

Partager cet article
Repost0

BOTREL laisse un grand vide

Publié le par chercheur d'histoires

BOTREL laisse un grand vide

BOTREL laisse un grand vide

La petite fille d'André JACQ vient de publier deux articles pertinents dans le carn'art des coins-coins du coin dont elle est la correspondante locale  :

"Théodore BOTREL reste muet pour la Fête des Fleurs d'Ajonc"

"Le Pardon des Fleurs d'Ajonc de BOTREL laisse un grand vide"
Un grand vide : dis-tu ? mais pas pour moi, ma grande.

En effet, pour moi il ne dort pas : Théo dure.

Théodore reste muet après qu'une personne ait accroché un masque sur la bouche de sa Statue : dis-tu ? :

Un masque sur une tête qu'un poète de son temps nomma "tête d'Or"

Mais ne serait-ce pas comme cela est possible aujourd'hui à Pont-Aven, un masque pour l'obliger à fermer sa gueule ?

Une Grande gueule  "à la voix d'Or" durant la Grande Guerre,  comme il fut écrit dans la presse de cette époque.

Un masque pour l'obliger à se taire lorsqu'il doit par exemple supporter les saccages successifs du Square qui porte son nom ?

Qu'en penses-tu J. M. la tronçonne ?

La fête des Ajoncs d'Or de BOTREL n'aura pas lieu cette année comme ce fut souvent le cas depuis 1905 faut-il dire : Ni donc le 1er dimanche d'août qui arrive, ni à une autre date.

OK au quai, mais pour ma bibliothèque, son indestructible mémoire et celle de la fête folklorique et des théâtres de rue et de verdure qu'il a inventés ne peuvent disparaître sous le piédestal de Gauguin

Chacun à sa place et doit conserver cette place sans empiéter sur celle des autres : C'est ma conviction de meneur d'actions patrimoniales et cultuelles sur Pont-Aven depuis 1998.

La conclusion du jour :

Et si durant ce mois d'août, je demandais à ma bibliothèque de sortir de ses réserves, en sortant de ses réserves quelques morceaux de bravoures de ce bonhomme, afin de les offrir ici aux vrais amis de Pont-Aven et de ses anciens habitants : 

... Afin également que Théod'Or ne puissent mourir de chagrin comme ce fut le cas autrefois pour Jénoféva de Rustéfan !

-------------------------------------------     

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>