Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°5)

Publié le par chercheur d'histoires

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 4

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 4

le 10 mai 1926

le 10 mai 1926

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°5)

Le 10 mai 1928, les restes du château de Rustéphan seront inscrites sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Cela leur a sûrement fait de belles jambes car depuis aucun responsable municipal ne s'en est préoccupé.

Quel gâchis !

Il en fut d'ailleurs de même du puits de Kéranperchec !

Vive la peinturlure et ses mortels effets délétères !

A suivre demain

----------------

Partager cet article
Repost0

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°4)

Publié le par chercheur d'histoires

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 3Juin 2003

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 3Juin 2003

2003 . Une mise en demeure (recto)

2003 . Une mise en demeure (recto)

Idem (Verso)

Idem (Verso)

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°4)

Juin 2003, madame le maire de Pont-Aven pend un important Arrêté de mise en demeure des "propriétaires ???" des Ruines de Rustéphan. (voir la suite ci-dessus)

En juin 2OO3, une date avant laquelle je lui avais déjà signalé plusieurs fois que le contenant de Rustéfan était un bien sans maître. (Sans actuels propriétaires)

Que voulez-vous, depuis que les pontavénizonistes ne mettent plus à la tête de leur commune que des gens ayant "la science infuse", que voulez vous que les idiots du village comme moi puissent se faire entendre.  

Je vous signale que cet arrêté reste plus que jamais d'actualité, même si aujourd'hui ces ruines appartiennent à la commune.

QUI s'en Préoccupe ?

Le fantôme de Rustéfan particulièrement inquiet pour son avenir sans aucun doute, mais quel vivant intelligent et cultivé  l'est encore aujourd'hui ?

A suivre demain

---------------

Partager cet article
Repost0

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 2

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 2

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°3)

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°3)

C'est pour cela que j'acceptais de devenir le bénévole Délégué Départemental de cette Fondation. 

- - - Suite  - - -

Pour autant, ni la Fondation, ni les ABF (Architectes des Bâtiments de France), ni les élus de Pont-Aven, ni la population locale n'ont pris d'initiatives de cet ordre.

De quoi être totalement dégoûté , mais pas suffisamment pour moi pour ne pas tenter une nouvelle action.

La derniére sans aucun doute en raison de mon âge avancé.

Le document du jour :

A l"époque j'avais rencontré Olivier De Rohan qui m'avait assuré que si quelque chose était entrepris pour sauver le Rustéfan de ses ancêtres, nous pourrions compter sur lui et sur son Sénateur frère, pour nous apporter leur précieux soutien.

A suivre demain

---------------   

Partager cet article
Repost0

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°2)

Publié le par chercheur d'histoires

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 1

2003 : Mémoire sur Rustéfan : folio n° 1

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°2)
La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°2)

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°2)

En 2001, la toute nouvelle Fondation du Patrimoine et le journal Ouest France lançaient sur la Bretagne un GRAND CONCOURS sous le titre

"Sauvez un trésor près de chez vous" 

J'en profitais pour déposer un dossier sur les Ruines de Rustéfan

Un dossier qui fut sélectionné avec 100 autres (sur 400) pour participer à la finale de ce concours. 

S'il n'obtient aucun prix, il était convenu que la Fondation du Patrimoine apporterait son concours à toute demande d'intervention pour la sauvegarde et  la rénovation des bâtiments remarquables sélectionnés. 

C'est pour cela que j'acceptais de devenir le bénévole Délégué Départemental de cette Fondation. 

A suivre demain

----------------    

Partager cet article
Repost0

La phénoménale antique boîte en granit datée 1480 (Page n°1)

Publié le par chercheur d'histoires

La phénoménale antique boîte en granit datée 1480 (Page n°1)

La phénoménale antique boîte en granit  datée 1480 (Page n°1)

Ouvrons là ensemble si vous le voulez bien pour ne pas l'oublier définitivement, comme le souhaitent tous les Grands Esprits Seins pontavénizoneux. 

Au préalable je vous propose de (re)prendre connaissance d'un curieux article que j'avais publié ici il y a environ 10 ans.  

Puis également les jours suivants, de prendre connaissance du mémoire juridique que j'avais écrit en 2008 à l'attention de la municipalité de Pont-Aven.

Un mémoire qui a sans doute été jeté dans les oubliettes de Rustéfan ???

Cela dit, pour 2022 je prévois de mener une nouvelle importante action Patrimoniale et Culturelle. 

Je prépare ainsi déjà un nouvelle exposition de haute teneur sur l'histoire de l'ancien Manoir de Rustéfan, afin de répondre à tous les jeunes gens qui m'ont posé cet été des questions sur le devenir de cet extraordinaire joyau local.

Il faut savoir qu'en 2021, et plus que d'habitude, de très nombreuses personnes ont été attirées par cet irrésistible monument, et ce : jusqu'à camper à proximité malgré les dangers encourus.

Et qu'a fait la municipalité afin d'éviter la catastrophe ?

RIEN

Rien comme toutes les autres depuis que j'ai osé mettre mon nez dans l'inextricable situation juridique de ces ruines, afin de régler définitivement le cas de ce bien qui restait sans maître depuis la Révolution Française. 

L'exposition que je prépare a pour objectif d'être à la fois :  Plaisante, éducative et interpellante pour la population locale et des environs.

Vous en saurez déjà un peu plus en prenant connaissance des textes et documents que je vais publier ici ces prochaines semaines.

Des semaines qui par ailleurs, resteront vraisemblablement très très calmes dans la lugubre et ennuyeuse hibernation Pontavénizoneuse.

Alors, profitez-en pour vous informer sur le sujet les futurs nouveaux  Amis de Rustéfan,

...  puis venez vous amuser avec nous pour participer au spectacle et aux débats envisagés.

Il y aura du travail utile et du bonheur pour tous à y attendre. 

-----------------------------------------------------------------------

A suivre demain

-----------------    
 

 

Partager cet article
Repost0

La boîte de pâté pur porc

Publié le par chercheur d'histoires

Extrait du PLU  concernant cette fois la création de locaux commerciaux.

Extrait du PLU concernant cette fois la création de locaux commerciaux.

La boîte de pâté pur porc

Comme elle commence à prendre de l'âge je l'ouvre avant sa date de péremption. 

Il y a quatre ans, Il y avait encore un petit bistrot sympa  "bien de chez nous" près du Pont de l'autre côté de la célèbre Piscuiterie locale.

Puis un jour, un malin eut l'idée de l'acquérir pour le transformer en un Café aussi urbanisé qu'au centre ville de Quimper. 

C'est à dire un établissement Ultra Chic.   
je parle de celui que j'avais surnommé ici de :

"Café noir de monde"

Cet investisseur eut deux moments de grand bonheur durant sa courte vie pontavéniaise :

- Le jour où il signa l'acte d'achat de cet établissement.

- Puis ? ... Je vous laisse deviner.

-------------------------------

Peu de temps après l'ouverture de ce devenu luxueux Bistrot/Restaurant, un matin j'aperçu étonné monsieur le maire de Pont-Aven y sortir tenant entre les mains une grande et superbe boîte blanche alimentaire. De celles que l'on ne vous offre que dans les restaurants ou pâtisseries de luxe évidemment. 

Le lendemain matin je prenais ma meilleure plume pour écrire sur ce blog de merde un petit pamphlet "bien de chez nous" qui faisait allusion à une espèce de  ...

... "Andouille purée beurre" 

Cet excellent ancien plat local que la justice m'a interdit de consommer depuis ??????????????????????????????????????????????????????????

Pour moi;  le parfois chercheur d'histoires sérieuses, et très à cheval sur les Lois de la République, trop c'était trop.

Ma conscience républicaine exigeait de moi que je réagisse.

En effet, mes yeux de lynx avaient remarqué que le nouveau propriétaire des lieux y avait effectué de très gros travaux de rénovation et en particulier :

Ceux de la transformation de son premier étage jusque-là à usage privé (salle de séjour d'un appartement) en un espace commercial ouvert au public.

Changement d'affectation + gros travaux = nécessité absolue d'obtenir un permis de construire préalable ...
... 
comme nous le savons tous, et que nous respectons tous à Pont-Aven !

De surcroît, et selon le règlement du PLU en vigueur à l'époque, ce changement d'affectation nécessitait l'aménagement de stationnements à implanter sur l'emprise de la propriété, avec en cas d'impossibilité et accord de la municipalité, la stricte obligation de verser à la commune une forte taxe compensatoire à ce manque.

(Voir la pièce jointe)

Ce fut le cas tout près de l'autre côté du pont, lors de la transformation de l'ancien atelier du photographe Gravier en restaurant.  

Non seulement, ici cette règle ne fut pas respectée, mais monsieur le maire autorisa son nouvel ami à agrandir la terrasse extérieure de l'ancien Café, en supprimant deux précieux stationnements publics existants.

Conclusion :

Finalement c'est votre chercheur d'histoires qui fut enquiquiné comme d'habitude par la justice, pour avoir osé épingler sur ce blog ce scandale.

-------------------------------------------------------------- 

 

 


    

Partager cet article
Repost0

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°4)

Publié le par chercheur d'histoires

La vente de Keranperchec : Extrait n°1 de l'avis des Domaines

La vente de Keranperchec : Extrait n°1 de l'avis des Domaines

Extrait n° 2

Extrait n° 2

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°4

- A cette époque où l'on construisait du durable, les logements étaient souvent estimés en prenant pour base la valeur de leur reconstruction à neuf, et en y appliquant un coefficient réducteur correspondant à leur état de dégradations constatées, et d'usure dans le temps long.

- La seconde méthode a pour nom : l'estimation par capitalisation.

L'immobilier étant considéré dans ce cas comme un placement productif de revenus : c'est-à-dire ceux de loyers. Ceux sont ces loyers qui servaient de base pour déterminer la valeur vénale d'un bien.

Si la location d'une maison rapportait 5 000 francs nets par an, et que le rendement de ce type de placement était reconnu de 5% l'an, votre bien était estimé à 100 000 francs.

Dans les périodes stables, cette solution était certainement la meilleure.

Elle correspond surtout aux possibilités financières de la majorité de la population du pays pour se loger.

C'est ce vital équilibre qui vient de s'écrouler.  

- La troisième est celle couramment exploitée aujourd'hui.

Elle consiste à évaluer les biens au regard de ventes identiques du secteur concerné.
Solution très dangereuse en période d'inflation déraisonnable, car cela fait comme je viens de la dire "boule de neige" 

Résultat :

Si cette spéculation se prolongeait encore le long du littoral de la Bretagne, qui pourra bientôt se loger convenablement sans être au moins un demi millionnaire ?

Quels seront les locataires qui pourront se loger à année ? 

Cette crise est déjà elle aussi bien implantée depuis quelques années, en raison de la sévère diminution des locations à l'année, contrariées par la férocité des locations saisonnières. 

Voilà des questions pour lesquelles : ni la SCOT de la CC'ânerie, ni le PLU de Pont-Aven, ne proposent de réponses concrètes.

Les élus, manifestement dépourvus d'imagination dès qu'un problème est un peu aigu, non plus d'ailleurs.

Conclusion :

Lorsque cette crise sera dépassée par celle d'un trop plein de biens à revendre, ce sera "à nouveau" de gros problèmes qui feront la Une des journaux sous la bannière d'une "Nouvelle crise du logement" 

Heureusement qu'à Pont-Aven la chanceuse, il fait, et il fera toujours bon vivre, grâce à la science infuse de ses élustupides totalement gauguinisés ! 

--------------------------------

Le document du jour :

L'ensemble du domaine de Keranperchec évalué en 1986 

à 2 000 000 Francs par le service des Domaines.

En tenant compte de l'évolution de la valeur des monnaies :

1 Franc de 1986 équivalant aujourd'hui à 0,26874 €,

dans ces conditions de comparaison,

c'est une somme d'environ 540 000 € (plus les frais notariaux) que la commune aurait déboursée pour devenir propriétaire de ce fabuleux ensemble immobilier.

Même pas le prix actuel d'une simple bicoque bourgeoise "à rafraîchir"  sur le port !

-------------------------------------------------------------- 

     

    

 

Partager cet article
Repost0

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°3)

Publié le par chercheur d'histoires

1986 : Le domaine de Keranperchec - Une affaire en Or ...

1986 : Le domaine de Keranperchec - Une affaire en Or ...

... Que la municipalité de l'époque avait lamentablement ratée

... Que la municipalité de l'époque avait lamentablement ratée

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°3)

- Autre origine de ce mal sur laquelle je tiens à m'exprimer.

Jusqu'à la fin du siècle dernier, l'immobilier était considéré comme une valeur durable, et donc sûre.

Durable car les habitations étaient construites avec des matériaux résistants, et par des professionnels ayant du savoir-faire à toute épreuve.

Aujourd'hui ce n'est plus tout à fait le cas, et demain encore moins. 

A cela s'ajoute une très inquiétante et profonde crise de manque de main-d'œuvre qualifiée, et de matériaux de construction dont les prix s'enflamment autant dangereusement que durablement . 

Nous vivons une période de transition entre la construction "faite-main", et l'industrialisation massive de ce type de construction qui n'aura bientôt plus rien à jalouser à l'industrialisation des véhicules.

Des constructions dont la durée de vie ne sera pas beaucoup plus élevée que nos voitures.

Avez-vous remarqué que plus l'on s'en approche, et plus les donneurs de leçons déclarent qu'il est nécessaire de construire et de fabriquer du durable ?

Tout cela a une importance majeure dans la folle et brutale hystérie de la spéculation immobilière actuelle.

Bien souvent, ceux qui le peuvent, souhaitent "à tout prix" acquérir du solide situé dans un environnement non concentrationnaire.

L'environnement  concentrationnaire que les décideurs d'aujourd'hui proposent pour demain, et qui fait peur à la population aisée actuelle.  

L'effet "boule de neige" bien connu, fait artificiellement grimper le prix de l'immobilier jusqu'au ciel de la stupidité.

Comme par exemples lorsque les précédents gouvernements décidaient brusquement d'accorder de grosses carottes fiscales aux accédants à la propriété, ou que les taux des intérêts d'emprunts dans l'immobilier s'effondraient brusquement comme c'est le cas depuis peu. 

Cela dit, mon exposé s'adresse uniquement au cas des petites communes comme celle de Pont-Aven. Les grandes métropoles d'où débarquent les nouveaux arrivants en Bretagne, ont des préoccupations très éloignées des nôtres. 

En effet, la préservation des espaces ruraux autour de ces métropoles concerne le sacrifice de dizaines de milliers d'hectares par an.
Cette préoccupation ne concernerait que quelques milliers de m2 d'espace à Pont-Aven, comme dans toutes les petites agglomérations en dévitalisation. 

Au temps ou j'exerçais la profession d'expert foncier, il existait des règles d'estimation des biens immobiliers qui avaient fait leurs preuves.

Leurs preuves de modération contre des préoccupantes envolées hystériques des biens immobiliers que l'ensemble de la société subit aujourd'hui, ou qu'elle subira demain.

- A cette époque où l'on construisait du durable, les logements étaient souvent estimés ...

Suite et fin demain matin

------------------------

Partager cet article
Repost0

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°2)

Publié le par chercheur d'histoires

Le PLAN CADRE local fut approuvé par le conseil municipal le 24 janvier 1984

Le PLAN CADRE local fut approuvé par le conseil municipal le 24 janvier 1984

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°2)

Cela dit, avant celle qui sévit en Bretagne depuis le début de la crise sanitaire, aucune autre n'avait jamais atteint une telle affolante et hystérique ampleur.

Elle se produit de surcroît simultanément avec plusieurs autres crises majeures.

Par exemple :

- Celle du coût exorbitant des terrains à bâtir dont l'origine est due de façon très significative aux restrictions des règlements d'urbanisme locaux en matière d'extensions des espaces à bâtir.

- J'ai connu et pratiqué les anciens Plans Cadres des années 1960-1980

Celui de Pont-Aven fut adopté par le conseil municipal le 24 janvier 1984

Un Plan et un règlement dit  sommaire qui définissait un périmètre urbain au-delà duquel des règles restrictives de constructions non agricoles étaient imposées.

C'était aussi la grande époque du développement galopant des monstrueuses ZUP autour des grandes villes. 

- Puis celle des POS (Plans d'occupation des sols) créés lors du grand remaniement du Code de la Construction et la création du Code de l'Urbanisme publiés en 1976.

L'idée première étant aussi mais plus sévèrement, de limiter le grignotage des espaces ruraux en interdisant d'y construire. 
Ce fut l'invention désastreuse des quotas mal estimés en tout genre, en totale dichotomie avec les besoins réels de logements neufs des villes et des communes.

Je connais moultes espaces ruraux protégés à l'époque, aujourd'hui transformés en cités-dortoirs. 

C'est cette restriction de terrains à bâtir qui a bien souvent provoqué la spéculation sur les terrains à bâtir, sans effet positif sur la modération des grignotages des terres agricoles.

- Aujourd'hui les POS ont été remplacés par les PLU (Plan Locaux d'Urbanisme)
Connaissez-vous la principale différence entre les deux ?
Dans l'esprit des PLU, il a été introduit l'objectif d'un EQUILIBRE SOCIAL en matière  de constructions et d'aménagements urbains.
C'est pour cela que l'approbation du POS de Pont-Aven dont l'étude avait durée 6 ans durant le règne des Rivet, n'a été approuvé qu'un an après : 

Le temps de l'appeler PLU, en y introduisant cette notion humaniste.

Ressentez-vous que depuis le règne des Rivet, toutes les constructions et aménagements municipaux sur la commune suivent cette honorable ligne de conduite ? 

C'est-à-dire; qu'après chaque grande réalisation communale, chaque habitant y ai trouvé son compte, quel que soit son statut social !

Comme par exemple celle de la construction du musée de la CC'ânerie, pour ne parler que du plus grand scandale local en cette matière !!! 

A suivre demain

----------------
 

 

Partager cet article
Repost0

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°1)

Publié le par chercheur d'histoires

Les bonnes affaires immobilières de Pont-Aven à ne pas rater.

Les bonnes affaires immobilières de Pont-Aven à ne pas rater.

L'inquiétante boîte à nous faire broyer du noir (Page n°1)

Heureusement qu'à Pont-Aven, il y a des gens qui ont le chic de barbouiller de peinturlure exacerbée ...

...  tous les esprits qui s'amuseraient à broyer du noir. 

C'est pour cela sans doute qu'il fait si bon vivre dans le coin, mais tout de même :

Aujourd'hui sur le littoral de la Bretagne, et donc plus précisément à Pont-Aven, il faut quasiment être millionnaire pour acquérir la moindre bicoque.

Il y aurait extrêmement de quoi s'inquiéter, mais non à Pont-Aven :

Gauguin le sauveur est là pour protéger le Trou préféré des tubes de peinture en tout genre.

.................................... 

Cette sévère crise me rappelle le temps où je travaillais comme stagiaire professionnel dans un cabinet de Géomètres-Urbanistes sur la Côte d'Azur.

(Autour de 1970)

A l'époque, ça commençait à dangereusement bétonner à tour de bras tout le long du littoral méditerranéen, mais de plus en plus en faveur d'une milliardaire clientèle internationale.

Toutes les municipalités concernées se trouvaient soudainement face à un gigantesque problème de logements pour leurs populations locales. 

C'est dans ce contexte que je me suis formé à l'époque.

Depuis, des crises immobilières plus ou moins ravageuses se sont succédées dans tous les pays démocratiques : Chaque période de forte spéculation ayant été systématiquement suivie par des effondrements des valeurs de ces biens.

Chaque période ayant eu : bien évidemment, ses gagnants et ses perdants.

Cette constante est le premier point que je souhaitais formuler dans cet article. 

(Comme quoi la mémoire des passéistes sert quelque fois à quelque chose de positif pour ceux qui savent réfléchir et tirer les leçons des erreurs du passé !)

A suivre demain 

----------------

Le document du jour :

Les bonnes affaires immobilières de Pont-Aven à ne pas rater.

Théodore Botrel fit construire un premier manoir sur la Colline Pascal (au dessus du port) en 1907-1908.

N'arrivant pas à régler la totalité du coût de cet édifice, il dû le mettre en vente en l'annonçant dans l'édition d'avril 1909 de sa célèbre revue "La Bonne Chanson"

N'ayant reçu aucune offre intéressante, c'est à Maître Corelleau, notaire à Pont-Aven, qu'il confia cette vente qui fut réalisée " à la chandelle".

C'est la famille GAUTIER qui acquit ainsi ce manoir.

Les Bordelais Gautier ayant été conseillés pour ce faire  par Julia Guillou chez qui ils séjournaient régulièrement. 

Botrel fit construire par la suite un second manoir plus modeste à proximité du précédent. 

--------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>