Pont-Aven : Clochemerlesque

Publié le par chercheur d'histoires

Clochemerlesque : puissance 10

Je parle de l'insoluble problème du stationnement dans la ville qui empoisonne la vie des habitants depuis des siècles.
Puis-je y mettre mon grain de sel ?
Merci.

en 1795, Cambry de passage à Pont-Aven pouvait déjà écrire :

  ! ! !

En 1892,Beuzon, un dessinateur croquait la situation à sa manière :

 
 
Depuis des siècles, rien n'a changé. On nous casse les oreilles en permanence de solutions plus débiles les unes que les autres. La municipalité à sa solution miracle: Depuis qu'il est: Interdit d'interdire d'interdire, il suffit d'interdire.
 
L'unique solution serait, c'est évident, de déplacer le musée dans un lieu adapté à recevoir de la foule, mais les dominants de la secte du christ jaune s'y opposent fermement. A qui profite le crime ?

Dans ces conditions, la solution la plus intelligente de toutes celles qui sont proposées depuis des lustres ne serait-elle pas :

1° De supprimer tous les trottoirs dans la ville afin d'y aménager des stationnements.
2° Par mesure de sécurité d'interdire aux piétons de circuler sur les chaussées.


signé la cité des idées
-------------------------------------------------------------

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article