Hier soir, je n'y étais pas

Publié le par chercheur d'histoires

Hier soir, je n'y étais pas

Vu le programme, j'ai préféré rester chez moi.

......................................................................................

Quel était l'ordre du jour de cette séance du conseil municipal, qui s'est déroulée comme d'habitude dans la salle " Grand-Guignolesque municipale "  ? 

La question est simple : soit que les petits élustucrus étaient appelés à voter sur le projet du futur musée, soit qu'ils l'étaient sur le projet du futur rond point de la gendarmerie.

Cette fois ils devaient se pencher - une énième fois - sur le projet du rond point.

Vous y comprenez quelque chose ? moi je suis perdu.

A moins que ce projet ai été découpé en tranches comme un gâteau, et que les nouilles de service aient été appelées à le voter par morceaux : une tranche du gâteau à chaque réunion.  - avec pour consigne : à consommer avec modération -

Un moyen de les occuper à ne rien faire durant les 6 ans de leur mandat. Si je ne me trompe pas, c'est bien la fonction que la direction du Grand Guignol leur a réservée,

non ? 

 Heureusement qu'ailleurs les décisions ne sont pas aussi lentes à accoucher, sinon, le tout premier rond point à l'anglaise français, construit à Quimper dans les années 1970, ne serait toujours pas inauguré.

En réalité, la raison profonde de la lenteur pontavéniaise est que la municipalité, dans sa droiture légendaire, ne supporte pas les "priorités à gauche ".

Nos affreux élustucrus, lorsqu'il s'agit de construire des ralentisseurs * - qui leurs ressemblent - sont infiniment plus rapide.

* les pompons de l'esthétique routière moderne, vous ne trouvez pas ?

---------------------------------------------------------------------------------


---------------------------------------------------------------------------------

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article