J'allais l'oublier

Publié le par chercheur d'histoires

J'allais l'oublier

Je ne vous l'ai pas dit, mais  lors de ce dernier conseil municipal Mme le maire s'en est prise verbalement et très violemment à ma personne. La scène m'en a rappelé une autre du même gabarit concernant le précédent maire, embourbé dans ses gros mensonges concernant la vente de l'ancienne usine Sea-Deal et ses 6 ha admirablement situés à l'entrée de la ville, (il avait solennellement déclaré dans la presse qu'il n'avait pas été informé de cette extraordinaire opportunité pour la commune : 6ha pour 60 000 frs). Au cours d une inoubliable réunion du conseil, l'opposition apporta la preuve irréfutable qu'il avait scandaleusement menti à la population. Il faut tout de même le dire, les loueurs de galeries du centre ville avaient tout intérêt à ce que cette opération ne se réalise pas. Leurs seuls d'ailleurs sur la commune; qui pourrait me contredire ?

L'accusé explosa dans une brutale crise de nerfs, déclarant hors de lui, que ça suffisait et qu'il ne voulait plus entendre parler de cette l'affaire : définitivement close.

Cette fois c'est la prononciation d'un seul mot par un élu : Rustéphan, qui provoqua la brutale crise de nerfs à mon égard superbement interprété à la manière du précédent maire.. Et oui, voilà une façon bien facile mais des plus hypocrites de ne pas répondre à des questions très embarrassantes pour le questionné, piégé dans ses contradictions et mensonges.

Je l'avoue ici, c'était pour moi le but recherché. Maintenant, fini la diversion, il serait peut-être temps que le conseil municipal tout entier s'intéresse sérieusement à la dangerosité et à l'avenir des ruines de Rustéphan. N'aurait-il plus la moindre autorité face aux délires de Mme le maire ?

A suivre j'espère rapidement. Ma proposition, rejetée catégoriquement par Mme le maire, d'organiser une réunion publique sur le sujet et d'y participer activement tient toujours. 

--------------------------------------------------------------------------------- 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article