Une nouvelle fois, un doute m'habite : page 1/4

Publié le par chercheur d'histoires

Une nouvelle fois, un doute m'habite : page 1/4

Préambule :

Un doute m'habite : c'est certainement une conséquence salutaire de ma fréquentation assidue des anciens bistrots de Pont-Aven. Ces lieux aujourd'hui disparus : d'accueils, de rencontres, de discussions et de débats animés qui avaient fait la solide réputation du pays auprès de nombreux Amateurs d'Arts du XXe siècle.

Le sujet du jour : 

Nous venons d'apprendre dans la presse que la secte du christ jaune vient "d'offrir à la commune une toile de l'enfant du pays : Ernest Correlleau"

Jusque-là tout va bien, Ernest Correlleau est une référence picturale à ne pas oublier dans l'histoire du XXe siècle de Pont-Aven, et c'est tirer une révérence au bon temps de l'Hôtel de la Poste dont je viens d'énumérer les qualités ci-dessus. 

Cela dit : j'aurai dû m'arrêter là avant qu'un doute ne m'habite. Hélas, je n'ai pas pu me retenir, et tout se gâte dans ma tête de bourrique.(vous en dégusterez durant 4 jours)

J'ai l'impression que les communiqués de presse de l'amicale du musée sonnent faux depuis son soudain réveil, il y a un an.

Jusque là, elle végétait discrètement, enfermée sur elle-même ... au point d'oublier de se reproduire !

Ce réveil brutal : ne serait-ce pas une ruse pour se faire valoir comme le grand mécène du musée * , et un prétexte pour se pavaner un peu plus dans la gloriole ?

* Un doute m'habite concernant la générosité des individus de cette secte.

S'intéresser à Correlleau c'est bien, mais pourquoi si tardivement ?

C'est vrai que :"vieux mort'arts que jamais" pour l'un des rarissimes petits maîtres locaux du XXe siècle.Tous les autres, c'est à dire la quasi-totalité des milliers d'autoproclamés artistes qui ont art'souillé Pont-Aven depuis 130 ans, ne sont plus que de la  poussière pour trocs et puces.

Cela également dit : l'actualité du moment n'imposait-elle pas à cette secte, de mettre tous ses œufs dans le même panier : celui du financement de sa future tour de Babel Angèle ?

Il me semble que cela s'imposait impérativement, et que le don du tableau n'est qu'une manœuvre de diversion en réalité "peu coûteuse" *  

* Le saviez-vous ? les apports des anciens gros mécènes qui permettaient à cette secte d'offrir généreusement et à son nom des tableaux au petit musée pontavénin, sont aujourd'hui directement versés au musée de la CCA. 

Il va sans dire qu'une œuvre - ou plus - d'Ernest Correlleau avait depuis longtemps sa place dans ce petit musée.

Que va devenir Correlleau ? : noyé dans l'immense palais CCânesque dont personne aujourd'hui à Pont-Aven ne sait ce qu'il va contenir.

La qualité n'a jamais fait bon ménage avec la quantité, vous le savez bien.

Qui peut répondre à cette embarrassante question pour la municipalité et qui aurait dû être placée au centre des discussions préalables au projet ?

Biss, biss, biss, j'entends une mouche voler car tout le monde s'en balance à Pont-Aven !

--- A demain ----------------------------------------------------------------- 




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article