Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le goutte-à-goutte du président de la 4C - suite -

Publié le par chercheur d'histoires

Le goutte-à-goutte du président de la 4C - suite -

............................................................ 

Du point de vue touristique

..............................................................

Le gros mot est lâché : TOURISTIQUE

De quel tourisme parle-il ?

- De celui qui déambule aujourd'hui en masse dans les rues de la ville ...  les après-midi    d'été sans soleil ? 

 - Ou du tourisme d'un autre temps, qui a participé à la vivacité culturelle de Pont-Aven. 

Les nuances sont considérables lorsque l'on l'associe le mot tourisme à celui : magique, de culture :

De quoi parle-il ?

- Du tourisme culturel : expression bien virtuelle aujourd'hui dans les rues de Pont-    Aven.

- Du tourisme culturel de masse : Attention, ça se gâte.

- De la culture pour un tourisme de masse désœuvré : Et, pan dans le mille.

Le projet des élus * s'adresse à qui ?

* La population en est de plus en plus hostile, et elle commence à le faire savoir.

- Aux authentiques amateurs d'art, curieux, avides de connaissances, de rencontres   et de débats sur l'art pictural ?  

Sûrement pas. C'est trop tard pour Pont-Aven. J'en ai rencontré régulièrement autrefois dans la ville, mais depuis 25 ans ils disparaissent inexorablement.

Petit rappel : le musée actuel, et son prédécesseur, ont toujours satisfait l'authentique amateur d'art : celui qui sait savourer avec délices la qualité et non la quantité. 

Promouvoir l'image picturale de la commune en imaginant un nouveau contexte muséal adapté au tourisme de masse serait une bonne idée.  Apporter aux visiteurs un peu de notre ancien savoir faire en matière culturelle serait certainement une bonne chose (très traou mad) mais pas dans le cadre banal d'un tourisme d'oisiveté.

L'étroitesse du centre historique de la ville ne permet d'ailleurs pas de créer cette institution en ce lieu. C'est l'une des plus grandes faiblesses de la commune. 

Tout reste à repenser de façon moderne et intelligente en matière culturelle à Pont-Aven.

Avant de dépenser aveuglément, je conseille aux élus de réfléchir un peu.

(copie transmise à M. SACRE poir information)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Le goutte-à-goutte du président de la 4C

Publié le par chercheur d'histoires

Le goutte-à-goutte du président de la 4C

Le président de l'actuelle 4C s'est exprimé dans la presse la semaine dernière sur la future communauté d'agglomérations. Il définit : à sa manière, le volet culturel des compétences de la nouvelle institution :

 ----------------------------------------------------------------

" L'autre point sensible porte sur le musée de Pont-Aven, son coût et la pertinence de l'intégrer. Nous allons faire un atout de cet équipement, en le valorisant sur le plan éducatif, en favorisant l'accès à la culture pour les scolaires. Et d'un point de vue touristique, le musée est un élément de la réputation de Pont-Aven. Il permet de structurer le territoire "

---------------------------------------------------------------------------------------------

La manipulation des esprits, orchestrée par les têtes pensantes du projet fait son chemin. Le maire de Trégunc (président de la 4C) en est l'une des premières victimes. Je dis là ce que je pense, et je me dois d’argumenter mes propos :

 Je commence par :

...................................................................................................................

" L'autre point sensible porte sur le musée de Pont-Aven " 

.................................................................................................................

Le président me semble quelque peu inquiet et met le doigt sur un point sensible qui pourrait bientôt faire très mal.

Après l’allégresse, Gare aux retours de bâtons.

...........................................................................................................

         " Nous allons faire un atout de cet équipement...

           ... En le valorisant sur le plan éducatif, en

       favorisant l'accès à la culture pour les scolaires"

..........................................................................................................

Cela ne serait-il pas déjà le cas ?

Si je peux me permettre, je conseillerai à Monsieur Sacré de se documenter sur la politique menée à Pont-Aven.

Par exemple : sur l'école primaire du diable qui vient de fermer. Ses élèves sont maintenant éduqués ...  dans des baraques préfabriquées implantées à Nizon !

Les intentions des nouveaux propriétaires de l'hôtel de ville de Pont-Aven (après expulsion des habitants) seraient-elles d'y ouvrir une luxueuse et coûteuse école primaire  ?

Éduquer "picturalement parlant" les scolaires est une bonne intention, mais elle ne justifie absolument pas la construction d'un nouveau musée dans le centre : si réputé mais en décomposition, de la ville. Ce projet aura pour conséquence de détruire un peu plus " la structure "de ce lieu historique.

Réfléchissons un peu : est-il sérieux de prétendre éduquer picturalement les scolaires, en leur proposant de passer directement du primaire à l'Université "Culturelle" ? 

En réalité, ce système : primaire dans sa conception, n'a jamais fonctionné depuis que le musée actuel existe. Dans une autre vie de Pont-Aven, j'ai eu : comme d'autres, le privilège d'être initié à l'art pictural. C'était dans l'ancienne cité des peintres propice à cette initiation ? Je parle là, avec nostalgie, du lointain passé de la ville.

--- suite demain -----------------------------------------------------------


 



 

 



 

Partager cet article

Repost 0

On en apprend un peu plus chaque jour -suite -

Publié le par chercheur d'histoires

On en apprend un peu plus chaque jour -suite -

" Pendant la période de fermeture, les 1300 œuvres seront passées en revue. Elle seront nettoyées, restaurées ou réencadrées par l'équipe du musée"

Avez-vous remarqué qu'à chaque annonce, le nombre d'œuvres appartenant au musée oscille comme la marée. C'est étrange, non ?

--- Un petit retour sur le passé ----------------------------------------------------------

Il y a 25 ans (en 1985) que le musée actuel serait né, comme ils disent:

Une naissance que je connais bien pour l'avoir vécu en 1964.J'ai fidèlement suivi son évolution durant toute sa pétillante adolescence jusqu'à sa majorité en 1985.

A Pont-Aven, la date d'une naissance est celle de la majorité ...  par décision de la majorité municipale.

---------------------------------------------------------------------------------------------

En 1985, le fonds de notre petit musée à tous, contenait environ 800 pièces, essentiellement offertes par les peinturlureurs qui exposaient dans les salles de l'hôtel de ville depuis 1959. 800 pièces qui ne valent pas un clou dans le domaine muséal et qui donc : ne meritent pas de soins importants et coûteux.

Par la suite, les nouvelles acquisitions (dont beaucoup de papiers) ont été l'objet de toutes les attentions de la part de la direction de l'établissement. Les œuvres qui le nécessitaient ont été restaurées par des professionnels compétents, comme il se doit. Eux seuls sont autorisés à intervenir sur des œuvres appartenant à des musées publics me semble -t-il.

Il est scandaleux de mettre en doute la compétence et le sérieux de la précédente conservatrice.

Cette histoire de restauration des œuvres n'est pas crédible.

Ce n'est qu'un inacceptable prétexte sans fondement pour ne rien foutre durant des années sur le dos des contribuables. Il ne faut pas oublier qu'il n'y aura pas d'entée payante au musée durant la longue période de travaux.

- Qui règlera la note ?

- Elle se chiffre à combien ?

Je doute que les responsables de la future communauté de communes qui devrait prendre en charge les obligations du futur musée aient été mis au courant de ce nouveau cadeau empoisonné.

--------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article

Repost 0

On en apprend un peu plus chaque jour

Publié le par chercheur d'histoires

On en apprend un peu plus chaque jour

On en apprend un tout petit peu plus chaque jour sur les funestes intentions  des décideurs de la création d'un nouveau musée "commun'art".

Connaissez-vous l'avantage du goutte-à-goutte ?

C'est moins douloureux que l'injection brutale d'une très mauvaise nouvelle.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Dernières révélations publiées dans OF du 20 octobre dernier :

  - " L'exposition : la naissance d'un musée, fait figure de rétrospective tout en scrutant l'avenir "

"Tout en scrutant l'avenir": Quelle drôle d'expression.

Y aurait-il  des doutes dans l'air sur l'avenir des lieux  ?

Il existe des voyantes pour cela,

ou alors, se préoccuperaient-ils soudainement du prochain scrutin des élections municipales !

---------------------------------------------------------------------------------------------

" le musée restera dans le bâtiment actuel mais sera étendu à l'hôtel de ville "

C'est nouveau et affligeant : Lorsque les élustucrus ont voté le projet, il n'était question que de son déplacement dans l'hôtel de ville : certains imaginant même de placer la mairie dans l'ancien musée.

C'est la première fois que la population : de plus en plus consternée par tout ce que les élustucrus mijotent dans son dos,  est informée de cette nouvelle mainmise ... et de la réelle étendue des dégâts.

---------------------------------------------------------------------------------------------

- " le musée, propriété de la ville de Pont-Aven, devrait passer l'année prochaine sous le giron de la nouvelle communnauté "

- Voilà encore une décision que les figurants du conseil municipal ignoraient lors de ce vote. Cette très mauvaise nouvelle - pour tous ceux qui ont des attaches profondes et sincères avec le patrimoine de Pont-Aven - avait été révélée il y a quelques jours aux élus de toutes les autres communes.

Une foule de questions me vient à l'esprit lorsque je réfléchis sur les conséquences pour l'image de la cité des anciens peintres de cette ahurissante décision. Je mets de l'ordre dans mes idées et je vous fais part de mon sentiment prochainement.

 --- suite demain -----------------------------------------------------------

 



 

 


 



Partager cet article

Repost 0

Du flagrant délire

Publié le par chercheur d'histoires

Du flagrant délire

L'année dernière, j'avais pris en flag des picoreurs de galettes sur les trottoirs de la ville. (voir l'article sur ce blog)

Cet été, j'ai vu mieux. J'ai pris flagrant délire des toutous photographiant des cartes postales exposées sur les portants extérieurs de magasins du centre ville.

Comme il y a en ce moment de la pétition dans l'air pontavénizoneuse, je propose à toutes les victimes du tourisme de masse : "à la masse", de déposer une pétition à la mairie afin que les dirigeants de la commune fassent poser aux entrées de  Pont'aV de nouveaux utiles panneaux :

"défense de photographier"

à  poser à coté des : "défense de picorer" ...  "défense de marcher sur la peinture"

... "défense de pêter" ...  "défense de picoler" ... "défense de pétitionner" ...  "défense de dire du mal de la municipalité" ... "défence de fère des fauttes d'ortogafe",

et surtout : "défense de rigoler".

.-----------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Ne pas confondre KIF et KIF

Publié le par chercheur d'histoires

Ne pas confondre  KIF et KIF 

Il est parfois difficile pour les petites cervelles comme moi de comprendre les objectifs des annonces de presse de notre très cher minuscule musée.

Je suis inquiet pour l'avenir des pontavénards. Imaginez ce qu'il adviendra lorsque la ville sera dotée d'un Très Cher Grand Musée qui leur aura coûté leur chair et leur sang  ?

La semaine dernière, je lisais comme vous les annonces de cet établissement qui se suivaient à la queue leu leu, sous des titres différents, dans la même page d'un journal.

---------------------------------------------------------------------------------------------

"Destinées aux individuels, les visites guidées sont basées sur la découverte ou l'approfondissement des connaissances des œuvres présentées au sein de l'exposition"

---------------------------------------------------------------------------------------------

"Ces soirées (de 18h à 19h !) sont l'occasion de découvrir de manière approfondie une œuvre d'un artiste de la collection et son contexte de création. La présentation s'accompagne d'une discussion ouverte. Ce rendez vous permet d'engager une réflexion sur l'œuvre mise en lumière."

---------------------------------------------------------------------------------------------

"Les visites commentées sont des médiations (!) proposées sous la forme d'une discussion ouverte, permettant d'engager une réflexion sur les œuvres exposées ainsi que sur la pratique de l'artiste "

---------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà certainement une bonne nouvelle, même s'il n'y a pas grand-chose de détectable dans la finalité de cette suite d'annonces embrouillées. Je devine que le musée propose aux pontavenounours individualistes (pourquoi pas aux rares autres) des discussions et des réflexions ouvertes dans le domaine pictural.

Lorsque je propose de remettre l'art en débat dans la ville, vous me direz que c'est du KIF-KIF pareil, et bien NON.

Mon KIF est, à bien des égards, radicalement opposé au leur. Je me suis souvent exprimé sur ce sujet qui est et restera l'un de mes favoris. Je prépare d'ailleurs de nouveaux articles - bien argumentés - le concernant. Vous pouvez me faire confiance, je fais aussi dans "l'approfondissement" des choses.

Comment oser proposer des discussions dans un musée où tout est sacralisé et convenu d'avance ? Il n'y a plus rien à débattre ... sauf peut-être de celui du sexe des anges ... gardiens du temple.

Quel est le rôle d'un médiateur, si ce n'est de remettre les éventuels contestataires dans le droit chemin du convenu ?

C'est dans la ville, dans tous les lieux ouverts au public et particulièrement à l'intérieur des prétendues galeries d'art que les débats picturaux seraient utiles pour sauvegarder l'image initiale de la cité dite des peintres..

Pour vous rendre utile, Mesdames les discussionneuses, sortez de votre bulle et ayez le courage d'affronter la réalité picturale du trou de peinture dans lequel la ville est engluée jusqu'au cou.

Il est très facile de se renfermer dans cette bulle  et de ne rien vouloir voir à l'extérieur.

 ---------------------------------------------------------------------------------

 


Partager cet article

Repost 0

Je viens de recevoir le dernier "Pen Ar bed"

Publié le par chercheur d'histoires

Je viens de recevoir le dernier numéro du  "Pen Ar bed"

"Le bulletin d'information du Conseil Général du Finistère"

S'il n'y avait qu'une seule information à retenir, elle serait celle ci :

Elle concerne la SAFI (Société d'Amémagement du Finistère)

qui, comme vous le savez, a pris en mains :

1° : Le projet d'aménagement du futur musée de Pont-Aven  

2° : Deux millions d'euros qu'elle partagera avec l'architecte du projet.

Je lis :

---------------------------------------------------------------------------------------------

" Son rôle est d'accompagner les collectivités dans leurs projets ... elle mène les études préalables des aménagements ...

... Elle assure aussi une mission d'assistance gratuite aux collectivités ..."

---------------------------------------------------------------------------------------------

Elles sont où les études préalables concernant ce très gros projet pour la minuscule

et fragile ville de Pont-Aven ?

J'attends en vain depuis deux ans de pouvoir consulter :

1° :  L'étude "indispensable" de faisabilité,

2°  L'étude des impacts "tout aussi indispensable" du projet sur la vie future pontavénoise. 

Jamais je n'ai vu un tel manquement aux obligations élémentaires d'un meneur de projet.

 Et puis ! :

Il y a du gratuit qui coûte parfois très très cher , vous ne trouvez pas ?

---------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

Les annonces immobilières

Publié le par chercheur d'histoires

Les annonces immobilières

Pauvres vendeurs de maisons.

Vendre du Pont-Aven sans mentir n'est plus évident aujourd'hui.

Pour allécher les acquéreurs de maisons il faut être particulièrement astucieux.

(voir précédemment sur ce blog, les publicités des marchands de rêve pour les jeunes vieux)

Un nouveau slogan vient de paraître dans une  pub déposée dans ma boite fourre-tout 

-------------------------------------------------------------------------------------------- 

 A vendre à Pont-Aven : " les commerces à pied " ... etc.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Je m'interroge : Ils sont où les commerces à Pont-Aven ?

Je sais : à Névez, à Trégunc, à Concarneau, à Riec, à Quimperlé ...

Partout, mais pas à Pont-Aven. Il n'y a plus grand chose de la sorte et d'accessible

à pied, à cheval ou en voiture " dans les deux bourgs de la commune ... sauf, un jour peut être, pour les adeptes du char-à-banc !

Les commerces ont disparu, les écoles aussi, demain ce sera le tour de la  mairie, des

derniers cafés, des toilettes de la place, et de bien autres choses : tout ce qui constitue la vie commune de la population d'une ville.

Ce n'est pas grave, les pontaven'heureux auront bientôt un GRAND MUSEE pour s'amuser, mais rien d'autre pour survivre et se divertir ...  à moins de fréquenter les communes voisines.

---------------------------------------------------------------------------------



Partager cet article

Repost 0

Retour sur la parenthèse publiée hier matin

Publié le par chercheur d'histoires

Retour sur la parenthèse publiée hier matin

L'interlude, glissé dans le texte publié sur ce blog hier matin, est une réponse à l'un des nombreux commentaires du branleur anonyme qui sévit régulièrement sur ce blog, En changeant très souvent de pseudo il veut faire croire à tous mes lecteurs que mes détracteurs sont nombreux.

Il va sans nul doute me dire : en grand connaisseur, que "branleur anonyme" est un pléonasme. 

Depuis que je le connais : il y a de cela bien longtemps, cet être est imprégné par l'un des sept pêchés capitaux : LA PARESSE.

Ce qui explique son manque de courage pour créer son propre blog.

Vous ne le connaissez pas?

Je vous présente son profil :

C'est un ancien rond de cuir usé par la paresse.

Une vraie caricature. Je le vois assis bayant aux corneilles derrière son bureau, les coudes pesamment appuyés sur un sous-mains, une lampe de chevet posée sur le côté droit de son outil de travail, un bouquet de fleurs réglementairement placé à gauche, rêvant de tableaux de maîtres en attendant patiemment sa prochaine dépression.

Que voulez-vous que je dise de plus sur cet hêtre déchêné contre moi, sans le vexer ?

Je ne vais tout de même pas lui demander d'aller se branler sous sa couette de plumes d'écrivain.

---------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

Retour sur la parenthèse publiée hier matin

Publié le par chercheur d'histoires

Retour sur la parenthèse publiée hier matin

L'interlude, glissé dans le texte publié sur ce blog hier matin, est une réponse à l'un des nombreux commentaires du branleur anonyme qui sévit régulièrement sur ce blog, En changeant très souvent de pseudo il veut faire croire à tous mes lecteurs que mes détracteurs sont nombreux.

Il va sans nul doute me dire : en grand connaisseur, que "branleur anonyme" est un pléonasme. 

Depuis que je le connais : il y a de cela bien longtemps, cet être est imprégné par l'un des sept pêchés capitaux : LA PARESSE.

Ce qui explique son manque de courage pour créer son propre blog.

Vous ne le connaissez pas?

Je vous présente son profil :

C'est un ancien rond de cuir usé par la paresse.

Une vraie caricature. Je le vois assis bayant aux corneilles derrière son bureau, les coudes pesamment appuyés sur un sous-mains, une lampe de chevet posée sur le côté droit de son outil de travail, un bouquet de fleurs réglementairement placé à gauche, rêvant de tableaux de maîtres en attendant patiemment sa prochaine dépression.

Que voulez-vous que je dise de plus sur cet hêtre déchêné contre moi, sans le vexer ?

Je ne vais tout de même pas lui demander d'aller se branler sous sa couette de plumes d'écrivain.

---------------------------------------------------------------------------------


Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>