Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faire la part belle (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Faire la part belle (fin de l'article)

Rappel : Projection de photos des années 1910-1920 à la MAPA aujourd'hui jeudi,

 à partir de 15h 00

------------------------------------------------------------------------------------------

Quelle horreur !

--- Suite et fin -----------------------

Tout d'abord, cette enseigne en bois peintre quoique intéressante pour la mémoire du pays, est  très très très loin d'être : je le répète une nouvelle fois, un Chef d'Œuvre de l'Ecole de Pont-Aven.

La reproduction "en Haute Définition" de ce document circule avec quatorze autres dans les mairies du coin.

Elle a été présentée aux nigauds, et à tous les enfants des écoles de la CCA :  et maintenant de la région de Quimperlé, comme l'un des Chefs d'Œuvre de cette école par la Conserv'atroce de la CCânerie.

Il en est de même des quatorze autres sans que personne ne s'en offusque officiellement pour autant.

S'il est évident que cette enseigne devait être l'objet de mesures de conservation, pour autant il était tout aussi évident qu'en ce qui concerne un document de ce type, il était indispensable de le conserver dans son jus afin de lui assurer toute la saveur de son histoire.

Une remise à neuf d'une bagnole se conçoit, mais cette pancarte n'a pas quatre roues ...

...  même pas celles d'un moulin.

Et tout ce tralala redondant dans la presse : à quel prix SVP ?

Un Chef d'Œuvre n'a pas de prix : certes,  mais le prix de restauration d'une œuvre mineure en a un.

Un prix d'autant plus insupportable que celui du document est minime.

...................................................................................................................

Au fait J.M.  : où en es-tu de la restauration des ruines de Rustéphan ? 

"L'objectif ne serait-il pas d'assurer sa conservation sur le long terme, pour les transmettre aux générations futures ..., dans le respect de l'intégralité de ces biens culturels et de leur histoire" ?

Ce n'est pas moi qui le dis, même si je le pense, c'est écrit dans le dernier bulletin d'information de la CCA ...  dont tu es : cher J.M. , adjoint ... à la Culture !

------------------------------------------------------------

 

    

 

 

Partager cet article

Repost 0

Faire la part belle (3ième partie)

Publié le par chercheur d'histoires

Faire la part belle (3ième partie)

Seulement les œuvres ? : Les Chefs (d'œuvre) se seraient-ils faits la malle durant les très très très longues vacances de leur Conserv'actrice en Chef ?

Voyons ça de près ...

--- Suite de l'article -----------------------------------------------

Nous apprenons que huit Grandes Restauratrices d'œuvres d'art bardées de diplômes d'Etat, s'activent depuis 2014 sur la centaine d'œuvres qui feront partie de l'exposition permanente du nouveau musée.

C'est-à-dire : "12 peintures sur toile, 7 huiles sur bois, 10 cadres ? et 81 œuvres sur papier"

- Deux ans de travaux pour ça ?

- Dépenser autant d'argent pour ça ?

- Créer un énorme musée pour si peu ?

Avant que le ciel nous tombe sur la tête, l'ancien petit musée pontavénain "bien de chez nous" faisait appel à Yves ROSOT, un l'enfant du pays ayant exercé le métier de restaurateur de tableaux ayant acquis durant sa carrière professionnelle une réputation régionale bien méritée.

Toutes les œuvres du musée ayant eurent besoin d'une restauration de conservation passaient entre ses doigts agiles.

Auraient-ils bâché ces missions ?

Je n'y crois pas, bien au contraire et je ne suis pas le seul : l'ancienne conservatrice a certainement un avis précis à apporter sur ce sujet.

A cette époque, tout allait bien, dans le meilleurs ddu monde, pour le musée pontavénain.

Si les précédents élus n'avaient pas été aussi nouilles, ils se seraient inquiétés sur la nécessité de procéder à de nouvelles et coûteuses restaurations des œuvres du musée. 

Nous apprenons par exemple que l'enseigne peintre de l'ancienne "Pension Gloanec" avait fait l'objet d'une profonde restauration.

Quelle horreur, quelle connerie !

Suite et fin de l'article demain matin

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Faire la part belle (2ième partie)

Publié le par chercheur d'histoires

Faire la part belle (2ième partie)

Où sont les projets structurants entrepris par la CCA, mis à part ceux engagés sur le pôle principal du territoire (Concarneau, et dans une moindre mesure : Rosporden et Trégunc) ?  

J.M., pourrais-tu répondre à cette question sans bafouiller s'il te plaît ?

--- Suite de l'article ----------------------------------------------------------------

Le budget annuel de la Communauté de Communes est annoncé à 47 M€ dont :

12 M€ de dépenses d'investissement,

et 35 M€ de dépenses de fonctionnement.

Cherchez la lourde erreur dans l'équilibre des dépenses ... de vos impôts locaux   ?   ? 

Ce n'est pas grave, c'est "le printemps de l'agglo" comme il est mentionné sur la couverture du magasine !

- - -

Je suis heureux d'apprendre que :

 "le très haut débit va se déployer sur le territoire de la communauté"

En 2015 à Pont-Aven, il va atteindre la zone d'inactivité de Cleuz-Nizon

C'est-à-dire que seule ou presque, la toute neuve chambre funéraire du coin sera desservie par du très haut débit.

Désservie jusqu'au ciel ?

La part belle est donnée aussi : comme d'habitude bien entendu, au futur musée des âneries de la Communauté de Communes.

Ils ont gardé le meilleur pour la fin de ce catalogue.

Un catalogue : disons-le, aussi explicite qu'un exposé de J.M. la tronçonne.

Les pages 12 et 13 nous apportent des informations sur :

"Les coulisses des œuvres du musée de Pont-Aven"

Seulement les œuvres : Les Chefs (d'œuvre) se seraient-ils faits la malle durant les très très très longues vacances de leur Conserv'actrice en Chef ?

Voyons ça de près ...

A suivre demain matin

-------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Faire la part belle (1ère partie)

Publié le par chercheur d'histoires

Faire la part belle (1ère partie)

Le dernier "Magasine d'Information de Concarneau Cornouaille Agglomération vient de paraître.

Vous ne l'avez pas lu ? :

Vous ne perdez rien car il est aussi vide qu'une coquille Saint Jacques déposée sur la table d'un bistrot à pochtrons du coin.

N'est-ca pas ... ?

Ce qui veut dire que nous resterons encore au régime sec d'informations précises durant le mandat des actuels élus de la CCA.

La maquette et la mise en page du fascicule se veulent modernes sur la forme* mais mon esprit étriqué ne veut voir dans cette présentation qu'une façon de remplir les pages "sur papier glacé" en n'apportant qu'un minimum d'informations, de surcroît lamentablement partielles et confuses.
Une façon radicale pour décourager le lecteur de prendre connaissance du contenu. 

Nous les devons au service de Communication de la CCânerie.

Je remarque toutefois que ce bulletin fait une nouvelle fois la part belle à Concarneau, et dans une moindre mesure, à ses satellites : Rosporden et Trégunc.

Je note par exemple que le Conseil Général (Départemental) apportera en 2015, "plus de

8 millions d'euros à la CCA pour soutenir des projets structurants ou de services à la population"

Où sont les projets structurants entrepris par la CCA, mis à part ceux engagés sur le pôle principal du territoire (Concarneau, et dans une moindre mesure : Rosporden et Trégunc) ?  

J.M., pourrais-tu répondre à cette question sans bafouiller s'il te plaît ?

Suite de l'article demain matin ...

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

L’association « Le Carré Long »

Publié le par chercheur d'histoires

L’association « Le Carré Long »

L’association « Le Carré Long »

Annonce d’une projection des photographies anciennes sur Pont-Aven à la MAPA

En été 2003, cette association présentait à la MAPA une exposition de photographies des années 1910 -1920 sur Pont-Aven, et que nous devons aux GAUTIER : père et fils.

En 1909, Paul Gautier d’origine bordelaise, et son épouse (une descendante du Nabab René MADEC de Quimper) achetaient le manoir que Botrel venait de faire construire sur la colline de Bourg-Neuf, face au port, avant de le revendre faute de moyens financiers suffisants pour en assurer la finition.

Le Manoir BOTREL pris le nom de Manoir BRIZEUX lorsque les GAUTIER l’acquirent pour s’y installer définitivement.

M GAUTIER père (Paul), et son fils (Jehan) s’adonnèrent à la photographie en s’intéressant particulièrement aux habitants de Pont-Aven et de ses environs.

Nous retrouverons lors de cette projection, des personnages dans leur vie quotidienne, lors de mariages, etc. ou à l’occasion des grandes fêtes du pays.

Ces photographes amateurs nous livrent des images touchantes sur une époque de la Cité des Moulins particulièrement chaleureuse et trépidante de vitalité.

En 2003, les visiteurs de l’exposition avaient découvert les étonnantes qualités artistiques des clichés des Gautier, et en particulier dans leurs manières très personnelles de mettre en scène et de photographier leurs personnages.

Ces précieuses photographies seront projetées à la MAPA de Pont-Aven,

le jeudi 30 avril à partir de 15h 00.

Entrée libre.

Qu'on se le dise

-----------------------------------------------------------------

L’association « Le Carré Long »

Partager cet article

Repost 0

Le BLOG-NOTES de la quinzaine (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Le BLOG-NOTES de la quinzaine (fin)

- Pont-Aven :

"Initiation à la pêche à la mouche"

Aujourd'hui, il n'y a plus de poisson dans la rivière, mais uniquement sur l'étal de notre chère poissonnière.

Pour autant, notre chère Renée ne pratique pas la pêche, mais plutôt :

la chasse aux mouches. 

- Concarneau :

Musée de la pêche :

"Initiation à la pêche à la langoustine"

Gast-à-gast, c'est de la concurrence déloyale envers notre très chère empoisonneuse pontavénaine !

- Concarneau :

Réunion politique :

Conférence du fondateur de l'UPR

"La prochaine fois, j'irai à la pêche"

Lui aussi ?

- Le Pouldu :

Le Musée de la CCânerie, ...

... une fois de plus, ...

... vainement, ...

... à la pêche aux clients !

Les quinze (faux) Chefs d'œuvre de ce futur musée se prélassent actuellement dans la (fausse) Maison de Marie-Poupée au Pouldu.

Résumé de cette tristounette quinzaine : 

Quinze jours savoureux autour du goémon : Vous ne trouvez pas ?

On n'a pas de visiteur, mais dans le coin on a  des algues vertes des idées fraîches de poisson pas frais. (ou l'inverse !)

-------------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article

Repost 0

Le BLOG-NOTES de la quinzaine

Publié le par chercheur d'histoires

Le BLOG-NOTES de la quinzaine

- Pont-Aven :

"Les éleveurs de chiens de la race Terrier d'Ecosse ont organisé leur Salon de toutous dans le Square Botrel le dimanche 12 avril"

Pas très contents les cabots :

 J.M. la tronçonne avait ordonné  aux bûcherons de service du coin peu de temps avant cette garden-party, de couper les pissotières à chiens de cet ancien splendide parc botanique aujourd'hui dénudé pour ne pas dire "à poil" 

Le mécontentement ne va-t-il pas se répéter lorsque les Soldats-Louis vont venir jouer du biniou au moment de la (dé)fête des Fleurs d'Ajonc fanées ?

- Pont-Aven :

" Culture : Huit étudiantes américaines en stage dans la cité des peintres "

Certains élustucrus se sont crus à la Belle Epoque de l'Ecole School Of Art.

Il y a des nounours en peluche qui prennent leurs désirs pour des réalités.

En réalité, ce ne fut qu'un groupe d'élèves en promenade scolaire, venu sans doute admirer du Gauguin, ou plus sûrement goûter de la galette du coin.

Ce ne fut que du passage éclair ... 

... Même pas le temps pour ces chères petites de se faire dépuceler sur place.

Suite demain matin

---------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 13 : FIN)

Publié le par chercheur d'histoires

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 13 : FIN)

Nous savons :

- Que 200 à 300 logements sont vacants sur le territoire de la commune. Un grand nombre d'entre-eux sont invendables car réclamant de lourdes rénovations. Cette situation est de plus en plus dramatique pour une petite commune  de moins de 3 000 habitants, de surcroît  sans avenir.

Qui voudrait encore vivre aujourd'hui dans le champ de ruines de son illustre passé ?  :

ça ne se bouscule plus beaucoup au portillon.

Même la conserv"atroce du musée de la CCânerie a préféré s'installer à Quimper.

- Que toutes les opérations immobilières en cours  peinent à se remplir : pour certaines depuis plusieurs décennies !

- Que la municipalité vient de décider de prendre en charge un lotissement de 56 lots, dont le terrain a été remis en vente par ses aménageurs en raison de l'absence d'acquéreur ? ? ?

Nous savons aussi :

Que le pays manque cruellement d'emploi.

Qu'il se vide et se fait aujourd'hui bien trop vieux pour espérer attirer sans effort de jeunes ménages, des entreprises, des activités sur son territoire.

Que Pont-Aven ne peut espérer le soutien de la CCA pour répondre à ces besoins vitaux. 

En conséquence de quoi, ce n'est sûrement pas des spéculateurs immobiliers qui pourraient assurer aujourd'hui l'avenir du pays. Il en sera de même du futur Grand Musée de la CCânerie : Une grande et luxueuse enveloppe, vide à l'intérieur.

Sans création d'une multitude d'emplois valorisants sur la commune, de construire aujourd'hui des logements sur le site du Bois d'Amour ne peut se terminer que par un fiasco.

Le fiasco du futur musée est déjà sur les rails de la locomotive économique de la ville promise au nom du dieu Gauguin tout puissant par dame la soutane.

J.M. la tronçonne ... le glas : où es-tu,  que fais-tu,  me lis-tu quelques fois,

 ou passes-tu ton temps dans les bistrots du coin comme moi l'idiot du village ? 

-----------------------------------------------------------------------

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 12)

Publié le par chercheur d'histoires

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 12)

Pour conclure sérieusement cette longue analyse, je me dois d'aborder le volet juridique de la situation.

--- Suite --------------------------------------------------------------------------------

1° : Cet espace est actuellement classé en Zone NA au PLU communal.

Ce qui signifie que l'ensemble du site est classé en espace d'aménagement futur, c'est-à-dire qu'il est provisoirement gelé (non constructible et non aménageable).

- La municipalité a cependant la possibilité de débloquer cette situation en décidant d'ouvrir le secteur à son urbanisation.
Elle a pris cette lourde décision : sans même réfléchir un instant, il y a quelques mois.

2° : Cet ancien site industriel appartient à une succession ayant manifestée l'intention de le vendre au plus vite.

Comme vous le savez, à la demande d'un ou plusieurs promoteurs, une étude d'aménagement de ce secteur se dessine dans un bureau d'étude brestois.

Nous savons que cette étude - financée par ces promoteurs ? ? ? - mènerait comme ils le souhaitent,  à construire des logements après la démolition de l'ensemble du bâti existant.

Ce projet, tout comme celui du musée, est totalement inaproprié  au regard des réels besoins immédiats de la commune.

C'est UNE ENORME CONNERIE !

La municipalité devrait pourtant  prochainement adopter le projet présenté par les vautours planant au-dessus du site.

Pont-Aven vit : toutes proportions gardées, dans le cauchemar financier de la Grèce.

Il me semble qu'elle s'apprête à vivre aussi celui de la bulle immobilière de l'Espagne.

Nous savons ...

La suite demain matin

---------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 11)

Publié le par chercheur d'histoires

Pourquoi ailleurs ? (Page n° 11)

Les emplois valorisants de demain ne seront plus ceux que les vieux que nous sommes imaginent aujourd'hui.

--- Suite ----------------------------------------------

Pour autant, il nous est possible de préparer "l'émulsion magique" d'un futur Pôle d'excellence en matière de Culture et d'emplois valorisants.

Les élèves de l'ancien CIAC (Ecole Internationale d'Art Contemporain) ont côtoyé durant des années cet espace. Un grand nombre d'entre eux se projetaient non pas vers la peinture, mais vers des carrières valorisantes de créativités liées à la culture.

Par exemple vers des emplois en matière de Design, de Communication, de Pub etc., où l'imagination constructive à un rôle primordial.

Un bureau d'étude de cette nature vient d'ailleurs d'ouvrir à proximité du site. 

Je n'invente rien, je ne fais que constater et mettre le doigt sur la réalité de cet espace.

Nous ne savons pas ce que seront les emplois de demain, mais Pont-Aven peut s'y préparer "modestement et à sa manière" en sauvant de la destruction l'ancien et précieux site industriel du Bois d'Amour ...

... blottie comme un nid d'amour, au creux de la vallée de l'Aven.

.........................

 De l'emploi, de la créativité esthétique et artistique, Du bien vivre,

Des espaces réservés à la libre expression des créateurs et inventeurs du futur,

Des lieux ouverts aux rencontres, aux discussions, aux débats entre ces artisans du futur et leurs visiteurs.
Je pense en particulier à la nécessité pour Pont-Aven de remettre l'art en débat : 

Un lieu de cette nature y serait propice.

L ancienne conserverie Le Glouannec, une fois décontaminée et débarrassée de tout ce qui l'encombre, pourrait admirablement assurer cette mission.

- N"oublions pas que cet espace n'est pas situé dans la zone inondable de la ville.

___________________

Pour conclure sérieusement cette longue analyse, je me dois d'aborder le volet juridique de la situation.

A suivre demain matin

----------------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>