Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un mois d'élucubrations médiatiques (Paragraphe n°2)

Publié le par chercheur d'histoires

J.M. : ta tronçonneuse serait-elle grippée ? L'année prochaine, n'oublies pas de la faire vacciner

J.M. : ta tronçonneuse serait-elle grippée ? L'année prochaine, n'oublies pas de la faire vacciner

Un mois d'élucubrations médiatiques (Paragraphe n°2)

Alerte info :

Le bulletin de désinformations municipales de noël 2016 arrive au galop.
Vous découvrirez que durant le second semestre 2016 rien n'a changé.

Avec 4 naissances et 45 décès,  le compte est bon : N'est pas J.M. ?

----------------------------------------------------------------------------------------------- 

Depuis l'ouverture officielle du musée de Pont-Aven -  il y a 53 ans  - l'histoire de l'Ecole de Pont-Aven a déjà été écrite des centaines de dizaines de milliers de fois.

La cour est pleine ...  et de plus en plus pleine de plates âneries devrais-je dire.

Si vous aviez eu le courage de lire jusqu'au bout cet article, vous ne pourriez pas me contredire ... surtout si vous prenez la peine de lire la suite de cet article du chercheur d'histoires drôles.

- - -  Suite  - - -  

Pour comprendre le motif de cette nouvelle performance médiatique, il faudra attendre les deux derniers chapitres de cette toute fraîche ancestrale Histoire de l'Ecole de Pont-Aven.
Une fois de plus, Madame la conserv'atroce n'a pas pu se retenir : Elle se l'a pété sans retenue. 

Bien enrobé dans le succulent PGO mad in pontaven, elle a fait : pour la unième fois ...
...  la part belle à son génial choix personnel des luminaires de la salle Julia.

Puis le lendemain : avec autant de suffisance, celle de la création de son jardin Filiger. 

Elle ne cesse de réchauffer sa soupe à l'oseille : vous ne trouvez pas ?

"A l'oseille ?"  me demande la CHARLiO'T

Et bien oui. Je dirai même plus, avec l'oseille des jardins des pontavénins.

A votre avis : Avec quoi d'autre aurait-elle pu réglé la facture de ces coûteux luminaires de luxe  ?

Gast-à-gast : mais oui, j'allais l'oublier :

Avec le 1% culturel déduit du montant du coût des travaux et réservé légalement à une création artistique indépendante, et non pas comme cela a été  illégalement pratiqué : pour les réintégrer frauduleusement au montant des travaux d'électricité.
C'est ce qu'une justice soucieuse du respect des Lois, devrait condamner lorsqu'elle a à se prononcer sur des détournements avérés de fonds publics. 

Suite et fin demain matin

-----------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

Un mois d'élucubrations médiatiques (Paragraphe n°1)

Publié le par chercheur d'histoires

Cachez cet arbre que je ne saurais voir

Cachez cet arbre que je ne saurais voir

Un mois d'élucubrations médiatiques (Paragraphe n°1)

Depuis plus d'un mois, je n'ai pas abordé les élucubrations médiatiques du service de la COM.  de la CC'ânerie.

Il faut dire qu'il est exténuant de suivre pas à pas, les époustouflants étouffants verbiages de Dame la Conserv'atroce. 

Pour autant, il ne faudrait pas croire que durant ce temps, les animateurs de la CC'âne"rillettes de thon de Concarnon ne se sont sucés que les pouces.

La dernière semaine de l'année 2016, ils ont mis le paquet dans la presse.

Un paquet de cacas boudins enveloppé de dorures, et présenté sous le titre "L'Art fait le Beau"

......................................... ..................................................................................................................................................................................................

L'aparté de circonstance :

"Lard fait le beau ? : Ça me fait de beaux jambons"  nous dit la CHARLiO'T 

Elle n'est pas contente car elle  ne demande qu'à  faire la Belle Angèle en servant de modèle à de vrais artistes.

Hélas pour notre pontavénus-beauté : aujourd'hui à Pont-Aven il est devenu impossible d'en trouver de vrais !

.............................................................................................................................................................................................................................................

Cela dit : "l'Art fait le Beau" 

... et surtout, le Beau temps du musée de la honte.

Franchement : reste-t-il des gens du coin assez ign'arts pour lire des âneries de ce type,

mis à part quelques intoxiqués par un excès d'intox culturels ?  

Depuis l'ouverture officielle du musée de Pont-Aven -  il y a exactement 57 ans !!!  - l'histoire de l'Ecole de Pont-Aven a déjà été écrite des centaines de dizaines de  milliers de fois.

La cour est pleine ...  et de plus en plus pleine de plates âneries devrais-je dire.

Si vous aviez eu le courage de lire jusqu'au bout cet article vous ne pourriez pas me contredire ... surtout si vous prenez la peine de lire la suite de cette article de chercheur d'histoires drôles. 

A demain

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Un dernier mot sur cette future exposition

Publié le par chercheur d'histoires

Ils attandent tranquillement le "Rapide" ?

Ils attandent tranquillement le "Rapide" ?

Un dernier mot sur cette future exposition

Elle aura lieu au printemps prochain dans les locaux de la bibliothéquette communale de la Gare. 

(Les dates me seront communiquées ultérieurement par l'adjointe à la culture)

Pour ceux qui ne le connaissent pas, je précise que cet espace est particulièrement riquiqui.

Je me trouve donc devant de grosses difficultés pour présenter de façon satisfaisante la masse des précieux documents familiaux que j'ai scannés.

Sans exagérer, les deux tiers de l'ancien musée de Pont-Aven aurait été nécessaire pour me permettre de présenter de façon honorable cette performance.

Aujourd'hui, il faut présenter les images en grands formats imprimés en haute définition, pour être crédible. Les gens sont cons : c'est comme ça. Autrefois, les expositions de photographies pictorialistes ne présentaient que de petits formats imprégnés d'émotions. 

Ce sera le cas : croyez moi.

Une performance comme celles que proposent de vrais artistes ? me demande la curieuse CHARLiO'T

Non bien sûr, mais grâce à la complicité d'anciens ou descendants d'anciens habitants du quartier, j'aurai accompli une belle performance dans le collectage des mémoires de cette ancienne portion commerciale, artisanale et industrielle de la commune : 

La plus  dynamique du pays à l'époque de tortillard.

J'ai prévu que ce travail ferait l'objet de projections-débats à la MAPA au cours de cette année 2017.

Des projections grands formats cette fois.

Il est prévu d'y projeter également des enregistrements effectués auprès de personnes qui ont gardé en mémoire des souvenirs du p'tit train.

Conclusion de l'annonce :

Cette expo sera un régal pour le public pontavénin.

-------------------------------------------------------------------    

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°6)

Publié le par chercheur d'histoires

A droite : Aristide DERRIEN, transporteur de sable de l'Aven, l'un des 4 futurs garagistes du quartier de la gare

A droite : Aristide DERRIEN, transporteur de sable de l'Aven, l'un des 4 futurs garagistes du quartier de la gare

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°6)

Enfin : MERDE !  La mémoire de ce pays et de ses habitants ne se résume pas au seul mot Gauguin : aussi gros soit-il.

--- Suite --------------------

La création d'une association patrimoniale et culturelle menée par au moins une poignée de personnes motivées et attachées au pays devient une nécessité vitale afin que la commune ne sombre pas plus dans l'inconsistance touristique qui sévit depuis quatre mandatures municipales.

En cela : je pense à une association sachant se libérer des retors lobbys du coin et des lubies de quelques malsaines orgueilleuses et malsains prétentieux.

Une association qui aurait pour objectif de sauver dans toutes leurs composantes, l'exaltante Mémoire de la commune.

Cela mènerait peut-être les futurs prétendants aux postes des responsabilités communales, à se documenter sur la réalité du pays sur lequel ils auront l'immense pouvoir de vie ou de mort.

La mort fut incontestablement le choix des trois précédentes municipalités.

Il serait d'ailleurs temps que les éventuels futurs élus mettent le nez dans les affaires du pays afin de tordre le cou aux mauvaises habitudes : vous ne pensez pas ?

Il ne serait pas sain que la commune ne soit indéfiniment dirigée que par des  élu'stupides.

Depuis des décennies, les municipalités qui se suivent ne sont constituées QUE par des gens qui ne connaissent pas leur commune. Ils n'ont en tête que les mots "tourisme" et "centre ville"  oubliant trop souvent l'expression "Intérêt Général de la commune et de l'ensemble de la population" 
De surcroît : et ça n'arrange pas les choses,  dans ce pays vieillissant recroquevillé sur

lui-même, tout le monde s'en fout de tout.
Ce que je raconte là, ce n'est pas qu'une acerbe critique, c'est un constat qui fait mal à toutes les  couilles "bien de chez nous"

A demain

-------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°5)

Publié le par chercheur d'histoires

Devant la gare, un jour de Mardi-Gras

Devant la gare, un jour de Mardi-Gras

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°5)

Durant quelques semaines, ce secteur va retrouver la place qu'il mérite dans l'histoire de Pont-Aven.

- - -  Suite - - - 

Plaidoyer pour la réhabilitation du quartier

Mais à quoi servirait ce travail si une association n'était pas créée pour sauvegarder  et conserver cette remarquable mémoire de l'oubli ?

Que restera-y-il de Pont-Aven lorsque les dernières souches du pays auront disparu ?
Le grotesque musée de la CC'ânerie en guise de lot de consolation sans doute ? : du moins s'il ne fait pas faillite ! 

Il ne restera qu'un Grand vide amnésique, sans substance nourricière, sans esprit, sans saveur locale.

------------------------------------------------ 

J'associe cette exposition au mémoire que j'avais écrit, il y a deux ans, sur le devenir de la friche industrielle du Bois d'Amour (publié ici à cette époque).

Deux actions majeures s'intégrant pour former un plaidoyer pour la réhabilitation de ce quartier.

Cette initiative devrait d"ailleurs à mon avis, se réitérer sur l'ensemble de la commune.

Quid du bourg de Nizon, du Croissant, du port et ses coteaux, de la rivière dans son ensemble, du quartier de la rue Emile Bernard, ... etc

La mémoire des habitants de cette Cité des anciens Peintres de talent (et de passage éclair pour tout dire) ne se transmet plus de génération en génération comme cela était encore le cas dans ma jeunesse.

Le caractère particulier et l'identité singulière des lieux se sont évaporés

Evaporés dans la chaleur ravageuse d'un tourisme de masse.

Enfin : MERDE !  La mémoire de ce pays et de ses habitants ne se résume tout de même pas au seul mot Gauguin : aussi gros soit-il !

A suivre demain

--------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°4)

Publié le par chercheur d'histoires

La forge d'Armand NIGER (et café clandestin pour les gars du quartier)

La forge d'Armand NIGER (et café clandestin pour les gars du quartier)

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°4)

Dans ces conditions, pourquoi préparer une exposition sur la mémoire du quartier de la gare sachant que les pontavénistes (quel vilain nom !) s'en tapent éperdument ?

J'ai mes raisons, et sachez le :

- - -  Suite de l'article - - -

Je suis est reste : coût que coût, profondément attaché à mon pays d'origine.

Attaché et agissant sans prétention ni intérêt personnel dois-je souligner.

Ce qui : pour certains couillons du coin, est manifestement une lourde faute impardonnable.

-----------
Pour moi, l'avenir de ce petit trou englué dans de la peinture, passe par la création d'une association qui aurait pour objectif de sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine paysager, architectural et culturel des habitants, mais également pour noble fonction : de réfléchir profondément à l'avenir d'une population aujourd'hui en souffrance bien cachée.

Une association : non seulement de lanceurs d'alertes, mais également des lanceurs d'idées, de projets, de débats d'intérêts généraux pour l'avenir du pays ... "en pleine connaissance de cause" de leurs propositions ou de leurs actions.

A mon sens : Seule la formation d'un Comité de Salut Public associatif de ce genre nouveau pourrait débloquer la situation.

Un comité associatif libéré des dogmes politiques, religieux et culturels, où les futurs prétendants aux postes d'élus pourraient venir en stage de formation !  

----------

Cela dit : depuis les 6 mois que je prépare cette exposition sur la mémoire du quartier de la GARE, je constate que 90 % des personnes que je rencontre m'approuvent chaleureusement en s'invertissant au projet. Je croule sous les informations qui me sont apportées. Je collecte en masse des documents familiaux utiles à la mise en scène du spectacle de cette exposition.
C'est au moins 50 % des familles du quartier qui vont ressusciter.

Je dois reconnaître que je suis agréablement surpris de l'intérêt porté par les descendants de tous ces gens envers ce projet.

Durant quelques semaines, ce secteur va retrouver la place qu'il mérite dans l'histoire de Pont-Aven.

A suivre demain

------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 3)

Publié le par chercheur d'histoires

Jean COUSTUMER  (garagiste) et LE HEC devant le Café Restaurant du second

Jean COUSTUMER (garagiste) et LE HEC devant le Café Restaurant du second

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 3)

Je peux sans risquer de me tromper vous annoncer d'ores et déjà, qu'une nouvelle et profonde catastrophe non naturelle se pointe à l'horizon.

- - -  Suite  - - -

Sans me tromper : en sachant que les élus dans leur ensemble :

- non seulement, n'ont aucune compétence en la matière.

- non seulement, ne connaissent pas leur commune dont ils n'ont d'ailleurs rien à foutre.

- mais de surcroît, sont tous dans le déni de la triste et lamentable situation du patelin.

Allez faire quelque chose de bon et d'utile pour l'avenir du pays avec ça !

Dans ces conditions : que faire, que proposer, pour assurer un avenir heureux aux futurs habitants de la commune lorsque l'on est vraiment attaché à ce pays autrefois de rêve ?

C'est bien la première question que chaque habitant ayant le sens de ses responsabilités civiques devrait avoir en tête : non ?

Dans ces conditions, il faudrait peut-être que les pontavénounours commencent enfin à se poser les bonnes questions, plutôt que de se recroqueviller en apnée dans le jus du lointain passé de la commune.

Poser des questions pertinentes, c'est ce que j'essaye de faire ici sans arrêt, mais dans la Cité des jemenfouristes au cerveau surgelé, il ne faut pas espérer de retour sur investissement personnel, pour ne pas être déçu.

Dans ces conditions, pourquoi préparer une exposition sur la mémoire du quartier de la gare sachant que les pontavénistes (quel vilain nom !) s'en tapent éperdument ?

J'ai de sérieuses et profondes raisons bien évidemment, et sachez le :

A suivre demain

------------------------------------------------------------------

La photo du jour :

 Deux personnages d'un autre temps (celui de l'après première guerre) qui ont participé à la création et au développement de ce quartier

------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 2)

Publié le par chercheur d'histoires

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 2)

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n°2)

Préparer des animations culturelles de ce type, c'est pour moi enrichir de plus en plus profondément mes connaissances sur le pays, dans le dessein ambitieux de projeter cette mémoire dans des projets d'avenirs heureux pour les futurs habitants.

La revitalisation du quartier de la Gare est dans mon esprit, un projet en marche depuis 20 ans.

Ceux qui me lisent doivent le savoir.

- - -  Suite de l'article - - -

La mémoire picturale du pays : cette meilleure part du gâteau, est exploitée à outrance par des  salop'art sans scrupule. Cette dérive n'a plus pour moi grand-chose de commun avec le mot "Culture".

Le pays que j'ai connu jusqu'en 1985, n'est plus à mes yeux que le champ de ruines de son illustre passé. 

La riche mémoire des habitants : non seulement ne se transmet plus de génération en génération, mais tout ce qui en restait de solide a été confisqué par le système politico culturel institutionnalisé qui sévit depuis quelques décennies sur la commune.

Sous le règne sans partage de dame la soutane, tout ce qui correspondait à la vie publique, sociale, culturelle et artistique des habitants de cette minuscule bourgade a été ravagée et sacrifiée sur l'hôtel du sacro-saint musée.

 Ce constat est le point d'appui de toutes mes actions militantes passées ou à venir.

Cela dit : parlons sérieusement de l'avenir du pays.

Cette année sera celle de l'adoption de nouvelles règles d'urbanisme.

Ce qui signifie que la municipalité aura à décider du futur "durable" du pays et de ses habitants.

Cette décision aura des conséquences considérables pour 99% de la population.
Une population gravement victime de la politique municipale menée depuis l'ère "glaciale" à la Rivet. 

Pour moi : l'ancien professionnel qui a conscience de l'importance du sujet, il est manifeste que la municipalité actuelle est incapable de mener à bien cette révision.

Ce qui signifie que la situation du pays va inéluctablement continuer de lourdement s'aggraver. 

Je constate pourtant que comme toujours : tout le monde s'en fout.

Pont-Aven va se retrouver dans une situation encore plus préoccupante que lors de l'adoption du SCOT de la CCA - que j'ai beaucoup critiqué ici - sachant que la  future réglementation d'urbanisme de la commune, devra intégrer les décisions incorporées dans ce funeste SCOT : Funeste pour l'avenir de la Cité des anciens Peintres de talent.

La population future va devoir supporter des contraintes encore plus contraignantes que précédemment sans que pour autant ces nouvelles chienlits apportent des solutions salutaires à la dégradation générale du pays.  

Je peux sans risquer de me tromper vous annoncer d'ores et déjà, qu'une nouvelle et profonde catastrophe non naturelle se pointe à l'horizon.

A suivre demain

-----------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 1)

Publié le par chercheur d'histoires

Non  : Ce n'est pas la "locomotive économique" apporté par le musée de la CC'ânerie

Non : Ce n'est pas la "locomotive économique" apporté par le musée de la CC'ânerie

La MEMOIRE du QUARTIER de la GARE (Page n° 1)

Je m'active sur la préparation d'une exposition sur le sujet

Sautant sur l'opportunité du transfert de la Bibliothéquette de Pont-Aven dans les locaux de l'ancienne gare, plusieurs antiques garnements de ce quartier ont pris l'initiative de préparer une exposition sur la mémoire de ce secteur.

Un quartier qui devint après la mise en service d'un tortillard départemental en 1903, le plus dynamique en matière commerciale, artisanale et industrielle.

Le déclin de son tissus industriel (principalement ses conserveries) ,et les conséquences fâcheuses du premier agrandissement du musée sur ses activités commerciales de proximité, ont mené l'ensemble de ce territoire à la ruine.

Né au Café de la Gare,  je me suis totalement impliqué dans ce projet d'exposition. Depuis 6 mois je fais du porte-à-porte pour obtenir les informations et les documents nécessaires à la mise en forme de ce projet de mémoire englobant : outre la Gare, la rue du Général De Gaulle (ex rue du Gac, puis rue de la Gare), et la rue de la Belle Angèle (Ex route de Bannalec).

C'est dans  l'esprit culturel de l'association "Le Carré Long" que j'ai créée et que j'anime depuis presque 20 ans, que j'interviens une nouvelle fois.

Depuis toutes ces années, je mène - bien seul - des actions patrimoniales et culturelles militantes dans l'espoir de sauvegarder et de mettre en valeur le patrimoine et la mémoire  singulière du pays et de ses habitants.

Je dois préciser que je ne considère pas la préparation d'une exposition, ou la projection de vieilles photographies sur Pont-Aven et ses habitants, comme une fin en soi pour me la péter, et encore mois par intérêt personnel.
J'agi  dans l'Intérêt Général de la commune en essayant de préserver son identité aujourd'hui gravement décharnée, tout en proposant à tous de réfléchir sur l'avenir de ses habitants. 

Aujourd'hui, je peux dire que durant tout ce temps "j ai passé en revue des pans entiers" de cette extraordinaire mémoire, comme personne d'autre dans le coin.

De plus, je ne me suis jamais laissé tenter par le diable de la spéculation sur la peinture, qui n'est plus dans ce patelin en déroute que de l'appât à touristes désœuvrés.

Préparer des animations culturelles de ce type, c'est pour moi enrichir de plus en plus profondément mes connaissances sur le pays, dans le dessein ambitieux de projeter cette mémoire dans des projets d'avenirs heureux pour les futurs habitants.

La revitalisation du quartier de la Gare est dans mon esprit, un projet en marche depuis 20 ans.

Ceux qui me lisent doivent le savoir.

A suivre demain

------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Ça creuse dans le neuf ... (suite et fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Ouf : Cette miraculée toile vierge va échapper au viol collectif

Ouf : Cette miraculée toile vierge va échapper au viol collectif

Ça creuse dans le neuf ... (suite et fin)  

Oui : Sauf que les violeurs sont loin d'être des innocents.

- - -  Suite et fin - - - 

Dans ces conditions, pourquoi le peuple devrait-il respecter les stupides règles ... de stationnement établies à Pont-Aven par exemple ?
Personne ne veut le reconnaître, mais le scandale de la construction de ce pernicieux musée est tellement ENORME que manifestement, il ne peut même pas passer au travers du petit écran.

"Même pas au travers des immenses écrans des téléviseurs contemporains ?" se demande la CHARLiO'T chagrinée par tant de dérives institutionnelles ? 

Et oui : C'est tellement GROS que les pervertis qui se cachent derrière la montagne de leurs méfaits sont sûr de leur impunité.

"Ça trump énormément" me murmure l'effrontée CHARLiO'T 

Et oui CHARLIE : il faut vivre avec son temps ... ou mourir.

La con-clusion du jour :

Motus et bouche cousue ...  à tous les 7 étages du musée.

La vicieuse devise du jour :

"Faites ce que je vous dis, et non pas ce que je fais ... de très mal " 

 -------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>