Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que se passe-t-il donc ?

Publié le par chercheur d'histoires

Que se passe-t-il donc ?

Que se passe-t-il donc ?

J.M. le fêt'Art  : ta commune se préparerait-elle à accueillir ...

... le passage du Tour de France ?

(ou un nouveau Tour de Cons ?)

Voir la photo

S'il te plait  mon cher ami :

S'il te reste quelques bouts de barrières de protection non utilisés,

ne pourrais-tu pas les réserver pour Rustéphan ?

Le monument le plus dangereux de France pour ses indomptables visiteurs.

.............................................................................................................................................................................

Entreprendre les travaux d'entretien de la Grand'Place que tes prédécesseurs n'avaient pas eu le courage de mener : c'est bien,

mais n'en fais-tu pas un peu de trop ?

L'état pitoyable des finances de la commune ...

Suite et fin demain matin

----------------------------------------------------------------  

Partager cet article

Repost 0

Où sont donc passés les ... ? (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Où sont donc passés les ... ? (fin)

Rien ne va plus : les cohortes de touristes de passage éclair encombrent les chaussées de la ville :

la tête dans le colt'art et les poches aussi vides que leur cervelle. 

Jamais cette manne touristique n'a été aussi désespérante qu'aujourd'hui pour les devenus :

de plus en plus rares, commerçants de proximité du coin.

Je ne vois pas comment le "plus Grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven" pourrait inverser la courbe de cette infernale et catastrophique déchéance.  

Mais bon dieu J.M. notre sauveur : où es-tu, que fais-tu, que deviens-tu ? :

Toi qui proposais il y a un an et demi à la population de Pont-Aven ...

...  de te préoccuper sérieusement du triste sort de la commune que tu diriges  en principe aujourd'hui :

- Une commune ruinée et délaissée pour tout compte par tes deux prédécesseurs :

- Une commune dont tu devrais te préoccuper avant d'imaginer de prendre peut-être un jour (et pas un jour de plus j'espère) ...

... une présidence de CCânerie pour atteindre le sommet de la gloire.

 ------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Où sont donc passés les ... ?

Publié le par chercheur d'histoires

Où sont donc passés les ... ?

Où sont donc passés les : "toutous pochons-plastiques" ?

L'année dernière, nous pouvions encore observer dans le centre historique de la Cité des anciens Peintres de talent, la ronde infernale des troupeaux de toutous-pochons-plastiques encombrés des deux mains de pochons remplis de paquets de biscuits secs, achetés dans les fabriques de vrais : ou fausses !, galette made in Pont-Aven.

Si vous avez le courage de mettre le nez dans les archives de ce blog, vous trouverez des photos de ces spécimens ...  en voie de disparition.

En voie de disparition ?

Oui, car en effet : c'est le fait le plus marquant que les pontavénounours ont pu observer cette année dans leur trou de peinture ...

... un gros trou qui se creuse à la pelleteuse depuis quelques mois pour être encore plus "gorge profonde" que précédemment !

Rien ne va plus : 

Suite et fin demain matin ...

---------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

... Par AMOUR de l'ART (suite et fin)

Publié le par chercheur d'histoires

A Pont-Aven, il y a même des artistes qui peignent les odeurs

A Pont-Aven, il y a même des artistes qui peignent les odeurs

... Par AMOUR de l'ART (suite et fin)

Cette anecdote me fait penser à ce que Paul Sérusier écrivait à son homologue NABI : Maurice DENIS, dans une correspondance datée du :

"Jour de Vénus 1889"

"Je me suis aperçu, dès mon arrivée à Pont-Aven, que Gauguin qui est avec moi, n'est pas l'artiste de mon rêve.

J'ai vu dans son raisonnement des points où nous ne sommes pas d'accord, et, dans son œuvre un manque de délicatesse, une affectation illogique du dessin, puérile, une recherche d'originalité allant jusqu'à la fumisterie ..." 

(Extrait de l'A B C de la Peinture)

..........................................................................................

Ce "fumiste"  : 

ayant beaucoup travaillé sur le motif à Nizon comme nous le savons ...

...  ne serait-il pas le précurseur ...

... des peintres contemporains nizoniais ? ? ?

A vous de juger : si vous en êtres capables ...  M Le Drian !

(Peu de temps après avoir écrit cette lettre, Sérusier changera d'avis sur le Maître : sachez-le)

-------------------------------------------------------- 

 

Partager cet article

Repost 0

Par AMOUR de l'ART ...

Publié le par chercheur d'histoires

Par AMOUR de l'ART ...

Par AMOUR de l'ART ...

En fin de la semaine dernière, notre Ministre de la Guerre est venu à NIZON rencontrer les Peintres du Hangar't.

Ce virtuose de l'Art de la Guerre chercherait-il à se spécialiser dans l'Art de l'imposture avant de se présenter aux élections régionales ?

Sait-il au moins que de faire du l'art, sans être artiste, c'est tout un Art qui n'est pas donné à tout le monde ?

La CHARLiO'T : qui n'en manque pas unese pose quant à elle une autre question :

Ne serait-il pas plutôt venu à Nizon ...

... acquérir des hangars warholisés ...

...pour camoufler ses avions de chasse ? 

....................................................................

Cette anecdote me fait penser à ce que Paul Sérusier écrivait à son homologue NABI : Maurice DENIS, dans une correspondance datée à Pont-Aven le :

"Jour de Vénus 1889"

 

Suite et fin demain matin

 

-------------------------------------------------------- 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Des bancs pour qui ?

Publié le par chercheur d'histoires

Des bancs pour qui ?

Des bancs pour qui ?

J.M. la citrouille  d'Halloween  culturelle de la CCânerie vient de prendre la première bonne initiative de son mandat.

Des bancs publics viennent d'être installés sur le pourtour des trottoirs de la future gare routière du musée de la gauguinisterie.

De beaux bancs en granit du Portugal ...

... aussi beaux que des perles des "portugaises" du Bélon ?

Voir la belle photo du jour
Oui, mais pour qui ?

Pour les pontavénains et les pontavénaines ? ...

ou :

... pour les nains ? ...

... pour les nains de jardin ? ? ...

... pour les nains de jardin ... à la Filiger ? ? ?

..................................................................

ATTENTION A LA  MARCHE pour handicapés du cerveau !

Vous remarquerez sur la photo du jour que pour l'instant, ces bancs servent surtout de piscuiterie aux chiens du coin.
Au prix "con coûté" ces installations -  sans nul doute, à la charge des contribuables du pays - les maîtres-chiens de ces animaux devraient pour le moins apprendre à leurs toutous ... 

... à respecter ...

... Les ouvrages d'Art de cette qualité ...

... devenus si rares à Pont-Aven ... 

... exceptions faite des remarquables pierres* ouvragées des majestueuses ruines de Rustéphan ...

...  au devenir plus qu'incertain !

* Des pierres sachant admirablement parler le breton.

... Conclusions de la CHARLiO'T .............................................

Encore un petit effort J.M. afin de monter un peu plus dans l'estime de tes paroissiens.

A quand l'installation de chiottes publics pour toutous en ce devenu  abo"'minable lieu ?

-------------------------------------------------------------------  

 

Partager cet article

Repost 0

Quelle corvée !

Publié le par chercheur d'histoires

L'heure, c'est l'heure

L'heure, c'est l'heure

Quelle  corvée !

Qui pourrait m'expliquer la manière de mettre mon disque ... à l'heure d'hiver ?

Je dois nécessairement le faire ce matin car sinon : On connaît la musique, 

le garde champêtre va encore se régaler de mes ignorances ...  

... en matière de musique ...

... non synchronisée avec la montre plaquée OR "ARGENT" de l'agent verbaiisateur zélé du coin.

-------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Un dernier commentaire

Publié le par chercheur d'histoires

Un dernier commentaire ...

... déposé ici hier matin par un incertain "Nizon'art"

.............................................

Tout comme Pierre G j'ai des souvenirs des années 55 et 60 excellents ...je ne venais qu'en vacances, fest noz plusieurs soirs en semaine en Juillet/ Aout c'est vrai que quand on est jeune tout est beau....mais cependant cette place en réfection sera certainement sympa....et comme j'habite ici maintenant je préfère voir le bon coté des choses même si Kersalé et ses mille feuilles au caramel vont nous manquer, il y aura sûrement un autre bon boulanger pâtissier qui trouvera à s'installer quelque part à Pont Aven ...

Ma réponse :

.  "... J'ai le souvenir des années 50/60 ... fest noz plusieurs fois par semaine ..."

OK, sauf qu'à l'époque, il n'y avait pas de fest noz organisés à Pont-Aven.
les fêtes de nuit se déroulaient sans témoin ni coin-coin ...

... dans les bistrots branchés du coin.

​.  "... Je préfère voir le bon coté des choses ..."

OK, mais de quelles "choses" parles-tu mon ami ?

 - Des augmentations fabuleuses des impôts locaux ?

- Du vieillissement tout aussi fabuleux de la population ?

- Des préoccupantes et considérables dégradations des héritages patrimoniaux et culturels de la commune :  de sa rivière, de l'ancienne pension Julia, de sa Grand'Place historique, de tous les espaces publics de la commune, des majestueuses ruines de Rustéphan, ou encore : de l'esprit, du tempérament, de la fabuleuse mémoire, et de la joie de vivre des anciens habitants du coin ?

- De l'inculture générale qui se développe comme de la vermine dans la Cité des anciens Peintres de talent ?

- De l'encombrement du centre historique de la ville par de la peinturlurette touristique et autres factices fantaisies pontavéniaises ?  

- Du déclin et de la faillite générale de la commune dans tous les domaines (sauf cultuel) ?

Personnellement je préfère observer l'envers du décor, n'en déplaise à certains crétins du coin. C'est le sens profond que je donne à ce "BLOG de merde" comme l'on dit à Nizon ... et à Pont-Aven.

-------------------------------------------------------------

 


 

Partager cet article

Repost 0

Les commentaires déposés sur ce blog (III)

Publié le par chercheur d'histoires

Les commentaires déposés sur ce blog (III)

- GP :

Tu ne te renouvelles pas beaucoup! Comme disait le géneral , " la vieillesse est un naufrage",et tu as déjà touché le fond.

Ma réponse : 

En voilà un qui se regarde dans une glace lorsqu'il écrit, ...

... et en matière de conneries : il n'est pas prêt de toucher son fond :

celui qui lui manque le moins.

..............................................................................................................

- GaëlleGrapht :

Certes de bonnes bases dans votre histoire mais Ce ne fut pas par manque d'argent et des traites impayées que Botrel du se séparer du petit château mais simplement pour une histoire bien plus triste.... la maladie de sa femme...la demeure placée trop haut empêchait celle ci (Léna) de se rendre au bourg de Pont-Aven. il se sépara donc (à contre coeur mais par Amour) de cette première demeure... Renseignez vous avant de déblatérer des mensonges !!!... chercheur d'histoire ? Je dirais plutôt... INVENTEUR d’histoire !!!!!

Ma réponse :

Ce commentaire concerne un article que j'avais publié ici il y a environ deux ans.

Il concernait le contenu du bulletin municipal ,

A savoir :

+ + +

 

Un mastodonte a été déposé - suite 5 -

Au programme de la plaquette nous retrouvons avec plaisir un nouvel article sur :

« Les belles demeures de Pont-Aven »

Le sujet du mois : « KER-BOTREL »

Je suis très attaché au patrimoine architectural de la commune. C’est donc avec une grande curiosité que je prends connaissance de l’article.

J’y retrouve l’esprit d’un conte à raconter aux enfants. C’est bien, mais j’ai une lecture plus adulte de l’histoire des « KER BOTREL »

Et oui : il y en a deux.

L’auteur du texte s’appuie sur la plaquette imprimée à Saint Brieuc chez Prud’homme en juin 1912 :« le pays des moulins » dont l’auteur est l’Abbé MILLION proche ami de Botrel : C’est déjà une première raison de se méfier du contenu de l’ouvrage. Il s’impose, dans une sérieuse approche du sujet, de s’entourer d’une documentation plus fournie. (L’idée de la grande bibliothèque de la mémoire du pays resurgit à nouveau, ici)

Après l’immense succès de la fête qu’il a créée en 1905,  Botrel décide de s’installer

« Au pays des moulins » en se faisant construire en 1907 par Charles Chaussepied  -  un architecte quimpérois réputé dans la région - un petit manoir dans le style très bourgeois de l’époque, sur une lande à montons surplombant le port.

Hélas pour lui, il avait vu trop grand et ne pu honorer toutes les traites des entrepreneurs. Il fut forcé de vendre le manoir à peine terminé. Il l'avait dénommé KER BOTREL, Faute d’acquéreur, il fut même contraint d'accepter une vente à la bougie (aux enchères). Julia Guillou voulant l’aider, incita ses clients fortunés à porter des enchères "pour faire grimper les prix" et lui éviter une vente au rabais.

C’est ainsi que Paul Gautier, un client de passage devint bien malgré lui, faute de surenchère sur son offre, propriétaire de Ker-Botrel renommé Ker-Brizeux à la demande de Botrel.

Par la suite, ce dernier se fit construire une deuxième demeure, plus modeste, dans la portion vallonnée de sa propriété qu’il avait conservée. Elle récupérera le nom de Ker-Botrel.

Pour compenser sans doute la modestie de la demeure, il va imposer à l’architecte : le même, la multiplication disparate de détails  d’architecture dont le but est d’apporter à l’ensemble un caractère d’Antiquité. Nous retrouvons dans ces choix,l’esprit du décor théâtral botrélien. Cette demeure est la parfaite illustratiode la carte postale touristique. Un commerce florissant que le barde a exploité à souhait. 

Au final, l’édifice n’est plus que du néo-breton particulièrement encombré, mais très joli pour les adeptes de ce faux style. Rien à voir avec celui marquant : « de la belle demeure »  tel que défini par les spécialistes reconnus en la matière. 

+ + +

Aurais-je "déblatéré des mensonges" ?
Je tiens mes informations directement de la famille Gautier (les acquéreurs du manoir)
Par ailleurs, durant ma carrière professionnelle, j'ai eu l'occasion de me préoccuper du statut juridique du chemin dont il est question dans ce commentaire.
Un chemin privé aménagé par Botrel pour permettre l'accès de son "manoir" au port de Pont-Aven, en rien d'autre.
En effet, A l'époque de la construction de cette demeure, la rue Brizeux n'existait pas.
Les Botrel ne pouvaient donc rejoindre Pont-Aven qu'en empruntant l'accès principal à leur propriété en passant par la route de Bourneuf située à l'opposé du port.  
Le chemin aménagé par Botrel sur sa propriété pour rejoindre le port ne sera donc qu'un accès secondaire (ce qui reste encore le cas aujourd'hui) donnant directement et exclusivement  à l'époque sur la rivière.
----------------------------------------------------------------
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Les commentaires déposés sur ce blog (II)

Publié le par chercheur d'histoires

Les commentaires déposés sur ce blog (II)

- Pierre G. :

Moi aussi j'ai été amoureux de ce Pont Aven découvert en 1961, et que les municipalités successives se sont évertuées à dépouiller de ses charmes authentiques au profit des petits et gros profits financiers immédiats. Finalement, elles ont réussi, l'endroit ne présentant plus grand intérêt ... Et pour les arbres, les habitants de Pt-Aven ont-ils été consultés ? Quel culot , et quel manque de goût et de respect !

Ma réponse :

Mon cher Pierre : voilà ce qu'il advient lorsque l'on donne du l'Art aux truies.

....................................................................................................................................................

- Pierre G :

A propos de Gauguin , toi qui es un expert dès pont aventures , aurais-tu eu connaissance de l'achat d'une toile , ou même d'un dessin de cet illustre artiste par un des pseudo notables de l'époque ?

Ma réponse :

Les sœurs Barbarin (Galeristes à Pont-Aven entre les deux guerres)  auraient possédé un Gauguin selon ce qui se disait autrefois dans les bistrots du coin, mais rien n'est moins sûr. 

A la fin du XIXe siècle, ce sont les GRANDS et illustres sombres peintres pompiers (LE BLANC ...) ou parfois les post-impressionnistes (les paysagistes anglais ... ou le Gauguin de 1888) qui rayonnaient dans ce trou à toutous fortunés.

Point de salut pour les autres.

Les pestiférés de chez les Gloanec n'eurent d'autres choix que de fuir ce pays sans laisser la moindre trace de leurs chefs d'œuvre. 

Dans la Gazette Drouot de la semaine dernière : proposé sous la plume de Paul Signac (1889), il est question de ce pays des anciens peintres de talent ... ou pas. 

" Je fus hier à Pont-Aven, C'est un pays ridicule de petits cours d'eau à cascades pour aquarellistes anglais. Drôle de nid pour le symbolisme pictural ... Des peintres en velours, saouls et voyous circulent.

Qui sont donc ces voyous du pinceau ?

--------------------------------------------------------------

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>