Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un été culturel (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

Un été culturel (fin)

Un été culturel (suite et fin)

- D'autre part, une exposition consacrée aux PHOTOGRAPHES PORTRAITISTES BRETONS : 

Daguerréotypes, ambrotypes, ferrotypes, photos sur parchemin, sur toile cirée, sur cuir, sur bois ou sur émail,

négatives au collodion sur papier ou sur verre;

positives sur papier salé, sur papier albuminé ou au charbon;

photos stéréoscopiques ou plaques de verre de projection.

Œuvres d'art sur papier argentique, à la gomme bichromatée ou encore autochromes :

Un univers que j'ai reconstitué pour le temps de cette exposition estivale (juin - septembre),

Le monde intime de photographes professionnels talentueux, ou d’amateurs passionnés de leur art et de la Bretagne.

Ces deux EXPOSITIONS  proposeront à leurs visiteurs de voyager en Bretagne de 1840 à 1914 et plus.

            - I -  A la médiathèque, dans les archives des studios des photographes portraitistes bretons.

            - II - A la maison des Archers, où plus de 200 photographies de costumes bretons du

                   XIXe siècle attendront leurs visiteurs. 

----------------------------------------------------------------------

Photo du haut :

Grand portrait des années 1850 sur papier salé signé Penau de Brest, colorisé à la gouache et signée Hénot.

Document du bas :

Dos du daguerréotype du portrait d'un homme d'une célèbre famille de  Quimperlé

----------------------------------------------------------------------

Un été culturel (fin)

Partager cet article

Repost 0

Un été culturel

Publié le par chercheur d'histoires

Un été culturel

Un été culturel

Je me prépare à un été 2015 qui s'annonce pour moi : "CULTURISSIME" ...

... à Quimperlé.

A la demande du service culturel de cette ville, je prépare actuellement une nouvelle exposition consacrée aux photographes bretons du XIXe siècle.

Elle fait suite à celle que j'avais présentée en ce lieu en 2012. Cette première était consacrée aux photographes d'architecture bretons des années 1860 / 1870. 

Je réitère l'opération en proposant  cette fois :

- D'une part, une exposition de photographies primitives de costumes bretons.

Un évènement marqué par la qualité et la variété des documents présentés.
Une opération culturelle menée en collaboration avec Pascal Jaouen, le célèbre brodeur et  styliste breton.

Ce dernier proposera au public de se régaler les yeux au travers de  ses dernières créations de costumes féminins d'esprit très contemporain :

 Des créations inspirés des trésors vestimentaires de la Bretagne.

Cette exposition inédite se déroulera tout l'été à la Maison des Archers en basse ville.

Photo du haut :  Un costume féminin de Pont-Aven - vers 1870. 

                         (photo Jules Duclos de Lorient)

Photo d'en bas :  Un costume  féminin de Plougastel-Daoulas de la même époque.

                        (Photo Emile Mage de Brest)

Suite et fin de cette communication demain matin

Avant de revenir sur l'ENORME information du week-end, j'attends un peu plus d'informations pour l'évoquer ici.

--------------------------------------------------------------------

Un été culturel

Partager cet article

Repost 0

C'est ENORME !

Publié le par chercheur d'histoires

C'est ENORME !

Ceux qui lisent le télégramme du dimanche, ont appris ce matin que lors du dernier conseil municipal de vendredi dernier, les élustucrus ont adopté les comptes financiers de la commune.

En 2012, Dame la soutane avait promis à ses paroissiens que son futur musée pontavéniais serait une nouvelle locomotive économique pour la commune :"dont les effets devaient se manifester sans tarder"

Vous vous en souvenez sûrement, j'ai eu l'occasion de le rappeler régulièrement ici. 

Depuis vendredi soir, ce n'est plus une locomotive, mais un TGV d'impôts locaux qui vient de se fracasser  sur la montagne  sur la tronche des pontavénounours. 

10 %  d'augmentation des trois taxes auquel il faut rajouter les 2% d'augmentation que dame la soutane avait offert à ses paroissiens juste avant de quitter son trône il y a un an.

C'est ENORME pour les 2860 habitants qui n'ont pas la chance de posséder de galeries de peinturlures ou autres boutiques de pacotilles touristiques dans le centre du bourg d'en bas de la commune.

Nous sommes le jour du seigneur tout puissant - après dame la soutane et la conserv'atroce du musée de la CCânerie bien entendu -  je garde donc mon calme et de la retenue dans mes propos pour l'instant.

Je reviendrai ultérieurement plus en détail sur les conséquences de ce drame prévisible et régulièrement annoncé sur ce blog.

-----------------------------------------------------------------------.

 

Partager cet article

Repost 0

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 5)

Publié le par chercheur d'histoires

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 5)

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 5 : le dernier de la série)

Tirée de la revue "Le Rire" du 02 février 1895

Discussion entre artistes peintres

- Vous vous plaignez de votre situation ... pas étonnant ! Vous cherchez l'originalité ...

Faites comme moi, peignez des fleurs, des papillons et des petits oiseaux.

1895, 2015 : 

Pour clore ce chapitre en beauté comme un tableau pontavéniais,  je vous offre aujourd'hui une caricature prémonitoire ...

... Ne serait-elle pas d'une brûlante d'actualité dans le contexte contemporain de la cité des Peintres ?

------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article

Repost 0

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 4)

Publié le par chercheur d'histoires

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 4)

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 4)

Extrait de la revue "Le Sourire" du 30 janvier 1913 - dessin de NOLLAT

Chez le peintre :

"On cherche une pose"

- Voyons, vicomte, êtes-vous littérateur, avocat ? Vous avez bien des connaissances spéciales ?

- Oh ! cher maître, elles sont très étendues ... je connais tout Paris !

- Et bien, voilà, vous pourriez tenir le Bottin mondain ouvert sur vos genoux !

Aujourd'hui, avant de lui poser un bottin parisien sur les genoux, il faudrait crever le plafond de la pièce, puis de la toiture du vieux manoir du vicomte avant d'accrocher dans son boudoir, le tableau ... de ses genoux "lourdement bottinés".

Vous ne trouvez pas que l'on vivait beaucoup plus simplement autrefois ?

.............................................................................................................................................

Je trouve que le peintre a un petit air de peinturlureur pontavéniais sûr de lui : pas vous ?

----------------------------------------------------------------------------------------------

La réponse que vous attendez tous :

Philinte est le pseudo d'Armand SEGUIN

C'est par manque de moyen de subsistance, qu'il s'adonna à la gravure commerciale sous ce nom d'emprunt.

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article

Repost 0

Gast-à-gast, mais qui est donc ce Philinte ?

Publié le par chercheur d'histoires

Gast-à-gast, mais qui est donc ce Philinte ?

Gast-à-gast, mais qui est donc ce Philinte ?

Pour tous ceux qui n'ont pas trouvé la réponse, je leur donne aujourd'hui un gros gros indice.

(voir ci-dessus)

Pour les autres, ils n'ont qu'à attendre demain ... pour avoir ENFIN la réponse.

Et pour faire patienter tout le monde, j'offre à tous une nouvelle gravure humoristique de ce mystérieux Philinte. Il faut reconnaître que cette gravure est aussi bâta que la précédente !

(Publiée dans la revue "Le Rire" du 9/9/99)

Le dessin est léché et abouti : certes, mais ce travail reste à des années lumière en retrait de celui que ce phénomène produira en Bretagne.

Le vrai nom de Philinte est inscrit dans l'histoire de l'Art Moderne, comme : le principal graveur sur bois de l'Ecole de Pont-Aven.

Je ne peux pas mieux dire.

----------------------------------------------------------------------

Gast-à-gast, mais qui est donc ce Philinte ?

Partager cet article

Repost 0

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 3)

Publié le par chercheur d'histoires

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 3)

  Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 3)

Extrait de la revue "Le rire " du  15 juin 1899

Cette espèce de caricature est particulièrement molle des genoux,

cependant, je j'ai choisi car le pseudo de ce dessinateur : "Philinte", cache le nom d'un grand artiste que tous ceux qui ont attentivement fréquenté l'ancien musée pontavénain "bien de chez nous" doivent normalement connaître.

Si vous ne le connaissez pas, renseignez-vous auprès des commerçants du coin qui soutiennent sans retenue la création du musée de la CCânerie, ou encore directement à la CCânerie. 
Sinon, et à l'attention de tous les imbéciles du coin et de la CCânerie, je donnerai son illustre nom
attaché-  à la colle forte - à l'Ecole de Pont-Aven, demain matin.

--------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 2)

Publié le par chercheur d'histoires

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 2)

Les caricaturistes du XIXe siècle (n° 2)

Extrait de la revue "Le Rire"

Il y a 119 ans, le dessinateur JEANNIOT n'était pas mauvais non plus.

Le Monsieur : Le socialiste : 

Alors tu t'figures que c'est pour tes beaux yeux qu'on t'invite à l'Elysée ?

ça ne vous rappelle pas quelque chose de plus contemporain : "poils au cul des putains" ...

... de la République !

De nos jours, Jeanniot serait sûrement considéré comme un humoriste de la cuisse gauche.

La conclusion Elyséenne du jour :

Dans deux ans, la pute de la cuisse - d'extrême - droite, sera-elle assez chaude des fesses ...

... pour être invitée à l'Elysée ?

Il y a des tonnes de cons qui en rêve, mais heureusement pour la France, il en faudrait beaucoup plus pour passer du rêve imbécile à la réalité.

--------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

Les caricaturistes du XIXe siècle (Image n° 1)

Publié le par chercheur d'histoires

Les caricaturistes du XIXe siècle (Image n° 1)

Les caricaturistes du XIXe siècle (Image n° 1)

Revue "Le Rire" du 11 avril 1896

JOSSOT fut l'un des plus drôles dessinateurs de presse à rayer la Bretagne à pleine couture.

- Jannik ! ... ousque-t'as mis ton peigne ? ...

- Ma mère, je l'ai mis sur le beurre !

- Mais, cochonne, tu vas salir ton peigne ! ...

Excusez du peu, mais nous sommes ... en 1896

A l'Epoque de Gauguin , et peut-être à la Pension Gloanec !

A suivre.

.....................................................................................................................

J'ai le plaisir de constater ce matin que les pages de ce blog d'idiot de village, ont été ouvertes 150 000 fois depuis sa naissance en juin 2009.

-------------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0

L'avancement des travaux de la future Place du bourg d'en bas (fin)

Publié le par chercheur d'histoires

L'avancement des travaux de la future Place du bourg d'en bas (fin)

" L'exposition d'été 2016 aura pour thème "LES IMPRESSIONNISTES"

"Faute de grives, on mange des merles"

Pauvres merles !

Faute de Gauguin, on nous enfume avec d'autres choses.

Pauvres andouilles !

Faute de moyens financiers, "on" ne peut commander - sur catalogues - des chefs d'œuvre de Gauguin.

Pauvres "on" !

La grande question qui se pose, reste suspendue dans l'air du temps :

 Dans ces conditions, comment pourront-ils importer d'impressionants chefs d'œuvre impressionnistes ?

Et puis, comme le dit si bien l'impressionnante CHARLOT' :  c'est quoi les impressionnistes de l'Ecole de Pont-Aven ?

Serait-ce une espèce d'appât à touristes restée inconnue jusqu'à ce jour ?

Nous le saurons sans doute bientôt.

Comment vais-je conclure honorablement cet article ? : Moi le Grand Chercheur d'Histoires de coin !

Voyez-vous, je pense pouvoir sauver ce musée du naufrage sans me vanter.

Il y en a qui veulent du Gauguin, et bien donnons leur du Gauguin.

- De l'authentique Gauguin attirant les foules comme rien d'autre en Bretagne ?

Oui.

- Du Gauguin : sauvage et primitif, attirant les toutous les plus récalcitants  ?

Oui,

J'ai la solution :

Son cercueil.

Il ferait fureur dans le futur plus grand musée au monde consacré à l'Ecole de Pont-Aven.

Il va sans dire, 

Son cercueil avec toutes ses dents  ...

... et cent mille personnes par an !

--------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>